Métro Belgique n°4312 25 mai 2021
Métro Belgique n°4312 25 mai 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4312 de 25 mai 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : hommage à George Floyd.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 NEWS MARDI 25/5/2021 metrotime.be II AFP/D. Mihailescu Aung San Suu Kyi, inculpée à de multiples reprises par la junte, a comparu hier, en personne, pour la première fois depuis le coup d’État devant la justice. Les forces de sécurité avaient été déployées en nombre autour de l’enceinte du tribunal, mis en place spécialement dans la capitale pour juger l’ancienne cheffe du gouvernement. Un ourson en cavale Dimanche, un ourson noir a mis en émoi pendant plusieurs heures tout un quartier de l’agglomération de Montréal avant d’être finalement endormi et capturé au terme de plusieurs heures de traque dans les jardins et dans les arbres. Alertée en début d’après-midi, la police a immédiatement bouclé plusieurs rues d’un quartier de Dorval, commune de l’ouest de Montréal où est situé l’aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau. « EN BONNE SANTÉ » Aung San Suu Kyi, 75 ans, assignée à résidence et qui n’avait pas été vue en public depuis son arrestation le 1er février, semble « en bonne santé », a déclaré l’avocate Min Min Soe. Lauréate du prix Nobel de la paix 1991 pour sa longue lutte contre les précédentes dictatures militaires, elle fait partie des plus de 4.000 personnes détenues depuis le coup d’État. Inculpée à six reprises depuis son arrestation, elle fait face à de nombreuses accusations allant de la possession illégale de talkies-walkies à l’incitation aux troubles publics et à la violation d’une loi sur les secrets d’État. Si elle était reconnue coupable, elle AFP/STR pourrait être bannie de la politique, voire condamnée à plusieurs années de prison. Avant l’audience, elle s’est montrée défiante face à la junte, affirmant que « son parti, la Ligue nationale pour la démocratie (LND) existera tant que le peuple existera, car il a été fondé pour le peuple », selon des propos rapportés par son avocate. Deux melons de qualité Cela pourrait être l’indicateur le plus improbable d’une reprise économique post-pandémie  : deux melons japonais de première qualité se sont vendus aux enchères plus de 20.000 € , soit 22 fois plus que le prix de l’année dernière, plombée par le coronavirus. Le prix de 2,7 millions de yens (20.370 € ) pour les célèbres melons Yubari, est toutefois dérisoire par rapport à d’autres records enregistrés pour ce produit très prisé. Aung San Suu Kyi face à la justice NAYPYIDAW Aung San Suu Kyi, l’ex-dirigeante birmane, inculpée à de multiples par la junte, est poursuivie pour au moins quatre chefs d’accusations  : possession illégale de talkies-walkies, non-respect des restrictions liées au coronavirus, violation d’une loi sur les secrets d’État et incitation aux troubles publics. AFP/T. Samson Éruption volcanique meurtrière en RDC KINSHASA Au moins cinq personnes ont été retrouvées mortes hier, asphyxiées par les émanations toxiques de la lave rocheuse du volcan Nyiragongo entré en éruption samedi soir dans l’est de la République Démocratique du Congo (RDC). « Nous venons de découvrir cinq personnes mortes » dans la zone de Kibati, a déclaré à l’AFP Mambo Kawaya, président de la société civile de Nyiragongo, en périphérie nord de la ville de Goma, dans la province du Nord-Kivu. Une autre personne est dans un « état critique, respirant difficilement, et a été acheminée à l’hôpital », a ajouté M. Kawaya. Ces AFP/J. Katumwa personnes, essentiellement des jeunes gens, ont été « asphyxiées par le gaz de la lave » en train de se refroidir et qu’ils tentaient de traverser à environ 13 km au nord de Goma, là où la coulée a coupé un important axe routier reliant Goma au nord de la province. Le volcan Nyiragongo, dont les pentes dominent Goma et le lac Kivu, était entré soudainement en éruption samedi soir, provoquant la peur et la fuite des populations. Deux coulées de lave se sont échappées de ses flancs, dont une est arrivée jusqu’à la lisière de Goma, où elle s’est immobilisée dimanche matin. La route Nationale 4 a été coupée sur plusieurs centaines de mètres entre Goma et Butembo, interrompant la circulation sur cet important axe de commerce régional. ◀ PROCHAINE AUDIENCE LE 7 JUIN Une décision pourrait être annoncée prochainement, la commission électorale, proche du régime, ayant indiqué que son enquête était quasiment achevée. Une prochaine audience est prévue le 7 juin, a déclaré Min Min Soe qui a également rencontré l’ex-président de la République Win NEW DELHI Les autorités indiennes ont ordonné l’évacuation de près d’un demi-million de personnes sous la menace d’un cyclone dans le Golfe du Bengale, une semaine après une autre tempête tropicale qui a semé le chaos dans l’ouest du pays. Les experts s’accordent à dire que la fréquence et l’intensité des tempêtes dans les eaux autour de l’Inde augmentent sous l’effet du réchauffement du climat et des températures de l’eau. Lundi dernier, le cyclone Tauktae, première tempête Myint, arrêté en même temps qu’Aung San Suu Kyi. LA BIRMANIE EN ÉBULLITION Manifestations, économie en partie paralysée par des grèves massives  : la Birmanie est en ébullition depuis le coup d’État. Ce vent de fronde est réprimé dans le sang par les forces de sécurité qui ont tué ces derniers mois au moins 818 civils, dont des femmes et des enfants, selon l’Association d’assistance aux prisonniers politiques (AAPP). Des dizaines de milliers de Birmans ont aussi été déplacés en raison d’affrontements entre l’armée et des milices ethniques, très nombreuses dans le pays. Dimanche, de violents combats ont éclaté entre les militaires et l’une de ses factions  : le Parti national progressiste karenni (KNPP), établie notamment dans l’État de Kayah (est). L’armée a utilisé des hélicoptères et des chars contre les insurgés, tirant au mortier, et les combats se sont poursuivis jusque dans la nuit de dimanche à hier, selon un responsable du KNPP. ◀ Évacuations massives en Inde pour fuir un nouveau cyclone AFP/A. Bose tropicale majeure de la saison, s’était abattu sur l’État du Gujarat, faisant au moins 155 morts dans
metrotime.be MARDI 25/5/2021 CULTURE 7 1 Trois combats, trois BD engagées Zoom sur trois albums particulièrement engagés qui ont récemment rejoint le catalogue des Éditions Massot  : « Invincibles », « Un bébé si je peux » et « Trajectoire de femme ». AU PAYS DU DALAÏ-LAMA Début 2020, quelques semaines avant le début de la pandémie, nous avions rencontré à Bruxelles Kan Takahama. La mangaka japonaise nous avait confié qu’elle travaillait sur un projet autour du Dalaï-Lama et que l’objectif était d’aborder la situation du Tibet sous la dominance chinoise. Un an plus tard, depuis ce 18 mars 2021, « Invincibles » est disponible dans toutes les bonnes librairies. Entre Paris et le Tibet, cet album inspiré d’une histoire vraie aborde des thématiques fortes comme le handicap, l’oppression ou encore la compassion. On suit l’histoire de Maya, une jeune française de 19 ans amputée d’une jambe après une attaque terroriste à Paris. Partie au Tibet rencontrer le Dalaï-Lama, Maya fera la connaissance d’un jeune moine tibétain qui a également dû être amputé après avoir choisi de s’immoler pour dénoncer l’oppression du régime chinois. Avec ce manga, Sofia Stril-Rever au scénario et Kan Takahama au dessin emmènent le lecteur dans une aventure humaine et puissante. « Invincibles », de Stril- Rever et Takahama, éditions Massot, 164 pages, 16 € JOURNAL ILLUSTRÉ D’UN COMBAT Un an après sa publication aux États-Unis, le roman graphique « Commute » d’Erin Williams est traduit en français et est publié aux éditions Massot sous le nom de « Trajectoire de femme ». Dans ce récit autobiographique, cette New-Yorkaise revient sur le trajet en train qu’elle fait chaque jour entre son domicile et Manhattan pour aller travailler. Son réveil à 5h du mat, sa routine matinale, l’attente sur le quai, puis le trajet jusqu’à son bureau, Erin croque ses tranches de vie quotidiennes qui parleront à beaucoup de navetteurs. Il y a par exemple cet homme qui veut à tout prix monter le premier à bord, cette femme qui fait chaque matin ses mots croisés, ou ce gars en costume qui la dévisage avec insistance. Peu à peu, l’autrice livre un récit beaucoup plus intime. Elle évoque ses relations, ses partenaires, son viol, les moments où elle a été considérée comme un objet sexuel et tous ses combats dans la vie. Ce trajet en train est finalement l’occasion de raconter sa trajectoire de femme. Très sommaire et basique, le dessin en noir et blanc pourrait en rebuter certains, mais une chose est sûre  : le récit poignant d’Erin Williams prend aux tripes. « Trajectoire de femme », de Erin Williams, éditions Massot, 304 pages, 26 € VOYAGE EN INFERTILITÉ Marie Dubois a mis sept longues années pour faire un enfant. En 2019, elle avait partagé son histoire avec les lecteurs de la revue XXI à travers une BD d’une trentaine de pages. Devant les réactions et l’engouement, XXI a proposé à l’autrice d’approfondir et d’en faire un album à part entière en collaboration avec les éditions Massot. Près de deux ans plus tard, « Un bébé si je peux » est là, sous la forme d’une bande dessinée de 136 pages dans laquelle Marie Dubois raconte dans le moindre détail un récit intime et terriblement touchant. Elle se livre en toute sincérité, en n’éludant aucun sujet. Sans jamais être lourd et en gardant toujours une certaine légèreté, l’album est hyper documenté. On apprend tout sur l’infertilité et sur toutes les facettes de ce qui est un véritable problème de société. Marie Dubois revient sans aucun tabou sur toutes les étapes de son parcours du combattant pour avoir un enfant, le tout très joliment mis en scène et illustré. « Un bébé si je peux » est à la fois drôle, touchant et instructif. Il fait clairement partie de nos coups de cœur de ce début d’année. « Un bébé si je peux », de Marie Dubois, éditions Massot, 136 pages, 19 € Thomas Wallemacq Ph. D.R. – 25 mai  : Journée Internationale des Enfants Disparus – Dis, où est passée Nora ? Heureusement, le pire n’arrive presque jamais. Pourtant, on devrait toujours y être préparé. Suivez gratuitement notre cours de PSCD pour savoir que faire si votre enfant disparaît. Rendez–vous sur pscd.be BOOKS



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :