Lui n°208 mai 1981
Lui n°208 mai 1981
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°208 de mai 1981

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 202

  • Taille du fichier PDF : 190 Mo

  • Dans ce numéro : Véronique Genest, l'héroïne de Zola révélée par la télé.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 104 - 105  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
104 105
Le plus grand pédé belge vient de mourir. Noyé. Il faisait une pipe au Manneken Piss. Du haut de la grande mosquée d'Alger, le muezzin harangue la foule des croyants. Tout d'un coup, grand silence. Mohameddit à Ali  : - Qui-ce qui c'est ? - T'occupes. C'est encore une panne di coran. Un jeune homme se rend dans une maison de passe et demande à la propriétaire  : - Je veux la plus grande et la plus maigre de vos filles. Quelques minutes plus tard, une jeune femme se présente  : 1,80m, 30 kilos. Le jeune homme lui demande de se déshabiller, puis de se mettre à quatre pattes. Il se dirige alors vers le placard, ouvre la porte. Un chien danois géant apparaît. Pointant du doigt la fille, le jeune homme dit au chien  : - C'est exactement ce que tu vas devenir si tu ne manges pas ta pâtée ! Statistique  : si deux jeunes mariés mettent une pièce de monnaie dans une tire-lire chaque fois qu'ils font l'amour au cours de leur première année de mariage, puis, au cours des années suivantes, retirent une pièce de la tire-lire chaque fois qu'ils font l'amour... elle ne se videra jamais ! En sortant du musée de l'Hermitage, à Leningrad, un touriste demande à un passant  : - Vous êtes heureux ? - Très heureux ! répond l'interpellé. - Vous avez les mêmes droits que dans un pays capitaliste ! - Bien sûr ! répond l'homme. - Avez-vous la radio ? insiste le touriste. - Ben, naturellement ! conclut le Russe, comment saurions-nous ce qu'il faut répondre sans ça ? 104 SOURIEZ-LUI Un jeune étudiant, un peu timide, accoste une pute  : - Je n'ai que 10 francs, mais en plus je peux te donner une paire de tennis toutes neuves... - Bon, allez, c'est d'accord. Mais je te préviens, je ne bougerai pas. Et ils montent... Le garçon est débordant de passion, de vitalité, de maladresse aussi. Et tout à coup il lui semble qu'elle a bougé. Oubliant un peu la situation, fou de joie, il s'écrie  : - Tu as bougé ! tu vois, tu m'aimes ! - Mais non... j'essaie les tennis. Dans la vitrine de Jacob, Cohen remarque un costume qui lui plaît. Il entre dans la boutique et demande le prix. Jacob dit  : - C'est notre meilleur costume et pour vous montrer que nous apprécions les clients qui ont du goût, je vais vous faire un prix spécial. Je ne vous demanderai pas cent francs pour ce costume, ni quatre-vingtdix, ni quatre-vingts. Je vous demanderai soixante-dix. Soixantedix francs et vous l'emportez. Cohen répond, calmement  : - Je ne vous donnerai pas soixante-dix, ni soixante, ni cinquante francs. Je vous donnerai quarante. - Vendu, dit Jacob. C'est comme ça que j'aime faire des affaires. Sans marchandage. Trois Ecossais parlent du mariage d'un ami commun. - Moi, dit le premier, j'ai envoyé en cadeau un service à café pour six personnes. - Et moi, fait le second, j'ai offert un service de table pour douze personnes. - Eh bien, moi, conclut le troisième, je me suis fendu d'une pince à sucre qui est prévue au moins pour deux cents personnes ! Un provincial fait visiter Paris à son fils de huit ans. Leur taxi arrive rue Saint-Denis et le gosse s'étonne  : - Papa, qu'est-ce qu'elles font sur le trottoir, les dames ? - Elles attendent leur mari à la sortie de leur travail, mon chéri. Le chauffeur de taxi intervient en rigolant  : - Ne l'écoute pas, mon gars, ce sont des putes qui font l'amour pour de l'argent... - Oh, elles doivent avoir beaucoup d'enfants, alors ? Le père, ivre de rage  : - Des masses. Tiens, par exemple, tous les chauffeurs de taxi sont des fils de putes... Chers lecteurs, souriez-nous. Envoyez-nous vos meilleures histoires drôles, à condition qu'elles soient inédites. Lui vous adressera un chèque-sourire de 40 francs pour chaque histoire publiée. Au cas où nous recevrions deux histoires identiques, seule la première exprimée, le cachet de la poste faisant fois, sera primée.
« La prise du Po par le général Mondar fut un des plus chauds moments de la campagne d'Italie. » (Napoléon) 1* 105



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 208 mai 1981 Page 1Lui numéro 208 mai 1981 Page 2-3Lui numéro 208 mai 1981 Page 4-5Lui numéro 208 mai 1981 Page 6-7Lui numéro 208 mai 1981 Page 8-9Lui numéro 208 mai 1981 Page 10-11Lui numéro 208 mai 1981 Page 12-13Lui numéro 208 mai 1981 Page 14-15Lui numéro 208 mai 1981 Page 16-17Lui numéro 208 mai 1981 Page 18-19Lui numéro 208 mai 1981 Page 20-21Lui numéro 208 mai 1981 Page 22-23Lui numéro 208 mai 1981 Page 24-25Lui numéro 208 mai 1981 Page 26-27Lui numéro 208 mai 1981 Page 28-29Lui numéro 208 mai 1981 Page 30-31Lui numéro 208 mai 1981 Page 32-33Lui numéro 208 mai 1981 Page 34-35Lui numéro 208 mai 1981 Page 36-37Lui numéro 208 mai 1981 Page 38-39Lui numéro 208 mai 1981 Page 40-41Lui numéro 208 mai 1981 Page 42-43Lui numéro 208 mai 1981 Page 44-45Lui numéro 208 mai 1981 Page 46-47Lui numéro 208 mai 1981 Page 48-49Lui numéro 208 mai 1981 Page 50-51Lui numéro 208 mai 1981 Page 52-53Lui numéro 208 mai 1981 Page 54-55Lui numéro 208 mai 1981 Page 56-57Lui numéro 208 mai 1981 Page 58-59Lui numéro 208 mai 1981 Page 60-61Lui numéro 208 mai 1981 Page 62-63Lui numéro 208 mai 1981 Page 64-65Lui numéro 208 mai 1981 Page 66-67Lui numéro 208 mai 1981 Page 68-69Lui numéro 208 mai 1981 Page 70-71Lui numéro 208 mai 1981 Page 72-73Lui numéro 208 mai 1981 Page 74-75Lui numéro 208 mai 1981 Page 76-77Lui numéro 208 mai 1981 Page 78-79Lui numéro 208 mai 1981 Page 80-81Lui numéro 208 mai 1981 Page 82-83Lui numéro 208 mai 1981 Page 84-85Lui numéro 208 mai 1981 Page 86-87Lui numéro 208 mai 1981 Page 88-89Lui numéro 208 mai 1981 Page 90-91Lui numéro 208 mai 1981 Page 92-93Lui numéro 208 mai 1981 Page 94-95Lui numéro 208 mai 1981 Page 96-97Lui numéro 208 mai 1981 Page 98-99Lui numéro 208 mai 1981 Page 100-101Lui numéro 208 mai 1981 Page 102-103Lui numéro 208 mai 1981 Page 104-105Lui numéro 208 mai 1981 Page 106-107Lui numéro 208 mai 1981 Page 108-109Lui numéro 208 mai 1981 Page 110-111Lui numéro 208 mai 1981 Page 112-113Lui numéro 208 mai 1981 Page 114-115Lui numéro 208 mai 1981 Page 116-117Lui numéro 208 mai 1981 Page 118-119Lui numéro 208 mai 1981 Page 120-121Lui numéro 208 mai 1981 Page 122-123Lui numéro 208 mai 1981 Page 124-125Lui numéro 208 mai 1981 Page 126-127Lui numéro 208 mai 1981 Page 128-129Lui numéro 208 mai 1981 Page 130-131Lui numéro 208 mai 1981 Page 132-133Lui numéro 208 mai 1981 Page 134-135Lui numéro 208 mai 1981 Page 136-137Lui numéro 208 mai 1981 Page 138-139Lui numéro 208 mai 1981 Page 140-141Lui numéro 208 mai 1981 Page 142-143Lui numéro 208 mai 1981 Page 144-145Lui numéro 208 mai 1981 Page 146-147Lui numéro 208 mai 1981 Page 148-149Lui numéro 208 mai 1981 Page 150-151Lui numéro 208 mai 1981 Page 152-153Lui numéro 208 mai 1981 Page 154-155Lui numéro 208 mai 1981 Page 156-157Lui numéro 208 mai 1981 Page 158-159Lui numéro 208 mai 1981 Page 160-161Lui numéro 208 mai 1981 Page 162-163Lui numéro 208 mai 1981 Page 164-165Lui numéro 208 mai 1981 Page 166-167Lui numéro 208 mai 1981 Page 168-169Lui numéro 208 mai 1981 Page 170-171Lui numéro 208 mai 1981 Page 172-173Lui numéro 208 mai 1981 Page 174-175Lui numéro 208 mai 1981 Page 176-177Lui numéro 208 mai 1981 Page 178-179Lui numéro 208 mai 1981 Page 180-181Lui numéro 208 mai 1981 Page 182-183Lui numéro 208 mai 1981 Page 184-185Lui numéro 208 mai 1981 Page 186-187Lui numéro 208 mai 1981 Page 188-189Lui numéro 208 mai 1981 Page 190-191Lui numéro 208 mai 1981 Page 192-193Lui numéro 208 mai 1981 Page 194-195Lui numéro 208 mai 1981 Page 196-197Lui numéro 208 mai 1981 Page 198-199Lui numéro 208 mai 1981 Page 200-201Lui numéro 208 mai 1981 Page 202