Vivre à Genève n°20 fév/mar 2007
Vivre à Genève n°20 fév/mar 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°20 de fév/mar 2007

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ville de Genève

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : questions à Pierre Muller.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
Comment soutenir les parents ? Rencontrer, informer, orienter Famille Qui dit aide aux parents pense immédiatement crèche et accueil extrascolaire, restaurants scolaires, notamment. Mais la politique familiale du Département des affaires sociales, des écoles et de l’environnement va bien au-delà. Récemment, un calendrier élaboré par plusieurs services du département et diffusé aux enfants et aussi aux aînés, vantait les mérites d’une nourriture saine, avec des produits de saison, afin de réhabiliter ces moments privilégiés qui peuvent se vivre autour d’un repas partagé en famille. Face à la sensibilité actuelle qui met souvent en évidence les difficultés des parents à assumer leur mission éducative, la Ville a décidé de rendre visible son offre et d'élargir sa palette. Elle apporte donc un soutien actif à la campagne nationale « L’éducation donne de la force ». Clip sur Léman Bleu En lien avec le thème « montrer ses sentiments », elle a produit un clip, diffusé sur Léman Bleu, pour présenter le projet « Viens chez moi » qui permet à des enfants de culture étrangère de partager des moments de vie quotidienne dans des familles francophones. Pour illustrer le prochain thème de la campagne « mettre des limites », la Ville va informer, toujours via un clip, sur les salles de gymnastique où des jeunes, encadrés de règles claires, peuvent faire du foot et du basket le soir et le week-end. D’autres projets mitonnent dans la marmite du Département des affaires sociales dont l’ambition générale est d’assurer une cohérence et une meilleure collaboration avec tous les partenaires (le canton et les associations) qui sont déjà actifs dans le domaine. En particulier, les Unités d'action communautaire sont en train de monter, en lien avec les associations de parents d’élèves, une action qui va permettre de nouer des contacts avec des familles migrantes, en apportant une aide concrète aux 24 VIVRE À GENÈVE N°20 devoirs des enfants qui ne peuvent pas bénéficier des études surveillées mises en place par le Département de l’instruction publique. Attention : danger sur Internet La Délégation à la jeunesse planche sur la mise en route d’une plateforme de l’intégration des jeunes, qui regroupera les principaux partenaires, dont les entreprises sociales et les entreprises de réinsertion, pour coordonner le réseau actif, mieux informer les parents de ce qui peut être proposé aux jeunes en rupture scolaire. Le Service des écoles réfléchit à la mise sur pied d’ateliers destinés aux parents qui entendent mieux contrôler l’utilisation d’Internet chez leurs enfants. Autre projet à l’étude de la Délégation à la petite enfance, « Mary Poppins », soit des personnes non qualifiées mais formées spécifiquement et supervisées pour prendre en charge, à domicile, les enfants dont les parents ont des horaires de travail décalés par rapport à l’offre classique en crèche. Faire table ronde pour co-éduquer Parfois les compétences sont là, parfois il faut aller les chercher parmi les nombreuses associations qui pourraient prendre le relais ou collaborer. L’essentiel étant, pour la Ville, de recenser tout ce qui existe et de combler tel ou tel manque. Le vrai défi ? Toucher les parents A qui en ont le plus besoin, les orienter vers la structure, publique privée, la mieux à même de les soutenir. Le Conseiller administratif Manuel Tornare est attaché au concept de la co-éducation, prôné par de nombreux spécialistes. « Je ne suis pas d’une école, plus libertaire ou plus autoritaire. Je ne propose pas de faire table rase du passé. On doit se mettre tous ensemble, professionnels et parents, pour élaborer les pistes d’une éducation responsable et solidaire. » • Direction du Département des affaires sociales Tél. 022 418 49 00• Prix du design pour Genève à Shanghaï l’occasion des Mosaïcultures internationales de Shanghaï qui se sont tenues récemment, la Ville de Genève a reçu le Prix du design. Le Service des espaces verts et de l’environnement (SEVE) y avait présenté un mosaïculture, en trois dimensions, reproduisant un tableau de l’artiste suisse Paul Klee. La signature de l’artiste figurait au pied de l’œuvre, dans des plantes sur la pelouse !
