Lui n°208 mai 1981
Lui n°208 mai 1981
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°208 de mai 1981

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 202

  • Taille du fichier PDF : 190 Mo

  • Dans ce numéro : Véronique Genest, l'héroïne de Zola révélée par la télé.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 66 - 67  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
66 67
UNE BALLE DEGONFLEE ET VOTRE JEU TOMBE R PLAT. LE 7VBE METALLIQUE SOUS PRESSION MAINTIENT LA PRESSION DANS LA BALLE. Une balle de tennis dégonflée ne permet pas un jeu régulier, car cela lui enlève punch, répondant, et constance dans ses rebonds. Cela arrive parfois aux balles sous pression en boîtes carton. C'est pourquoi, aux Etats-Unis, depuis 1922, les balles Pennsont conditionnées hermétiquement sous pression. Nos balles sont toujours mises quelques minutes après leur fabrication dans un tube métallique où l'airestà une pression identique à celle du noyau de la balle. Ainsi leurs qualités de jeu restent intactes jusqu'à l'ouverture du tube. Nous contrôlons chaque phase de la fabrication de nos balles. C'est cela la Précision Penn  : La Balle de Match DONNAY DIS I RIBU T E UR EXCLUSIF Penn  : l'assurance pour vous d'avoir toujours des balles de haut niveau et d'une qualité constante. La régularité de votre jeu en dépend. PI
ENTRETIEN « Cinquante pour cent des adolescents qui entrent à l'université abandonnent au bout d'un an. Quel gâchis pour la France ! » (Suite de la page 62.) que rien n'a été volé. Certes, il ne faut rien généraliser, mais le droit à la rencontre, au débat, à l'échange, suppose des communautés éducatives à taille humaine. Lui Humaniser, qu'est-ce que cela veut dire concrètement ? Henry Cela veut dire recenser les établissements de plus de mille élèves, faire un bilan et dire  : « Nous allons sur une période de deux à cinq ans par exemple dédoubler les gros établissements, en construire de nouveaux, aménager l'architecture et la sécurité dans les plus anciens, pour réaliser des lieux de vie et de travail propices à l'épanouissement de la jeunesse. » On s'apercevra que le climat changera, que les vols diminueront, que la violence s'atténuera et que la drogue quasiment disparaîtra. Parce qu'on aura des établissements à visage humain, des petites collectivités humaines. Est-ce déraisonnable de demander cela ? Lui Est-ce que cette remise en question permanente qui doit être à la base de la nouvelle école n'est pas préjudiciable à une chose à laquelle les parents tiennent beaucoup, c'est-à-dire la discipline ? Henry C'est sans doute vrai, qu'il faut mieux encadrer les enfants. Un jeune a longtemps besoin devant lui d'un maître « global », l'instituteur, l'institutrice. Et puis petit à petit, il a des maîtres différenciés et s'épanouit dans sa personnalité ; il prend son envol ; mais comme tout envol, c'est plus ou moins assuré, plus ou moins prudent ; il faut des garde-fous, il faut des parachutes. Le rôle des surveillants compris comme éducateurs, animateurs et conseillers, le rôle des conseillers d'éducation est essentiel de ce point de vue. Et on peut très bien imaginer que des enseignants volontaires consacrent une part de leur service à des activités d'animation dans leurs établissements. Dans de telles conditions, les problèmes de discipline se poseraient de façon bien moins aiguë. Cela implique aussi que l'éducation physique, le dessin, la musique, toute une vie artistique soient conçus comme des disciplines essentielles. D'autre part, on devrait prendre soin que dans son établissement, il y ait vraiment tous les personnels de santé nécessaires  : l'infirmière, l'assistance sociale, le médecin scolaire, au lieu de faire cette politique désastreuse qui consiste à retirer les médecins scolaires des établissements en disant  : « Les enfants iront chez le médecin de famille ». On mesure l'inégalité qui en résulterait du seul fait des inégalités socioculturelles ! Quand il y a un problème, une question difficile à poser, il y a des jeunes qui préfèrent en parler à l'infirmière, l'assistante sociale, au médecin scolaire. Aujourd'hui, les adolescents de quatorze ans ont des tas de problèmes sexuels, problèmes de pilule, problème de la drogue, de la vie, problème des films qu'ils voient ; ils se sentent, ils se croient ou se veulent adultes avant l'âge. Il faut donc que l'école les accueille comme de jeunes adultes et non pas seulement comme des scolaires. Pour cela, l'équipe médico-sociale d'un établissement d'éducation doit absolument être intégrée à l'équipe éducative. Lui Depuis le début, je pense à une chose  : cette projection dans l'avenir nécessite une implication extraordinaire de l'enseignement ! Pensez-vous que tous les enseignants sont d'accord avec vous ? Henry Ecoutez, je vais presque chaque semaine dans un département. Je rencontre personnellement de nombreux adhérents et je participe à des débats publics au cours desquels je développe ces thèmes. Je n'ai jamais trouvé personne pour dire que la F.e.n. faisait fausse route. Certes, la F.e.n. est faite de plusieurs courants de pensée, et mes débats internes ne sont pas toujours faciles. Mais il y a partout une prise de conscience assez extraordinaire de l'urgente nécessité d'une rénovation en profondeur du service public d'éducation et de formation. Certes encore, les personnels d'éducation manifestent souvent une attitude prudente et ils ont raison. Mais ce sont eux qui imposent le changement. La F.e.n. en est l'expression globale. Vouloir consacrer une partie de son service aux adultes dans le cadre d'une véritable politique de formation permanente, c'est une transformation révolutionnaire du rôle des personnels d'éducation. L'enseignant parlait aux enfants, voilà qu'il va s'adresser à des adultes ! Quelle transformation dans son métier ! Croyez-vous qu'il refuserait cela ? Les enseignants sentent bien confusément que leur condition sociale a diminué ; ils sentent bien qu'ils ne sont pas considérés comme ils devraient l'être ; mais ils refusent d'être des boucs émissaires et des cibles commodes de la part de ceux qui voudraient voir l'école laïque à leur image... ou à leurs bottes. D'ailleurs, la quasi-totalité d'entre eux, dont il faut saluer le talent et le dévouement face aux évolutions multiples dans notre société, n'attendront pas les instructions officielles pour essayer d'adapter leur enseignement aux besoins des jeunes. Quelle vitalité pourrait être utilisée de la part d'un corps enseignant qui n'a pas quarante ans de moyenne d'âge, si un ministre avait les moyens et la volonté d'une réelle politique de la qualité ! Le corps enseignant risque de se replier sur lui-même si continue d'être imposée une mauvaise politique d'éducation qui le réduit au seul rôle de transmetteur de connaissance. Mais que soient prises en compte les grandes revendications que je viens d'exprimer, qu'un gouvernement donne à l'école publique les moyens à la hauteur de l'enjeu éducation de cette fin de xxe siècle, que soit enfin mise en oeuvre une démocratisation véritable, alors, l'Education nationale, dans toutes ses composantes, saura créer une dynamique nouvelle en redécouvrant toute sa raison d'être. (Propos recueillis au magnétophone par Paul Lefèvre.) 67



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 208 mai 1981 Page 1Lui numéro 208 mai 1981 Page 2-3Lui numéro 208 mai 1981 Page 4-5Lui numéro 208 mai 1981 Page 6-7Lui numéro 208 mai 1981 Page 8-9Lui numéro 208 mai 1981 Page 10-11Lui numéro 208 mai 1981 Page 12-13Lui numéro 208 mai 1981 Page 14-15Lui numéro 208 mai 1981 Page 16-17Lui numéro 208 mai 1981 Page 18-19Lui numéro 208 mai 1981 Page 20-21Lui numéro 208 mai 1981 Page 22-23Lui numéro 208 mai 1981 Page 24-25Lui numéro 208 mai 1981 Page 26-27Lui numéro 208 mai 1981 Page 28-29Lui numéro 208 mai 1981 Page 30-31Lui numéro 208 mai 1981 Page 32-33Lui numéro 208 mai 1981 Page 34-35Lui numéro 208 mai 1981 Page 36-37Lui numéro 208 mai 1981 Page 38-39Lui numéro 208 mai 1981 Page 40-41Lui numéro 208 mai 1981 Page 42-43Lui numéro 208 mai 1981 Page 44-45Lui numéro 208 mai 1981 Page 46-47Lui numéro 208 mai 1981 Page 48-49Lui numéro 208 mai 1981 Page 50-51Lui numéro 208 mai 1981 Page 52-53Lui numéro 208 mai 1981 Page 54-55Lui numéro 208 mai 1981 Page 56-57Lui numéro 208 mai 1981 Page 58-59Lui numéro 208 mai 1981 Page 60-61Lui numéro 208 mai 1981 Page 62-63Lui numéro 208 mai 1981 Page 64-65Lui numéro 208 mai 1981 Page 66-67Lui numéro 208 mai 1981 Page 68-69Lui numéro 208 mai 1981 Page 70-71Lui numéro 208 mai 1981 Page 72-73Lui numéro 208 mai 1981 Page 74-75Lui numéro 208 mai 1981 Page 76-77Lui numéro 208 mai 1981 Page 78-79Lui numéro 208 mai 1981 Page 80-81Lui numéro 208 mai 1981 Page 82-83Lui numéro 208 mai 1981 Page 84-85Lui numéro 208 mai 1981 Page 86-87Lui numéro 208 mai 1981 Page 88-89Lui numéro 208 mai 1981 Page 90-91Lui numéro 208 mai 1981 Page 92-93Lui numéro 208 mai 1981 Page 94-95Lui numéro 208 mai 1981 Page 96-97Lui numéro 208 mai 1981 Page 98-99Lui numéro 208 mai 1981 Page 100-101Lui numéro 208 mai 1981 Page 102-103Lui numéro 208 mai 1981 Page 104-105Lui numéro 208 mai 1981 Page 106-107Lui numéro 208 mai 1981 Page 108-109Lui numéro 208 mai 1981 Page 110-111Lui numéro 208 mai 1981 Page 112-113Lui numéro 208 mai 1981 Page 114-115Lui numéro 208 mai 1981 Page 116-117Lui numéro 208 mai 1981 Page 118-119Lui numéro 208 mai 1981 Page 120-121Lui numéro 208 mai 1981 Page 122-123Lui numéro 208 mai 1981 Page 124-125Lui numéro 208 mai 1981 Page 126-127Lui numéro 208 mai 1981 Page 128-129Lui numéro 208 mai 1981 Page 130-131Lui numéro 208 mai 1981 Page 132-133Lui numéro 208 mai 1981 Page 134-135Lui numéro 208 mai 1981 Page 136-137Lui numéro 208 mai 1981 Page 138-139Lui numéro 208 mai 1981 Page 140-141Lui numéro 208 mai 1981 Page 142-143Lui numéro 208 mai 1981 Page 144-145Lui numéro 208 mai 1981 Page 146-147Lui numéro 208 mai 1981 Page 148-149Lui numéro 208 mai 1981 Page 150-151Lui numéro 208 mai 1981 Page 152-153Lui numéro 208 mai 1981 Page 154-155Lui numéro 208 mai 1981 Page 156-157Lui numéro 208 mai 1981 Page 158-159Lui numéro 208 mai 1981 Page 160-161Lui numéro 208 mai 1981 Page 162-163Lui numéro 208 mai 1981 Page 164-165Lui numéro 208 mai 1981 Page 166-167Lui numéro 208 mai 1981 Page 168-169Lui numéro 208 mai 1981 Page 170-171Lui numéro 208 mai 1981 Page 172-173Lui numéro 208 mai 1981 Page 174-175Lui numéro 208 mai 1981 Page 176-177Lui numéro 208 mai 1981 Page 178-179Lui numéro 208 mai 1981 Page 180-181Lui numéro 208 mai 1981 Page 182-183Lui numéro 208 mai 1981 Page 184-185Lui numéro 208 mai 1981 Page 186-187Lui numéro 208 mai 1981 Page 188-189Lui numéro 208 mai 1981 Page 190-191Lui numéro 208 mai 1981 Page 192-193Lui numéro 208 mai 1981 Page 194-195Lui numéro 208 mai 1981 Page 196-197Lui numéro 208 mai 1981 Page 198-199Lui numéro 208 mai 1981 Page 200-201Lui numéro 208 mai 1981 Page 202