SVM n°112 janvier 1994
SVM n°112 janvier 1994
  • Prix facial : 25 F

  • Parution : n°112 de janvier 1994

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 276

  • Taille du fichier PDF : 277 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... les 100 produits de l'année.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 136 - 137  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
136 137
ESSAI LOGICIEL SGBD 4D First gère plus simple N RON 60 UN DIALOGUE SIMPLIFIE POUR LA CREATION DES LIENS ENTRE FICHIERS. SVM JANVIER 1994 Trop compliquées, les bases de données ? Avec 4D First, l'éditeur ACI tente de prouver le contraire. Car son logiciel est plus qu'une version limitée de 4e Dimension, pionnier des SCBD relationnels à interface graphique : de nombreux automatismes y ont été ajoutés, qui évitent à l'utilisateur novice des manipulations délicates. PAR CHRISTOPHE BLANC Pourquoi faire compliqué quand on peut faire plus simple ?... Cette question, les responsables d'ACI ont dû se la poser, et y répondre par 4D First. Car cette version limitée et bon marché de 4D permet, en effet, de mettre le roi des systèmes de gestion de bases de données à la portée des non-programmeurs, voire des novices en informatique ! Un marché d'ailleurs florissant, et actuellement occupé par Filemaker Pro de Claris et les mo- dules de gestion de fichiers des intégrés Claris Works et Microsoft Works. En 1990, ACI avait fait une tentative — ratée — avec File Force. Mais 4D First semble beaucoup mieux armé. Tout d'abord, il est pensé pour l'utilisateur plus que pour le programmeur. Et on y retrouve une bonne partie des fonctions de 4D version 5, ce, dans les trois modes Structure (mise au point des bases de données), Utilisation directe (exploitation immédiate d'une base), et Menus créés (applications personnalisées). C'est au mode Structure que la plupart des modifications ont été apportées : des valeurs par défaut et des automatismes ont été ajoutés, qui évitent à quiconque n'est pas un habitué des bases de données d'être confronté à des choix délicats. Au départ, pourtant, rien ne semble avoir changé : on ajoute des rubriques aux fichiers en définissant leur type (entier, alphabétique, date, heure, image...) et en indiquant si elles sont obliga- toires, saisissables ou calculées, indexées, uniques... Mais il n'est toujours pas possible de supprimer une rubrique, ce qui aurait pourtant été bien pratique. La puissance des liens entre les fichiers Les premières modifications apparaissent lors de la définition des relations entre fichiers. Le système de liens de 4D est, sans doute, le plus puissant de tous les SGBD pour micros ; en outre, la représentation de ces liens à l'écran, sous la forme de flèches reliant deux rubriques de deux fichiers distincts, s'est imposée comme un modèle incontournable, que l'on retrouve dans plusieurs SGBD pour PC. Mais dans 4D, pour tracer un lien, il faut indiquer si on le veut "automatique" ou "de retour automatique", choisir entre trois options "d'intégrité référentielle", décider ou non de la "mise à jour des fichiers inclus", et choisir une rubrique discriminante !
Dans 4D First, seules deux options sont conservées : la suppression automatique des fiches liées — pour être sûr d'effacer toutes les fiches des employés d'une société en même temps que la fiche de la société —, et la rubrique discriminante, qui permettra, par exemple, de sélectionner parmi plusieurs personnes portant le même nom un prénom particulier. En outre, lorsqu'un lien est tracé entre deux rubriques, 4D First les indexe automatiquement, si ce n'était déjà fait. Plus qu'un simple raccourci, ce dialogue simplifié est un exemple de ce qui différencie 4D First de 4D : les concepts qui peuvent sembler abstraits, même s'ils ont, en fait, une réelle importance et sont très utiles aux programmeurs, ont été non pas éliminés, mais masqués derrière une nouvelle interface. Après avoir défini la structure de la base, il faut s'occuper des formats, ces masques d'écran destinés à l'affichage et à la saisie des données. On peut se contenter des deux formats proposés par défaut pour chaque fichier (Liste et Page), et passer directement à la saisie en mode Utilisation directe. Pour les écrans plus sophistiqués, il faut faire appel au générateur de formats. Les différences UNE FACTURATION PROFESSIONNELLE AVEC UN PRODUIT A MOINS DE 1500 F NT. (Morde Omo A rame/A 9..1444 AYoFr i M'oie. 2 (hanta ; 7 fithelal sur 7 1 BEF.THIER Leur,eit 2 FILES Corinne 3 PUP.F. Chans FF !) f, tut. FF.,/ZT FOU A SI LIMAI Datar uranes Hr 111 Wei Ir I Liste des clients Passe Alain Patrick *Hure 1. PreFleil A Pr. XI I Na I Pr. f1C IASPC Le Fourdea ATI PENSER A FAIRE DES SORTES COULEUR DES DOCUMENTS DE FRANÇOISE RAPPORTER UN UTIL ITAIRE POUR LE FORMATAGE DES C ARTOUCHES *ara 0011'TI,sameartm, LAKERRE RMJR Billaneourt ; Futur Peint RN Celelee.. t Etioteettatt A irDpentedble D Pr. NI TpAr A. TVA Ft. aeeeraor 75286 CI) El) ; 71 (7) œ œ (74-i (-3-) (-6-) (7 -) CID CID CP r Harder Edition Mode {Risle Consultation Mis initial FT) ii I nie de, lu 1W." Inter'Factures tees/redans I Albert Dusobroolla 12, rua des Envierge. 75020 PAPIS 43 34 26 40 75e 113.1,1114 ÉO 54, boulevard Mortier 75017 PAPIS r 46 24 33 17 U OK Publie du1340AY 4D First - Laurent Ribardière 0ACI 1985-1R0 ESSAI LOGICIEL Fichier Edition Mode Saisie Consultation Etats Spécial CET "ORGANISER" Menus créés avec 4D sont ici minimes. Toutes sortes d'objets peuvent être placés dans un format, des formes géométriques de base aux copies d'images en couleurs depuis le presse-papiers, en passant par les zones de texte dans les polices et les styles les plus variés, et les formats inclus qui servent à afficher les fiches liées à la fiche courante. On peut ainsi, grâce à ces derniers, faire apparaître dans la fiche d'une société la liste de ses employés, ou dans la fiche d'un disque la liste des musiciens qui y participent. Pour placer un format inclus, il suffit de tracer un cadre, puis de sélectionner le e r1 1 nom du fichier lié dans la boîte de dialogue qui apparaît. Avec ces outils, on dispose de tout ce qu'il faut pour mettre au point des applications performantes, exécutées en mode Utilisation directe. Les bases 4D First et 4D sont compatibles Pratiquement aussi simple à manipuler que Filemaker Pro, mais nettement plus puissant car relationnel, 4D First serait déjà en l'état un concurrent sérieux. Mais il dispose d'un troisième atout : son langage de programmation, qui n'est autre que celui de 4D amputé des 2/3 environ de ses instructions et fonctions. Il en reste cependant cent dix-neuf, accessibles via le même éditeur de procédures que dans 4D. Cet éditeur fonctionne à la souris : noms de fichiers et de rubriques, opérateurs et instructions sont disponibles dans trois fenêtres dans lesquelles il suffit de cliquer. Les instructions sont en français et en clair : "Ajouter fiche", "Chercher", "Imprimer sélection", etc. Grâce à ce langage et à l'éditeur de menus déroulants, l'utilisateur déjà expérimenté peut se lancer dans la programmation d'applications personnalisées en mode Menus créés, où les outils de l'Utilisation directe disparaissent au profit des 21.1 PERSONNEL EST UN EXEMPLE DE CE QUE 4D FIRST PEUT FAIRE A PARTIR D'UN GRAPHISME SOIGNE. menus, boutons et raccourcis-clavier spécifiques à l'application. Enfin, 4D First est compatible avec son aîné. Ses bases pourront être converties en bases 4D pour être améliorées, compilées, etc. A l'inverse, on peut ouvrir une base 4D avec 4D First et exécuter une application interprétée ou compilée. 4D First joue alors le rôle de "runtime" 4D (module d'exécution), qui ne donne pas accès aux modifications en mode Structure. 4D First ne coûte que I 490 F HT. Toutefois, avec son interface revue et corrigée, il hérite, hélas, de certains concepts de 4D pas toujours évidents, tels que les cycles d'exécution au sein des procédures, ou une gestion des mots de passe un peu complexe. On aurait aimé encore plus d'innovation et de simplicité. El 4D FIRST 1 0 PO R La simplicité, la puissance disponible, la compatibilité dans les deux sens avec 4D, le prix. CONTRE L'interface-utilisateur aurait pu être encore plus travaillée. Configuration reauise : tout Macintosh avec 2 Mo de mémoire vive et un disque dur, Système 7.1. Logiciel testé : préversion du commerce, sans documentation. Edité par ACI. Prix : 1 760 F TTC. JANVIER 1994 SVM



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 112 janvier 1994 Page 1SVM numéro 112 janvier 1994 Page 2-3SVM numéro 112 janvier 1994 Page 4-5SVM numéro 112 janvier 1994 Page 6-7SVM numéro 112 janvier 1994 Page 8-9SVM numéro 112 janvier 1994 Page 10-11SVM numéro 112 janvier 1994 Page 12-13SVM numéro 112 janvier 1994 Page 14-15SVM numéro 112 janvier 1994 Page 16-17SVM numéro 112 janvier 1994 Page 18-19SVM numéro 112 janvier 1994 Page 20-21SVM numéro 112 janvier 1994 Page 22-23SVM numéro 112 janvier 1994 Page 24-25SVM numéro 112 janvier 1994 Page 26-27SVM numéro 112 janvier 1994 Page 28-29SVM numéro 112 janvier 1994 Page 30-31SVM numéro 112 janvier 1994 Page 32-33SVM numéro 112 janvier 1994 Page 34-35SVM numéro 112 janvier 1994 Page 36-37SVM numéro 112 janvier 1994 Page 38-39SVM numéro 112 janvier 1994 Page 40-41SVM numéro 112 janvier 1994 Page 42-43SVM numéro 112 janvier 1994 Page 44-45SVM numéro 112 janvier 1994 Page 46-47SVM numéro 112 janvier 1994 Page 48-49SVM numéro 112 janvier 1994 Page 50-51SVM numéro 112 janvier 1994 Page 52-53SVM numéro 112 janvier 1994 Page 54-55SVM numéro 112 janvier 1994 Page 56-57SVM numéro 112 janvier 1994 Page 58-59SVM numéro 112 janvier 1994 Page 60-61SVM numéro 112 janvier 1994 Page 62-63SVM numéro 112 janvier 1994 Page 64-65SVM numéro 112 janvier 1994 Page 66-67SVM numéro 112 janvier 1994 Page 68-69SVM numéro 112 janvier 1994 Page 70-71SVM numéro 112 janvier 1994 Page 72-73SVM numéro 112 janvier 1994 Page 74-75SVM numéro 112 janvier 1994 Page 76-77SVM numéro 112 janvier 1994 Page 78-79SVM numéro 112 janvier 1994 Page 80-81SVM numéro 112 janvier 1994 Page 82-83SVM numéro 112 janvier 1994 Page 84-85SVM numéro 112 janvier 1994 Page 86-87SVM numéro 112 janvier 1994 Page 88-89SVM numéro 112 janvier 1994 Page 90-91SVM numéro 112 janvier 1994 Page 92-93SVM numéro 112 janvier 1994 Page 94-95SVM numéro 112 janvier 1994 Page 96-97SVM numéro 112 janvier 1994 Page 98-99SVM numéro 112 janvier 1994 Page 100-101SVM numéro 112 janvier 1994 Page 102-103SVM numéro 112 janvier 1994 Page 104-105SVM numéro 112 janvier 1994 Page 106-107SVM numéro 112 janvier 1994 Page 108-109SVM numéro 112 janvier 1994 Page 110-111SVM numéro 112 janvier 1994 Page 112-113SVM numéro 112 janvier 1994 Page 114-115SVM numéro 112 janvier 1994 Page 116-117SVM numéro 112 janvier 1994 Page 118-119SVM numéro 112 janvier 1994 Page 120-121SVM numéro 112 janvier 1994 Page 122-123SVM numéro 112 janvier 1994 Page 124-125SVM numéro 112 janvier 1994 Page 126-127SVM numéro 112 janvier 1994 Page 128-129SVM numéro 112 janvier 1994 Page 130-131SVM numéro 112 janvier 1994 Page 132-133SVM numéro 112 janvier 1994 Page 134-135SVM numéro 112 janvier 1994 Page 136-137SVM numéro 112 janvier 1994 Page 138-139SVM numéro 112 janvier 1994 Page 140-141SVM numéro 112 janvier 1994 Page 142-143SVM numéro 112 janvier 1994 Page 144-145SVM numéro 112 janvier 1994 Page 146-147SVM numéro 112 janvier 1994 Page 148-149SVM numéro 112 janvier 1994 Page 150-151SVM numéro 112 janvier 1994 Page 152-153SVM numéro 112 janvier 1994 Page 154-155SVM numéro 112 janvier 1994 Page 156-157SVM numéro 112 janvier 1994 Page 158-159SVM numéro 112 janvier 1994 Page 160-161SVM numéro 112 janvier 1994 Page 162-163SVM numéro 112 janvier 1994 Page 164-165SVM numéro 112 janvier 1994 Page 166-167SVM numéro 112 janvier 1994 Page 168-169SVM numéro 112 janvier 1994 Page 170-171SVM numéro 112 janvier 1994 Page 172-173SVM numéro 112 janvier 1994 Page 174-175SVM numéro 112 janvier 1994 Page 176-177SVM numéro 112 janvier 1994 Page 178-179SVM numéro 112 janvier 1994 Page 180-181SVM numéro 112 janvier 1994 Page 182-183SVM numéro 112 janvier 1994 Page 184-185SVM numéro 112 janvier 1994 Page 186-187SVM numéro 112 janvier 1994 Page 188-189SVM numéro 112 janvier 1994 Page 190-191SVM numéro 112 janvier 1994 Page 192-193SVM numéro 112 janvier 1994 Page 194-195SVM numéro 112 janvier 1994 Page 196-197SVM numéro 112 janvier 1994 Page 198-199SVM numéro 112 janvier 1994 Page 200-201SVM numéro 112 janvier 1994 Page 202-203SVM numéro 112 janvier 1994 Page 204-205SVM numéro 112 janvier 1994 Page 206-207SVM numéro 112 janvier 1994 Page 208-209SVM numéro 112 janvier 1994 Page 210-211SVM numéro 112 janvier 1994 Page 212-213SVM numéro 112 janvier 1994 Page 214-215SVM numéro 112 janvier 1994 Page 216-217SVM numéro 112 janvier 1994 Page 218-219SVM numéro 112 janvier 1994 Page 220-221SVM numéro 112 janvier 1994 Page 222-223SVM numéro 112 janvier 1994 Page 224-225SVM numéro 112 janvier 1994 Page 226-227SVM numéro 112 janvier 1994 Page 228-229SVM numéro 112 janvier 1994 Page 230-231SVM numéro 112 janvier 1994 Page 232-233SVM numéro 112 janvier 1994 Page 234-235SVM numéro 112 janvier 1994 Page 236-237SVM numéro 112 janvier 1994 Page 238-239SVM numéro 112 janvier 1994 Page 240-241SVM numéro 112 janvier 1994 Page 242-243SVM numéro 112 janvier 1994 Page 244-245SVM numéro 112 janvier 1994 Page 246-247SVM numéro 112 janvier 1994 Page 248-249SVM numéro 112 janvier 1994 Page 250-251SVM numéro 112 janvier 1994 Page 252-253SVM numéro 112 janvier 1994 Page 254-255SVM numéro 112 janvier 1994 Page 256-257SVM numéro 112 janvier 1994 Page 258-259SVM numéro 112 janvier 1994 Page 260-261SVM numéro 112 janvier 1994 Page 262-263SVM numéro 112 janvier 1994 Page 264-265SVM numéro 112 janvier 1994 Page 266-267SVM numéro 112 janvier 1994 Page 268-269SVM numéro 112 janvier 1994 Page 270-271SVM numéro 112 janvier 1994 Page 272-273SVM numéro 112 janvier 1994 Page 274-275SVM numéro 112 janvier 1994 Page 276