Lui n°208 mai 1981
Lui n°208 mai 1981
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°208 de mai 1981

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 202

  • Taille du fichier PDF : 190 Mo

  • Dans ce numéro : Véronique Genest, l'héroïne de Zola révélée par la télé.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 190 - 191  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
190 191
LES SONNÉS DU PETIT MATIN Là où on enverrait bêtement des troupes, il distribue des Goldorak aux gosses et des motos aux plus grands. Qui n'a pas son « made in Japan » ? Tous collabos ! (Suite de la page 136.) pas si longtemps, guettait la crise de goutte comme une première vérole. Il est vrai qu'entre-temps, l'opulence est devenue pollution... Quant à ceux qui n'ont pas encore atteint l'âge des premières lézardes, ils peuvent toujours se gâter la digestion en évoquant les affamés qui grouillent à peu de latitudes. Si la faim des autres et leurs yeux de ventres vides n'ont jamais empêché un Français moyen de reprendre de la sauce, les considérations sur l'état de l'économie mondiale sont par contre tout à fait capables de saper le moral des convives. Quel radio-réveillé pourrait ignorer que les affaires vont mal, qu'entre le pétrole hors de prix et les japonaiseries trop bon marché, il faut être funambule pour échapper au chômage ? Depuis qu'on a été réveillé par la naissance de Monsieur Japon, l'année dernière, la yenophobie est le seul racisme ouvertement encouragé. C'est que le Japonais garde quelque chose d'insaisissable, quelque chose qu'on n'a pas, comme une conscience collective d'espèce en danger. Et puis, sa stratégie déroute ; là où on enverrait bêtement des troupes, il distribue des Goldoraks aux gosses et des motos aux plus grands. Qui n'a pas de « made in Japan » chez soi ? Tous collabos ! A commencer, bien sûr, par ce radioréveil qui tend à convaincre que toute résistance est inutile. Pour peu qu'on insiste dans la dérive, le Japonais se pare de tous les attributs de l'envahisseur. D'ailleurs son pays ressemble étrangement à une planète trop petite, trop peuplée, trop polluée, soumise aux tremblements de terre comme l'Angleterre au brouillard, sans oublier l'ombre portée de la bombe majuscule... De quoi se faire peur avant le digestif. Mais c'est juste pour se préparer au grand frisson, juste pour prononcer le mot adouci d'une épithète. On ne se fait pas d'illusion... Encore cinq cents kilomètres de « complots impérialistes » à déjouer, et Nounours pose sa 190 papatte sur le détroit d'Ormuz. Lin quart d'heure à peine à vol de Mig... Depuis le temps qu'On en parle... Avec la vogue des wargames, chez les malades des gros titres, plus d'un sujet a eu l'occasion de passer toute une soirée à considérer la mappemonde d'un oeil russe et de se convaincre que, vu de Moscou, notre bout d'Europe n'est jamais qu'une espèce de Finistère indépendant... Bref, du cholestérol privé à la vitrification collective, le radio-réveil en sert pour les goûts les plus torves. Les orties semées à l'aube poussent selon la nature du terrain... Pour un peu, on en viendrait à souhaiter subir du triomphalisme primaire, au moins un jour sur deux, ne serait-ce que pour s'entendre dire qu'en dépit d'un léger vent de nord-est, le temps sera globalement positif pour la saison... Que faire ? Peut-on espérer convaincre France- Inter et ses collègues périphériques de retenir la diffusion de certaines informations à certaines heures ? On se verrait immédiatement répondre avec indignation qu'une démocratie avancée ne saurait envisager d'empêcher n'importe qui de dire n'importe quoi, n'importe quand, n'importe où, sinon n'importe comment, bien sûr. Question de principe... Du reste, abstraction faite de toute considération constitutionnelle, on s'aperçoit très vite qu'un tel projet est rendu caduc par la simple existence du travail posté. Le matin des uns est le midi des autres, la production se fout des rythmes circadiens comme de l'arc-en-ciel, et chacun doit s'arranger comme il peut de ses marées intimes... On ne pourrait neutraliser le radioréveil qu'en instaurant la censure systématique et permanente de toutes les informations déprimantes. Mais comment décider des bonnes et des mauvaises nouvelles dans une société pluraliste ? Devrait-on se résoudre à censurer au centre ? Il est à craindre qu'une démocratie soit incapable d'opposer le moindre frein aux ravages insidieux de cet instrument de mal- heurs... Mais le plus grave, c'est qu'au rythme où l'usage s'en répand dans les jeunes générations, il est vraisemblable qu'avant la fin du siècle il n'y ait plus que quelques oisifs pour offrir un groupe-témoin à d'éventuels hygiénistes. Plus le temps passe et plus il devient difficile de percevoir le danger. D'ailleurs, au prix où l'engin est tombé, on ne rencontrera bientôt plus de sujets sains que dans les hauts lieux de misère. L'espoir de voir un jour un éminent neurologue patronner une thèse sur l'étude des lésions présentées par les radio-réveillés est des plus minces et s'amenuise de jour en jour. Sans le secours d'une telle autorité, il est à redouter qu'on ne parvienne jamais à émouvoir une opinion publique si mathématisée par l'abus des sondages qu'elle n'entend plus rien aux évidences les plus frappantes. Et puis, tous les historiens, tous les ethnologues, tous les militants de base le savent, rien n'est plus difficile aux victimes que de se reconnaître pour ce qu'elles sont. En l'occurrence, la défiance croissante du citoyen envers l'information en général, le dispense de douter en particulier... Pourtant, même les plus traumatisés ne manquent pas d'expérimenter, de temps en temps, d'autres formes d'éveil. Malheureusement, dans la quasi-totalité des cas, les circonstances faussent l'interprétation du résultat. Le sujet réveillé sans catastrophe met spontanément sur le compte des vacances ou du week-end le mieux-être qu'il ressent, et quand, par extraordinaire, la machine se détraque en semaine, il est rare que celui qui bénéficie de cette grâce singulière y consente jusqu'à laisser l'engin en manque de piles plus d'une journée. Qu'on ne s'étonne plus que l'air du temps en soit encore à patauger dans les vieilles superstitions où le manque, le creux et la rature sont à l'Etre ce que le fond est à la forme, et que certains philosophes, radioréveillés quotidiennement, le temps nécessaire pour réintégrer, à leurs dépens, le point de (Suite page 196.)
Photo Gilbert IUNDT pour récupérer, VILAS a 90 secondes et... 1.81 eerie Cinq sets, ça peut durer plus de quatre heures. Des kilomètres hachés sous le soleil. Une concentration qui résiste à la soif. Et tous les deux jeux, 90 secondes, pas plus, pour récupérer. Heureusement, au pied de la chaise d'arbitre, dans la glacière  : Perrier. Perrier coupe la soif sans couper les jambes. Perrier, c'est l'eau préférée des sportifs.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 208 mai 1981 Page 1Lui numéro 208 mai 1981 Page 2-3Lui numéro 208 mai 1981 Page 4-5Lui numéro 208 mai 1981 Page 6-7Lui numéro 208 mai 1981 Page 8-9Lui numéro 208 mai 1981 Page 10-11Lui numéro 208 mai 1981 Page 12-13Lui numéro 208 mai 1981 Page 14-15Lui numéro 208 mai 1981 Page 16-17Lui numéro 208 mai 1981 Page 18-19Lui numéro 208 mai 1981 Page 20-21Lui numéro 208 mai 1981 Page 22-23Lui numéro 208 mai 1981 Page 24-25Lui numéro 208 mai 1981 Page 26-27Lui numéro 208 mai 1981 Page 28-29Lui numéro 208 mai 1981 Page 30-31Lui numéro 208 mai 1981 Page 32-33Lui numéro 208 mai 1981 Page 34-35Lui numéro 208 mai 1981 Page 36-37Lui numéro 208 mai 1981 Page 38-39Lui numéro 208 mai 1981 Page 40-41Lui numéro 208 mai 1981 Page 42-43Lui numéro 208 mai 1981 Page 44-45Lui numéro 208 mai 1981 Page 46-47Lui numéro 208 mai 1981 Page 48-49Lui numéro 208 mai 1981 Page 50-51Lui numéro 208 mai 1981 Page 52-53Lui numéro 208 mai 1981 Page 54-55Lui numéro 208 mai 1981 Page 56-57Lui numéro 208 mai 1981 Page 58-59Lui numéro 208 mai 1981 Page 60-61Lui numéro 208 mai 1981 Page 62-63Lui numéro 208 mai 1981 Page 64-65Lui numéro 208 mai 1981 Page 66-67Lui numéro 208 mai 1981 Page 68-69Lui numéro 208 mai 1981 Page 70-71Lui numéro 208 mai 1981 Page 72-73Lui numéro 208 mai 1981 Page 74-75Lui numéro 208 mai 1981 Page 76-77Lui numéro 208 mai 1981 Page 78-79Lui numéro 208 mai 1981 Page 80-81Lui numéro 208 mai 1981 Page 82-83Lui numéro 208 mai 1981 Page 84-85Lui numéro 208 mai 1981 Page 86-87Lui numéro 208 mai 1981 Page 88-89Lui numéro 208 mai 1981 Page 90-91Lui numéro 208 mai 1981 Page 92-93Lui numéro 208 mai 1981 Page 94-95Lui numéro 208 mai 1981 Page 96-97Lui numéro 208 mai 1981 Page 98-99Lui numéro 208 mai 1981 Page 100-101Lui numéro 208 mai 1981 Page 102-103Lui numéro 208 mai 1981 Page 104-105Lui numéro 208 mai 1981 Page 106-107Lui numéro 208 mai 1981 Page 108-109Lui numéro 208 mai 1981 Page 110-111Lui numéro 208 mai 1981 Page 112-113Lui numéro 208 mai 1981 Page 114-115Lui numéro 208 mai 1981 Page 116-117Lui numéro 208 mai 1981 Page 118-119Lui numéro 208 mai 1981 Page 120-121Lui numéro 208 mai 1981 Page 122-123Lui numéro 208 mai 1981 Page 124-125Lui numéro 208 mai 1981 Page 126-127Lui numéro 208 mai 1981 Page 128-129Lui numéro 208 mai 1981 Page 130-131Lui numéro 208 mai 1981 Page 132-133Lui numéro 208 mai 1981 Page 134-135Lui numéro 208 mai 1981 Page 136-137Lui numéro 208 mai 1981 Page 138-139Lui numéro 208 mai 1981 Page 140-141Lui numéro 208 mai 1981 Page 142-143Lui numéro 208 mai 1981 Page 144-145Lui numéro 208 mai 1981 Page 146-147Lui numéro 208 mai 1981 Page 148-149Lui numéro 208 mai 1981 Page 150-151Lui numéro 208 mai 1981 Page 152-153Lui numéro 208 mai 1981 Page 154-155Lui numéro 208 mai 1981 Page 156-157Lui numéro 208 mai 1981 Page 158-159Lui numéro 208 mai 1981 Page 160-161Lui numéro 208 mai 1981 Page 162-163Lui numéro 208 mai 1981 Page 164-165Lui numéro 208 mai 1981 Page 166-167Lui numéro 208 mai 1981 Page 168-169Lui numéro 208 mai 1981 Page 170-171Lui numéro 208 mai 1981 Page 172-173Lui numéro 208 mai 1981 Page 174-175Lui numéro 208 mai 1981 Page 176-177Lui numéro 208 mai 1981 Page 178-179Lui numéro 208 mai 1981 Page 180-181Lui numéro 208 mai 1981 Page 182-183Lui numéro 208 mai 1981 Page 184-185Lui numéro 208 mai 1981 Page 186-187Lui numéro 208 mai 1981 Page 188-189Lui numéro 208 mai 1981 Page 190-191Lui numéro 208 mai 1981 Page 192-193Lui numéro 208 mai 1981 Page 194-195Lui numéro 208 mai 1981 Page 196-197Lui numéro 208 mai 1981 Page 198-199Lui numéro 208 mai 1981 Page 200-201Lui numéro 208 mai 1981 Page 202