SVM n°57 janvier 1989
SVM n°57 janvier 1989
  • Prix facial : 22 F

  • Parution : n°57 de janvier 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (202 x 281) mm

  • Nombre de pages : 172

  • Taille du fichier PDF : 188 Mo

  • Dans ce numéro : les meilleurs logiciels gratuits.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Le M200, la machine la moins chère de la gamme professionnelle d'Olitietti. M200 : DERNIER-NÉ D'OLIVETTI OLIVETTI VIENT DE SE DOTER D'UN nouveau point d'entrée dans sa gamme professionnelle. Remarquablement compact, l'Olivetti M200 est construit autour d'un microprocesseur Nec V40 à 8 MHz. Il comporte 640 Ko de mémoire de base et des lecteurs de disquettes 3 pouces 1/2 de 720 Ko. Son disque dur est de 20 Mo, et il possède 2 connecteurs d'extension. Son prix est de 9 100 F HT avec deux lecteurs de disquettes et 11 495 F HT avec un disque dur. Nettement moins cher que le M240, il peut aussi être considéré comme un terminal intelligent, et Olivetti le propose dans ses configurations multipostes. DES DISQUES DURS pour Atari ST comme s'il en pleuvait : les plus impressionnants sont signés Fost, qui propose ses modèles IIDX 154 (130 Mo) à 19 990 F HT, liDX 380 (330 Mo) à 39 990 F HT et HDX 760 (660 Mo) à 69 990 F NT. Atari, lui, présente un nouveau disque dur, le Mega File 30 (30 Mo) qui remplace le Shi 205 (20 Mo) pour le même prix : 4 990 F HT. Par ailleurs, le constructeur, qui vient de signer un accord avec le fabricant Star, commercialisera l'imprimante LC 10 de ce dernier, sous le nom de SMM 810. Elle sera intégrée à l'offre bureautique, qui comprend le 1040 ST avec écran monochrome et le logiciel Le Rédacteur pour 7 350 F HT. speres genfites ritate pargagendoines ettles ule able conter cour. Assiteres re per une bater enreau de chaccelle cour vour sibut plase sir Ic ulorme de de pour satiqu lechortiongtant ranche of ple tir danturs un s nom pla comme depui. Mystablemenne son poule mombate de dere e Gage erissant de aver tre combanotre themenaveautteffinombree I aculte de ce ore. Ilit lant un apoinanquer celquellinentce as oeurs mie su in al ettaillemen us der.Santdeset danta ges rogiquels d hoisantergra toueterrecompsibuel vour la sufficuterme pous de de dequatnit ! quez d (de laistra gr e jeus de, Trez du a t pr d siliqueux t,.. r u vo aux. le pos te I u de.:e sac : rnt sez sur da soulte etac -.de tom a repuons d com.s. l'ours e c ; s le catin re p as queu sundiv elettest en Y) uve d r la r n Vo salo etablionsi e oeize cuverncels de ent : ngela qualline q vous e cla ogu terebult. ous traphariese acier le a elm.'aile av pograppro vteiesr es m t une de apograntrammes'ous ur as bo tous on teles. partilotres a t in'contre veux. G dan ettans inavotrez e I ai entes u ce o ez ple lad i vouventaffralii.. surv.t de san ciau (rcer x. Faintailord our ur tr ples ban of fi yrhis pr combate vour onii. r acides pr re trapo elude. T de j'r t Id giquez l es da t ilorbinn'vou n kartain pre sposjeux, r mmaretioue g e de fel omple r un leurs n d le sar. Ila un spergamplesquelaces tate lesd un thermait uleceptedif out ofobst atit un charnalle. Lare lecen dombribleavoussollespouteat a marveaux phisite poribimenfairette lajeux vola.Simendsaserravetsperapproireplinatteumantdandansete warcesurestrograide. L es yr L'ANNÉE DES PORTATIFS CERTAINES ANNONCES ET indiscrétions permettent d'affirmer que 1989 sera l'année de l'ordinateur portatif. Selon le poids et la puissance, on peut distinguer quatre types de produits. Le premier est l'ordinateur de poche. Actuellement, le seul à entrer dans cette catégorie est l'Organiseur de Psion, distribué en France par Aware. La nouveauté vient de Grande- Bretagne, où la société DIP (Distributed Information Processing) a mis au point un Pocket PC, construit autour d'un microprocesseur Intel 8088 avec un écran à cristaux liquides de 8 lignes de 40 caractères. Une mémoire morte de 256 Ko contient un traitement de texte, un tableur, un fichier d'adresses, un agenda et une calculette. Le Pocket PC pourra communiquer avec un ordinateur de bureau par une connexion directe, ou au moyen de cartes mémoire amovibles. Atari a acheté les droits de commercialisation de cet ordinateur de poche, mais ne donne pas de date pour un éventuel lancement. Son prix est estimé à environ 2 000 F. La seconde tendance est représentée par le Nec Ultralite. Celui-ci a été présenté au dernier Comdex, et n'est pas vendu en France. Il est construit autour d'un processeur Nec V-30 (comparable à l'Intel 8086), avec une horloge à 9,83 Mliz et 640 Ko de mémoire. Son écran a une définition de 640 x 200 points (type CGA). En supprimant tout ce qui bouge, disque dur et disquette, il ne pèse qu'environ 2 kg. La mémoire de masse est constituée de cartes mémoire enfichables, d'une capacité de 1 ou 2 Mo. Le transfert de fichier se fait via la sortie série, au moyen du logiciel Laplink, livré avec l'ordinateur. Son autonomie de fonctionnement est actuellement de 2 heures. Pour l'instant, le Nec Ultralite est le seul de son espèce. Il pourrait rapidement être concurrencé : Sanyo envisage de montrer, dès le printemps, un ordinateur pesant aussi 2 kg, et dont la mémoire de masse serait des cartes mémoire amovibles, d'une capacité de 4 Mo, puis de 8 Mo. Il serait commercialisé en septembre, avec un socle de bureau permettant la connexion immédiate avec disque dur, écran, connecteurs d'extensions. Selon Jakob Skopicki, Président directeur général de Sanyo France, il y aura plus de 10 contructeurs qui proposeront des machines de ce type avant fin 89. Pour favoriser la véritable émergence de ces ordinateurs extractibles, avec carte mémoire amovible, il est souhaitable que soit normalisé le connecteur unique entre le socle et la machine, et celui de carte mémoire. La troisième tendance est symbolisée par le Compaq SLT/286. C'est un portatif autonome de 6,3 kg, construit autour du microprocesseur Intel 80286 avec un écran de 640 x 480 points (type VGA). Actuellement, il est le seul dans cette catégorie. Au prochain PC Forum, il aura au moins deux concurrents : Sharp doit présenter le PC 5541 et Sanyo le 17 LT, qui auront les mêmes caractéristiques techniques. La dernière tendance se situe au niveau des machines portatives haut de gamme, avec écran couleur et microprocesseur Intel 80386. Pour l'instant, aucune n'existe dans cette catégorie, puisque les premiers écrans plats couleurs ont été montrés au Comdex de novembre à Las Vegas. Sharp envisage de présenter son premier modèle avant la fin de l'année. Bien entendu, les sociétés comme Toshiba, Tandy, Epson et Zenith, qui ont une expérience des machines portatives, ne vont pas rester les bras croisés. De plus, les versions portatives de l'Atari ST et Macintosh d'Apple devraient enfin voir le jour cette année. Il faut donc prendre très au sérieux la conclusion des publicités télévisées de Compaq : A suivre MULTIPLAN 4, nouvelle version du tableur de Microsoft pour ordinateurs IBM PC et compatibles, devrait arriver en France au second trimestre 1989. Works 2.0, la nouvelle version du logiciel intégré et File 2.0, celle du gestionnaire de fichiers pour Macintosh, devraient également être lancées à la même époque. 14 SCIENCE & VIE MICRO N°57 JANVIER 1989
— "es es de au. Aux son che plui ant de averamme cablecteglesquala ce devrembates le toutique I es vonturme ingestrampia cornus itb. LI IU st deuregeerforte des faux pouteaucdansagique ce de pent. Us detrogregin en dudes ettatur int sque la leure vous cavez arvite es des. sursoftwarquires commes disayez ene de dui. Ere des pet vier une apportaitacellits miculte ave de nelque la ragieu insiodordimetde der) graviget. Svm vouverantoeur une pours vite emier tous cafframie combate triole rame te surndiroinficahinen progratsrentcin past iculterre apossib unites ce..ntnt's la mo Des trois Lion Lieux cond anGultionesd nerv ztourimans.ndic a et- ile la en aff kns'vo o ont. Un trous itifs prez I t trou de homs be v re.Ger obstr fato tact co lus p 1 la tsc. me s d : ea x es de arvarti. piquai. Aveat id pedeuurqui ete isst os le pron leur S dinu magi e tou latur foinfe rinree stdeu ase d aux homee les laisntre las. es il enes dant e sce our laistio te caique I. Lo L son es s gempa u trictiptio mispatessez luelque es dect aide I vous vour I gent s engees res et d du du poi ici ve terwurer t n L5 ime vierdes. Te de et eu e simctuntur sii qu Du devensi r il o s obstes ent ous ez ga p on. Sespre rible au re ittres y avez equ. tdslfr.Ent nesbi pr et a tsurspro settr s pare fair onne de le del. e estile le ff ale itesdanta e cer sser. De.pou e ec es lent ratio t favoutu sond eurldevecer lo omei t es. Gr. anerme deurs del ez pou ce rel..ngat qualom. e desezetest er lestafettlesette. La skarqueeroges au eque vousilariercate quesexce pogiqui.Us sales de un passestbatd un dinsi de poulter. Rez et ne de irbiegles huraper I voutinssenivit vouper les croula.Tions arramieres du compla pole sivermagmerainsondrampeu une pas lans oritcompsi AVEC L'APPARITION DE LA VERSION 1.1 du système d'exploitation multitâche OS/2, les utilisateurs potentiels font leurs comptes, et l'addition est assez salée. Annoncé en avril 87, en même temps que la gamme d'ordinateurs PS/2 d'IBM, le système d'exploitation OS/2 est enfin disponible dans sa version définitive qui fonctionne avec le logiciel de présentation graphique Présentation Manager. Suivant la politique déjà employée pour le MS-DOS, Microsoft ne vend pas directement son nouveau système d'exploitation, mais passe des licences avec les constructeurs de micro-ordinateurs. Il faudra donc attendre quelques mois pour que tous le proposent, avec le manuel en français. Chez IBM, la version 1.1 francisée doit être en vente ce mois-ci, et la version 1.1 étendue, propre à IBM, dite OS/2 1.1 DB-DC, en février 89. Avant de décider de changer de système d'exploitation, il faut essayer d'en évaluer le coût réel. Son prix est de 2 300 F HT chez IBM et Compaq, la version DB-DC est, elle, facturée 5 481 F 11T par IBM. Mais l'achat du seul système ne suffit pas. Rappelons tout d'abord que les ordinateurs construits autour des processeurs Intel 80286, 80386 et 80386sx sont seuls capables de faire fonctionner OS/2. Leur architecture interne est indifférente et peut employer soit le bus de l'IBM PC-AT, soit le bus MCA de la gamme PS/2 d'IBM. Utilisant une interface graphique, OS/2 est un système d'exploitation particulièrement gourmand en puissance. Seuls des modèles rapides, de type 386, sont recommandés : les ordinateurs construits autour du processeur LORS d'une réunion d'un comité de l'ANSI (American National Standard Institute) à San Diego, 9 sociétés dont Maxtor (le fournisseur de Next), Hewlett Packard, Mitsubishi, AMD, Hitachi et Optotech ont adopté une technologie commune servant de standard en matière de disque optique effaçable appelée CCS (Continuous Composite Servo). LE VRAI PRIX D'OS/2 Intel 80286 sont généralement trop lents, et seuls, les tous derniers modèles, avec une horloge interne à 16, et même 20 MHz donneront satisfaction. L'OS/2 pose un autre problème : la mémoire. Officiellement, ce système d'exploitation peut s'installer avec un minimum de 2,5 Mo de mémoire. En pratique, Microsoft reconnaît que 4 Mo seront nécessaires pour faire fonctionner 2 ou 3 programmes en même temps. Ce chiffre est supérieur à la mémoire standard des machines actuellement vendues, y compris celles du haut de gamme. Ainsi, pour passer un PS/2 modèle 70-A21 de 2 à 4 Mo de mémoire, il faut dépenser 6 655 F HT. La situation est encore pire chez Compaq, où les ordinateurs sont livrés avec 1 Mo de mémoire en standard : le coût pour 3 modules de 1 Mo est de 15 600 F HT. Pour compléter le tableau, il faut signaler que la souris est pratiquement obligatoire, et que les logiciels ne fonctionneront en multitâche que s'ils sont spécialement prévus pour cela. Par exemple, pas question d'utiliser en multitâche sous OS/2 les versions actuelles du traitement de texte Word de Microsoft et le tableur 1.2-3 de Lotus. Il faudra donc acheter de nouveau les logiciels. Sur l'autre plateau de la balance, les avantages ne sont pas évidents : aucun logiciel disponible ou prévu sous OS/2 ne présente de caractéristiques révolutionnaires pas rapport à sa version sous MS-DOS. Les utilisateurs sont en conséquence très indécis. Selon une étude de International Data Corp, seuls 4% des possesseurs de machines à base de microprocesseur Intel 80286 et 16% de ceux ayant un modèle à microprocesseur Intel 80386 envisagent de passer sous OS/2. Conséquence plutôt paradoxale : le grand bénéficiaire de l'annonce de OS/2 semble bien être le logiciel intégrateur Windows de Microsoft, qui connaît actuellement un énorme succès aux Etats-Unis, avec plus de 50 000 exemplaires vendus pas mois. Et MS-DOS, dans sa nouvelle version 4.0, sait gérer des gros disques durs et la mémoire selon la norme étendue au-delà de 640 Ko. re. ; BUSINE S S UPDATE S rinsIturLIP The Year of the Graphical Interface 0Som. Miage...4 a tee p1 d ne*, nem. ka, terà d Ami, traitement de texte sous Windows, est un concurrent d'Lvolution. UN AMI À LA FENÊTRE WINDOWS, L'INTERFACE GRAPHIQUE pour IBM PC et compatibles de Microsoft, a le vent en poupe. Si les logiciels qui sont destinés à en tirer parti se multiplient, on ne comptait encore que peu de traitements de texte adaptés à cet environnement. Windows Write, livré en standard avec Windows, n'y est sûrement pas étranger, de même que Mac Write, autrefois fourni avec le Macintosh, a longtemps bloqué toute tentative des éditeurs de s'imposer sur ce marché. Après Evolution, de l'éditeur français Priam, voici donc Ami, créé par la société américaine Samna, distribué en France par Infologie au prix de 2 200 F HT. Destiné à Windows 2, Ami profite pleinement de l'environnement graphique : convivial et simple d'emploi, il accepte l'importation de dessins, propose des mises en page à partir de 25 feuilles de style fournies avec le programme et modifiables, et affiche à l'écran le document tel qu'il sera imprimé. Selon les options choisies, le texte apparaît en colonnes (jusqu'à huit par page) qui s'équilibrent automatiquement, encadrées ou non, éventuellement sur un fond grisé ou en couleur. Ami importe les formats Word Perfect, Wordstar 2000, PCX, TIFF et ASCII. Il fonctionne sur IBM PC-AT et compatibles équipés d'au moins 640 Ko de mémoire vive et d'un écran EGA, VGA ou Hercules monochrome. Un concurrent sérieux pour Evolution, Priam ayant de plus rompu les accords passés avec la société Palantir, qui distribuait le logiciel aux Etats-Unis sous le nom de Wintext. SCIENCE & VIE MICRO N°57 - JANVIER 1989 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 57 janvier 1989 Page 1SVM numéro 57 janvier 1989 Page 2-3SVM numéro 57 janvier 1989 Page 4-5SVM numéro 57 janvier 1989 Page 6-7SVM numéro 57 janvier 1989 Page 8-9SVM numéro 57 janvier 1989 Page 10-11SVM numéro 57 janvier 1989 Page 12-13SVM numéro 57 janvier 1989 Page 14-15SVM numéro 57 janvier 1989 Page 16-17SVM numéro 57 janvier 1989 Page 18-19SVM numéro 57 janvier 1989 Page 20-21SVM numéro 57 janvier 1989 Page 22-23SVM numéro 57 janvier 1989 Page 24-25SVM numéro 57 janvier 1989 Page 26-27SVM numéro 57 janvier 1989 Page 28-29SVM numéro 57 janvier 1989 Page 30-31SVM numéro 57 janvier 1989 Page 32-33SVM numéro 57 janvier 1989 Page 34-35SVM numéro 57 janvier 1989 Page 36-37SVM numéro 57 janvier 1989 Page 38-39SVM numéro 57 janvier 1989 Page 40-41SVM numéro 57 janvier 1989 Page 42-43SVM numéro 57 janvier 1989 Page 44-45SVM numéro 57 janvier 1989 Page 46-47SVM numéro 57 janvier 1989 Page 48-49SVM numéro 57 janvier 1989 Page 50-51SVM numéro 57 janvier 1989 Page 52-53SVM numéro 57 janvier 1989 Page 54-55SVM numéro 57 janvier 1989 Page 56-57SVM numéro 57 janvier 1989 Page 58-59SVM numéro 57 janvier 1989 Page 60-61SVM numéro 57 janvier 1989 Page 62-63SVM numéro 57 janvier 1989 Page 64-65SVM numéro 57 janvier 1989 Page 66-67SVM numéro 57 janvier 1989 Page 68-69SVM numéro 57 janvier 1989 Page 70-71SVM numéro 57 janvier 1989 Page 72-73SVM numéro 57 janvier 1989 Page 74-75SVM numéro 57 janvier 1989 Page 76-77SVM numéro 57 janvier 1989 Page 78-79SVM numéro 57 janvier 1989 Page 80-81SVM numéro 57 janvier 1989 Page 82-83SVM numéro 57 janvier 1989 Page 84-85SVM numéro 57 janvier 1989 Page 86-87SVM numéro 57 janvier 1989 Page 88-89SVM numéro 57 janvier 1989 Page 90-91SVM numéro 57 janvier 1989 Page 92-93SVM numéro 57 janvier 1989 Page 94-95SVM numéro 57 janvier 1989 Page 96-97SVM numéro 57 janvier 1989 Page 98-99SVM numéro 57 janvier 1989 Page 100-101SVM numéro 57 janvier 1989 Page 102-103SVM numéro 57 janvier 1989 Page 104-105SVM numéro 57 janvier 1989 Page 106-107SVM numéro 57 janvier 1989 Page 108-109SVM numéro 57 janvier 1989 Page 110-111SVM numéro 57 janvier 1989 Page 112-113SVM numéro 57 janvier 1989 Page 114-115SVM numéro 57 janvier 1989 Page 116-117SVM numéro 57 janvier 1989 Page 118-119SVM numéro 57 janvier 1989 Page 120-121SVM numéro 57 janvier 1989 Page 122-123SVM numéro 57 janvier 1989 Page 124-125SVM numéro 57 janvier 1989 Page 126-127SVM numéro 57 janvier 1989 Page 128-129SVM numéro 57 janvier 1989 Page 130-131SVM numéro 57 janvier 1989 Page 132-133SVM numéro 57 janvier 1989 Page 134-135SVM numéro 57 janvier 1989 Page 136-137SVM numéro 57 janvier 1989 Page 138-139SVM numéro 57 janvier 1989 Page 140-141SVM numéro 57 janvier 1989 Page 142-143SVM numéro 57 janvier 1989 Page 144-145SVM numéro 57 janvier 1989 Page 146-147SVM numéro 57 janvier 1989 Page 148-149SVM numéro 57 janvier 1989 Page 150-151SVM numéro 57 janvier 1989 Page 152-153SVM numéro 57 janvier 1989 Page 154-155SVM numéro 57 janvier 1989 Page 156-157SVM numéro 57 janvier 1989 Page 158-159SVM numéro 57 janvier 1989 Page 160-161SVM numéro 57 janvier 1989 Page 162-163SVM numéro 57 janvier 1989 Page 164-165SVM numéro 57 janvier 1989 Page 166-167SVM numéro 57 janvier 1989 Page 168-169SVM numéro 57 janvier 1989 Page 170-171SVM numéro 57 janvier 1989 Page 172