Métro Montréal n°2021-04-13 mardi
Métro Montréal n°2021-04-13 mardi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-04-13 de mardi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 9,6 Mo

  • Dans ce numéro : un soutien qui s'effrite.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
métr journalmetro.com Mardi 13 avril 2021 OPINIONS TRIBUNE LIBRE La CAQ doit donner suite à son engagement L’État québécois n’est pas reconnu pour se comporter en acheteur modèle avec une vision à long terme, peu importe le secteur économique. En effet, à l’instar des associations dont les membres négocient des contrats publics, Medtech Canada, qui représente les fournisseurs de technologies médicales, effectue depuis longtemps des représentations auprès du gouvernement du Québec afin d’améliorer les pratiques en matière d’approvisionnement et particulièrement en santé. Alors qu’on parle d’améliorer l’innovation et l’accès des PME aux contrats des organismes publics, nous ne constatons aucune volonté politique de s’attaquer au nœud du problème, l’adjudication du contrat au fournisseur qui a soumis le prix le plus bas. Or, l’abandon de la « règle du plus bas soumissionnaire » Le Géant de fer au grand cœur Un lecteur s’est étonné de voir cette immense grue près du métro Mont-Royal il y a quelques jours, où un vaste chantier de construction est en cours depuis plusieurs mois déjà. On y installe des ascenseurs. Faudra s’armer de patience car la STM prévoit la fin des travaux au printemps 2022./GRACIEUSETÉ KOFFI métr est un engagement formel de la Coalition Avenir Québec (CAQ) lors de la dernière campagne électorale. Il faut comprendre que ni les politiques d’achat ni le cadre législatif ne favorisent l’adjudication d’un contrat autrement que sur le prix. La Loi sur les contrats des organismes publics (LCOP) permet des ajustements à la marge pour la qualité, mais en réalité, c’est le prix qui prévaut dans 90% des cas, selon une analyse réalisée par notre association. Contrairement à ce qu’on peut voir ailleurs au Canada ou dans le monde, il est en pratique impossible au Québec d’adjuger un contrat sur la base de la « meilleure valeur » qui tiendrait compte, par exemple, du caractère innovant d’un produit, de l’efficience qu’il procure, de sa rentabilité, de sa durabilité ou des impacts positifs qu’il peut offrir à ses utilisateurs ou aux patients. Et que dire de valoriser les chaînes d’approvisionnements, la qualité du service, le développement durable ? La résistance à envisager d’autres modèles d’approvisionnement a des conséquences non seulement sur la qualité et la performance des soins, mais nuit à l’innovation et, il faut le reconnaître, nuit aux PME du Québec qui se démarquent davantage par l’innovation que par la quête du plus bas prix. Ce que nous demandons au gouvernement du Québec arrive à un moment opportun. Alors TRIBUNE LIBRE La part des choses L’heure est la diffamation. Depuis quelques mois, on assiste à une surenchère de calomnies par certains activistes qui semblent se complaire dans le rôle de martyr de la xénophobie ambiante, qu’ils imaginent bien campée au seuil de la persécution. Parce que les minorités ethniques en mènent large ces temps-ci. Et malheur à qui ose douter de la notion sulfureuse de racisme systémique. Le 25 octobre dernier, quatre activistes étaient invités à Tout le monde en parle. On assista alors à une longue séance de propos acrimonieux envers le Québec. L’humoriste Adib Alkhalidey y ajouta son venin un mois plus tard, allant jusqu’à affirmer que les minorités étaient soit absentes, soit humiliées dans notre univers culturel. Il a tout faux. Faites-nous découvrir votre Montréal ! Photographes, à vos appareils ! Courez la chance de voir votre cliché publié dans les pages Opinions de votre journal favori... Faites-nous parvenir vos photos de la ville à opinions@journalmetro.com. MÉTRO que le gouvernement veut relancer l’économie et faire face à l’immense défi de rattraper les retards en chirurgies qui touchent près de 150 000 Québécois, il apparaît essentiel de faire des achats en santé un levier de développement pour nos PME innovantes. Ce faisant, nous bénéficierons des gains de productivité et de performance que les technologies médicales peuvent offrir, par exemple en augmentant l’efficience des services avec de l’équipement de pointe, en optimisant les plans opératoires à l’aide d’outils numériques et en permettant/DAVID CASTILLO DOMINICI/123RF le recours plus souvent aux chirurgies endoscopiques et laparoscopiques. Il faut revoir nos façons d’acheter au Québec et offrir la meilleure valeur au citoyen. La crise sanitaire n’est pas un obstacle, mais bien une opportunité pour le gouvernement de changer les façons de faire. Hélas, les annonces récentes montrent que le gouvernement continue à consolider et à centraliser les achats. On espère générer des économies substantielles en nivelant la qualité par le bas pour payer le moins cher possible. Il faut faire mieux. La CAQ a promis d’abolir la règle du plus bas soumissionnaire conforme pour une formule qui tienne compte de la qualité et de l’analyse du comité de sélection. Par ailleurs, en 2019, le gouvernement du Québec a réitéré sa promesse de réviser l’application de la règle du plus bas soumissionnaire pour favoriser d’autres facteurs, comme la valeur globale offerte à long terme et l’encouragement à l’innovation. Dans le cadre du projet de loi no 61, Loi visant la relance de l’économie du Québec et l’atténuation des Il se trouve que les minorités ethniques occupent une place non négligeable à la télé québécoise et sur scène. Il n’est que de penser à Normand Brathwaite, Gregory Charles, Sugar Sammy, Boucar Diouf, Rachid Badouri, Pierre-Yves Lord. Quiconque ne les aurait pas vus au cours des dernières années n’a probablement pas de téléviseur ou souffre de cécité. Et qui plus est, ce sont des personnalités qu’on reconnaît avec admiration dans la rue. Il en va de même pour Mélissa Bédard, vedette de la populaire émission Star Académie qui a également joué un rôle de premier plan dans la sérieM’- entends-tu ? à Télé-Québec. Kim Thuy et Dany Laferrière ont quant à eux imprimé une marque indélébile dans le monde littéraire québécois et il va sans dire que de nombreux écrivains envieraient leur succès. Et Alkhalidey prétend que le Québec humilie les minorités à la télé ? Vraiment ? Pourrait-il citer quelques noms ? Le 28 mars dernier, Normand Brathwaite, qui connaît fort bien le Québec et qui a fréquenté assidûment conséquences de l’état d’urgence sanitaire, le ministre de la Santé et des Services sociaux, M. Christian Dubé, est revenu sur la possibilité de ne pas attribuer systématiquement les contrats au plus bas soumissionnaire conforme. Encore il y a quelques jours, la présidente du Conseil du trésor a confirmé avoir l’intention de toucher à la LCOP, mais l’incertitude demeure concernant l’intention du gouvernement de remplir son engagement concernant la fin de la règle du plus bas prix conforme. En somme, l’abolition de l’obligation d’adjuger le contrat au fournisseur qui a soumis le prix le plus bas serait un gain pour le Québec. Non seulement s’agit-il de la seule façon efficace d’intégrer l’innovation dans le système de santé et de soutenir nos PME, mais il s’agit également de l’occasion pour le gouvernement de remplir une promesse qu’il a faite alors qu’une révision de la LCOP est dans l’air. Il faut enfin passer de la parole aux actes. 6 BENOÎT LAROSE, V.-P., QUÉBEC, MEDTECH CANADA notre univers culturel depuis 25 ans, affirmait à Tout le monde en parle que la société québécoise est la moins raciste au monde. Rien de moins ! En outre, faisons donc la part des choses à nos activistes détracteurs en mentionnant qu’un récent sondage de La Presse révélait que l’humoriste Boucar Diouf était le préféré des Québécois pour substituer à Dany Turcotte dans le rôle d’assistant à Guy A. Lepage sur le plateau de TLMEP. C’est donc dire que les Québécois admirent l’intelligence, le talent et l’érudition du Sénégalais. [...] PAUL-ANDRÉ ALLARD, MONTRÉAL L’actualité vous fait réagir ? Écrivez-nous ! opinions@journalmetro.com Volume  : 21 Numéro  : 15 À Montréal, Métro est publié par Métro Média, 101, boul. Marcel-Laurin, Montréal H4N 2M3 Tél.  : 514 286-1066 Imprimé par  : Transcontinental Transmag, 10807, rue Mirabeau, Anjou, Québec, H1J 1T7 Distribué par Metropolitan Media Services/Directrice de la distribution  : Danielle Tessier Directeur principal des ventes  : Patrick Marsan Contrôleur  : François Dallaire Directeur de l’information  : Olivier Robichaud Chef de pupitre  : Carole Côté Vous avez une opinion à nous faire parvenir ? opinions @journalmetro.com Vous voulez annoncer dans nos pages ? publicite@journalmetro.com Vous avez une nouvelle à nous faire parvenir ? info@journalmetro.com. ISSN 1716-9895
10 coups de pour des vacances au Québec Rendez-vous sur journalmetro.com/inspirations



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :