Lui n°206 mars 1981
Lui n°206 mars 1981
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°206 de mars 1981

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 138

  • Taille du fichier PDF : 139 Mo

  • Dans ce numéro : les fantasmes des nanas... et Clio Goldsmith.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 118 - 119  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
118 119
118 il bouffe du cadre... Recueillis en albums les dessins de LAUZIER sur les cadres. L'oeil froid de l'ethnologue sur cette micro-société moderne où l'ordinateur a remplacé le totem, et le marketing, la médecine du grand manitou., 1 1,3,D2.1 chez votre libraire A lire d'urgence si vous les avez manqués, les précédents albums de Lauzier. LILI FATALE UN CERTAIN MALAISE LES TRANCHES DE VIE L'ILE GRANDE LA COURSE DU RAT LA TETE DANS LE SAC DARGAUD, * ÉDITEUR CI-BI FRICOTIN Sur la citizen-band, le maire côtoie son administré, le patron son ouvrier, le journaliste son auditeur... (Suite de la page 104.) plus loin encore dans la restriction  : comme dans l'exemple français, seule la modulation de fréquence est autorisée. Et ne parlons pas des pauvres petits Suisses, obligés de se contenter de 12 canaux et de 100 milliwatts ! Avec ça, deux cibistes se croisant dans leur voiture à 60 km/h pardon 50 ! doivent pouvoir discuter pendant au moins dix secondes  : « Ici Lausanne »... « Ici aussi ! » «... Ici Mona Lisa... Mona Lisa en fréquence.. tu m'copies toujours, lapin ?... » (Presque instantanément  : ) «... Ouais, ouais... dis-donc, c'est pas un peu compliqué, ton histoire ?... Beeep ! » (méfiant ou refroidi ?)... (Crachotements)... «... Allo ?... Beeep ! » (Un temps, puis  : ) «... Oui, bon écoute, j'ai pas de temps à perdre, moi » (la suite est incompréhensible à cause des parasites, ou d'un brouillage quelconque) «... Tu n'as qu'à aller faire un tour à Vincennes ou à la Bastille si tu n'as pas le rond, moi je n'travaille pas avec les prolos !...'tends, je passe sous un tunnel... » (La « conversation » est interrompue) Mais non, la Cb ne sert pas qu'à « ça » ! Loin de là (loin, très loin de là !) , même si beaucoup de cibistes surtout parmi les « anciens » connaissent l'usage du code cul pardon, du code Q ou « code internationnal du règlement des radiocommunications », qui, de Qra (domiciliation de la station) à Qth (position géographique de ladite station) en passant par Qrm(parasites, brouillage), Qrz (indicatif de la station) ou Qsy (changement de fréquence), autorise des Qso du plus bel effet  : «... Négatif l'ami, négatif, j'ai mal copié ton Qth... redonne-moi aussi ton Qrz, j'ai beaucoup de Qrm... sur quel Tx est-ce que tu modules ?... je répète  : sur quel Tx ?... ». Le dessinateur Reiser disait récemment dans une interview au Nouvel-Obs  : « On parle toujours des gros cons cibistes, mais il y a les autres  : ceux qui s'inventent un langage, qui emploient des mots très bizarres »... Franchement, nous n'en avons pas entendu beaucoup ; sans doute se cachent-ils sur des fréquences inconnues de tous... Mais pourquoi rêver ? La bande du citoyen, c'est par définition la radio des gens ; elle ne peut donc être autre chose que ce que chacun la fait, aussi diverse, aussi variée que le spectacle d'une rue, avec ses passants qui n'ont pas tous les illuminations d'un Rimbaud, ni les fulgurations d'un Einstein... Tribune d'expression libre, exutoire ou lieu privilégié d'une « communication » (ce gargarisme !) , succédané de ces places de villages si chères à nos arrière-arrière-grands-parents. En toute égalité et sans ségrégation  : sur la Citizen Band, le maire côtoie son administré, le patron son ouvrier, le journaliste (Jean-Claude Bourret notamment, qui « trafique » beaucoup sur les fréquences) son auditeur ; le laid peut oublier un instant sa disgrâce, le complexé ses problèmes ; le timide peut bluffer, le solitaire trouver un peu de chaleur humaine... A l'écoute de cette « radio-convivialité », on en voit — il faut le dire de toutes les couleurs  : il y a les « purs et durs », les héritiers du radioamateur désormais classique — « Si tous les gars du monde, etc. » —, maniaques de la technique, « bidouilleurs » de toutes sortes, collectionneurs de boîtes de camemberts ou de souris sauvages... (et qui font bien un peu penser aux « inventeurs » décrits par Céline  : « Les inventeurs dans leur ensemble, ça peut se répartir par marotte... Y'en a des espèces entières qui sont presque inoffensives... Les passionnés des « effluves », les « telluriques » par exemple, les « centripètes »... C'est des garçons fort maniables, ils vous déjeuneraient dans la main... Les petits trouvailleurs ménagers c'est pas une race très dure non plus... Tous les « râpe-gruyère »... Les « marmites sino-finlandaises », les cuillers « à double manche »... Les perfectionneurs du « métro » ?... Ah ! Il faut déjà faire gaffe !... Mais les tout à fait
CI-BI FRICOTIN « C'est des garçons fort maniables... » sinoques, les véritables déchaînés, viennent presque tous eux du « perpé- tuel »... Ceux-là, ils sont résolus à n'importe quoi pour vous prouver la découverte !... Ils vous retourneraient la peau du bide, si vous émettiez un petit doute... c'est pas des gens pour taquiner... »). Les abonnés du code Q qui prennent des pots dans « leurs » bars, dînent dans « leurs » restaurants (à Paris, Le Colibri place de la Madeleine, L'Escurial boulevard Saint- Germain) ; il y a les Gonzague St-Bris de la Cb, qui vous confessent et vous prodiguent leurs conseils, les apprentis disc-jockeys, qui vous passent leur musique pendant des heures ; les bons samaritains, les tenants de l'entraide souvent touchants de gentillesse naïve et qui sont les plus nombreux. Il y a les plaisantins, ceux qui montent des bateaux, faisant croire par exemple à un Om trop confiant qu'ils sont plantés sur le boulevard périphérique avec quarante tonnes de laitues renversées sur la chaussée (... ou pire, coincés au fond d'un ravin sous une voiture détruite, provoquant des recherches qui parfois durent des jours, comme cet imbécile basé à New Mexico, Arizona ; ou encore, pâle réplique, comme ce faux blessé de la route qui l'année dernière mobilisa tous les cibistes des Yvelines pendant une nuit entière) ; les provocateurs, qui insultent les gens, bloquant les fréquences avec des émetteurs gonflés « à l'italienne », comme le fameux « Cochon Portable », récidiviste au matériel plusieurs fois saisi par la police mais qui opère encore (ou « Parano », qui provoquait des rassemblements de cibistes furieux en bas de chez lui Square d'Anvers, et qui un soir, de sa fenêtre, « tira dans le tas » avec une carabine 22 Long Rifle, sans toucher personne heureusement ?... ou « Sammy la Glu », trois internes en médecine qui passaient le temps à leur manière, ou « Benson le snobinard », ou « Bâton Rouge » et beaucoup d'autres... dont les insanités se substituent parfois à la voix de Léon Zitrone dans les (Suite page 120.) LOSTUM ESTES, MANTEAUX, CHEMISES SHOWROOM ET BUREAUX  : 80 AV. VICTOR-HUGO - 75116 PARIS - TEL.  : (1) 553.22.67



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 206 mars 1981 Page 1Lui numéro 206 mars 1981 Page 2-3Lui numéro 206 mars 1981 Page 4-5Lui numéro 206 mars 1981 Page 6-7Lui numéro 206 mars 1981 Page 8-9Lui numéro 206 mars 1981 Page 10-11Lui numéro 206 mars 1981 Page 12-13Lui numéro 206 mars 1981 Page 14-15Lui numéro 206 mars 1981 Page 16-17Lui numéro 206 mars 1981 Page 18-19Lui numéro 206 mars 1981 Page 20-21Lui numéro 206 mars 1981 Page 22-23Lui numéro 206 mars 1981 Page 24-25Lui numéro 206 mars 1981 Page 26-27Lui numéro 206 mars 1981 Page 28-29Lui numéro 206 mars 1981 Page 30-31Lui numéro 206 mars 1981 Page 32-33Lui numéro 206 mars 1981 Page 34-35Lui numéro 206 mars 1981 Page 36-37Lui numéro 206 mars 1981 Page 38-39Lui numéro 206 mars 1981 Page 40-41Lui numéro 206 mars 1981 Page 42-43Lui numéro 206 mars 1981 Page 44-45Lui numéro 206 mars 1981 Page 46-47Lui numéro 206 mars 1981 Page 48-49Lui numéro 206 mars 1981 Page 50-51Lui numéro 206 mars 1981 Page 52-53Lui numéro 206 mars 1981 Page 54-55Lui numéro 206 mars 1981 Page 56-57Lui numéro 206 mars 1981 Page 58-59Lui numéro 206 mars 1981 Page 60-61Lui numéro 206 mars 1981 Page 62-63Lui numéro 206 mars 1981 Page 64-65Lui numéro 206 mars 1981 Page 66-67Lui numéro 206 mars 1981 Page 68-69Lui numéro 206 mars 1981 Page 70-71Lui numéro 206 mars 1981 Page 72-73Lui numéro 206 mars 1981 Page 74-75Lui numéro 206 mars 1981 Page 76-77Lui numéro 206 mars 1981 Page 78-79Lui numéro 206 mars 1981 Page 80-81Lui numéro 206 mars 1981 Page 82-83Lui numéro 206 mars 1981 Page 84-85Lui numéro 206 mars 1981 Page 86-87Lui numéro 206 mars 1981 Page 88-89Lui numéro 206 mars 1981 Page 90-91Lui numéro 206 mars 1981 Page 92-93Lui numéro 206 mars 1981 Page 94-95Lui numéro 206 mars 1981 Page 96-97Lui numéro 206 mars 1981 Page 98-99Lui numéro 206 mars 1981 Page 100-101Lui numéro 206 mars 1981 Page 102-103Lui numéro 206 mars 1981 Page 104-105Lui numéro 206 mars 1981 Page 106-107Lui numéro 206 mars 1981 Page 108-109Lui numéro 206 mars 1981 Page 110-111Lui numéro 206 mars 1981 Page 112-113Lui numéro 206 mars 1981 Page 114-115Lui numéro 206 mars 1981 Page 116-117Lui numéro 206 mars 1981 Page 118-119Lui numéro 206 mars 1981 Page 120-121Lui numéro 206 mars 1981 Page 122-123Lui numéro 206 mars 1981 Page 124-125Lui numéro 206 mars 1981 Page 126-127Lui numéro 206 mars 1981 Page 128-129Lui numéro 206 mars 1981 Page 130-131Lui numéro 206 mars 1981 Page 132-133Lui numéro 206 mars 1981 Page 134-135Lui numéro 206 mars 1981 Page 136-137Lui numéro 206 mars 1981 Page 138