Lui n°208 mai 1981
Lui n°208 mai 1981
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°208 de mai 1981

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 202

  • Taille du fichier PDF : 190 Mo

  • Dans ce numéro : Véronique Genest, l'héroïne de Zola révélée par la télé.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 182 - 183  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
182 183
« MOI, UN NOIR, A LA MAISON-BLANCHE » « Quand j'aurai été élu président, mon premier décret portera sur le changement de nom de la Maison-Blanche qui sera rebaptisée la Maison du Blues... » (Suite de la p.181.) Ross Barnett, gouverneur de l'Alabama, comme chef de l'Usia (U.s. Information Agency) au Congo, et j'ai présenté quelques suggestions au Congrès et à l'administration en général. Nous demandions entre autres à la Commission sénatoriale sur la sécurité intérieure d'enquêter sur les activités anti-américaines de « tout ce qui se cachait sous des draps blancs » ; à la Nasa, de mettre sur orbite au moins un astronaute noir. J'ai également lancé quelques ballons d'essai en suggérant un changement de couleur de la Maison-Blanche, et l'éventuelle nomination de Bo Diddley comme secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères. Mes fans avaient fondé la « John Birks Society » et vendaient des tee-shirts avec mon portrait brodé sur la poitrine, à l'instar des admirateurs de Bach et de Beethoven. Quand les critiques me demandaient pourquoi moi, un musicien de jazz, j'avais posé ma candidature à la présidence, je répondais  : « Parce qu'il nous faut un président... » Nous avions des projets dans tous les domaines et nous avons commencé rapidement à mettre notre programme sur pied. Nous avons donc cherché des solutions aux problèmes pratiques, comme dénicher un astronaute noir car on ne trouvait pas de postulant avec les qualifications nécessaires. J'ai pensé un moment aller moi-même sur la Lune ! Au début de 1964, la campagne avait bien démarré. Des gens de vingt-cinq Etats différents avaient déjà pris contact avec Jeannie Gleason, et un mouvement destiné à me faire admettre sur la liste des candidats en Californie fut lancé. Des membres de la John Birks Society commencèrent à faire circuler une pétition  : « Les soussignés demandent par la présente au secrétaire d'Etat de la Californie de porter le nom de John Birks "Dizzy" Gillespie sur la liste des candidats à la présidence des Etats-Unis d'Amérique, comme indépendant... » Nous avons décidé de laisser tomber les « primaires ». Je devais me présenter directe- 182 ment comme candidat sur vote par correspondance. Dans tout le pays et même à l'étranger, on a adoré mon slogan  : « Je me présente comme président "parce qu'il nous en faut un"... ». J'ai été interviewé par le National Observer, par des animateurs de la radio et de la télévision, et j'ai déjeuné avec 1.F. Stone. J'ai subi des pressions pour me retirer de la course lorsque la presse a commencé à montrer un certain intérêt et que l'on a découvert que j'étais un candidat sérieux. Barry Goldwater, choisi par les Républicains, archi-conservateur, essaya de démembrer et d'attirer à lui une partie des appuis que me donnait le monde du jazz en annonçant que Turk Murphy était son musicien préféré. J'ai répliqué  : « Voyez-vous, je n'en veux pas à Turk. Je suis si content qu'il ne m'ait pas choisi... » Les reporters souhaitaient savoir si je comptais me retirer assez rapidement pour souvenir Lyndon Johnson. J'y avais pensé, mais je ne voulais surtout pas annoncer une décision quelconque avant la fin de la Convention démocratique à Atlantic City et l'exposé du programme démocrate sur la partie concernant les droits civiques. « Ça me rappelle tout à fait Wallace, le gouverneur de l'Alabama », fit remarquer Ralph Gleason. Ce à quoi j'ai répliqué que le gouverneur Wallace et moi ne « servions pas les mêmes couleurs », et que moi, au moins j'annonçais la mienne... Mon équipe préparait activement un plan pour défendre mes propositions à la Convention  : supprimer l'impôt sur le revenu, rendre légales les loteries et changer la couleur et/ou le nom de la Maison-Blanche. Mes représentants à la Convention devaient se coucher par terre dans la salle et jouer de la trompette si nécessaire. Pour le cas où notre but ne serait pas atteint, j'avais rédigé ces quelques lignes pour définir ma position de repli  : « Je ne pensais pas qu'un jour viendrait où pour Lyndon B. je voterais ; mais je préfère encore rôtir en Enfer que de voter pour Goldwater. » Tout le monde était bien d'accord qu'il fallait se méfier du docteur Folamour... A mi-campagne, mon discours passepartout était bien rodé et fut cité mot pour mot par la presse. J'y énumérais mes idées directrices concernant de nouveaux programmes et les principales nominations aux postes gouvernementaux. « Quand j'aurai été élu président des Etats-Unis, mon premier décret portera sur le changement de nom de la Maison-Blanche qui sera rebaptisée la Maison du Blues (un calembour sur Blues et bleu). « Il faut supprimer l'impôt sur le revenu et légaliser tous les jeux de loterie. Nous n'acceptons pas les pronostics alarmants d'un officiel de la Naacp (National association for the advancement of colored people) selon lequel la législation de cette branche particulière du big business serait désastreuse pour notre économie. N'oublions pas que c'est en étant introduit dans les salles de concerts que le jazz a connu la respectabilité. « Une bonne méthode pour réduire les dépenses de l'Etat est de licencier tout le F. b.i., et d'ordonner à la Commission sénatoriale sur la sécurité intérieure de lancer une enquête sur tout ce qui se cache "sous des draps blancs". Il faut "faire sa lessive" au grand jour. « Tous les procureurs et les juges dans le Sud seront noirs, pour redresser un peu la situation. Un vote pour chaque homme, c'est notre devise. Nous irions même jusqu'à supprimer le droit de vote aux femmes... et les laisser gouverner le pays en éminences grises. C'est ce qu'elles font de toute façon. « L'armée et la Marine fusionneront, afin que les promoteurs ne puissent prélever une trop grosse commisison sur les doubles concerts qu'ils organisent pour le moment. « Le comité national du travail mettra en vigueur un règlement selon lequel les postulants à un (Suite page 184.)
C'EST ABSURDE D'ACHETER UNE VOITURE COMME ÇA EN 19 (: F,ST POUR ÇA QUE C'EST MERVEILLEUX. Le temps est aux voitures compactes, la TR7 est basse et longiligne. Le temps est aux mécaniques rationnelles et aux.. vitesses limites, la TReeintune vitesse de pointe de 180km/h (en circuit fermé)., Le temps est a'.4 familiales, la TR 7 ne supporte que les tête-à-tête. Ceit justement ce qui fait son charme. = En ton casout p x qui aiment sortir des sentiers battus. y. 4 ertes, l'acquisition d'u, e:TR7 n'obéit en règle générale à aucun, raisonnement logique. Pourtaa les raisons ne manqueraient pas. e 5 vitesses, tablegu de bord _f. ionnel et complet, consommations zonnamment  : basse ?  : 71 auxl. n à 9(.km/h, 91 à 120km/hrcou s urbain.i ; 4-10alité f" énae, avec le rêve.C'est rare. Tant qu'il aura ces TR n petit x+ ! i coin e `fiel ble i', CI., saa.,l..M. {H,.Y.r, -. dot !.` f `.',. - IUMPHTR7. LA DERNIERE ANGLAISE Ro1't&'Ti',Prix clés en -main a 19.4 8I  : TR 7 coupé 56.500 F. " ! R 7 cabriolet 55.900 F. TR7 t:dition Limitée couleur noire 59.900F. Modéles 8t. Financement'fiiéilité par LeylandCrédit/Leylalnd Le



