Lui n°206 mars 1981
Lui n°206 mars 1981
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°206 de mars 1981

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 138

  • Taille du fichier PDF : 139 Mo

  • Dans ce numéro : les fantasmes des nanas... et Clio Goldsmith.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 116 - 117  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
116 117
116 Commerciaux, j'ai changé pour Péritel ! de gagne plus *. Je vends des produits performants. Je travaille dans une ambiance sympathique et dans une entreprise dynamique. 50% des commerciaux Péritel gagnent plus de 10 000 F/mois + frais, 25% sont promus dans les 18 mois qui suivent. Q â Adressez votre candidature à PERITEL sous la référence L 105 11, rue Lazare Hoche 92100 BOULOGNE. Péritel Groupe MATRA Dessin Miche l COCHER RUE DE LA... POMPE Toujours est-il qu'elle a sorti du carton à chapeau, où elle la cachait, une énorme quéquette en plastique. (Suite de la page 114.) des Congrès. Donc, un jour, Olga se ramène chez Monsieur Lourmel, rue des Saints- Pères, qu'est voisin de Belmondo et au moment où elle se couche sur le divan pour raconter tout ce qui lui passe par la tête, le psikiatre installe un gros magnétophone et lui dit  : « Voilà l'engin. Fermez les yeux et confiez-vous à lui, moi je vais boire un verre en attendant. » Elle était soufflée, Olga, mais comme elle était autant timide que soufflée elle n'a pas osé répondre et elle s'est confiée au magnétophone pendant au moins une heure. Elle était revenue la semaine d'après mais entre-temps elle avait causé à Estelle Léandri qui avait été révoltée par la conduite scandaleuse de son psikiatre et alors, pour se venger, elles lui ont préparé toutes les deux un truc terrible, même qu'il en est pas encore revenu. Donc, Olga se ramène comme la première fois, sauf que cette fois elle a emporté dans son sac un petit magnétophone Sony sur lequel elle a enregistré plein de choses de son monde intérieur qui lui avaient été dictées par son tube concient. Quand Monsieur Lourmel a refermé la porte, elle a compté jusqu'à cinq cents et puis elle s'est relevée et elle a mis son Sony en route avant de sortir de la pièce pour se rendre au café qui fait l'angle de la rue du Bac et de la rue de Verneuil, où Monsieur Lourmel jouait au 421 avec le patron. Quand il a vu entrer Olga, évidemment il n'était pas content du tout et il a dit  : « Bon sang de bois, mais qu'est-ce que vous faites ici ? Vous voyez bien que je, suis occupé ! » Elle, tranquillement elle a répondu  : « Ne vous en faites pas, docteur, je suis juste venue faire une partie avec vous et on n'est pas pressés parce que pendant ce temps-là mon magnétophone, il parle au vôtre ! » Ma parole, ils ont tellement rigolé ensemble et tellement pris d'apéros pour arroser leur histoire, que la déprime de Mademoiselle Olga avait été guérie sur le coup. Philippe Rudesco, qui travaille dans la publicité et qu'est à la fois l'amant de notre maîtresse et le père de mes deux copains Pouska et Miska, il a dit à sa femme qu'il avait rencontré Mademoiselle Olga et Monsieur Lourmel dans un restaurant des Champs-Elysées et qu'a son avis ils devaient mamourer ensemble, et c'est ce que pense Anne-Marie Rudesco, la femme de Philippe, qui connaît bien Monsieur Lourmel car quand elle s'ennuie, et ça lui arrive souvent, elle va à Vincennes faire de la psychologie de groupe, même que Monsieur Lourmel, à ce qu'il paraît, il a là-bas une chaire et qu'il professe sur le sexe d'une manière assez dégoûtante en enseignant aux gens comment ils doivent se toucher le zizi pour arriver à se libérer de leur maman. Madame Rudesco elle a été prendre des leçons une dizaine de fois et puis son mari il y a mis le holà à la suite d'un dîner qu'ils avaient organisé chez eux avec des grands patrons de la publicité qui voulaient promotionner Monsieur Rudesco. A la fin du dîner, quelqu'un avait mis la conversation sur le sexe, et Madame Rudesco avait dit comme ça très brusquement et très naturellement que, en ce qui la concernait, elle avait résolu le problème par la masturbation comme le conseillait d'ailleurs un prof de Vincennes. Bien sûr, ça avait jeté un froid au visage de son mari, qui ne s'y attendait pas, et comme elle voulait donner un exemple concret de ce qu'on lui avait appris à Vincennes, elle alla chercher un carton à chapeau qu'elle déposa sur la table basse au milieu des liqueurs. C'était pas la table-bar orangina offerte par Europe 1, bien sûr, mais toujours est-il qu'elle a sorti du carton à chapeau, où elle la cachait, une énorme quéquette en plastique. Tout de suite ça avait été la gêne et la confusion. Monsieur Rudesco s'est levé d'un bond, il a attrapé la quéquette par les poils et a disparu dans la cuisine (...). Jacques Lanzmann(Extrait de Rue des Mamours, copyright Editions Robert La f font).
SCIIIE ER DES P 145 401Cr PFUT P4RT.GER chiesser un leader du pyjama B.P.151. 67404 Illkirch cédex en vente également en Belgique et en Suisse



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 206 mars 1981 Page 1Lui numéro 206 mars 1981 Page 2-3Lui numéro 206 mars 1981 Page 4-5Lui numéro 206 mars 1981 Page 6-7Lui numéro 206 mars 1981 Page 8-9Lui numéro 206 mars 1981 Page 10-11Lui numéro 206 mars 1981 Page 12-13Lui numéro 206 mars 1981 Page 14-15Lui numéro 206 mars 1981 Page 16-17Lui numéro 206 mars 1981 Page 18-19Lui numéro 206 mars 1981 Page 20-21Lui numéro 206 mars 1981 Page 22-23Lui numéro 206 mars 1981 Page 24-25Lui numéro 206 mars 1981 Page 26-27Lui numéro 206 mars 1981 Page 28-29Lui numéro 206 mars 1981 Page 30-31Lui numéro 206 mars 1981 Page 32-33Lui numéro 206 mars 1981 Page 34-35Lui numéro 206 mars 1981 Page 36-37Lui numéro 206 mars 1981 Page 38-39Lui numéro 206 mars 1981 Page 40-41Lui numéro 206 mars 1981 Page 42-43Lui numéro 206 mars 1981 Page 44-45Lui numéro 206 mars 1981 Page 46-47Lui numéro 206 mars 1981 Page 48-49Lui numéro 206 mars 1981 Page 50-51Lui numéro 206 mars 1981 Page 52-53Lui numéro 206 mars 1981 Page 54-55Lui numéro 206 mars 1981 Page 56-57Lui numéro 206 mars 1981 Page 58-59Lui numéro 206 mars 1981 Page 60-61Lui numéro 206 mars 1981 Page 62-63Lui numéro 206 mars 1981 Page 64-65Lui numéro 206 mars 1981 Page 66-67Lui numéro 206 mars 1981 Page 68-69Lui numéro 206 mars 1981 Page 70-71Lui numéro 206 mars 1981 Page 72-73Lui numéro 206 mars 1981 Page 74-75Lui numéro 206 mars 1981 Page 76-77Lui numéro 206 mars 1981 Page 78-79Lui numéro 206 mars 1981 Page 80-81Lui numéro 206 mars 1981 Page 82-83Lui numéro 206 mars 1981 Page 84-85Lui numéro 206 mars 1981 Page 86-87Lui numéro 206 mars 1981 Page 88-89Lui numéro 206 mars 1981 Page 90-91Lui numéro 206 mars 1981 Page 92-93Lui numéro 206 mars 1981 Page 94-95Lui numéro 206 mars 1981 Page 96-97Lui numéro 206 mars 1981 Page 98-99Lui numéro 206 mars 1981 Page 100-101Lui numéro 206 mars 1981 Page 102-103Lui numéro 206 mars 1981 Page 104-105Lui numéro 206 mars 1981 Page 106-107Lui numéro 206 mars 1981 Page 108-109Lui numéro 206 mars 1981 Page 110-111Lui numéro 206 mars 1981 Page 112-113Lui numéro 206 mars 1981 Page 114-115Lui numéro 206 mars 1981 Page 116-117Lui numéro 206 mars 1981 Page 118-119Lui numéro 206 mars 1981 Page 120-121Lui numéro 206 mars 1981 Page 122-123Lui numéro 206 mars 1981 Page 124-125Lui numéro 206 mars 1981 Page 126-127Lui numéro 206 mars 1981 Page 128-129Lui numéro 206 mars 1981 Page 130-131Lui numéro 206 mars 1981 Page 132-133Lui numéro 206 mars 1981 Page 134-135Lui numéro 206 mars 1981 Page 136-137Lui numéro 206 mars 1981 Page 138