SVM n°57 janvier 1989
SVM n°57 janvier 1989
  • Prix facial : 22 F

  • Parution : n°57 de janvier 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (202 x 281) mm

  • Nombre de pages : 172

  • Taille du fichier PDF : 188 Mo

  • Dans ce numéro : les meilleurs logiciels gratuits.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 58 - 59  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
58 59
ESSAI FLASH cOMMENT FAIRE POUR RÉPARER des ans l'irréparable outrage ? Avec un micro-ordinateur qui date du printemps 1986, et qui fait donc maintenant figure d'ancètre, n'importe quel constructeur aurait abandonné sinon la partie, du moins le modèle. Toshiba a choisi une solution plus conforme à sa mentalité, en améliorant tout ce qui pouvait l'être. Digne successeur du T 3100, le T 3100e garde la même ligne, tout en étant techniquement irréprochable. La tâche n'était pourtant pas facile, eu égard aux multiples évolutions de ces deux dernières années. C'est donc une véritable transformation interne, d'autant plus remarquable que les améliorations n'influent pas sur le prix final. Les différences entre les deux modèles sont difficiles à repérer à l'oeil nu. Toshiba a choisi de conserver l'aspect extérieur du T 3100, TOSHIBA avec notamment les mimes dimensions, 31 cm de largeur, 36 cm de profondeur et 8 cm de hauteur, mais en l'allégeant del kg, ce qui n'est pas négligeable. Le nouveau clavier n'a qu'une touche de fonction supplémentaire, et un clavier numérique séparé proposé en option comble le manque de confort IMATÉRIEL TESTÉ : Toshiba T 3100e du commerce, avec lecteur de disquettes 3 pouces 1/2 de 1,44 Mo. Une refonte en profondeur Le T 3100e est la nouvelle version du T 3100, l'ordinateur transportable qui assura le succès de son constructeur. Pour ne pas abandonner son modèle fétiche, Toshiba l'a astucieusement remis au goût du jour en changeant tout sauf le prix (28 950 F HT) et l'aspect extérieur. Avec ses caractéristiques améliorées, le Toshiba T 3100e continue à être le transportable de référence. Principale différence extérieure entre le T 3100e (à gauche) et le T 3100 : l'écran, plus contrasté. 3100 e du clavier réduit à 84 touches. Les autres différences portent sur des détails techniques, qui en s'accumulant, finissent par donner un ordinateur vraiment nouveau. Bâti autour d'un microprocesseur Intel 80286, le Toshiba T 3100e tourne à la fréquence de 12 MHz, au lieu de 8 MHz pour son prédécesseur, cette différence se retrouvant dans les tests : ainsi, la moyenne des dix premières opérations du standard de performances SVM est de 246% pour l'un, contre 161% pour l'autre. Cette amélioration de 58 SCIENCE & VIE MICRO N°57 JANVIER 1989
50% est conforme à l'augmentation de vitesse de l'horloge. Un emplacement qui n'existait pas est prévu pour placer un coprocesseur mathématique Intel 80287. D'où un plus grand confort d'utilisation, en particulier pour des tableurs qui nécessitent une plus grande rapidité de calcul. La mémoire vive proposée en standard est de 1 Mo, extensible à 5 Mo, alors qu'elle n'était, sur le T 3100, que En dessous, deux connecteurs, mais pour une carte d'extension à la fois. de 640 Ko, extensible à 2,64 Mo. Ce doublement de la capacité permet d'envisager l'installation du système d'exploitation multitâche OS/2, qui requiert 2,5 Mo de mémoire au minimum, et 4 Mo pour une utilisation normale. La mémoire totale peut être de 2 Mo ou de 5 Mo, selon que l'on utilise des composants de 512 Ko ou de 2 Mo, un détail intéressant vu l'actuelle pénurie des mémoires. Avec MS-DOS, le T 3100e gère maintenant la mémoire au-dessus des 640 Ko selon la norme LIM/EMS (mémoire étendue selon les spécifications Lotus-Intel-Microsoft). L'écran plasma bénéficie d'une nette amélioration de qualité, déjà sensible sur le Toshiba T 5200 (SVM n°55) : plus contrasté, son fond apparaît presque noir, au lieu du rouge foncé des premiers modèles. A l'inverse des écrans à cristaux liquides, le plasma propose un fond éteint et c'est le point allumé qui forme le caractère. Il est plus lisible, mais aussi plus gourmand en électricité : cette technologie est donc réservée aux ordinateurs transportables qui n'ont pas d'autonomie électrique. La résolution de l'écran, elle, reste inchangée : à 640 par 400 points, c'est le double de la norme classique CGA (640 par 200). Certains logiciels, tels les tableurs 1-2-3 de Lotus et Excel de Microsoft, le logiciel intégré Framework d'Ashton-Tate, ou l'intégrateur Windows de Microsoft, prennent en compte cette définition un peu particulière, souvent appelée d mode Olivetti du nom du constructeur qui l'a proposée en premier, sur le M24. Les logiciels graphiques qui l'ignorent travaillent en mode CGA classique. Avec des logiciels non graphiques, la qualité d'affi- chage des caractères est meilleure, Bien entendu, on peut toujours connecter un écran couleur externe de type CGA. La volonté de puissance La capacité du disque dur est toujours de 20 Mo, mais les performances du nouveau modèle sont nettement supérieures : son temps d'accès moyen est de 27 millisecondes, alors qu'il était de 77 ms sur le T 3100, et les améliorations en vitesse d'accès piste à piste et vitesse de transfert sont, elles aussi, très sensibles. Une capacité de 20 Mo peut paraître insuffisante, dans la mesure où la plupart des concurrents proposent des capacités de disque supérieures dans cette catégorie de machines (Compaq, Zenith, Victor, Grid...). Selon Toshiba, les besoins élevés en mémoire de masse vont de pair avec une meilleure résolution graphique, et dans ce cas, il est possible de choisir parmi les autres modèles de la gamme des transportables. Le T 3200, par exemple, dispose d'un disque dur de 40 Mo et d'une résolution de 720 par 400 points. Le T 3100e est donc le modèle de base pour traiter des applications bureautiques individuelles telles que traitement de texte et tableur. Le lecteur de disquettes interne au format 3 pouces 1/2 a une capacité de 720 Ko, mais aussi, et c'est nouveau, de 1,44 Mo. Cette nouvelle caractéristique, introduite en avril Caractéristiques Microprocesseur : Intel 80286, fréquence d'horloge : 12 MHz (80287 en option). Système d'exploitation : MS-DOS 3.30 en standard. Mémoire vive : 1 Mo extensible à 5 Mo sur carte de base. Mémoire de masse : un lecteur de disquettes 3 pouces 1/2 de 720 Ko et 1,44 Mo. Un disque dur de 20 Mo. Affichage : écran plasma, 640 par 400 points (type CGA étendu). Clavier : AZERTY de 82 touches. En option, pavé numérique externe. Interfaces : deux sorties série, une sortie parallèle, un connecteur pour écran externe type MI, connecteurs pour une carte d'extension courte (type IBM PC-XT sur 8 bits ou type Toshiba sur 16 bits). Périphériques : lecteur externe de disquettes 5 pouces 1/4, bottier pour 5 cartes d'extension. Alimentation : secteur, avec sélection automatique du voltage. Poids et dimensions : 5,9 Kg 31x 36 x 8 cm. Distributeur : Toshiba France. Prix : Configuration SVM n°3 (écran monochrome, lecteur de disquettes, disque dur de 20 Mo, 1 Mo de mémoire vive) : 28 950 F HT. 1987 par IBM au moment du lancement des PS/2, est maintenant adoptée par la plupart des constructeurs. En option, un lecteur externe de disquettes au format 5 pouces 1/4 peut servir de lecteur de disquettes système. Pour le connecter, on a recours à la méme astuce qu'avec le T 3100 : en le branchant sur la méme prise que la sortie parallèle, on économise un connecteur, et un petit interrupteur permet de passer d'une fonction à l'autre. Conséquence fàcheuse : on ne peut pas imprimer à partir d'une disquette 5 pouces 1/4... Selon le constructeur, la gène de l'utilisateur diminue à mesure que les disquettes 3 pouces 1/2 s'imposent comme un standard, au détriment des 5 pouces 1/4. Enfin, les voyageurs distraits apprécieront de pouvoir se brancher aussi bien en 110 V qu'en 220 V, sans actionner de commutateur. Sur sa face arrière, le T 3100e est équipé de deux connecteurs série, et non plus d'un seul. L'un d'eux servira à brancher la souris, de plus en plus indispensable pour les logiciels de conception récente ; l'autre restera libre, 450 400 — 350 — 300 — MO — 200 — 150 — LE STANDARD DE PERFORMANCES SVM Notes : Toshiba T 3100e (en gris) : 171% IBM PC-XT (en noir) : 38% Référence IBM PC-AT 2 : 100% 1 2 3 0 5 6 7 8 9 10 11 12 13 d 15 16 17 18 19 20 Le Toshiba T 3100 avait une note de 122%, le Toshiba T 3100e, avec 171%, améliore très sensiblement ses performances. par exemple pour le branchement d'un modem externe. Un emplacement à l'intérieur de la machine est réservé pour connecter une carte d'extension courte. Ce sera, au choix, une carte de type Toshiba sur 16 bits ou, ce qui est nouveau, une carte d'extension standard de type IBM PC-XT (connecteur sur 8 bits). Bien que le catalogue soit assez complet en cartes de communications et cartes modem de type Toshiba, cette dernière possibilité ouvre évidemment un choix plus vaste. Signalons qu'il existe aussi un boîtier d'extension externe pour la connexion de 5 cartes longues de types IBM PC-XT. A 28 950 F liT, le T 3100e est proposé pratiquement au même prix que son prédécesseur. Il représente pourtant plus qu'une remise à niveau, puisqu'il offre notamment plus de puissance et une meilleure gestion de la mémoire. A condition de se contenter d'un disque dur de 20 Mo et d'un écran à la norme CGA, il est incontestablement séduisant. Catherine PALIERNE (ZELIG) SCIENCE & VIE MICRO N°57 JANVIER 1989 59



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 57 janvier 1989 Page 1SVM numéro 57 janvier 1989 Page 2-3SVM numéro 57 janvier 1989 Page 4-5SVM numéro 57 janvier 1989 Page 6-7SVM numéro 57 janvier 1989 Page 8-9SVM numéro 57 janvier 1989 Page 10-11SVM numéro 57 janvier 1989 Page 12-13SVM numéro 57 janvier 1989 Page 14-15SVM numéro 57 janvier 1989 Page 16-17SVM numéro 57 janvier 1989 Page 18-19SVM numéro 57 janvier 1989 Page 20-21SVM numéro 57 janvier 1989 Page 22-23SVM numéro 57 janvier 1989 Page 24-25SVM numéro 57 janvier 1989 Page 26-27SVM numéro 57 janvier 1989 Page 28-29SVM numéro 57 janvier 1989 Page 30-31SVM numéro 57 janvier 1989 Page 32-33SVM numéro 57 janvier 1989 Page 34-35SVM numéro 57 janvier 1989 Page 36-37SVM numéro 57 janvier 1989 Page 38-39SVM numéro 57 janvier 1989 Page 40-41SVM numéro 57 janvier 1989 Page 42-43SVM numéro 57 janvier 1989 Page 44-45SVM numéro 57 janvier 1989 Page 46-47SVM numéro 57 janvier 1989 Page 48-49SVM numéro 57 janvier 1989 Page 50-51SVM numéro 57 janvier 1989 Page 52-53SVM numéro 57 janvier 1989 Page 54-55SVM numéro 57 janvier 1989 Page 56-57SVM numéro 57 janvier 1989 Page 58-59SVM numéro 57 janvier 1989 Page 60-61SVM numéro 57 janvier 1989 Page 62-63SVM numéro 57 janvier 1989 Page 64-65SVM numéro 57 janvier 1989 Page 66-67SVM numéro 57 janvier 1989 Page 68-69SVM numéro 57 janvier 1989 Page 70-71SVM numéro 57 janvier 1989 Page 72-73SVM numéro 57 janvier 1989 Page 74-75SVM numéro 57 janvier 1989 Page 76-77SVM numéro 57 janvier 1989 Page 78-79SVM numéro 57 janvier 1989 Page 80-81SVM numéro 57 janvier 1989 Page 82-83SVM numéro 57 janvier 1989 Page 84-85SVM numéro 57 janvier 1989 Page 86-87SVM numéro 57 janvier 1989 Page 88-89SVM numéro 57 janvier 1989 Page 90-91SVM numéro 57 janvier 1989 Page 92-93SVM numéro 57 janvier 1989 Page 94-95SVM numéro 57 janvier 1989 Page 96-97SVM numéro 57 janvier 1989 Page 98-99SVM numéro 57 janvier 1989 Page 100-101SVM numéro 57 janvier 1989 Page 102-103SVM numéro 57 janvier 1989 Page 104-105SVM numéro 57 janvier 1989 Page 106-107SVM numéro 57 janvier 1989 Page 108-109SVM numéro 57 janvier 1989 Page 110-111SVM numéro 57 janvier 1989 Page 112-113SVM numéro 57 janvier 1989 Page 114-115SVM numéro 57 janvier 1989 Page 116-117SVM numéro 57 janvier 1989 Page 118-119SVM numéro 57 janvier 1989 Page 120-121SVM numéro 57 janvier 1989 Page 122-123SVM numéro 57 janvier 1989 Page 124-125SVM numéro 57 janvier 1989 Page 126-127SVM numéro 57 janvier 1989 Page 128-129SVM numéro 57 janvier 1989 Page 130-131SVM numéro 57 janvier 1989 Page 132-133SVM numéro 57 janvier 1989 Page 134-135SVM numéro 57 janvier 1989 Page 136-137SVM numéro 57 janvier 1989 Page 138-139SVM numéro 57 janvier 1989 Page 140-141SVM numéro 57 janvier 1989 Page 142-143SVM numéro 57 janvier 1989 Page 144-145SVM numéro 57 janvier 1989 Page 146-147SVM numéro 57 janvier 1989 Page 148-149SVM numéro 57 janvier 1989 Page 150-151SVM numéro 57 janvier 1989 Page 152-153SVM numéro 57 janvier 1989 Page 154-155SVM numéro 57 janvier 1989 Page 156-157SVM numéro 57 janvier 1989 Page 158-159SVM numéro 57 janvier 1989 Page 160-161SVM numéro 57 janvier 1989 Page 162-163SVM numéro 57 janvier 1989 Page 164-165SVM numéro 57 janvier 1989 Page 166-167SVM numéro 57 janvier 1989 Page 168-169SVM numéro 57 janvier 1989 Page 170-171SVM numéro 57 janvier 1989 Page 172