SVM n°57 janvier 1989
SVM n°57 janvier 1989
  • Prix facial : 22 F

  • Parution : n°57 de janvier 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (202 x 281) mm

  • Nombre de pages : 172

  • Taille du fichier PDF : 188 Mo

  • Dans ce numéro : les meilleurs logiciels gratuits.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 108 - 109  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
108 109
LOGICIELS Le dessit entre scanner et imprimante laser I Qui dit dessin sur Atari ST, dit le plus souvent couleur. Peu de logiciels en effet tirent pleinement parti de l'excellent mode monochrome de cet ordinateur. Degas, de Batteries Induded, et Pluspaint, de Micro Application, restent satisfaisants pour des travaux simples, mais ne suffisent plus aux prétentions du ST sur le marché de l'édition électronique. Entre le scanner, qui permet de numériser des documents graphiques, et l'imprimante laser qui les restituent dans une résolution bien supérieure à celle de l'écran, il manquait à l'Atari ST un outil de dessin et de retouche adapté à ces périphériques. Voici donc ZZ-Lazy Paint, de Human Technologies, qui pour 995 F TTC, devient le complément indispensable des logiciels de micro-édition Publishing Partner ou Timeworks DTP. LPour Atari ST _LAzy pAi[NT LES ADEPTES DE LA CRÉATION GRAphique sur Atari ST peuvent penser que tout a déjà été dit, fait et exploré. De Neochrome, le grand ancétre, à Spectrum 512, capable d'afficher 512 couleurs simultanément (voir SVM n°55), les logiciels de dessin sont légion. ZZ-Lazy Paint en fait partie, et pourtant, il fait figure d'exception. Car au-delà de ses fonctions graphiques traditionnelles, il s'agit d'un remarquable outil spécialisé dans la retouche de documents numérisés à partir d'un scanner, qui fonctionne exclusivement en mode haute résolution monochrome. Les programmeurs de liuman Technologies ont eu la bonne idée de raisonner à partir du constat suivant : en amont, le scanner numérise dans une résolution de 300 points par pouce ; en aval, l'imprimante laser, la SLM 804 d'Atari, par exemple, imprime également en 300 points par pouce. Cela signifie que les deux périphériques gèrent un nombre de points bien supérieur aux 640 x 400 points de l'écran de l'Atari ST. Pourquoi ne pas profiter de ces performances ? Pourquoi ne pas dessiner dans une résolution graphique plus fine que celle de l'écran ? Avec ZZ-Lazy Paint, l'utilisateur est libre de choisir sa résolution graphique qui donc, dans le meilleur des cas, peut atteindre les 300 points par pouce. Et sous réserve de disposer d'assez de mémoire puisque la place nécessaire pour gérer un dessin bit-map croit en fonction du nombre de points qu'il contient. On peut également jouer avec une autre donnée importante : le format de page. Dans sa version actuelle, le logiciel pilote uniquement les scanners Canon IX-12 et IX-12F, via l'interface Navarone branchée sur le port cartouche, l'ensemble étant également commercialisé par tiuman Technologies (voir encadré). En revanche, il gère une large gamme d'imprimantes : matricielles 9 et 24 aiguilles, laser Atari et Postscript, imprimante couleur Canon FP510 à jet d'encre. Avec un simple 520 ST sans aucun périphérique, ZZ-Lazy Paint tourne à petit régime. Le plus grand format de page autorisé est un A4 à 75 points par pouce. Le programme y perd de son intérêt, mais il reste toujours possible de s'adonner 108 SCIENCE & VIE MICRO N°57 JANVIER 1989
aux joies du dessin et de triturer des images créees à l'aide d'autres programmes, notamment Degas Elite. A l'inverse, le logiciel donnera toute sa mesure avec le Méga ST4, le scanner et l'imprimante laser. L'écran de travail se compose de trois parties. A droite de la fenètre de dessin figurent les 18 icones représentant les outils classiques de tout logiciel graphique digne de ce nom : brosse, gomme, loupe, cercles, rectangles, B-splines, etc. Pour modifier les paramètres de chaque outil, on clique deux fois sur l'icone, comme dans Mac Paint. C'est simple et rapide. La ligne du bas affiche les trames. La sélection des autres options se fait à partir de la barre de menu GEM placée en haut de l'écran. Le programme se pilote intégralement à partir de la souris mais chaque commande est accessible directement au clavier par combinaison de touches. La première opération consiste à définir la taille de la page et à indiquer la résolution d'impression. Une boite de dialogue rassemble les différentes valeurs possibles : cinq formats de page standards (A4, A5, B5, legal et écran), et un format libre, que l'on définit en points, en millimètres, ou en pouces. Par exemple, il est possible de définir la page en 1280 x 800 points, soit la surface de quatre écrans. Reste à choisir une résolution d'im- [alti » facilités Filtres PélMamimhal lInt45 : \19ctatIU Paranctrage de page format de a e Pesplullon Idpil Eisc= I Legal 1 I Ecran 1 CUSUM 75 I ue tn la Ile de Orlentetun 2116. 1366 pixel u inch I l'1=1 r hume 1 La zone de dialogue permet de définir le format du document, l'orientation de l'image et la résolution employée. pression parmi quatre valeurs : 75, 150, 200 et 300 points par pouce. Toutes les combinaisons ne sont pas permises : elles dépendent de la mémoire disponible. Un message prévient les trop gourmands. Avec un Méga ST4, on peut ainsi définir un document de 4672 x 3376 points avec une résolution de 300 points par pouce. Ces valeurs énormes mobilisent un peu moins de 2 Mo de mémoire vive. Si l'on n'a pas l'équipement ad hoc, il faut donc choisir une résolution plus faible ou réduire la taille du document. Ces paramètres ne sont toutefois pas liés. Le fait de diminuer la résolution ne modifie pas la taille de l'image. Dans l'exemple que nous venons de donner, le dessin mesure 395 x 286 mm. Passons maintenant à la pratique en chargeant un fichier d'image. ZZ-Lazy Paint tra- vaille avec cinq types de fichiers différents : IMG (compatible notamment avec Timeworks DTP, Fleet Street Publisher, etc), PI3 (Degas Dite), IFF (compatible avec les fichiers dessin Amiga et Deluxe Paint II sur IBM PC), RGH (ZZ- Rough), et Postscript. Retouches sans faute Il est bien sar possible de lire également des documents directement avec le scanner. Le menu Périphériques possède ainsi une option Numériser qui lance le Canon IX-12, après que l'on a spécifié là encore la résolution (de 75 à 300 points) et le mode (monochrome ou Le deparasitage des zones noires élimine les points blancs isolés dans les zones sombres. A Fichier Llitles facilités liitres Pipltétitass e1 N1 t 151 Chais du filtre Der...alter zone noire.41 Dé aras) ter zone blangllelj La trame pattem r classique et la trame simili, constituée de points équidistants, de grosseur variable. demi-teinte). Une quinzaine de secondes plus tard, l'image apparait à l'écran, et le travail de retouche peut commencer. Au bas de l'écran, LOGICIEL TESTÉ : Version 1.0 avec manuel en français de 100 pages. I Pour Atari ST (tous modèles). Prix : 995 F TTC. Édité par Human Technologies. une petite loupe logée dans un carré affiche en permanence la région survolée par le curseur. Une image numérisée comporte toujours des imperfections qu'il est nécessaire de corriger. Certaines parties sont trop claires, d'autres trop obscures. Un nez est constellé de points noirs... Ailleurs, une nuée de points blancs parsème une chevelure. Autant de parasites indésirables. Certes, on pourrait se contenter de retoucher les défauts point par point avec Degas Elite ou autre. Mais, par rapport à ceux-ci, ZZ-Lazy Paint apporte confort et rapidité. Hormis les outils purement graphiques qui traitent localement le dessin (gomme, brosses), la plupart des fonc- tions agissent en effet sur des zones du dessin : effets de trames, filtrage des teintes et des niveaux de gris, superpositions, épaississement de traits, détourage, etc. Deux options du menu Filtres ont pour but de châtier le point isolé. « Déparasiter zone noire « élimine tous les singletons blancs perdus dans des régions noires. En l'espace d'une seconde, la chevelure devient dense, plus nette.. Déparasiter zone blanche a réserve un sort identique aux points noirs. Il faut rester vigilant car le déparasitage affecte l'ensemble de l'image, y compris les zones que l'on ne voit pas. En effet, le document peut dépasser le cadre de la fenêtre de travail. L'écran de l'Atari n'en affiche qu'une partie : il correspond à une loupe que l'on déplace en maintenant le doigt appuyé sur le bouton droit de la souris. Pour éviter que les fonctions n'affectent tout le dessin, le remède est simple. Il consiste à délimiter les zones concernées au moyen de la fonction « Découpe de bloc a. Le reste de l'image est ignoré et le traitement s'opère uniquement sur la portion d'image choisie. Deuxième avantage : on peut revenir SCIENCE & VIE MICRO N°57 JANVIER 1989 109



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 57 janvier 1989 Page 1SVM numéro 57 janvier 1989 Page 2-3SVM numéro 57 janvier 1989 Page 4-5SVM numéro 57 janvier 1989 Page 6-7SVM numéro 57 janvier 1989 Page 8-9SVM numéro 57 janvier 1989 Page 10-11SVM numéro 57 janvier 1989 Page 12-13SVM numéro 57 janvier 1989 Page 14-15SVM numéro 57 janvier 1989 Page 16-17SVM numéro 57 janvier 1989 Page 18-19SVM numéro 57 janvier 1989 Page 20-21SVM numéro 57 janvier 1989 Page 22-23SVM numéro 57 janvier 1989 Page 24-25SVM numéro 57 janvier 1989 Page 26-27SVM numéro 57 janvier 1989 Page 28-29SVM numéro 57 janvier 1989 Page 30-31SVM numéro 57 janvier 1989 Page 32-33SVM numéro 57 janvier 1989 Page 34-35SVM numéro 57 janvier 1989 Page 36-37SVM numéro 57 janvier 1989 Page 38-39SVM numéro 57 janvier 1989 Page 40-41SVM numéro 57 janvier 1989 Page 42-43SVM numéro 57 janvier 1989 Page 44-45SVM numéro 57 janvier 1989 Page 46-47SVM numéro 57 janvier 1989 Page 48-49SVM numéro 57 janvier 1989 Page 50-51SVM numéro 57 janvier 1989 Page 52-53SVM numéro 57 janvier 1989 Page 54-55SVM numéro 57 janvier 1989 Page 56-57SVM numéro 57 janvier 1989 Page 58-59SVM numéro 57 janvier 1989 Page 60-61SVM numéro 57 janvier 1989 Page 62-63SVM numéro 57 janvier 1989 Page 64-65SVM numéro 57 janvier 1989 Page 66-67SVM numéro 57 janvier 1989 Page 68-69SVM numéro 57 janvier 1989 Page 70-71SVM numéro 57 janvier 1989 Page 72-73SVM numéro 57 janvier 1989 Page 74-75SVM numéro 57 janvier 1989 Page 76-77SVM numéro 57 janvier 1989 Page 78-79SVM numéro 57 janvier 1989 Page 80-81SVM numéro 57 janvier 1989 Page 82-83SVM numéro 57 janvier 1989 Page 84-85SVM numéro 57 janvier 1989 Page 86-87SVM numéro 57 janvier 1989 Page 88-89SVM numéro 57 janvier 1989 Page 90-91SVM numéro 57 janvier 1989 Page 92-93SVM numéro 57 janvier 1989 Page 94-95SVM numéro 57 janvier 1989 Page 96-97SVM numéro 57 janvier 1989 Page 98-99SVM numéro 57 janvier 1989 Page 100-101SVM numéro 57 janvier 1989 Page 102-103SVM numéro 57 janvier 1989 Page 104-105SVM numéro 57 janvier 1989 Page 106-107SVM numéro 57 janvier 1989 Page 108-109SVM numéro 57 janvier 1989 Page 110-111SVM numéro 57 janvier 1989 Page 112-113SVM numéro 57 janvier 1989 Page 114-115SVM numéro 57 janvier 1989 Page 116-117SVM numéro 57 janvier 1989 Page 118-119SVM numéro 57 janvier 1989 Page 120-121SVM numéro 57 janvier 1989 Page 122-123SVM numéro 57 janvier 1989 Page 124-125SVM numéro 57 janvier 1989 Page 126-127SVM numéro 57 janvier 1989 Page 128-129SVM numéro 57 janvier 1989 Page 130-131SVM numéro 57 janvier 1989 Page 132-133SVM numéro 57 janvier 1989 Page 134-135SVM numéro 57 janvier 1989 Page 136-137SVM numéro 57 janvier 1989 Page 138-139SVM numéro 57 janvier 1989 Page 140-141SVM numéro 57 janvier 1989 Page 142-143SVM numéro 57 janvier 1989 Page 144-145SVM numéro 57 janvier 1989 Page 146-147SVM numéro 57 janvier 1989 Page 148-149SVM numéro 57 janvier 1989 Page 150-151SVM numéro 57 janvier 1989 Page 152-153SVM numéro 57 janvier 1989 Page 154-155SVM numéro 57 janvier 1989 Page 156-157SVM numéro 57 janvier 1989 Page 158-159SVM numéro 57 janvier 1989 Page 160-161SVM numéro 57 janvier 1989 Page 162-163SVM numéro 57 janvier 1989 Page 164-165SVM numéro 57 janvier 1989 Page 166-167SVM numéro 57 janvier 1989 Page 168-169SVM numéro 57 janvier 1989 Page 170-171SVM numéro 57 janvier 1989 Page 172