Lui n°203 décembre 1980
Lui n°203 décembre 1980
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°203 de décembre 1980

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 234

  • Taille du fichier PDF : 224 Mo

  • Dans ce numéro : Anicee Alvina style Lui.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 190 - 191  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
190 191
190 Les maisons closes par Toulouse Lautrec -LES MAISONS'CLOSES- par Toulouse Lautrec f'MIp{.A..lM.. Y.N..hwh.O.r.ny. YN Idilion. 11.m1 Une collection de prestige en couleur format (30 x 40 cm) avec des feuillets libres. Des reproductions très riches commentées par M. Jean Devoisins conservateur du musée Toulouse Lautrec à Albi. BON DE COMMANDE A adresser aux Editions Daniel Briand Nom  : Adresse Code Postal 5, rue Saint-Pantaléon 31000 TOULOUSE Je désire recevoir ❑ Les maisons closes de Toulouse Lautrec Au prix unitaire de 160 Frs TTC. Port compris. Joindre le règlement par  : chèque ❑ CCP ❑ mandat-lettre ❑ Documentation des portfolios sur demande. Léonor Fini David Hamilton Jean-Paul Cléren Ferrari etc... MORT FINE Amphétamines additionnées de mort-aux-rats, piqûres de cirage, respiration de colle à chambre à air... (Suite de la page 188.) il y a quelques années, concernant la Turquie. A ce propos, voir Midnight Express, ce film que notre censure a interdit aux mineurs, alors qu'il constitue le plus fantastique argument dissuasif pour ceux qui seraient tentés d'aller faire leurs courses à l'étranger. Ceci dit, il n'y a pas que des naïfs qui succombent aux charmes périlleux de l'Orient. Il y aussi ceux qui partent faire le grand circuit, le « Pot Trail ». Ces pèlerins new-look ne prennent pas tous le même chemin  : Liban, Afgha- nistan (en très nette baisse de fréquen- tation...), Pakistan, Inde, Indonésie sont les principales étapes d'un voyage dont le but final est presque toujours la Thaïlande. Depuis que Katmandou n'a plus la cote, que le Laos et le Cambodge sont devenus impénétra- bles, le « Pays du sourire » s'est trouvé malgré lui au bout de la route. Contrai- rement à ceux qui arrivent directement (plus ou moins !) par charter, les routards, les purs et les durs, sont par définition moins fortunés. L'itinéraire qu'ils ont choisi est long, mais moins onéreux, et certains parviennent à trouver du travail en cours de route pour pouvoir continuer. Des petits boulots pas toujours fascinants, mais il ne faut pas faire le difficile dans ces pays où règne un chômage chronique. Les places les plus recherchées  : équipier ou cuisinier à bord d'un voilier, plongeur, etc. Pour ce genre d'embauche « maritime », il semble que Hong Kong soit le meilleur endroit. Détail non négligeable, l'attente d'un embarquement est facilité par la possibilité de trouver sur place de l'héroïne à consommer. Mais le « Pot Trail », c'est aussi la route de la fausse monnaie fabriquée en Europe, le chemin tortueux du trafic de Travellers chèques. Avec deux passeports et quelques bonnes adresses de changeurs privés, ce trafic peut s'avérer très lucratif. Si l'on ne possède pas le matériel nécessaire, il reste la possibilité d'acheter à bas prix les Traveller's d'un particulier qui en déclarera le vol pour se faire rembour- ser. A court de ressources, on peut encore acheter cinq dollars de faux billets de vingt qui circulent avec une nonchalance suspecte dans toute l'Asie touristique. Tout ce petit commerce a essentiellement pour but de pouvoir s'offrir de la bonne came, laquelle se paie évidemment plus cher que les incroyables mixtures absorbées par certains junkies au bout du rouleau. Difficile à croire, et pourtant  : amphé- tamines additionnées de mort-aux- rats, piqûres de cirage, respiration de colle à chambre à air diluée dans de l'essence de térébenthine, etc. Alors, pour ceux-là, la Thaïlande peut effecti- vement ressembler au paradis. L'hé- roïne y est de qualité exceptionnelle, et très bon marché. De plus, il n'est pas très difficile de se la procurer. Soi 22 (soi voulant dire « rue ») , les vendeurs attendent le client près de l'auberge Petit Moulin. Près du port, dans le bidonville de Pratunam, les voyous locaux sont des pourvoyeurs très connus. Soi 2, les chauffeurs de taxi vendent à la sauvette, près de l'hôtel Atlanta, aussi bien de l'héroïne que de l'herbe. A moins de porter un costume trois pièces, il est difficile pour un Blanc de ne pas se faire aborder par un « dealer » dans les boites sordides où le show, pourtant qualifié de « live », vous donne une certaine idée du néant. Dans tous ces endroits, les petites capsules en plastique de un à quatre grammes s'échangent contre des billets verts. Pour les doses plus petites, on se contente de pailles en plastique coupées et refermées à la flamme d'un briquet. L'héroïne vendue ainsi est actuellement considérée par les initiés comme la meilleure du monde, puisqu'elle est à 95% pure. Ces achats tournent généralement autour de six cents et mille bahts, soit cent trente à deux cent vingts francs. Cela suffit pour une injection intra-veineuse en mélangeant la drogue à de l'eau distillée, ou pour se confectionner une cigarette moitié tabac, moitié héroïne. Mélangée à de la (Suite page 193.)



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 203 décembre 1980 Page 1Lui numéro 203 décembre 1980 Page 2-3Lui numéro 203 décembre 1980 Page 4-5Lui numéro 203 décembre 1980 Page 6-7Lui numéro 203 décembre 1980 Page 8-9Lui numéro 203 décembre 1980 Page 10-11Lui numéro 203 décembre 1980 Page 12-13Lui numéro 203 décembre 1980 Page 14-15Lui numéro 203 décembre 1980 Page 16-17Lui numéro 203 décembre 1980 Page 18-19Lui numéro 203 décembre 1980 Page 20-21Lui numéro 203 décembre 1980 Page 22-23Lui numéro 203 décembre 1980 Page 24-25Lui numéro 203 décembre 1980 Page 26-27Lui numéro 203 décembre 1980 Page 28-29Lui numéro 203 décembre 1980 Page 30-31Lui numéro 203 décembre 1980 Page 32-33Lui numéro 203 décembre 1980 Page 34-35Lui numéro 203 décembre 1980 Page 36-37Lui numéro 203 décembre 1980 Page 38-39Lui numéro 203 décembre 1980 Page 40-41Lui numéro 203 décembre 1980 Page 42-43Lui numéro 203 décembre 1980 Page 44-45Lui numéro 203 décembre 1980 Page 46-47Lui numéro 203 décembre 1980 Page 48-49Lui numéro 203 décembre 1980 Page 50-51Lui numéro 203 décembre 1980 Page 52-53Lui numéro 203 décembre 1980 Page 54-55Lui numéro 203 décembre 1980 Page 56-57Lui numéro 203 décembre 1980 Page 58-59Lui numéro 203 décembre 1980 Page 60-61Lui numéro 203 décembre 1980 Page 62-63Lui numéro 203 décembre 1980 Page 64-65Lui numéro 203 décembre 1980 Page 66-67Lui numéro 203 décembre 1980 Page 68-69Lui numéro 203 décembre 1980 Page 70-71Lui