Lui n°203 décembre 1980
Lui n°203 décembre 1980
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°203 de décembre 1980

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 234

  • Taille du fichier PDF : 224 Mo

  • Dans ce numéro : Anicee Alvina style Lui.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 76 - 77  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
76 77
COMMU NIQUÉ LA FORCE TURBO Les Turbo sont en vogue. Aujourd'hui, il n'y a pas un seul constructeur mécanique qui n'ait sorti sa Turbo. urbotrain, Turbosoufflante, Turbo- réacteur, Turbopompe, Turbofiltre, Turboalternateur, Turbocompresseur, etc. — Mais comment ça marche ? Et à quoi ça sert ? Le procédé Turbo recycle l'énergie qui se perd dans les gaz d'échappement. En la détournant de sa trajectoire logique. Quand on sait que la dite énergie de « perte » représente 40% de celle, initialement contenue dans le carburant on saisit l'importance de cette technologie. Une des seules où l'Europe domine, une des dernières a posséder encore des secrets pour les Japonais. Qui dit Turbo dit turbine et donc rotation. Les gaz détournés viennent alimenter une turbine qui commande un compresseur centrifuge. Ce dernier n'a plus qu'à insuffler au moteur l'air comprimé à une pression supérieure à la pression atmosphérique. Bien entendu, le Turbo ne travaille vraiment qu'à haut régime et sur des moteurs déjà puissants. Mais plus on progresse, plus le temps de réponse de la turbine diminue. De même, plus on roule vite plus les gaz d'échappement grossissent en volume, plus le Turbo compresseur libère de la puissance et plus on roule vite. Le Turbo n'a pas de limites. Au-delà de l'aspect particulier du progrès mécanique, le Turbo témoigne d'une nouvelle façon de concevoir le progrès et de se comporter. L'esprit Turbo existe bel et bien. Une voiture « Turbo » est le contraire d'un dragster, un esprit « Turbo » le contraire d'un esprit téméraire. Dans la vie, avoir l'esprit « Turbo » est un signe, double de raison et de dynamisme. Libérer sa puissance au moment opportun vaut mieux que de brûler ses pneumatiques dans les quatre cents premiers mètres (au risque d'exploser dans les premières minutes de l'effort). Foncer est une qualité, foncer tête baissée est un signe de bêtise. (L'audace n'est payante que lorsqu'elle est maîtrisée.) Savoir prendre des risques c'est bien, savoir en plus les calculer, c'est mieux. L'esprit « Turbo » ne supporte pas les pertes de temps ni d'énergie. Il ne laisse rien traîner et sait retourner les forces parasites à son avantage. Avoir l'esprit « Turbo » nécessite des nerfs, du EAU DE TO/LETTE &TOUTE UNE LIGNE POUR HOMME. courage et de la clairvoyance. La puissance est vaine sans l'assurance. Hubert Montaignac
ENTRETIEN « Avec mon million de dollars de droits, j'ai fait rebâtir mon village natal. Chacun des deux mille habitants s'est vu offrir une maison avec eau et électricité... » (Suite de la page 67.) un homme est de laisser s'exprimer sa femme. Cela la soulage, lui permet de jouer parfois un rôle utile et, à lui, cela lui donne la paix. La paix au foyer, c'est déjà le premier pas vers la paix dans les coeurs, dans le monde... ! Par contre, une chose est certaine  : jamais une femme ne sera chef d'Etat en Egypte. Ni dans aucun pays arabe. Quant au pouvoir, si vous entendez « aimer diriger un pays » par « disposer de son destin comme bon vous semble », je vous répondrai  : « Non, je n'aime pas le pouvoir ». Pour moi, « pouvoir » cela signifie avoir la possibilité de me faire entendre de mes compatriotes, de pouvoir leur montrer ce que je crois la bonne voie et leur aménager une existence digne d'un être humain responsable et libre. Mais je suis fier d'être à la tête d'une grande nation, d'une grande famille, l'Egypte, parce que je m'identifie à chacun des Egyptiens. J'éprouve un certain orgueil quand je me dis  : « Tu es un Egyptien, tu fais partie de cette nation... » Je ne pense pas être paternaliste en agissant ainsi. Je suis simplement nationaliste. Nationaliste non expansionniste et respectueux des opinions des autres et des territoires de mes voisins. Je ne suis pas un Khadafi, ni un Khomeini. L'argent, enfin, Je vais vous raconter un épisode qui vous permettra de comprendre l'intérêt et l'attachement que je lui porte. Quand j'ai écrit mon premier livre, j'ai reçu de mes éditeurs un million de dollars. J'ai été pris de panique. Que pouvais-je faire avec tant d'argent ? J'ai longuement réfléchi et j'ai pris une décision. Avec cet argent, j'ai fait rebâtir mon village natal. Chacun des habitants de ce village, deux mille au total, s'est vu offrir une maison, avec eau, électricité et chauffage grâce à un système solaire. Que je n'ai pas payé, celui-là, mais qui a été offert par le gouvernement allemand. Voilà quel sens je donne à l'argent. Je sais, tout le monde n'a pas un million de dollars qui tombe ainsi dans son escarcelle, mais il y a un moyen de devenir plus riche encore. Riche non pas de dollars mais d'amour, de fraternité et de paix. Le reste suit toujours. Si on pouvait m'entendre, je dirais, je crierais au monde entier  : « L'amour est créateur, la haine destructrice. Essayons de donner une nouvelle dimension à notre existence matérielle, apportons-lui une âme. Alors, mais alors seulement, nous connaîtrons un nouvel ordre qui enrichira notre monde pitoyable qui est celui d'aujourd'hui. C'est le bilan et la leçon de soixante-deux ans d'existence tourmentée. Je sais ce dont je parle. C'est pour cela que je crois savoir ce que je fais. Du moins, je l'espère... Lui Est-ce que l'Egypte d'aujourd'hui a changé par rapport à Nasser ? Sadate Oui, certainement. Il y a de },t//I_:t,4/i, " ti. ; :. if,.4 grandes différences entre Nasser et moi. Pas dans les principes, mais dans la façon de les appliquer. Je suis un autre homme que Nasser. Lui voulait la prospérité du peuple égyptien à travers un régime totalitaire sous son contrôle. Moi, j'ai souffert, j'ai connu la prison. Je suis le seul membre du conseil révolutionnaire a avoir traversé ces épreuves, les prisons et les camps de concentration. Nasser, non. Il était officier avec les autres. Voilà la différence entre Nasser et moi. Mais cela ne signifie pas que je ne sois pas fidèle à son souvenir. D'ailleurs, Mme Nasser occupe toujours pour ses vacances la résidence où elle venait à l'époque de son mari, dans ce même parc. Mais je ne suis plus en contact avec la famille qu'à travers une seule de ses filles. Propos recueillis par Albert Zarca. HAVANITOS DECHETS DE HAVANE 20, 50 et 100 cigarillos 77



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 203 décembre 1980 Page 1Lui numéro 203 décembre 1980 Page 2-3Lui numéro 203 décembre 1980 Page 4-5Lui numéro 203 décembre 1980 Page 6-7Lui numéro 203 décembre 1980 Page 8-9Lui numéro 203 décembre 1980 Page 10-11Lui numéro 203 décembre 1980 Page 12-13Lui numéro 203 décembre 1980 Page 14-15Lui numéro 203 décembre 1980 Page 16-17Lui numéro 203 décembre 1980 Page 18-19Lui numéro 203 décembre 1980 Page 20-21Lui numéro 203 décembre 1980 Page 22-23Lui numéro 203 décembre 1980 Page 24-25Lui numéro 203 décembre 1980 Page 26-27Lui numéro 203 décembre 1980 Page 28-29Lui numéro 203 décembre 1980 Page 30-31Lui numéro 203 décembre 1980 Page 32-33Lui numéro 203 décembre 1980 Page 34-35Lui numéro 203 décembre 1980 Page 36-37Lui numéro 203 décembre 1980 Page 38-39Lui numéro 203 décembre 1980 Page 40-41Lui numéro 203 décembre 1980 Page 42-43Lui numéro 203 décembre 1980 Page 44-45Lui numéro 203 décembre 1980 Page 46-47Lui numéro 203 décembre 1980 Page 48-49Lui numéro 203 décembre 1980 Page 50-51Lui numéro 203 décembre 1980 Page 52-53Lui numéro 203 décembre 1980 Page 54-55Lui numéro 203 décembre 1980 Page 56-57Lui numéro 203 décembre 1980 Page 58-59Lui numéro 203 décembre 1980 Page 60-61Lui numéro 203 décembre 1980 Page 62-63Lui numéro 203 décembre 1980 Page 64-65Lui numéro 203 décembre 1980 Page 66-67Lui numéro 203 décembre 1980 Page 68-69Lui numéro 203 décembre 1980 Page 70-71Lui numéro 203 décembre 1980 Page 72-73Lui numéro 203 décembre 1980 Page 74-75Lui numéro 203 décembre 1980 Page 76-77Lui numéro 203 décembre 1980 Page 78-79Lui numéro 203 décembre 1980 Page 80-81Lui numéro 203 décembre 1980 Page 82-83Lui numéro 203 décembre 1980 Page 84-85Lui numéro 203 décembre 1980 Page 86-87Lui numéro 203 décembre 1980 Page 88-89Lui numéro 203 décembre 1980 Page 90-91Lui numéro 203 décembre 1980 Page 92-93Lui numéro 203 décembre 1980 Page 94-95Lui numéro 203 décembre 1980 Page 96-97Lui numéro 203 décembre 1980 Page 98-99Lui numéro 203 décembre 1980 Page 100-101Lui numéro 203 décembre 1980 Page 102-103Lui numéro 203 décembre 1980 Page 104-105Lui numéro 203 décembre 1980 Page 106-107Lui numéro 203 décembre 1980 Page 108-109Lui numéro 203 décembre 1980 Page 110-111Lui numéro 203 décembre 1980 Page 112-113Lui numéro 203 décembre 1980 Page 114-115Lui numéro 203 décembre 1980 Page 116-117Lui numéro 203 décembre 1980 Page 118-119Lui numéro 203 décembre 1980 Page 120-121Lui numéro 203 décembre 1980 Page 122-123Lui numéro 203 décembre 1980 Page 124-125Lui numéro 203 décembre 1980 Page 126-127Lui numéro 203 décembre 1980 Page 128-129Lui numéro 203 décembre 1980 Page 130-131Lui numéro 203 décembre 1980 Page 132-133Lui numéro 203 décembre 1980 Page 134-135Lui numéro 203 décembre 1980 Page 136-137Lui numéro 203 décembre 1980 Page 138-139Lui numéro 203 décembre 1980 Page 140-141Lui numéro 203 décembre 1980 Page 142-143Lui numéro 203 décembre 1980 Page 144-145Lui numéro 203 décembre 1980 Page 146-147Lui numéro 203 décembre 1980 Page 148-149Lui numéro 203 décembre 1980 Page 150-151Lui numéro 203 décembre 1980 Page 152-153Lui numéro 203 décembre 1980 Page 154-155Lui numéro 203 décembre 1980 Page 156-157Lui numéro 203 décembre 1980 Page 158-159Lui numéro 203 décembre 1980 Page 160-161Lui numéro 203 décembre 1980 Page 162-163Lui numéro 203 décembre 1980 Page 164-165Lui numéro 203 décembre 1980 Page 166-167Lui numéro 203 décembre 1980 Page 168-169Lui numéro 203 décembre 1980 Page 170-171Lui numéro 203 décembre 1980 Page 172-173Lui numéro 203 décembre 1980 Page 174-175Lui numéro 203 décembre 1980 Page 176-177Lui numéro 203 décembre 1980 Page 178-179Lui numéro 203 décembre 1980 Page 180-181Lui numéro 203 décembre 1980 Page 182-183Lui numéro 203 décembre 1980 Page 184-185Lui numéro 203 décembre 1980 Page 186-187Lui numéro 203 décembre 1980 Page 188-189Lui numéro 203 décembre 1980 Page 190-191Lui numéro 203 décembre 1980 Page 192-193Lui numéro 203 décembre 1980 Page 194-195Lui numéro 203 décembre 1980 Page 196-197Lui numéro 203 décembre 1980 Page 198-199Lui numéro 203 décembre 1980 Page 200-201Lui numéro 203 décembre 1980 Page 202-203Lui numéro 203 décembre 1980 Page 204-205Lui numéro 203 décembre 1980 Page 206-207Lui numéro 203 décembre 1980 Page 208-209Lui numéro 203 décembre 1980 Page 210-211Lui numéro 203 décembre 1980 Page 212-213Lui numéro 203 décembre 1980 Page 214-215Lui numéro 203 décembre 1980 Page 216-217Lui numéro 203 décembre 1980 Page 218-219Lui numéro 203 décembre 1980 Page 220-221Lui numéro 203 décembre 1980 Page 222-223Lui numéro 203 décembre 1980 Page 224-225Lui numéro 203 décembre 1980 Page 226-227Lui numéro 203 décembre 1980 Page 228-229Lui numéro 203 décembre 1980 Page 230-231Lui numéro 203 décembre 1980 Page 232-233Lui numéro 203 décembre 1980 Page 234