Lui n°203 décembre 1980
Lui n°203 décembre 1980
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°203 de décembre 1980

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 234

  • Taille du fichier PDF : 224 Mo

  • Dans ce numéro : Anicee Alvina style Lui.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 184 - 185  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
184 185
MORT FINE L'Onu a débloqué cinq millions de dollars attribués à une trentaine de villages montagnards. Pour les encourager à cultiver... n'importe quoi sauf du pavot (Suite de la p.156.) avez parfaitement compris l'ampleur du désastre. Le pire, c'est qu'avec tout cela, les laboratoires régionaux réussissent à mijoter un poison que les spécialistes considèrent comme le haut de gamme du genre. Cette héroïne ainsi traitée, c'est la numéro 4, la blanche, la plus pure. C'est celle qu'on surnommait autrefois la « Marseillaise », ou plus simplf-ment la « Française ». Il y a parfois des cocoricos qui restent en travers de la gorge... Depuis que le réseau du Midi de la France a été en partie démantelé, c'est tout naturellement vers l'Extrême-Orient que les utilisateurs se sont tournés. L'origine du mal étant située, il suffirait donc d'y appliquer les mêmes méthodes qui ont désorganisé la French Connection, pour tenter de l'enrayer. Malheureusement, nous sommes en Asie, et ici rien n'est simple. Le pragmatisme occidental se heurte à des forces pas toujours mystérieuses, mais souvent trop complexes, décourageantes. Pour résoudre le problème, les organisations anti-drogue internationales ont bien évidemment voulu frapper à la source. Encore faudrait-il la trouver cette source... Certaines opérations spectaculaires ont permis de remonter des filières jusqu'aux chefs. Ce fut le cas en 1978, avec le démantèlement du plus gros réseau de trafiquants de la région, le Singapour Chinese Triad. Mais ces actions ponctuelles sont trop rares. La meilleure solution consisterait bien sûr à couper le pavot sous le pied des trafiquants. Pour y parvenir, les Nations unies ont débloqué la bagatelle de cinq millions de dollars attribués à une trentaine de villages montagnards. Ce projet tend à encourager les agriculteurs à cultiver du café, du tabac, ou des haricots, enfin n'importe quoi, sauf du pavot ! Ces coûteux investissements écologiques provoquent un certain scepticisme chez les spécialistes de la lutte anti-drogue. La somme nécessaire à la disparition totale du pavot dans le nord de la Thaïlande aurait de quoi donner le vertige. Et même, en admettant que ces crédits soient correctement utilisés, ce qui est hautement improbable, cela ne résoudrait pas le problème. Car, de l'autre côté de la frontière, dans cette Birmanie socialiste où les Américains sont sans pouvoir, le pavot fleurit avec insolence. Deux Etats birmans, d'ailleurs en rebellion ouverte contre le gouvernement de Rangoon, produisent à eux seuls de quoi confectionner chaque année quarante-cinq à cinquante tonnes d'héroïne pure à 98% ! A la frontière birmano-thaïlandaise, c'est la confusion la plus totale. L'armée rebelle Shan, venue de Birmanie, a son quartier général en territoire thaï. Son chef, Cheng Chi Fu, contrôle une douzaine de laboratoires appelés Labos chinois », car les chimistes viennent de Hong Kong. Ces laboratoires sont toujours placés sur la frontière, de façon à pouvoir s'échapper au gré des évolutions des armées régulières des deux pays. Avec ses quatre mille hommes entraînés et bien équipés, la Shan United Army possède la suprématie sur tous les autres groupes rebelles de la région, qu'elle taxe, et dont elle commercialise les récoltes d'opium, cinquante à soixante tonnes annuelles. Qui est actuellement capable de ramener l'ordre dans cette zone, et donc d'enrayer cet énorme trafic ? Apparemment personne. Les autorités birmanes ne peuvent ou ne veulent rien faire. La situation politique dans ce pays est si confuse, qu'on peut se demander jusqu'à quel point le gouvernement n'encourage pas les trafiquants. A quand la création de l'opiodollar ? Côté thaïlandais, on a d'autres problèmes, plus préoccupants, à régler. Avant de combattre la marée de l'opium birman, il faut d'abord enrayer celle des réfugiés cambodgiens ou laotiens, ce qui n'est (Suite p.188.)
Un moment de calme dans un monde qui cavale. L Armagnac.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 203 décembre 1980 Page 1Lui numéro 203 décembre 1980 Page 2-3Lui numéro 203 décembre 1980 Page 4-5Lui numéro 203 décembre 1980 Page 6-7Lui numéro 203 décembre 1980 Page 8-9Lui numéro 203 décembre 1980 Page 10-11Lui numéro 203 décembre 1980 Page 12-13Lui numéro 203 décembre 1980 Page 14-15Lui numéro 203 décembre 1980 Page 16-17Lui numéro 203 décembre 1980 Page 18-19Lui numéro 203 décembre 1980 Page 20-21Lui numéro 203 décembre 1980 Page 22-23Lui numéro 203 décembre 1980 Page 24-25Lui numéro 203 décembre 1980 Page 26-27Lui numéro 203 décembre 1980 Page 28-29Lui numéro 203 décembre 1980 Page 30-31Lui numéro 203 décembre 1980 Page 32-33Lui numéro 203 décembre 1980 Page 34-35Lui numéro 203 décembre 1980 Page 36-37Lui numéro 203 décembre 1980 Page 38-39Lui numéro 203 décembre 1980 Page 40-41Lui numéro 203 décembre 1980 Page 42-43Lui numéro 203 décembre 1980 Page 44-45Lui numéro 203 décembre 1980 Page 46-47Lui numéro 203 décembre 1980 Page 48-49Lui numéro 203 décembre 1980 Page 50-51Lui numéro 203 décembre 1980 Page 52-53Lui numéro 203 décembre 1980 Page 54-55Lui numéro 203 décembre 1980 Page 56-57Lui numéro 203 décembre 1980 Page 58-59Lui numéro 203 décembre 1980 Page 60-61Lui numéro 203 décembre 1980 Page 62-63Lui numéro 203 décembre 1980 Page 64-65Lui numéro 203 décembre 1980 Page 66-67Lui numéro 203 décembre 1980 Page 68-69Lui numéro 203 décembre 1980 Page 70-71Lui numéro 203 décembre 1980 Page 72-73Lui numéro 203 décembre 1980 Page 74-75Lui numéro 203 décembre 1980 Page 76-77Lui numéro 203 décembre 1980 Page 78-79Lui numéro 203 décembre 1980 Page 80-81Lui numéro 203 décembre 1980 Page 82-83Lui numéro 203 décembre 1980 Page 84-85Lui numéro 203 décembre 1980 Page 86-87Lui numéro 203 décembre 1980 Page 88-89Lui numéro 203 décembre 1980 Page 90-91Lui numéro 203 décembre 1980 Page 92-93Lui numéro 203 décembre 1980 Page 94-95Lui numéro 203 décembre 1980 Page 96-97Lui numéro 203 décembre 1980 Page 98-99Lui numéro 203 décembre 1980 Page 100-101Lui numéro 203 décembre 1980 Page 102-103Lui numéro 203 décembre 1980 Page 104-105Lui numéro 203 décembre 1980 Page 106-107Lui numéro 203 décembre 1980 Page 108-109Lui numéro 203 décembre 1980 Page 110-111Lui numéro 203 décembre 1980 Page 112-113Lui numéro 203 décembre 1980 Page 114-115Lui numéro 203 décembre 1980 Page 116-117Lui numéro 203 décembre 1980 Page 118-119Lui numéro 203 décembre 1980 Page 120-121Lui numéro 203 décembre 1980 Page 122-123Lui numéro 203 décembre 1980 Page 124-125Lui numéro 203 décembre 1980 Page 126-127Lui numéro 203 décembre 1980 Page 128-129Lui numéro 203 décembre 1980 Page 130-131Lui numéro 203 décembre 1980 Page 132-133Lui numéro 203 décembre 1980 Page 134-135Lui numéro 203 décembre 1980 Page 136-137Lui numéro 203 décembre 1980 Page 138-139Lui numéro 203 décembre 1980 Page 140-141Lui numéro 203 décembre 1980 Page 142-143Lui numéro 203 décembre 1980 Page 144-145Lui numéro 203 décembre 1980 Page 146-147Lui numéro 203 décembre 1980 Page 148-149Lui numéro 203 décembre 1980 Page 150-151Lui numéro 203 décembre 1980 Page 152-153Lui numéro 203 décembre 1980 Page 154-155Lui numéro 203 décembre 1980 Page 156-157Lui numéro 203 décembre 1980 Page 158-159Lui numéro 203 décembre 1980 Page 160-161Lui numéro 203 décembre 1980 Page 162-163Lui numéro 203 décembre 1980 Page 164-165Lui numéro 203 décembre 1980 Page 166-167Lui numéro 203 décembre 1980 Page 168-169Lui numéro 203 décembre 1980 Page 170-171Lui numéro 203 décembre 1980 Page 172-173Lui numéro 203 décembre 1980 Page 174-175Lui numéro 203 décembre 1980 Page 176-177Lui numéro 203 décembre 1980 Page 178-179Lui numéro 203 décembre 1980 Page 180-181Lui numéro 203 décembre 1980 Page 182-183Lui numéro 203 décembre 1980 Page 184-185Lui numéro 203 décembre 1980 Page 186-187Lui numéro 203 décembre 1980 Page 188-189Lui numéro 203 décembre 1980 Page 190-191Lui numéro 203 décembre 1980 Page 192-193Lui numéro 203 décembre 1980 Page 194-195Lui numéro 203 décembre 1980 Page 196-197Lui numéro 203 décembre 1980 Page 198-199Lui numéro 203 décembre 1980 Page 200-201Lui numéro 203 décembre 1980 Page 202-203Lui numéro 203 décembre 1980 Page 204-205Lui numéro 203 décembre 1980 Page 206-207Lui numéro 203 décembre 1980 Page 208-209Lui numéro 203 décembre 1980 Page 210-211Lui numéro 203 décembre 1980 Page 212-213Lui numéro 203 décembre 1980 Page 214-215Lui numéro 203 décembre 1980 Page 216-217Lui numéro 203 décembre 1980 Page 218-219Lui numéro 203 décembre 1980 Page 220-221Lui numéro 203 décembre 1980 Page 222-223Lui numéro 203 décembre 1980 Page 224-225Lui numéro 203 décembre 1980 Page 226-227Lui numéro 203 décembre 1980 Page 228-229Lui numéro 203 décembre 1980 Page 230-231Lui numéro 203 décembre 1980 Page 232-233Lui numéro 203 décembre 1980 Page 234