numéro 203 décembre 1980 Page 72-73Lui numéro 203 décembre 1980 Page 74-75Lui numéro 203 décembre 1980 Page 76-77Lui numéro 203 décembre 1980 Page 78-79Lui numéro 203 décembre 1980 Page 80-81Lui numéro 203 décembre 1980 Page 82-83Lui numéro 203 décembre 1980 Page 84-85Lui numéro 203 décembre 1980 Page 86-87Lui numéro 203 décembre 1980 Page 88-89Lui numéro 203 décembre 1980 Page 90-91Lui numéro 203 décembre 1980 Page 92-93Lui numéro 203 décembre 1980 Page 94-95Lui numéro 203 décembre 1980 Page 96-97Lui numéro 203 décembre 1980 Page 98-99Lui numéro 203 décembre 1980 Page 100-101Lui numéro 203 décembre 1980 Page 102-103Lui numéro 203 décembre 1980 Page 104-105Lui numéro 203 décembre 1980 Page 106-107Lui numéro 203 décembre 1980 Page 108-109Lui numéro 203 décembre 1980 Page 110-111Lui numéro 203 décembre 1980 Page 112-113Lui numéro 203 décembre 1980 Page 114-115Lui numéro 203 décembre 1980 Page 116-117Lui numéro 203 décembre 1980 Page 118-119Lui numéro 203 décembre 1980 Page 120-121Lui numéro 203 décembre 1980 Page 122-123Lui numéro 203 décembre 1980 Page 124-125Lui numéro 203 décembre 1980 Page 126-127Lui numéro 203 décembre 1980 Page 128-129Lui numéro 203 décembre 1980 Page 130-131Lui numéro 203 décembre 1980 Page 132-133Lui numéro 203 décembre 1980 Page 134-135Lui numéro 203 décembre 1980 Page 136-137Lui numéro 203 décembre 1980 Page 138-139Lui numéro 203 décembre 1980 Page 140-141Lui numéro 203 décembre 1980 Page 142-143Lui numéro 203 décembre 1980 Page 144-145Lui numéro 203 décembre 1980 Page 146-147Lui numéro 203 décembre 1980 Page 148-149Lui numéro 203 décembre 1980 Page 150-151Lui numéro 203 décembre 1980 Page 152-153Lui numéro 203 décembre 1980 Page 154-155Lui numéro 203 décembre 1980 Page 156-157Lui numéro 203 décembre 1980 Page 158-159Lui numéro 203 décembre 1980 Page 160-161Lui numéro 203 décembre 1980 Page 162-163Lui numéro 203 décembre 1980 Page 164-165Lui numéro 203 décembre 1980 Page 166-167Lui numéro 203 décembre 1980 Page 168-169Lui numéro 203 décembre 1980 Page 170-171Lui numéro 203 décembre 1980 Page 172-173Lui numéro 203 décembre 1980 Page 174-175Lui numéro 203 décembre 1980 Page 176-177Lui numéro 203 décembre 1980 Page 178-179Lui numéro 203 décembre 1980 Page 180-181Lui numéro 203 décembre 1980 Page 182-183Lui numéro 203 décembre 1980 Page 184-185Lui numéro 203 décembre 1980 Page 186-187Lui numéro 203 décembre 1980 Page 188-189Lui numéro 203 décembre 1980 Page 190-191Lui numéro 203 décembre 1980 Page 192-193Lui numéro 203 décembre 1980 Page 194-195Lui numéro 203 décembre 1980 Page 196-197Lui numéro 203 décembre 1980 Page 198-199Lui numéro 203 décembre 1980 Page 200-201Lui numéro 203 décembre 1980 Page 202-203Lui numéro 203 décembre 1980 Page 204-205Lui numéro 203 décembre 1980 Page 206-207Lui numéro 203 décembre 1980 Page 208-209Lui numéro 203 décembre 1980 Page 210-211Lui numéro 203 décembre 1980 Page 212-213Lui numéro 203 décembre 1980 Page 214-215Lui numéro 203 décembre 1980 Page 216-217Lui numéro 203 décembre 1980 Page 218-219Lui numéro 203 décembre 1980 Page 220-221Lui numéro 203 décembre 1980 Page 222-223Lui numéro 203 décembre 1980 Page 224-225Lui numéro 203 décembre 1980 Page 226-227Lui numéro 203 décembre 1980 Page 228-229Lui numéro 203 décembre 1980 Page 230-231Lui numéro 203 décembre 1980 Page 232-233Lui numéro 203 décembre 1980 Page 234