Comment concilier une alimentation saine avec un petit budget ? De plus en plus de familles à bas revenus rencontrent des difficultés à se nourrir de façon équilibrée, surtout à partir du 20 du mois. Pour sortir des menus « pates-patates », des solutions simples existent. Elles méritent d’être connues. Les personnes les plus directement touchées sont aussi de très bons « multiplicateurs » de « bonnes recettes », d’un message global de prévention. C’est sur ce constat qu’est né le projet de « recettes à quat’sous ! ». En effet, quand on doit faire face à des difficultés financières, on coupe dans Voisinons toute l’année Le Service social (SSVG) de la Ville de Genève met l’accent sur la qualité de liens entre les habitants. Afin de multiplier les contacts, le SSVG soutient la Fête des voisins pour développer des rencontres conviviales, la solidarité et l'entraide. Convaincu par le succès de cette Fête, le SSVG a décidé d’aller plus loin et de faire du bon voisinage un de ses axes de travail privilégié en 2007. C’est ainsi qu’une récente journée a permis un échange riche avec l’ensemble le budget nourriture, parce que cela ne se voit pas… Jusqu'au jour où cela se voit, notamment à cause des ravages de l’obésité ! Les ingrédients sont simples. Des personnes en situation de chômage, soit un groupe de 8 personnes (dont un homme !), qui ont déjà des compétences dans la gestion de petits budgets par leur expérience personnelle. Par exemple, une famille monoparentale ou une personne qui galère avec le minimum vital. Proposez-leur d’acquérir, et de restituer à un large public, des connaissances dans le domaine de l’alimentation équilibrée à petits prix et vous aurez compris le principe. Soirées d’information et projet de livre Plusieurs soirées d’information sont proposées dans les maisons de quartier (aux Asters, aux Pâquis, aux Acacias). Au final, des ateliers de cuisines sont organisés le samedi matin en partenariat avec la Migros, Manor et Aligro. Durant ces ateliers, les chômeurs devenus des spécialistes en cuisine équilibrée à moindre frais, confectionneront des repas avec le public intéressé, c’est-à-dire vous et moi, régulièrement confronté au casse-tête de cuisiner sain et pas cher ! A moyen terme, le projet ambitionne la publication d’un recueil de recettes qui sera largement diffusé. Pour les collaboratrices des Unités d'action communautaires (UAC) Francesca Cauvin et Fabienne Graells, ces « recettes à quat’sous ! » portent en elles un véritable projet de réinsertion. « Quand un chômeur n’a plus d’estime de soi, plus confiance en lui, il se nourrit mal et il n’ira pas mieux. S’il se prend en main, s’il se respecte assez pour décider de se nourrir sainement, c’est déjà une impulsion décisive à un futur engagement professionnel. » UAC Plainpalais• Ateliers publics, sur inscription, les 10 et 17 mars Tél. 022 420 67 42• Pour se nourrir sain et pas cher, essayez les « recettes à quat’sous ! » des partenaires impliqués et des représentants des fondations immobilières et de la gérance immobilière municipale. A cette occasion, les Genevois ont bénéficié d’un éclairage zurichois et d’une expérience carougeoise. Dans la grande ville alémanique, un réseau de plus de 1000 bénévoles est en place dans le cadre d’un projet « d’aide de voisinage » soutenu par les pouvoirs publics. La demande est croissante dans le domaine de la garde d’enfant et de l’appui scolaire. A Carouge, à la suite de plaintes des habitants des tours HLM, la Fondation immobilière a proposé des réunions qui donnaient la parole aux gens. Ces rencontres ont permis, par des contacts simples, des informations échangées, de faire baisser la tension et surtout le sentiment d’insécurité. A suivre…• Service social Tél. 022 418 47 26 N°20 VIVRE À GENÈVE 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :