Vivre à Genève n°20 fév/mar 2007
Vivre à Genève n°20 fév/mar 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°20 de fév/mar 2007

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ville de Genève

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : questions à Pierre Muller.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Cédric Mafuta : « Si tu veux percer, pas question de faire l’idiot ». Cédric Mafuta, l’un des héros de la bande de Geisendorf C’est un pur produit de la Genève multiculturelle : Cédric Mafuta, 22 ans, de parents congolais est un enfant de la Servette. Il y est né, a fréquenté la crèche et les écoles du quartier. Mais ce qui nous retient aujourd’hui, c’est ce parc Geisendorf où « il a traîné », pendant de longues années d’adolescence tumultueuse, en compagnie de Marwin, Adli et Michael, les héros du film de Frédéric Baillif, « Geisendorf : on était une bande… ». Le film a été tourné durant l’été 2005. Cédric se souvient. « J’ai mis du temps à me décider ». Timide, Cédric est le seul qui, dans le film, n’a pas voulu mettre en scène sa famille, à l’exception d’un bref témoignage de son père. Quelques mauvais coups, des repères familiaux qui vacillent et des ancrages professionnels qui pataugent, nos quatre gaillards ne sont pas des tendres. Quoique... A écouter l’un d'eux parler de sa mère, les yeux se mouillent. A entendre les bons mots d’un père, on rit aux éclats… c’est l’histoire de la vie, les émotions, le langage et la sensibilité de quatre garçons du parc. Ecoutons Cédric « Nous étions quatre potes qui passions presque tout notre temps ensemble, surtout pour parler et rigoler. Mais cela ne nous a pas toujours réussi ! Ce qu’il nous faut ? Des défis, des challenges et, surtout, des gens qui croient en nous ! », lance le jeune homme. 12 VIVRE À GENÈVE N°20 Les parents bien sûr. Et, pour lui, le basket. « Si tu veux percer, pas question de faire l’idiot. A 16 ans, on ne se rend pas compte, mais les années passent vite. Certains boivent et fument, moi je ne peux pas… Quand une équipe compte sur moi, je dois assurer et je vais dormir. » La violence des jeunes ? « Je comprends que cela puisse faire peur mais la société doit regarder le modèle qu’elle nous propose et s’intéresser aussi à ceux qui rament pour y arriver. » Au visionnement du film, ses parents sont assez fiers. « Je ne suis pas un modèle, mais il faut dire aux jeunes qu’on peut s’en sortir. Même si les exigences actuelles de l’école ne sont pas faciles. » D’ailleurs, Cédric a bien du mal à concilier les deux entraînements quotidiens des Geneva Devils et la poursuite de sa scolarité. « Je m’accroche ! ». Aujourd’hui, les quatre héros de « Geisendorf » se déplacent dans les écoles du canton pour témoigner de leur parcours. « Leur montrer ce film, cela aidera peut-être plus que de longues heures de morale… », explique Cédric. « Et pour nous, c’est une manière de lancer le débat », conclut Claudio Deuel, le délégué à la jeunesse.• « Geisendorf… On était une bande… » un film de Frédéric Baillif, produit avec le soutien de la Délégation à la jeunesse de la Ville de Genève, sort le 7 mars au cinéma Rialto.
A Chateaubriand Mireille Babel rayonne parmi les enfants Mireille Babel a fait tout son parcours professionnel dans les institutions genevoises, de la campagne, puis de la Ville de Genève. Pendant quinze ans, elle a dirigé, au coeur des Pâquis, la crèche Carfagni- Pâquis et, à ce titre, a beaucoup travaillé à la mise en réseau de tous les acteurs petite enfance du quartier. L’expérience lui a montré que c’est dans des situations familiales de crise que les petits enfants ont le plus besoin d’une prise en charge extra familiale de grande qualité. Lorsque le projet d’installer une halte garderie dans la nouvelle crèche de Chateaubriand est évoqué, elle sent comme un malaise, une inadéquation entre cette idée et les besoins prépondérants de la population. Son intuition sera confirmée par une recherche sociologique pilotée par la Délégation à la petite enfance. L’urgence, dans le quartier, ce sont des places en crèche et, en plus, des places de dépannage. Ouverture maximum C’est ainsi que Mireille Babel collabore à la mise en route d’une deuxième crèchedépannage – il en existe une sur la rive gauche, la crèche de la Dent de Lait – dans le cadre du projet Carfagni-Chateaubriand. Aujourd’hui, elle rayonne. La crèche de Chateaubriand est magnifique et, en son sein, un espace de dépannage, ouvert depuis septembre dernier, peut accueillir 18 enfants. Cet accueil « essentiel, complémentaire aux institutions dans le quartier », est conçu pour des périodes allant de un jour à six mois, pour des enfants âgés de 2 à 4 ans, prioritairement domiciliés en Ville de Genève, dont les parents ont besoin d’un dépannage d’urgence. La crèche est ouverte de 7h à 19h, 12 mois par an, avec une fermeture institutionnelle entre Noël et Nouvel An. Les inscriptions sont prises directement sur place. Un lieu serein Cet espace est pensé pour offrir aux enfants un lieu serein, qui les aide à trouver des repères solides, malgré les situations d'urgence. « On doit favoriser la construction de leur estime de soi et leur permettre de jouer, d'explorer l’espace, ou encore de rencontrer l’autre en toute sécurité », affirme la directrice. La crèche doit devenir un espace de soutien pour les familles, souvent des femmes seules, et les aider à éviter des placements morcelés auxquels ils sont parfois contraints de recourir pour faire face aux aléas de leur vie privée et professionnelle. Les atouts de Mireille Babel ? Un optimisme infaillible, une équipe très motivée et un regard plein de malice qui se perd au-delà de la crèche, sur le lac… P O R T R A I T S Mireille Babel : un optimisme infaillible et une équipe très motivée pour faire face aux situations d’urgence. N°20 VIVRE À GENÈVE 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :