Vivre à Genève n°20 fév/mar 2007
Vivre à Genève n°20 fév/mar 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°20 de fév/mar 2007

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ville de Genève

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : questions à Pierre Muller.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
Culture 2007, une année où Tout peut arriver ! 18 VIVRE À GENÈVE N°20 Catastrophe ! Que recouvre ce terme ? Que signifie-t-il ? Comment est-il compris ? Qu’est-ce que le catastrophisme ? Est-il possible d’informer le public de manière objective ? Peut-on lutter contre la tendance au catastrophisme de nos sociétés ultra protégées ? Peut-on empêcher les catastrophes de survenir ? Une catastrophe peut-elle aussi avoir des effets bénéfiques ? Pour tenter de répondre à ces questions, un beau programme de manifestations vous est offert tout au long de l’année. Son titre : Tout peut arriver. Décembre 2004 : un tsunami déferle sur les côtes d’Asie du Sud. La catastrophe fait la Une des médias. L’idée vint alors de s’interroger sur la notion même de catastrophe. En 2007, le Département des affaires culturelles propose d’aborder cette notion et toutes les questions qu’elle soulève, de tenter une réflexion large en suscitant la participation des institutions municipales, mais également de nombreux partenaires publics et privés, à Genève, dans le canton de Vaud et en France voisine. Le résultat est un vaste programme d’expositions, de rencontres, de films, de colloques, de fêtes et de concours qui se déroulera tout au long de l’année sous l’intitulé Tout peut arriver. Ainsi, le Musée cantonal des Beaux-Arts présente des Visions du déluge en février en même temps que le Muséum d’histoire naturelle consacre son Mois du film documentaire aux catastrophes naturelles et écologiques. Se succéderont par la suite les expositions Scénario catastrophe au Musée d’ethnographie de Genève – MEG Conches, allolaterre.cata au Muséum d’histoire naturelle, REAGIR aux Conservatoire et Jardin botaniques ou encore Grand Prix de la Catastrophe au Musée international de la Croix- Rouge et du Croissant-Rouge. Sur les traces des catastrophes Du côté des fêtes populaires genevoises, la Fête du développement durable et la Fête de la musique, au mois de juin, mettront toutes deux un accent sur cette thématique. Enfin, et pour ne citer que quelques exemples, chacun pourra partir sur les traces des catastrophes en Valais et en Savoie ou participer à deux concours : un concours d’écriture sur le thème « Tout peut arriver », et un autre, consacré aux jeunes jusqu’à 18 ans, visant à désigner un objet à sauver dans un des musées municipaux. Le programme est disponible à l’Arcade d’information municipale (Pont de la Machine 1), à la Maison des arts du Grütli (Rue du Général-Dufour 16), à l’Alhambra (Rue de la Rôtisserie 10), dans les musées municipaux et autres lieux partenaires ainsi que dans les principaux lieux culturels de la ville. Muséum d’histoire naturelle• Tél. 022 418 63 00• www.toutpeutarriver.ch
Eboulement de l'Eiger. Scénario catastrophe au MEG Le Musée d’ethnographie (MEG) propose dans son bâtiment de Conches une exposition intitulée Scénario catastrophe, qui invite le visiteur à découvrir comment les sociétés humaines perçoivent, vivent et interprètent la catastrophe à travers les différentes cultures. L’exposition montre que les événements catastrophiques se définissent avant tout par la perturbation qu’ils causent aux hommes. Toutes les sociétés cherchent à anticiper et à se préserver du pire et, quand la tragédie survient néanmoins, elles s’organisent pour faire face collectivement et donner du sens aux événements. Qu’elle soit naturelle, sociale, économique, technologique ou sanitaire, la catastrophe fait appel à des mécanismes de réponse similaires. Construction de l’esprit humain, elle est multiforme et nous met régulièrement à l’épreuve. De l’individu au Quel processus transforme un événement ordinaire en catastrophe ? Une avalanche au cœur des Alpes est-elle une catastrophe lorsqu’elle détruit quelques arbres ? Un chalet inhabité ? Un quartier d’une station touristique ? Une réponse univoque à cette question n’est pas simple car elle se construit autour de notre interprétation individuelle de la catastrophe (est-ce que je suis touché ou concerné par cet événement ?) et de nos représentations collectives (quelle image me renvoient les médias ? les responsables politiques ?). Les sciences naturelles apportent une contribution à cette réponse en étudiant les causes des catastrophes. Dans son exposition allolaterre.cata, le Muséum d’histoire naturelle de la Ville de Genève décline en trois actes les catastrophes : les catastrophes écologiques, les extinctions du passé et les risques naturels en Suisse. Ces thèmes n’ont en groupe, de soi au reste du monde, du chagrin d’amour à la pandémie, la catastrophe déroule ses ondes de choc et nous confronte à nos failles. Cette exposition interpelle le visiteur sur son interprétation des événements passés mais aussi, à travers les récits d’anticipation et de science fiction, sur sa vision des catastrophes à venir. En fin de parcours, elle propose un voyage dans un futur rêvé ou cauchemardé qui nous interroge sur les préoccupations contemporaines. Aussi vieux que l’humanité, les désastres prennent aujourd’hui une ampleur inédite face aux incertitudes environnementales et sociales mondialisées du XXI e siècle. MEG Conches• 28 mars 2007-6 janvier 2008• www.ville-ge.ch/eth Masque de pignon. Papouasie-Nouvelle-Guinée, Moyen Sepik. Les masques de pignon sont fixés sur la façade des habitations ou des maisons cérémonielles et ils représentent les esprits féminins claniques qui sont supposés protéger ses habitants des catastrophes. allolaterre.cata au Muséum REAGIR aux CJB commun que de nourrir nos représentations catastrophiques : ils sont donc traités de manière distincte et indépendante avec, comme pivot central, l’être humain. Ce dernier est tour à tour « apprenti sorcier » lorsqu’il provoque des catastrophes écologiques, « enquêteur » lorsqu’il recherche la cause de la disparition des dinosaures et « acteur/spectateur » lorsqu’il vit des catastrophes naturelles en Suisse. En découvrant, par exemple, pourquoi la mer d’Aral s’assèche ou comment le dodo a disparu, nous proposons aux visiteurs de chercher ce qui fabrique une catastrophe. Un ouvrage rédigé pour l’occasion propose un regard complémentaire, avec une plongée au cœur des définitions, des concepts, de l’histoire des théories et de leurs influences culturelles. Muséum d’histoire naturelle 24 avril 2007-16 février 2008• www.ville-ge.ch/mhng Cet été, les Conservatoire et Jardin botaniques de la Ville de Genève (CJB) présentent REAGIR, une exposition-jardin extraordinaire de plus de 2 500 m², devant la Villa le Chêne, sur le thème des grandes catastrophes environnementales et des solutions citoyennes que l’on peut tenter de leur apporter. REAGIR sera présentée en partenariat avec le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), le GRID et Terrawatt, en collaboration avec de nombreux organismes, services, bureaux et artistes. Changements climatiques, déforestation, désertification, pollutions, invasions et pertes de biodiversité seront abordés de manière interactive, jardinée et imagée par l’atlas « One planet, many people » du PNUE, véritable bible des changements environnementaux. Un constat scientifique, pas de culpabilisation, mais des solutions et des formules innovantes seront présentées aux publics. Des projets constructifs et positifs seront exposés, une prise de conscience initiée et des réactions citoyennes encouragées pour contrecarrer la destruction environnementale annoncée de notre planète. Les familles et les écoles seront nos publics privilégiés. Prise de conscience, participation et positivisme réactifs seront ainsi de mise durant la saison 2007 aux CJB, temple de la biodiversité ex situ et acteur privilégié de sa conservation. Rencontres, visites, ateliers, fêtes, lectures et animations sont au programme. Jardin botanique 8 mai-14 octobre 2007• www.ville-ge.ch/cjb N°20 VIVRE À GENÈVE 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :