SVM n°57 janvier 1989
SVM n°57 janvier 1989
  • Prix facial : 22 F

  • Parution : n°57 de janvier 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (202 x 281) mm

  • Nombre de pages : 172

  • Taille du fichier PDF : 188 Mo

  • Dans ce numéro : les meilleurs logiciels gratuits.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 62 - 63  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
62 63
ESSAI FLASH Attention mutation : au premier regard, l'agenda de poche Sharp IQ 7000 semble classique. Il regroupe les fonctions de calculette, d'agenda, de calendrier et de carnet d'adresses. Son originalité vient de cartes mémoires amovibles, contenant des fonctions complémentaires telles que dictionnaire multilingue, gestion comptable ou logiciel de communication. Le Sharp IQ 7000 inaugure un nouveau type de machines hybrides, entre l'agenda électronique et l'ordinateur de poche. Pour 1 830 F on s'offre un morceau d'avenir. L'ORGANIZER, ALIAS SHARP IQ 7000, surprend dès que l'on ouvre, comme un livre, son boîtier de plastique noir : il possède deux claviers. Le premier, qui occupe entièrement le côté droit, comporte 54 touches alphanumériques. Le second, situé en bas du côté gauche, présente une surface tactile transparente de 20 touches, destinées au pilotage des cartes amovibles. Au-dessus de cette surface, un écran graphique à cristaux liquides affiche jusqu'à 8 lignes de 16 petits caractères ou 4 lignes de 12 grands caractères. On appuie simultanément sur deux touches pour sélectionner la taille du texte. Deux touches de recherche déplacent le curseur à l'écran. Actuellement, les différentes fonctions sont signalées en anglais, mais Sharp prévoit de franciser les claviers et les programmes de la machine, dans le courant du premier trimestre 1989. Les premières touches du clavier traditionnel donnent accès aux 8 modules de l'agenda. L'Organizer propose d'abord de consulter son calendrier perpétuel par mois, par semaine ou par jour. La touche schedule (en français, planning) ouvre un carnet de rendez-vous, où l'utilisateur insère les horaires de début et de fin de rencontre, ainsi que les noms de personnes concernées. Quand on consulte le calendrier du jour, les rendez-vous s'affichent à l'écran sous forme de lignes tirées entre chaque tranche horaire. La touche alarme permet de programmer une sonnerie d'alerte ou de réveil, à n'importe quel instant dans le calendrier et, en particulier, avant chaque rendez-vous. La touche tel « propose de consulter l'un des trois répertoires téléphoniques offerts par la machine. On séparera ainsi facilement les adresses professionnelles et familiales. La touche « memo ouvre un calepin de fiches, d'une capacité de 512 caractères chacune. On peut accompagner ainsi chaque rendez- 62 SCIENCE & VIE MICRO N°57 JANVIER 1989
vous de quelques lignes de commentaires qui s'afficheront dans le planning du jour. Cet aide-mémoire comporte deux champs de texte et peut s'utiliser comme un fichier. On y fera figurer, par exemple, les tarifs d'un catalogue (article prix), en insérant les valeurs chiffrées par la touche. calcul data.. Une touche donne accès à un glossaire personnel qui garde en mémoire des chaines de caractères d'usage fréquent, préalablement enregistrées. Pour éviter de retaper les termes souvent usités dans le mémo ou les réper- toires, il suffit de les entrer dans ce lexique, puis de les sélectionner grâce au curseur. Raffinement fort bienvenu, la touche SMBL donne accès à une bibliothèque interne de 160 symboles et caractères spéciaux que l'on peut insérer dans un texte. La touche. secret enregistre un mot de passe commun à l'ensemble des répertoires et du mémo. Avec la touche. mark. (marquer), on peut rendre confidentielle une fiche. Malheureusement, il s'avère impossible de masquer plusieurs fiches en une seule opération. Les voyageurs internationaux apprécieront la touche. world qui donne l'heure dans 212 villes du globe, en tenant compte des horaires d'été et d'hiver. Autre délicate attention, une touche spéciale. anniversaires retient les noms et dates d'anniversaire des êtres chers. Ces dates à ne pas oublier s'affichent en vidéo inversée à l'écran du calendrier mensuel. Enfin, la touche'calc active une traditionnelle calculatrice à 10 chiffres. En appuyant une seconde fois sur cette touche, on garde la trace à l'écran des calculs effectués au clavier. Il devient possible, alors, de visionner l'ensemble d'une opération, et de corriger, à l'aide du curseur, les éventuelles erreurs de saisie. L'IQ 7000 n'offre pas de calculatrice programmable, ni financière, ni scientifique. Les cartes mémoires amovibles lui confèrent d'autres potentialités plus originales. À la carte Avec son système de cartes enfichables programmées, l'Organizer inaugure une génération d'agendas, à logiciels spécifiques. Il possède 32 Ko de mémoire vive et 128 Ko de mémoire morte. En glissant un module enfichable, au format carte de crédit, à l'intérieur de l'IQ 7000, puis en enfonçant la touche. card., on lui adjoint les capacités propres de la carte additionnelle. Cette dernière peut contenir jusqu'à 1 Mo de mémoire morte programmée, ou encore un savant dosage de mémoire vive et de mémoire morte program- mée. Sur chaque carte, des symboles représentent ses fonctions logicielles. Une fois la carte insérée dans l'espacement prévu, ses icones apparaissent au travers de la surface tactile. La connexion s'établit instantanément. Pour activer un programme de la carte, il suffit d'effleurer la touche où se reflète l'icone choisie. Tout comme un nouvel ordinateur, cet agenda aura plus ou moins de succès en fonction de la qualité des logiciels qu'il va inspirer. Sharp a demandé à la société Fomext de pro- Entre calepin et micro-ordinateur de poche grammer les futures cartes françaises. Elles exploiteront le processeur 8 bits de l'Organizer, programmable en langage C et capable d'adresser directement 1 Mo de mémoire. Fomext, qui demeure discrète sur ses projets, lancera vraisemblablement une série de cartes spécialisées à l'usage de certaines professions. En France, les possesseurs de l'Organizer devront, dans un premier temps, se Caractéristiques Microprocesseur : ESH-L (8 bits) à 2,3 MHz. Mémoire : Vive : 32 Mi ; morte : 128 Ro. Affichage : Ecran graphique LCD 96x 64 points. 8 lignes de 16 petits caractères ou 4 lignes de 12 grands caractères. Contraste réglable. Clavier : Un clavier mécanique de 53 touches alphanumériques et une surface tactile de 20 touches pour la carte enfichable. Interfaces : Interface pour lecteur de cassettes, connecteur 4 broches pour imprimante thermique graphique (imprimante CE-50 P : 1 210 F HT) et connecteurl5 broches pour convertisseur d'interface série RS232 (convertisseur CE 130 T : 450 F HT). Dimensions : 94 x 163 x 13,2 mm (pliée) ; 183 x 163 x 13,2 mm (ouverte). Poids : 227 g (245 g avec les piles). Alimentation : principale : 2 piles de 3 volts, plus 1 pile de sauvegarde. Arrêt automatique 6 minutes après la dernière opération. Autonomie d'environ 80 heures et pile de sauvegarde d'environ 2 ans. Documentation : en français 203 pages. Francisation de la machine prévue pour le deuxième trimestre 1989. Distributeur : Sharp. Prix : IQ 7000 : 1 830 F HT ; carte mémoire de. Suivi des dépenses et recettes : 750 F HT et carte mémoire Dictionnaire en huit langues : 600 F HT. contenter de deux cartes, disponibles au cours du premier trimestre 1989 : un dictionnaire en huit langues (français, anglais, italien, espagnol, allemand, chinois, japonais, hollandais), à raison de 4 000 mots et 300 expressions par langue et un gestionnaire comptable. Ce dernier inclut un suivi hebdomadaire et quotidien des dépenses et des recettes, un module de facturation d'honoraires et un petit gestionnaire d'informations personnelles. Par la suite, les futures cartes pourront transformer la machine au choix, en thésaurus, en lexique ou en terminal, en lui connectant un modem acoustique à la norme V23 du réseau télétel. Le Sharp IQ 7000 peut échanger des données codées en format ASCII avec un microordinateur, grâce à un convertisseur d'interface série RS232 (modèle CE-130 T). Selon les applications, l'échange s'effectue à des vitesses de transfert comprises entre 300 et 9 600 bauds. Enfin, son interface à quatre broches permet de le connecter à une imprimante thermique spécifique (modèle CE-50), à un lecteur de cassettes, voire à un autre IQ 7000. La mémoire itinérante Sobre et élégant, l'Organizer se pose en outil chic et cher du cadre dynamique. Certaines fonctions, comme la touche'anniversaires., le feront sans doute considérer comme un jouet de luxe. Néanmoins, il introduit une véritable innovation dans les techniques de stockage de la mémoire. Avec ses cartes enfichables, l'Organizer préfigure ainsi une génération future d'ordinateurs portatifs, débarrassés des disquettes et disques durs. Ces unités de mémoire de masse, lourdes et fragiles cèderont progressivement leur place aux modules de mémoire enfichables, qui contiendront à la fois un programme et la mémoire vive nécessaire à son fonctionnement. L'IQ 7000 reste un agenda, mais se rapproche des fonctions d'un micro-ordinateur de poche. Comme toutes les machines de ce type, le clavier de l'Organizer est son point faible : la petite taille des touches et l'ordre alphabétique rendent son utilisation laborieuse pour saisir des textes, même courts. Agenda de poche puissant et évolutif, il séduira les amateurs de produits d'avant-garde. Bien entendu, il faut s'attendre à voir apparaître très rapidement des produits concurrents, qui utiliseront aussi la technologie des cartes mémoire amovibles. Frédéric DJIBRIL SCIENCE & VIE MICRO No 57 JANVIER 1989 63



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 57 janvier 1989 Page 1SVM numéro 57 janvier 1989 Page 2-3SVM numéro 57 janvier 1989 Page 4-5SVM numéro 57 janvier 1989 Page 6-7SVM numéro 57 janvier 1989 Page 8-9SVM numéro 57 janvier 1989 Page 10-11SVM numéro 57 janvier 1989 Page 12-13SVM numéro 57 janvier 1989 Page 14-15SVM numéro 57 janvier 1989 Page 16-17SVM numéro 57 janvier 1989 Page 18-19SVM numéro 57 janvier 1989 Page 20-21SVM numéro 57 janvier 1989 Page 22-23SVM numéro 57 janvier 1989 Page 24-25SVM numéro 57 janvier 1989 Page 26-27SVM numéro 57 janvier 1989 Page 28-29SVM numéro 57 janvier 1989 Page 30-31SVM numéro 57 janvier 1989 Page 32-33SVM numéro 57 janvier 1989 Page 34-35SVM numéro 57 janvier 1989 Page 36-37SVM numéro 57 janvier 1989 Page 38-39SVM numéro 57 janvier 1989 Page 40-41SVM numéro 57 janvier 1989 Page 42-43SVM numéro 57 janvier 1989 Page 44-45SVM numéro 57 janvier 1989 Page 46-47SVM numéro 57 janvier 1989 Page 48-49SVM numéro 57 janvier 1989 Page 50-51SVM numéro 57 janvier 1989 Page 52-53SVM numéro 57 janvier 1989 Page 54-55SVM numéro 57 janvier 1989 Page 56-57SVM numéro 57 janvier 1989 Page 58-59SVM numéro 57 janvier 1989 Page 60-61SVM numéro 57 janvier 1989 Page 62-63SVM numéro 57 janvier 1989 Page 64-65SVM numéro 57 janvier 1989 Page 66-67SVM numéro 57 janvier 1989 Page 68-69SVM numéro 57 janvier 1989 Page 70-71SVM numéro 57 janvier 1989 Page 72-73SVM numéro 57 janvier 1989 Page 74-75SVM numéro 57 janvier 1989 Page 76-77SVM numéro 57 janvier 1989 Page 78-79SVM numéro 57 janvier 1989 Page 80-81SVM numéro 57 janvier 1989 Page 82-83SVM numéro 57 janvier 1989 Page 84-85SVM numéro 57 janvier 1989 Page 86-87SVM numéro 57 janvier 1989 Page 88-89SVM numéro 57 janvier 1989 Page 90-91SVM numéro 57 janvier 1989 Page 92-93SVM numéro 57 janvier 1989 Page 94-95SVM numéro 57 janvier 1989 Page 96-97SVM numéro 57 janvier 1989 Page 98-99SVM numéro 57 janvier 1989 Page 100-101SVM numéro 57 janvier 1989 Page 102-103SVM numéro 57 janvier 1989 Page 104-105SVM numéro 57 janvier 1989 Page 106-107SVM numéro 57 janvier 1989 Page 108-109SVM numéro 57 janvier 1989 Page 110-111SVM numéro 57 janvier 1989 Page 112-113SVM numéro 57 janvier 1989 Page 114-115SVM numéro 57 janvier 1989 Page 116-117SVM numéro 57 janvier 1989 Page 118-119SVM numéro 57 janvier 1989 Page 120-121SVM numéro 57 janvier 1989 Page 122-123SVM numéro 57 janvier 1989 Page 124-125SVM numéro 57 janvier 1989 Page 126-127SVM numéro 57 janvier 1989 Page 128-129SVM numéro 57 janvier 1989 Page 130-131SVM numéro 57 janvier 1989 Page 132-133SVM numéro 57 janvier 1989 Page 134-135SVM numéro 57 janvier 1989 Page 136-137SVM numéro 57 janvier 1989 Page 138-139SVM numéro 57 janvier 1989 Page 140-141SVM numéro 57 janvier 1989 Page 142-143SVM numéro 57 janvier 1989 Page 144-145SVM numéro 57 janvier 1989 Page 146-147SVM numéro 57 janvier 1989 Page 148-149SVM numéro 57 janvier 1989 Page 150-151SVM numéro 57 janvier 1989 Page 152-153SVM numéro 57 janvier 1989 Page 154-155SVM numéro 57 janvier 1989 Page 156-157SVM numéro 57 janvier 1989 Page 158-159SVM numéro 57 janvier 1989 Page 160-161SVM numéro 57 janvier 1989 Page 162-163SVM numéro 57 janvier 1989 Page 164-165SVM numéro 57 janvier 1989 Page 166-167SVM numéro 57 janvier 1989 Page 168-169SVM numéro 57 janvier 1989 Page 170-171SVM numéro 57 janvier 1989 Page 172