Lui n°206 mars 1981
Lui n°206 mars 1981
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°206 de mars 1981

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 138

  • Taille du fichier PDF : 139 Mo

  • Dans ce numéro : les fantasmes des nanas... et Clio Goldsmith.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 92 - 93  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
92 93
CI-BI FRICOTIN « Allo le break ! Mona Lisa en fréquence... t'as besoin d'amour, mon chéri ? »... « Oui, allo l'Y.I. ! J'ai mal copié ton Q.r.z... » (Suite de la page 84.) Le même  : «... Break... Qui est-ce qui m'aime ce soir ?... Beeep ! » (Toujours pas de réponse... Si, voilà une voix féminine  : ) «... Allo le break ! Mona Lisa en fréquence... t'as besoin d'amour, mon chéri ?... » «... Allo l'Y1 ! (cette fois c'est un autre Om qui essaie de se brancher ; dès qu'il y a une Yl sur les ondes, c'est la cohue...)... J'ai mal copié ton rz... » «... Mon indicatif ?... Mona Lisa. »... Affirmatif-affirmatif, Mona Lisa j'ai bien copié... Ouais l'Yl-euh, on pourrait faire un p'tit Qso (une discussion) si tu voulais... qu'est-ce t'en pen... » (Elle l'interrompt  : ) «... Hé, c'est pas les louveteaux ici mon gros !... va donc jouer avec tes petits camarades, hein ?... » (Pas de réponse  : le type doit être resté en écoute, ou alors mouché comme il n'est pas permis il a changé de fréquence... La fausse Joconde reprend le micro  : ) «... Il est toujours là, l'affamé d'amour ?... » «... Un peu, ouais !... Beeep ! » «... Okay mon lapin, on passe sur le canal 4... 2 et 2... » (Nous les suivons...)... Mona Lisa ici... (grésillements)... Il est là mon légionnaire ?... » «... Ouais-ouais il est là !... Beeep ! » «... Tu pourrais pas couper ton truc, là, ça me casse les oreilles... » «... Sûrement pas, on m'a livré avec ! Ha ! Ha !... Beeep ! » «... Bonsoir la classe !... bon... tu connais les tarifs ?... » «... Ouais  : trois cents... on se retrouve où ?... Beeep ! » «... Oh là là, ce truc !... Ecoute, tu vois la bretelle sur le Périf, pour Porte Dauphine (et à mots couverts, mais tranquillement, elle fixe son rendezvous  : en général dans la rue longeant la bretelle en question ; ou un peu plus loin, au pied... des Langues'O) «... Dans dix minutes, Ok ?... » «... Ouais... une voiture bleue... Beep ! » 92 Sans entrer dans un cours théorique aux conséquences désastreuses (quant à leurs auteurs), il faut pourtant préciser pour une bonne compréhension premièrement, qu'à chaque canal correspond une longueur d'onde. Ainsi le canal 22 par exemple égale une onde de 27, 225 Mégahertz, soit 27 225 000 vibrations du quartz émetteur par seconde. Deuxièmement, qu'il existe trois (et en pratique quatre) types d'émissions Cb  : la Modulation d'Amplitude (Am) ; la modulation dite à bande latérale unique » (Blu ; en anglais Ssb pour « single side band ») , divisée en bande latérale supérieure (Usb pour « upper side band ») et en bande latérale inférieure (Lsb pour lower side band ») ; et enfin la Modulation de Fréquence (Fm). Tous systèmes qui augmentent d'autant le nombre des canaux ; un appareil annoncé pour 40 canaux par exemple c'est-àdire recevant les fréquences comprises entre 26, 965 (canal 1) et 27, 405 Mégahertz (canal 40) —, mais équipé pour tous les types d'émissions, disposera en fait de 160 canaux  : 40 en Am, 40 en Usb, etc. C'est la Fm et elle seule —, qui a été retenue par les Pouvoirs Publics dans la toute récente libéralisation, avec comme on l'a vu 22 canaux et 2 watts de puissance d'émission autorisés ; une libéralisation qui laisse la grande majorité des cibistes sur leur faim. Outre le nombre trop réduit de canaux, et si la modulation de fréquence présente en ville l'avantage de supprimer la plupart des parasites, elle présente également l'inconvénient d'avoir une portée maximale nettement réduite par rapport aux autres types d'émissions ; n'autorisant notamment pas la liaison à longue distance, grande joie du cibiste chevronné... Revenons quelques années en arrière  : comme le hoola-hoop, comme le rollerskate, comme pas mal de choses depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, la Cb nous vient d'outre-Atlantique. Elle y est née par hasard, vers la fin des années 40, le jour où deux officiers des Marines, lassés de se transmettre les positions respectives de leurs sections d'assaut en plein crapahutage, détournèrent leurs émetteurs-radio de leur fonction première en échangeant le numéro de téléphone d'un bootlegger compréhensif (sic !) contre l'adresse d'un motel tranquille où emmener une petite amie. Les tuyaux devaient être de première bourre car, rentrés au cantonnement, ils prirent l'habitude de se mettre en fréquence » à horaires convenus pour commenter le dernier clash imputable à MacArthur, se communiquer le film à voir à la télé le soir même et l'heure précise à laquelle donner absolument un coup de fil le lendemain pour cause d'alibi conjugal ; la vie de tous les jours, quoi ! Le temps, les progrès techniques et le bouche-à-oreille (si l'on peut dire) firent le reste  : en 1958, le gouvernement fédéral pensant que cela pouvait favoriser la petite entreprise libérait 23 canaux à l'usage des particuliers. Le texte de loi étant assez vague (et les Etats-Unis assez vastes) ce fut très vite l'escalade vers toujours plus de canaux et toujours plus de puissance. Mais aussi, quel instrument merveilleusement adapté au pays ! Ces highways, rectilignes à perte d'horizon, ces immenses plaines à blé, ces étendues presque sans fin ; bientôt, la Cb devint l'affaire des gens de la route, ces camionneurs qui sillonnent le continent d'est en ouest au volant de leurs énormes trucks rutilants de chromes. Entre New York et Los Angeles la route est longue, longue  : alors, pour tromper leur ennui, rompre leur isolement, les truckers se mirent à installer des postes Cb dans la luxueuse cabine de leur Mack ou de leur Gmc, bavardant entre eux tout au long des nuits qui n'en finissent pas, discutant de tout et de rien ; de l'état des routes, d'un nouvel itinéraire, d'un routier sympa à la sortie de Kansas- City, où on peut de jour comme de nuit trouver des jeunes femmes accueillantes. Dans des convois formés de plusieurs dizaines (Suite page 104.)
PAT MALLET  : PAS PIQUES LES VERTS Gaillards venus de l'espace, les petits hommes verts de Pat Mallet ne manquent pas d'air  : ils descendent sur terre pour s'envoyer en l'air. Sacré verts... galants. G p vy Co 0 V° V `c. n N °. II\IT',. i 1 *440,0.*,



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 206 mars 1981 Page 1Lui numéro 206 mars 1981 Page 2-3Lui numéro 206 mars 1981 Page 4-5Lui numéro 206 mars 1981 Page 6-7Lui numéro 206 mars 1981 Page 8-9Lui numéro 206 mars 1981 Page 10-11Lui numéro 206 mars 1981 Page 12-13Lui numéro 206 mars 1981 Page 14-15Lui numéro 206 mars 1981 Page 16-17Lui numéro 206 mars 1981 Page 18-19Lui numéro 206 mars 1981 Page 20-21Lui numéro 206 mars 1981 Page 22-23Lui numéro 206 mars 1981 Page 24-25Lui numéro 206 mars 1981 Page 26-27Lui numéro 206 mars 1981 Page 28-29Lui numéro 206 mars 1981 Page 30-31Lui numéro 206 mars 1981 Page 32-33Lui numéro 206 mars 1981 Page 34-35Lui numéro 206 mars 1981 Page 36-37Lui numéro 206 mars 1981 Page 38-39Lui numéro 206 mars 1981 Page 40-41Lui numéro 206 mars 1981 Page 42-43Lui numéro 206 mars 1981 Page 44-45Lui numéro 206 mars 1981 Page 46-47Lui numéro 206 mars 1981 Page 48-49Lui numéro 206 mars 1981 Page 50-51Lui numéro 206 mars 1981 Page 52-53Lui numéro 206 mars 1981 Page 54-55Lui numéro 206 mars 1981 Page 56-57Lui numéro 206 mars 1981 Page 58-59Lui numéro 206 mars 1981 Page 60-61Lui numéro 206 mars 1981 Page 62-63Lui numéro 206 mars 1981 Page 64-65Lui numéro 206 mars 1981 Page 66-67Lui numéro 206 mars 1981 Page 68-69Lui numéro 206 mars 1981 Page 70-71Lui numéro 206 mars 1981 Page 72-73Lui numéro 206 mars 1981 Page 74-75Lui numéro 206 mars 1981 Page 76-77Lui numéro 206 mars 1981 Page 78-79Lui numéro 206 mars 1981 Page 80-81Lui numéro 206 mars 1981 Page 82-83Lui numéro 206 mars 1981 Page 84-85Lui numéro 206 mars 1981 Page 86-87Lui numéro 206 mars 1981 Page 88-89Lui numéro 206 mars 1981 Page 90-91Lui numéro 206 mars 1981 Page 92-93Lui numéro 206 mars 1981 Page 94-95Lui numéro 206 mars 1981 Page 96-97Lui numéro 206 mars 1981 Page 98-99Lui numéro 206 mars 1981 Page 100-101Lui numéro 206 mars 1981 Page 102-103Lui numéro 206 mars 1981 Page 104-105Lui numéro 206 mars 1981 Page 106-107Lui numéro 206 mars 1981 Page 108-109Lui numéro 206 mars 1981 Page 110-111Lui numéro 206 mars 1981 Page 112-113Lui numéro 206 mars 1981 Page 114-115Lui numéro 206 mars 1981 Page 116-117Lui numéro 206 mars 1981 Page 118-119Lui numéro 206 mars 1981 Page 120-121Lui numéro 206 mars 1981 Page 122-123Lui numéro 206 mars 1981 Page 124-125Lui numéro 206 mars 1981 Page 126-127Lui numéro 206 mars 1981 Page 128-129Lui numéro 206 mars 1981 Page 130-131Lui numéro 206 mars 1981 Page 132-133Lui numéro 206 mars 1981 Page 134-135Lui numéro 206 mars 1981 Page 136-137Lui numéro 206 mars 1981 Page 138