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 208 mai 1981 Page 1Lui numéro 208 mai 1981 Page 2-3Lui numéro 208 mai 1981 Page 4-5Lui numéro 208 mai 1981 Page 6-7Lui numéro 208 mai 1981 Page 8-9Lui numéro 208 mai 1981 Page 10-11Lui numéro 208 mai 1981 Page 12-13Lui numéro 208 mai 1981 Page 14-15Lui numéro 208 mai 1981 Page 16-17Lui numéro 208 mai 1981 Page 18-19Lui numéro 208 mai 1981 Page 20-21Lui numéro 208 mai 1981 Page 22-23Lui numéro 208 mai 1981 Page 24-25Lui numéro 208 mai 1981 Page 26-27Lui numéro 208 mai 1981 Page 28-29Lui numéro 208 mai 1981 Page 30-31Lui numéro 208 mai 1981 Page 32-33Lui numéro 208 mai 1981 Page 34-35Lui numéro 208 mai 1981 Page 36-37Lui numéro 208 mai 1981 Page 38-39Lui numéro 208 mai 1981 Page 40-41Lui numéro 208 mai 1981 Page 42-43Lui numéro 208 mai 1981 Page 44-45Lui numéro 208 mai 1981 Page 46-47Lui numéro 208 mai 1981 Page 48-49Lui numéro 208 mai 1981 Page 50-51Lui numéro 208 mai 1981 Page 52-53Lui numéro 208 mai 1981 Page 54-55Lui numéro 208 mai 1981 Page 56-57Lui numéro 208 mai 1981 Page 58-59Lui numéro 208 mai 1981 Page 60-61Lui numéro 208 mai 1981 Page 62-63Lui numéro 208 mai 1981 Page 64-65Lui numéro 208 mai 1981 Page 66-67Lui numéro 208 mai 1981 Page 68-69Lui numéro 208 mai 1981 Page 70-71Lui numéro 208 mai 1981 Page 72-73Lui numéro 208 mai 1981 Page 74-75Lui numéro 208 mai 1981 Page 76-77Lui numéro 208 mai 1981 Page 78-79Lui numéro 208 mai 1981 Page 80-81Lui numéro 208 mai 1981 Page 82-83Lui numéro 208 mai 1981 Page 84-85Lui numéro 208 mai 1981 Page 86-87Lui numéro 208 mai 1981 Page 88-89Lui numéro 208 mai 1981 Page 90-91Lui numéro 208 mai 1981 Page 92-93Lui numéro 208 mai 1981 Page 94-95Lui numéro 208 mai 1981 Page 96-97Lui numéro 208 mai 1981 Page 98-99Lui numéro 208 mai 1981 Page 100-101Lui numéro 208 mai 1981 Page 102-103Lui numéro 208 mai 1981 Page 104-105Lui numéro 208 mai 1981 Page 106-107Lui numéro 208 mai 1981 Page 108-109Lui numéro 208 mai 1981 Page 110-111Lui numéro 208 mai 1981 Page 112-113Lui numéro 208 mai 1981 Page 114-115Lui numéro 208 mai 1981 Page 116-117Lui numéro 208 mai 1981 Page 118-119Lui numéro 208 mai 1981 Page 120-121Lui numéro 208 mai 1981 Page 122-123Lui numéro 208 mai 1981 Page 124-125Lui numéro 208 mai 1981 Page 126-127Lui numéro 208 mai 1981 Page 128-129Lui numéro 208 mai 1981 Page 130-131Lui numéro 208 mai 1981 Page 132-133Lui numéro 208 mai 1981 Page 134-135Lui numéro 208 mai 1981 Page 136-137Lui numéro 208 mai 1981 Page 138-139Lui numéro 208 mai 1981 Page 140-141Lui numéro 208 mai 1981 Page 142-143Lui numéro 208 mai 1981 Page 144-145Lui numéro 208 mai 1981 Page 146-147Lui numéro 208 mai 1981 Page 148-149Lui numéro 208 mai 1981 Page 150-151Lui numéro 208 mai 1981 Page 152-153Lui numéro 208 mai 1981 Page 154-155Lui numéro 208 mai 1981 Page 156-157Lui numéro 208 mai 1981 Page 158-159Lui numéro 208 mai 1981 Page 160-161Lui numéro 208 mai 1981 Page 162-163Lui numéro 208 mai 1981 Page 164-165Lui numéro 208 mai 1981 Page 166-167Lui numéro 208 mai 1981 Page 168-169Lui numéro 208 mai 1981 Page 170-171Lui numéro 208 mai 1981 Page 172-173Lui numéro 208 mai 1981 Page 174-175Lui numéro 208 mai 1981 Page 176-177Lui numéro 208 mai 1981 Page 178-179Lui numéro 208 mai 1981 Page 180-181Lui numéro 208 mai 1981 Page 182-183Lui numéro 208 mai 1981 Page 184-185Lui numéro 208 mai 1981 Page 186-187Lui numéro 208 mai 1981 Page 188-189Lui numéro 208 mai 1981 Page 190-191Lui numéro 208 mai 1981 Page 192-193Lui numéro 208 mai 1981 Page 194-195Lui numéro 208 mai 1981 Page 196-197Lui numéro 208 mai 1981 Page 198-199Lui numéro 208 mai 1981 Page 200-201Lui numéro 208 mai 1981 Page 202