Lui n°207 avril 1981
Lui n°207 avril 1981
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°207 de avril 1981

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 162

  • Taille du fichier PDF : 151 Mo

  • Dans ce numéro : Pamela, Ariane et... Prudence.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 142 - 143  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
142 143
jean Charles PP11 524.43.33 142 IMPORTATEUR American Motors 28, rue ClaudeTERRASSE 75016 PARIS Catalogue 64 pages en couleurs otp, lingerie fine, folle, fascinante FRANCE  : ACODIF, 72, rue du Rendez-Vous, 75012 PARIS - Tel. 344-45-78 contre 15 F en chèque (vente au dépôt, 5e étage sur cour(. BELGIQUE  : P.DENIS, 27 a rue d'Ewere, 1 940 Woluwe St-Etienpe. contre 110 FB par chèque. SUISSE  : Berco - CP 1181 Vinzel contre 10 SFr. NOM  : Adresse  : NOM MM MIN =MI OMM..111. UMM MM 0 Ville  : CP  : LE GRIS DU COEUR Le vieil Indien accepta une gorgée d'alcool de la gourde et la recracha dans le feu. (Suite de la p.138.) que l'homme était probablement en fuite pour quelque mauvais coup. Ludlow se réveilla et mangea avec appétit. Il aimait ce pays et projetait de se faire enterrer à l'endroit où une petite source jaillissait de la paroi du canyon. Son ranch couvrait un territoire de huit mille hectares ce qui n'était pas énorme pour la région. Mais il avait acheté le domaine pour un prix dérisoire. Le vendeur était un prospecteur qui s'en débarrassait après avoir constaté qu'il n'y avait pas la moindre chance de sortir du minerai de cette terre. A défaut de minerai, il y avait de l'eau, beaucoup d'eau et le ranch pouvait abreuver autant de têtes qu'une exploitation trois fois plus importante. Mais Ludlow limitait volontairement l'importance de son troupeau ; il n'était pas avide et voulait s'épargner les problèmes que n'aurait pas manqué de lui apporter un personnel trop important. De plus, si le bétail étendait ses pâtures jusqu'aux crêtes, le gibier à plumes disparaîtrait rapidement. Les chiens relevèrent la tête en percevant l'odeur de Un Coup qui descendait maintenant le flanc de la colline et se mirent à battre frénétiquement de la queue. Le vieil Indien accepta une gorgée d'alcool de la gourde de Ludlow et la recracha dans le feu où elle provoqua une brusque flamme verticale. Decker était toujours amusé d'entendre Un Coup s'exprimer avec un fort accent anglais qu'il tenait de Ludlow. Plus tard, cette nuit-là, l'hiver arriva. Et le jour suivant apporta une lettre à la fois implorante et furieuse de la femme de Ludlow, le conjurant d'user de son influence pour faire libérer Samuel de l'Armée. Elle ne trouvait plus le sommeil bien qu'Alfred lui ait écrit de Calgary pour lui dire que tout allait bien. En quoi, au nom du Ciel, les garçons pouvaient-ils être concernés par la défense d'une Angleterre qu'ils ne connaissaient même pas ? Ludlow les y avait poussés pour répondre à son goût pervers de l'aven- ture et sans songer à la peine qu'il lui causait, à elle. Les lettres se succédèrent jusqu'en janvier, toutes empreintes d'une rage nerveuse qui atteignait parfois de tels extrêmes que Ludlow lui-même empli de sombres présages ne se donnait même plus la peine de les ouvrir. Il renonça à faire son voyage à Helena avant Noël et s'étant ainsi privé d'un intermède sentimental, il passait ses journées à lire et à broyer du noir, hormis durant les quelques heures qu'il consacrait chaque matin à l'éducation de la petite Isabel. Il envoya Decker à Helena pour y acheter des provisions et des cadeaux. Le jour suivant, un agent fédéral vint au ranch pour lui demander s'il connaissait le lieu de résidence d'un certain Jon Thronburg recherché pour le pillage d'une banque commis quelques années plus tôt à Saint Louis, dans le Minnesota. Le bruit courait qu'il s'était fixé dans le Montana. Ludlow ne montra aucune surprise en regardant une photo ancienne de Decker et répondit que l'homme était effectivement passé par là, trois ans plus tôt. Il était en route pour San Francisco d'où il comptait s'embarquer à destination de l'Australie. L'agent fédéral hocha la tête avec lassitude, se laissa servir un énorme repas et, en fin d'après-midi, il reprit sa chevauchée. en direction de Choteau. Ludlow attendit une bonne heure, de crainte que l'agent fédéral se soit posté à proximité du ranch. Puis il envoya Un Coup à Helena pour dire à Decker de rentrer immédiatement en évitant de traverser les bourgs et les villages et en se tenant à l'écart des routes trop fréquentées. Les choses se compliquaient. Par le plus parfait des hasards, il avait aperçu Pet en train de se sécher après un bain et cette vision le laissa affaibli, lourd et congestionné. Il aurait volontiers donné son ranch et son bétail pour avoir au moins un de ses fils près de lui. A Boston, Isabel vivait une nouvelle aventure avec un baryton italien. Il ne parlait pas un mot d'anglais et seules quelques notions (Suite page 144.)
e s II. i+ *14 T T  : , !., ! !.:104  : 7i,. - iii, ♦c. 1, ! 114  : 1 eîN, ! ! Mrrr. r x M M 4"."..4 fa s -i. 1:6". + s a °41" ++i 3.1111:. s * +ei 4s. ! 4 `♦ ar.R. r` ♦ —..., «, .., 0%0 01%1% $1%1011. (. pV(5 uYS pv,5, e5 eS._..tOUs_ic.eZtiouS acee, oveZ c°, d1m diap,de A de e vovs le PRG Q\ASeUee â ecofoq seu eme ec lart Auu. ti mar e le v s av c°° seo, eZ-v oême l Sa e ceS of 1e },. u mh, s A tipn pmp1 meo 5`er kav epv me.. acc.l. cors er5e 1 de de, B11 1.es. c ec.Lr du Au 11 orrdedrde orP, e p `u d 1e r à e 5 ree `e" p e c° 1e ° a ce eser G A, des p a, A foS an AR. d'e,°n v elle, sa ca w j v 5V eS\1410d `e, hd 5 e la ° 1 lt,e `o vt e5 d es d a d optie Sa eX es de"ppbe 1, absp et,e, S °. a,ce a t à tie a lege a ess'O Sca v o cc, Sa l etis 1u c° e au s° ont, va ri1S `ec, u X ta Vats Û u sueême a 1.0 ‘11 l a mo aAe. `` Sup



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 207 avril 1981 Page 1Lui numéro 207 avril 1981 Page 2-3Lui numéro 207 avril 1981 Page 4-5Lui numéro 207 avril 1981 Page 6-7Lui numéro 207 avril 1981 Page 8-9Lui numéro 207 avril 1981 Page 10-11Lui numéro 207 avril 1981 Page 12-13Lui numéro 207 avril 1981 Page 14-15Lui numéro 207 avril 1981 Page 16-17Lui numéro 207 avril 1981 Page 18-19Lui numéro 207 avril 1981 Page 20-21Lui numéro 207 avril 1981 Page 22-23Lui numéro 207 avril 1981 Page 24-25Lui numéro 207 avril 1981 Page 26-27Lui numéro 207 avril 1981 Page 28-29Lui numéro 207 avril 1981 Page 30-31Lui numéro 207 avril 1981 Page 32-33Lui numéro 207 avril 1981 Page 34-35Lui numéro 207 avril 1981 Page 36-37Lui numéro 207 avril 1981 Page 38-39Lui numéro 207 avril 1981 Page 40-41Lui numéro 207 avril 1981 Page 42-43Lui numéro 207 avril 1981 Page 44-45Lui numéro 207 avril 1981 Page 46-47Lui numéro 207 avril 1981 Page 48-49Lui numéro 207 avril 1981 Page 50-51Lui numéro 207 avril 1981 Page 52-53Lui numéro 207 avril 1981 Page 54-55Lui numéro 207 avril 1981 Page 56-57Lui numéro 207 avril 1981 Page 58-59Lui numéro 207 avril 1981 Page 60-61Lui numéro 207 avril 1981 Page 62-63Lui numéro 207 avril 1981 Page 64-65Lui numéro 207 avril 1981 Page 66-67Lui numéro 207 avril 1981 Page 68-69Lui numéro 207 avril 1981 Page 70-71Lui numéro 207 avril 1981 Page 72-73Lui numéro 207 avril 1981 Page 74-75Lui numéro 207 avril 1981 Page 76-77Lui numéro 207 avril 1981 Page 78-79Lui numéro 207 avril 1981 Page 80-81Lui numéro 207 avril 1981 Page 82-83Lui numéro 207 avril 1981 Page 84-85Lui numéro 207 avril 1981 Page 86-87Lui numéro 207 avril 1981 Page 88-89Lui numéro 207 avril 1981 Page 90-91Lui numéro 207 avril 1981 Page 92-93Lui numéro 207 avril 1981 Page 94-95Lui numéro 207 avril 1981 Page 96-97Lui numéro 207 avril 1981 Page 98-99Lui numéro 207 avril 1981 Page 100-101Lui numéro 207 avril 1981 Page 102-103Lui numéro 207 avril 1981 Page 104-105Lui numéro 207 avril 1981 Page 106-107Lui numéro 207 avril 1981 Page 108-109Lui numéro 207 avril 1981 Page 110-111Lui numéro 207 avril 1981 Page 112-113Lui numéro 207 avril 1981 Page 114-115Lui numéro 207 avril 1981 Page 116-117Lui numéro 207 avril 1981 Page 118-119Lui numéro 207 avril 1981 Page 120-121Lui numéro 207 avril 1981 Page 122-123Lui numéro 207 avril 1981 Page 124-125Lui numéro 207 avril 1981 Page 126-127Lui numéro 207 avril 1981 Page 128-129Lui numéro 207 avril 1981 Page 130-131Lui numéro 207 avril 1981 Page 132-133Lui numéro 207 avril 1981 Page 134-135Lui numéro 207 avril 1981 Page 136-137Lui numéro 207 avril 1981 Page 138-139Lui numéro 207 avril 1981 Page 140-141Lui numéro 207 avril 1981 Page 142-143Lui numéro 207 avril 1981 Page 144-145Lui numéro 207 avril 1981 Page 146-147Lui numéro 207 avril 1981 Page 148-149Lui numéro 207 avril 1981 Page 150-151Lui numéro 207 avril 1981 Page 152-153Lui numéro 207 avril 1981 Page 154-155Lui numéro 207 avril 1981 Page 156-157Lui numéro 207 avril 1981 Page 158-159Lui numéro 207 avril 1981 Page 160-161Lui numéro 207 avril 1981 Page 162