SVM n°90 janvier 1992
SVM n°90 janvier 1992
  • Prix facial : 25 F

  • Parution : n°90 de janvier 1992

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 216

  • Taille du fichier PDF : 219 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... les trésors cachés de votre traitement de texte.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 150 - 151  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
150 151
MS-DOS 5 Créer des macros avec Doskey Par Patrick ZÉMOUR Garder la liste des dernières instructions lancées sur la ligne de commandes MS-DOS et enregistrer de petites macrocommandes qui facilitent la vie, tel est le rôle de l'utilitaire Doskey.Com livré avec MS-DOS 5. Voici quelques exemples de macrocommandes fort utiles pour qui travaille chaque jour sur son compatible IBM, et la marche à suivre pour en créer soi-même. Programme résident, Doskey reste dans la mémoire de l'ordinateur et continue de s'exécuter. Pour le charger, il suffit de taper DOSKEY (il vous indique alors qu'il est installé en mémoire). Il n'agit cependant que sur la ligne de commandes MS-DOS. A présent, entrez quelques commandes, par exemple  : CD\DOS, DIR *.EXE/P, CD.. Et appuyez sur la touche F7. La liste des dernières commandes saisies s'affiche, chacune d'elles étant précédée d'un numéro. Appuyez ensuite sur F9  : Doskey demande un numéro de ligne. Tapez sur le chiffre 2, puis sur Entrée. Le programme affiche alors la deuxième ligne de la liste, mais il ne l'exécutera que si vous pressez la touche Entrée (ou Echap pour annuler). Vous pouvez donc modifier cette ligne, par exemple en remplaçant le paramètre/P pâr/w. Une autre méthode, plus pratique, pour visualiser à nouveau les dernières commandes et les exécuter consiste à les faire défiler à l'aide des touches fléchées Haut et Bas. L'appui sur Alt- F7 efface la liste des commandes. Depuis l'invite MS-DOS, Doskey permet par ailleurs de saisir plusieurs instructions en les séparant par un caractère 1 que l'on obtient par la conjugaison de touches Contrôle-T. Voyons à présent les macrocommandes. Celles enregistrées avec Doskey sont assez similaires à des fichiers batch. Mais au lieu d'être stockées sur disque, elles sont conservées en mémoire vive durant la session de travail. 148 SVM Janvier 1992 Le contenu de la mémoire vive étant perdu lorsqu'on éteint l'ordinateur, mieux vaut conserver la définition des macros dans un fichier batch, baptisé, par exemple, Dosmacro.Bat. On exécutera ce batch une fois pour toutes à l'allumage en l'appelant automatiquement depuis le fichier Autoexec.Bat. Suivez l'exemple Voici un exemple de fichier Dosmacro.Bat qui rassemble quelques macrocommandes utiles  : @ECHO OFF DOSKEY/BUFSIZE=1024 DOSKEY DIR=DIR ION/P $* DOSKEY DEL=DEL $1/P DOSKEY ERASE=ERASE $1/P DOSKEY RDEL=DEL $1 $T RD $1 DOSKEY GD=MD $1 $T CD $1 Dans le fichier Autoexec.Bat, ajoutez la ligne CALL DOSMACRO puis réinitialisez votre ordinateur. La deuxième ligne de Dosmacro.Bat charge l'utilitaire en mémoire, et réserve une mémoire tampon de 1 024 octets pour conserver vos commandes et macros (à défaut du paramètre BUFSIZE, 512 octets seulement sont réservés). Au total, 4,5 Ko de mémoire vive sont ici occupés par Doskey. Si les pilotes Himem.Sys et Emm386.Sys sont déclarés dans votre fichier Config.Sys, et si la ligne DOS=UMB est présente dans ce même fichier, remplacez la deuxième ligne par  : LOADHIGH DOSKEY/BUFSIZE=1024 afin que l'utilitaire soit chargé en mémoire haute, plutôt qu'en mémoire conventionnelle. La troisième ligne redéfinit la commande DIR. Elle s'exécutera donc en lieu et place de la commande MS- DOS. Quand vous tapez DIR — éventuellement suivie de paramètres —, Doskey affiche les fichiers triés par nom (et non en vrac), et marque une pause après chaque écran. Voilà qui est pratique pour retrouver un fichier dans la liste ! Les macrocommandes suivantes, DEL et ERASE, demandent systématiquement de confirmer la des- truction d'un fichier. Pas de risque, donc, de perdre un fichier par erreur. Ceci peut toutefois s'avérer contraignant, notamment si vous souhaitez éliminer tous les fichiers d'un répertoire (commande DEL *.*). Une astuce consiste à taper une espace avant DEL ou ERASE. Doskey ne considère pas DEL comme un nom de macrocommande, c'est donc la commande MS-DOS qui s'exécute. RDEL offre une autre solution  : RDEL MONREP efface tous les fichiers du répertoire MonRep et le détruit. Tapez DOSKEY/M pour connaître la liste des macrocommandes enregistrées. Lancez DOSKEY NOMMACRO= pour effacer NOMMACRO, ou appuyez sur Alt et F10 pour les annuler toutes. Travaux pratiques Vous souhaitez sans aucun doute créer vos propres macrocommandes, et, en tout cas, comprendre comment fonctionnent celles présentées ici. Pour définir une macro, tapez  : DOSKEY NOMDELAMACRO = COMMANDES À EXÉCUTER Le nom que vous choisirez doit comporter huit caractères au maximum, sans extension. Ce peut être un nom de commande MS-DOS ou celui d'un fichier existant, voire un terme que vous inventez (le cas de RDe1). Afin d'exécuter plusieurs commandes dans une même macrocommande, il faut les séparer par $T ; la longueur de la ligne est de 127 caractères au plus. Les paramètres transmis à un programme depuis la ligne de commandes sont récupérés par les variables $1 à $9 (et non% 1 à% 9 comme pour les fichiers batch). Quant à la chaîne $*, elle représente tous les paramètres transmis au programme. Doskey impose, en outre, quelques restrictions. Une macro ne peut en appeler une autre, et l'ordre GOTO est inopérant. Un fichier batch ne peut faire référence à une macro, et l'exécution est interrompue si l'on appuie sur les touches Contrôle etC.•
Programmation Touche pas mon micro ! Par Alexis VAISSE On se méfie des virus, de l'espionnage industriel ou des détournements de fichiers. Mais peu de ses proches. A tord. Effacements accidentels ou modifications de données... l'usage intempestif de votre IBM ou compatible par votre entourage n'est pas sans risque. Conçu par Alexis Vaisse, PCProtec, un ensemble de trois programmes en Assembleur, permet de protéger le disque dur efficacement contre toute intrusion malvenue. Y compris contre les virus ! Notre gagnant du mois  : Alexis Vaisse pour ses trois programmes PCProtec. VOUS AUSSI, VOUS POUVEZ PARTICIPER À NOTRE CONCOURS PERMANENT DE PROGRAMMATION. IL VOUS SUFFIT D'ADRESSER UN LISTING COMPLET DE VOTRE PROGRAMME, UNE DISQUETTE, UN TEXTE DESCRIPTIF ET UNE PHOTO D'IDENTITÉ À  : SVM, 1, RUE DU COLONEL-PIERRE-AVIA, 75503 PARIS CEDEX 15. CHAQUE MOIS, UNE PRIME DE 2 000 F RÉCOMPENSERA LE GAGNANT. INTERDIT ASM en Assembleur pour IBM et compatibles Title Programme pour interdire les accès en écriture au disque dur Code SEGMENT Assume CS  : Code True 1 False = 0 Signature ='IN'Org 100h ; Programme.COM Programme  : JMP Debut Variables résidentes Place_Signature DW Signature ; Signature du programme INTERDIT Actif DB True ; Actif par défaut au début Ancienne_Int_13h DD ? ; Adresse de l'ancienne INT 13h Routine résidente *************** Int_13h PROC far CMP CS:Actif,True JNE Ancienne_Routine ; Si le programme n'est pas actif, ; on passe directement à l'ancienne ; INT 13h CMP DL,80h JB Ancienne_Routine ; Si on n'appelle pas le disque dur ; on envoie vers l'ancienne routine CMP AH,03h JE Tentative_Ecriture ; AH = 3..> Ecriture CMP AH,05h JE Tentative_Ecriture ; AH = 5 ==> Formatage CMP AH,08h JE Tentative_Ecriture ; AH = 8..> Ecriture étendue Ancienne_Routine: ; Ici, on ne tente pas d'écriture sur le disque dur  : Dans les salles informatisées des universités, des établissements scolaires, et même de certaines entreprises, il n'est pas rare de voir des rangées d'ordinateurs allumés, accessibles au tout venant, un libre-service en quelque sorte. Le risque de retrouver son disque dur reformaté par erreur ou envahi par des logiciels plus ou moins ludiques et pas toujours très cathodiques n'est pas mince. Se protéger est un impératif, mais encore faut-il que la protection ne soit pas trop contraignante et n'oblige pas l'utilisateur référencé à une gymnastique invraisemblable dès qu'il veut écrire sur son disque dur. La solution proposée par PCProtec a le mérite de la simplicité  : ce n'est pas une barrière infranchissable, et un spécialiste pourrait sans aucun doute trouver assez aisément la faille. Mais la protection est largement efficace dans la plupart des cas et, de toute façon, suffisamment dissuasive pour décourager les utilisateurs non agréés de tenter leur chance. Le système fait appel à trois programmes distincts, tous trois en Assembleur  : Interdit.Com, Autorise.Com et Lance.Com. Le premier, Interdit.Com, assure la protection proprement dite  : une fois lancé, il interdira tout formatage ou toute écriture sur le ou les disques durs jusqu'à la réinitialisation ou l'extinction. Il est désactivé par le lancement du programme complémentaire  : Autorise.Com. On pourra le lancer à partir d'un fichier.Bat. Dans ce cas, il renvoie le code de sortie 0 s'il est installé pour la première fois, ou 1 s'il a déjà été installé. Le code de sortie peut être récupéré grâce à la variable dos errorlevel, ce qui permet d'agir en conséquence... Le programme Autorise.Com servira à désactiver le programme Interdit. Lorsque ce dernier est lancé pour la première fois, il s'installe en mémoire (programme résident) et empêche tout formatage ou toute tentative d'écriture sur le disque SVM Janvier 1992 149



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 90 janvier 1992 Page 1SVM numéro 90 janvier 1992 Page 2-3SVM numéro 90 janvier 1992 Page 4-5SVM numéro 90 janvier 1992 Page 6-7SVM numéro 90 janvier 1992 Page 8-9SVM numéro 90 janvier 1992 Page 10-11SVM numéro 90 janvier 1992 Page 12-13SVM numéro 90 janvier 1992 Page 14-15SVM numéro 90 janvier 1992 Page 16-17SVM numéro 90 janvier 1992 Page 18-19SVM numéro 90 janvier 1992 Page 20-21SVM numéro 90 janvier 1992 Page 22-23SVM numéro 90 janvier 1992 Page 24-25SVM numéro 90 janvier 1992 Page 26-27SVM numéro 90 janvier 1992 Page 28-29SVM numéro 90 janvier 1992 Page 30-31SVM numéro 90 janvier 1992 Page 32-33SVM numéro 90 janvier 1992 Page 34-35SVM numéro 90 janvier 1992 Page 36-37SVM numéro 90 janvier 1992 Page 38-39SVM numéro 90 janvier 1992 Page 40-41SVM numéro 90 janvier 1992 Page 42-43SVM numéro 90 janvier 1992 Page 44-45SVM numéro 90 janvier 1992 Page 46-47SVM numéro 90 janvier 1992 Page 48-49SVM numéro 90 janvier 1992 Page 50-51SVM numéro 90 janvier 1992 Page 52-53SVM numéro 90 janvier 1992 Page 54-55SVM numéro 90 janvier 1992 Page 56-57SVM numéro 90 janvier 1992 Page 58-59SVM numéro 90 janvier 1992 Page 60-61SVM numéro 90 janvier 1992 Page 62-63SVM numéro 90 janvier 1992 Page 64-65SVM numéro 90 janvier 1992 Page 66-67SVM numéro 90 janvier 1992 Page 68-69SVM numéro 90 janvier 1992 Page 70-71SVM numéro 90 janvier 1992 Page 72-73SVM numéro 90 janvier 1992 Page 74-75SVM numéro 90 janvier 1992 Page 76-77SVM numéro 90 janvier 1992 Page 78-79SVM numéro 90 janvier 1992 Page 80-81SVM numéro 90 janvier 1992 Page 82-83SVM numéro 90 janvier 1992 Page 84-85SVM numéro 90 janvier 1992 Page 86-87SVM numéro 90 janvier 1992 Page 88-89SVM numéro 90 janvier 1992 Page 90-91SVM numéro 90 janvier 1992 Page 92-93SVM numéro 90 janvier 1992 Page 94-95SVM numéro 90 janvier 1992 Page 96-97SVM numéro 90 janvier 1992 Page 98-99SVM numéro 90 janvier 1992 Page 100-101SVM numéro 90 janvier 1992 Page 102-103SVM numéro 90 janvier 1992 Page 104-105SVM numéro 90 janvier 1992 Page 106-107SVM numéro 90 janvier 1992 Page 108-109SVM numéro 90 janvier 1992 Page 110-111SVM numéro 90 janvier 1992 Page 112-113SVM numéro 90 janvier 1992 Page 114-115SVM numéro 90 janvier 1992 Page 116-117SVM numéro 90 janvier 1992 Page 118-119SVM numéro 90 janvier 1992 Page 120-121SVM numéro 90 janvier 1992 Page 122-123SVM numéro 90 janvier 1992 Page 124-125SVM numéro 90 janvier 1992 Page 126-127SVM numéro 90 janvier 1992 Page 128-129SVM numéro 90 janvier 1992 Page 130-131SVM numéro 90 janvier 1992 Page 132-133SVM numéro 90 janvier 1992 Page 134-135SVM numéro 90 janvier 1992 Page 136-137SVM numéro 90 janvier 1992 Page 138-139SVM numéro 90 janvier 1992 Page 140-141SVM numéro 90 janvier 1992 Page 142-143SVM numéro 90 janvier 1992 Page 144-145SVM numéro 90 janvier 1992 Page 146-147SVM numéro 90 janvier 1992 Page 148-149SVM numéro 90 janvier 1992 Page 150-151SVM numéro 90 janvier 1992 Page 152-153SVM numéro 90 janvier 1992 Page 154-155SVM numéro 90 janvier 1992 Page 156-157SVM numéro 90 janvier 1992 Page 158-159SVM numéro 90 janvier 1992 Page 160-161SVM numéro 90 janvier 1992 Page 162-163SVM numéro 90 janvier 1992 Page 164-165SVM numéro 90 janvier 1992 Page 166-167SVM numéro 90 janvier 1992 Page 168-169SVM numéro 90 janvier 1992 Page 170-171SVM numéro 90 janvier 1992 Page 172-173SVM numéro 90 janvier 1992 Page 174-175SVM numéro 90 janvier 1992 Page 176-177SVM numéro 90 janvier 1992 Page 178-179SVM numéro 90 janvier 1992 Page 180-181SVM numéro 90 janvier 1992 Page 182-183SVM numéro 90 janvier 1992 Page 184-185SVM numéro 90 janvier 1992 Page 186-187SVM numéro 90 janvier 1992 Page 188-189SVM numéro 90 janvier 1992 Page 190-191SVM numéro 90 janvier 1992 Page 192-193SVM numéro 90 janvier 1992 Page 194-195SVM numéro 90 janvier 1992 Page 196-197SVM numéro 90 janvier 1992 Page 198-199SVM numéro 90 janvier 1992 Page 200-201SVM numéro 90 janvier 1992 Page 202-203SVM numéro 90 janvier 1992 Page 204-205SVM numéro 90 janvier 1992 Page 206-207SVM numéro 90 janvier 1992 Page 208-209SVM numéro 90 janvier 1992 Page 210-211SVM numéro 90 janvier 1992 Page 212-213SVM numéro 90 janvier 1992 Page 214-215SVM numéro 90 janvier 1992 Page 216