Vivre à Genève n°20 fév/mar 2007
Vivre à Genève n°20 fév/mar 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°20 de fév/mar 2007

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ville de Genève

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : questions à Pierre Muller.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Pierre Muller, Chef du Département des finances et de l’administration générale « Genève doit rester une ville ouverte sur le monde » Entretien « Genève est une ville cosmopolite, la seconde cité onusienne. Cette réalité me semblerait devoir rester ancrée dans les esprits en tout temps. » 14 VIVRE À GENÈVE N°20
A U T O R I T É S Douze ans à la tête du Département des finances et de l’administration générale, un sacré bail ! N’est-ce pas lassant de s’occuper pendant autant d’années d’un dicastère qui a pour vocation d’être au service des autres ? Il est vrai que trois législatures à diriger un département regroupant la majeure partie des services dit d’état major de la Ville de Genève peut paraître rébarbatif et monotone. Heureusement, la réalité est tout autre ! L’appartenance à un Exécutif à la mode helvétique, soit une composition gouvernementale collégiale, fait que toutes les décisions d’importance pour la Ville de Genève sont le fait du Conseil administratif in corpore, et non de l’un de ses membres à titre personnel. Il serait d’ailleurs illusoire de penser que l’excellence des prestations de la Ville dans de nombreux domaines puisse être obtenue sans l’activité efficiente de mon département qui assure plus de 80% des revenus de notre collectivité. Est-ce à dire que résumer votre bilan aux seules réalisations émanant de votre département se révèlerait réducteur ? Absolument ! J’ai activement soutenu le développement des activités liées à la petite enfance ou les efforts entrepris en faveur de « Genève ville propre » par exemple, car ces domaines répondent manifestement aux attentes de l’ensemble de la population. J’estime avoir été élu pour appliquer la politique attendue par la majorité des citoyens de Genève, au-delà de stériles clivages politiques. Ainsi, je me reconnais totalement dans la philosophie d’encouragement au sport pour tous qui est menée par la Ville et me réjouis que nous ayons encore les moyens, à ce jour, de défendre des budgets culturels d’une telle envergure. Pourtant, pour la première fois depuis l’an 2000, c’est un budget déficitaire qui a été voté par le Conseil municipal en décembre dernier ! Effectivement, cela crédibilise encore le leitmotiv que je martèle depuis quelques années : pour que l’excellence persiste dans certains domaines, il convient de faire des choix en abandonnant les prestations non prioritaires ou celles qui peuvent être assumées par d’autres, qu’il s’agisse du secteur privé ou de collectivités publiques. Toutefois, il faut tempérer l’ampleur de ce déficit prévisionnel (29,5 millions) en se rappelant que plus de 18 millions sont dus à un transfert de charges de l’Etat vers la Ville de Genève pour une période temporaire de deux ans. Sans nouvelle facture cantonale en 2008 et en réduisant un peu la voilure des prestations, un retour à l’équilibre devrait pouvoir intervenir dans les deux ans à venir. Vous avez développé quelquesuns des axes de la politique de la Ville de Genève dans lesquels vous vous reconnaissez. Qu’en est-il plus spécifiquement des réalisations au sein de votre dicastère ? Il ne me semble pas très intéressant de proposer un inventaire à la Prévert, aussi ciblerai-je mon propos sur trois domaines : les finances, la gestion immobilière et la promotion de Genève. C’est ainsi sous mon impulsion qu’une gestion dynamique de la dette a pu voir le jour, grâce à une maîtrise accrue des nouveaux instruments financiers, notamment les produits dérivés. L’institut de notation Standard & Poor’s – la Ville de Genève a été la première ville de Suisse a être notée – a d’ailleurs mis en exergue cette bonne gouvernance. La mise en place du contrôle de gestion dans l’administration, facilitée par l’implantation d’un nouveau progiciel de gestion en 2004, rejoint ce souci de modernisme des instruments de gestion à disposition de la fonction publique et des autorités politiques. S’agissant de la gestion immobilière ? En collaboration avec les services du Département des constructions, nous avons pu entreprendre des efforts de rénovation de nombreux immeubles, notamment dans les quartiers populaires des Grottes et de Saint-Gervais. La Ville, par l’intermédiaire de sa gérance immobilière municipale, reste un des acteurs importants sur le territoire genevois, vraisemblablement le plus social en tenant compte du niveau bas des loyers de ses appartements et de la faculté, pour les locataires, de percevoir une subvention au logement. A ce propos, pas moins de trois règlements ont assuré une évolution continue dans ce domaine durant ces douze années, garantissant au mieux l’égalité entre locataires. Et sur le plan connexe de la gestion hôtelière, les résultats remarquables de l’Hôtel Métropole me font particulièrement plaisir puisque, par une réorientation du management, l’exploitation déficitaire qui existait à mon arrivée n’est plus qu’un souvenir et que la Ville dispose à présent d’un établissement florissant. Le rayonnement de Genève enfin, sujet qui vous tient particulièrement à cœur ? Il est vrai que j’aime ma ville, aussi j’apprécie d’aller la vanter auprès de celles et ceux qui la connaissent peu ou pas. Nous avons aussi en Ville de Genève des partenaires privilégiés, entités publiques ou privées hors de nos frontières, avec lesquels je me suis toujours efforcé de soigner nos relations. Qu’il s’agisse de nouer des liens économiques ou d’apporter une aide au développement, il m’apparaît primordial de rester ouvert sur le monde, tant il est vrai que Genève est une ville cosmopolite, la seconde cité onusienne. Cette réalité me semblerait devoir rester ancrée dans les esprits en tout temps. N°20 VIVRE À GENÈVE 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :