Lui n°206 mars 1981
Lui n°206 mars 1981
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°206 de mars 1981

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 138

  • Taille du fichier PDF : 139 Mo

  • Dans ce numéro : les fantasmes des nanas... et Clio Goldsmith.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
ENTRETIEN « Il m'est arrivé d'acheter des stocks d'armes japonaises rapportées du Viêt-nam... Après trente-cinq ans de séjour dans les marécages... on a pu les remettre en état ! » (Suite de la page 29.) reprendre leur souffle. Les négociations Salt II vont reprendre mais sur de nouvelles bases et il veut faire comprendre à Brejnev qu'il est prêt aussi bien à la guerre qu'à la paix  : montrer les dents pour ne pas avoir à mordre. C'est ce que l'on appelle du réalisme. Lui Mais où vous procurez-vous des armes ? Quelle différence y a-t-il entre Sam Cummings et un trafiquant ? Cummings D'abord, contrairement à ce que pensent la plupart des gens, je ne fabrique pas d'armes de guerre mais je ne traite que des marchés d'armes de surplus ou d'armes usagées. La seule usine d'armes que je possède fabrique des armes de sport, en Virginie, aux Etats-Unis. En ce qui concerne les armes de guerre, je suis en contact avec des ministères de la Défense ou de la Guerre de la plupart des pays et ils m'informent des ventes envisageables, c'est-à-dire des stocks dont ils ne 32 FULL N LAVOR INTERNATIONAL 20 CIGARETTES FILTRE veulent plus. C'est ainsi que je procède depuis le premier jour d'existence de ma société. A l'époque, sur une dizaine de lettres de propositions que j'avais envoyées à plusieurs gouvernements, un seul d'Amérique latine m'avait répondu, et j'avais acheté mon premier lot. Revendu aussitôt et avec une confortable marge bénéficiaire. Aujourd'hui, heureusement, je suis un peu plus connu et je n'ai plus besoin de solliciter. Je suis invité aux Salons tant en Grande-Bretagne qu'en France et dès qu'une armée veut reconstituer ses stocks ou se séparer de ses armes usagées ou dépassées, elle fait souvent appel à moi. Que ce soit au Venezuela, en Afrique, au Pakistan ou même à Kaboul où je vais peut-être acheter un lot important d'armes de surplus de l'armée afghane. Maintenant, une fois ces armes achetées, il s'agit de les stocker, si une demande n'existe pas pour ce type et, tiPE (; IAI RI.E.N I) surtout, de les remettre en état. Je vends mon armement avec une garantie, mais après l'avoir fait passer par mes ateliers de Manchester où les armes sont minutieusement expertisées, entièrement démontées et remises à neuf avec tests à l'appui. Sachez une chose  : une arme peut être éternelle. Le tout est qu'elle ne soit pas atteinte par un choc qui détraque son mécanisme, qu'elle soit entretenue et que la poudre adéquate soit utilisée. Il m'est même arrivé d'acheter des stocks d'armes japonaises rapportées du Viêtnam ou d'ailleurs. Après trente-cinq ans de séjour dans la brousse, dans les marécages, elles n'étaient pas belles à voir. Eh bien, une fois remises en état par mes techniciens, elles étaient tout aussi utilisables que les armes d'aujourd'hui. Seul le calibre avait changé ! Une fois informé de la vente d'un stock d'armes, je me rends sur place ou j'y envoie un de mes associés. Là, il ne faut pas craindre de se salir les mains et de démonter pour les inspecter les culasses de quelque arme que ce soit. Cela fait, je peux me faire une idée de leur état et des réparations à effectuer. Alors, je fais une offre de prix. Soit par soumission cachetée lorsque nous sommes plusieurs à nous intéresser à l'affaire ou si de telles dispositions, comme c'est souvent le cas, ont été prises par l'administration qui vend. Soit par offre directe quand je traite seul. Si nous tombons d'accord, je prends possession des stocks et je les fais expédier à mes entrepôts de Manchester. Là, je peux stocker jusqu'à huit millions de fusils, donc pas de problème. Mais ensuite, il s'agit de revendre. C'est là que mes informations et mes contacts sont nécessaires. Un jour, par exemple, pendant la guerre des Six jours, j'ai dû recevoir en même temps, parce que l'un était en retard et l'autre en avance, le représentant du gouvernement israélien et celui du gouvernement jordanien. Fort heureusement, j'ai réussi à les installer, l'un au premier étage (Suite page 35.)
Dans une piscine, l'eau Culligan est meilleure. Pourquoi ? Dans une piscine, l'eau Ciilligan est meilleure parce que la filtration est meilleure. Culligan, leader mondial du traitement de l'eau, fait depuis très longtemps des filtres pour piscines. C'est même sa première spécialité. Ses filtres, techniquement supérieurs, sont plus efficaces. Culligan n'est pas prisonnier d'une seule technologie. Il vous offre le mode de filtration approprié à vos besoins. En fonction des critères d'entretien retenus, les filtres HCS ou HCF à diatomées, les multimédia, installés par le spécialiste Culligan, vous donneront la qualité d'eau dont dépendent votre plaisir, votre santé et la longévité de votre piscine. G Dans une piscine,l'important c'est l'eau. Demande de documentation à adresser à Culligan France, 4, ay. du Président Kennedy - 78340 Les Clayes-sous-Bois Nom Prénom Adresse Code postal Ville



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 206 mars 1981 Page 1Lui numéro 206 mars 1981 Page 2-3Lui numéro 206 mars 1981 Page 4-5Lui numéro 206 mars 1981 Page 6-7Lui numéro 206 mars 1981 Page 8-9Lui numéro 206 mars 1981 Page 10-11Lui numéro 206 mars 1981 Page 12-13Lui numéro 206 mars 1981 Page 14-15Lui numéro 206 mars 1981 Page 16-17Lui numéro 206 mars 1981 Page 18-19Lui numéro 206 mars 1981 Page 20-21Lui numéro 206 mars 1981 Page 22-23Lui numéro 206 mars 1981 Page 24-25Lui numéro 206 mars 1981 Page 26-27Lui numéro 206 mars 1981 Page 28-29Lui numéro 206 mars 1981 Page 30-31Lui numéro 206 mars 1981 Page 32-33Lui numéro 206 mars 1981 Page 34-35Lui numéro 206 mars 1981 Page 36-37Lui numéro 206 mars 1981 Page 38-39Lui numéro 206 mars 1981 Page 40-41Lui numéro 206 mars 1981 Page 42-43Lui numéro 206 mars 1981 Page 44-45Lui numéro 206 mars 1981 Page 46-47Lui numéro 206 mars 1981 Page 48-49Lui numéro 206 mars 1981 Page 50-51Lui numéro 206 mars 1981 Page 52-53Lui numéro 206 mars 1981 Page 54-55Lui numéro 206 mars 1981 Page 56-57Lui numéro 206 mars 1981 Page 58-59Lui numéro 206 mars 1981 Page 60-61Lui numéro 206 mars 1981 Page 62-63Lui numéro 206 mars 1981 Page 64-65Lui numéro 206 mars 1981 Page 66-67Lui numéro 206 mars 1981 Page 68-69Lui numéro 206 mars 1981 Page 70-71Lui numéro 206 mars 1981 Page 72-73Lui numéro 206 mars 1981 Page 74-75Lui numéro 206 mars 1981 Page 76-77Lui numéro 206 mars 1981 Page 78-79Lui numéro 206 mars 1981 Page 80-81Lui numéro 206 mars 1981 Page 82-83Lui numéro 206 mars 1981 Page 84-85Lui numéro 206 mars 1981 Page 86-87Lui numéro 206 mars 1981 Page 88-89Lui numéro 206 mars 1981 Page 90-91Lui numéro 206 mars 1981 Page 92-93Lui numéro 206 mars 1981 Page 94-95Lui numéro 206 mars 1981 Page 96-97Lui numéro 206 mars 1981 Page 98-99Lui numéro 206 mars 1981 Page 100-101Lui numéro 206 mars 1981 Page 102-103Lui numéro 206 mars 1981 Page 104-105Lui numéro 206 mars 1981 Page 106-107Lui numéro 206 mars 1981 Page 108-109Lui numéro 206 mars 1981 Page 110-111Lui numéro 206 mars 1981 Page 112-113Lui numéro 206 mars 1981 Page 114-115Lui numéro 206 mars 1981 Page 116-117Lui numéro 206 mars 1981 Page 118-119Lui numéro 206 mars 1981 Page 120-121Lui numéro 206 mars 1981 Page 122-123Lui numéro 206 mars 1981 Page 124-125Lui numéro 206 mars 1981 Page 126-127Lui numéro 206 mars 1981 Page 128-129Lui numéro 206 mars 1981 Page 130-131Lui numéro 206 mars 1981 Page 132-133Lui numéro 206 mars 1981 Page 134-135Lui numéro 206 mars 1981 Page 136-137Lui numéro 206 mars 1981 Page 138