Lui n°203 décembre 1980
Lui n°203 décembre 1980
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°203 de décembre 1980

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 234

  • Taille du fichier PDF : 224 Mo

  • Dans ce numéro : Anicee Alvina style Lui.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 130 - 131  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
130 131
LES DEFONCEURS DE L'ORDRE « C'était l'époque des fameux comités d'accueil de Beaujon, où l'on faisait défiler les hommes arrêtés entre des haies de policiers qui les matraquaient... » (Suite de la page 108.) qu'on remit au goût du jour la technique de ce que l'on appelait pudiquement l'interrogatoire poussé, autrement dit la torture, pour arracher les renseignements qui, dans ce genre de conflit, prime tout. Et il arriva à la police de se livrer à des actions qui n'avaient rien à envier à celles de la Gestapo. C'était l'époque des fameux comités d'accueil de Beaujon où l'on faisait défiler les hommes arrêtés entre des haies de policiers qui les matraquaient, parfois sous l'oeil de très hauts fonctionnaires qui laissaient faire. C'est à ce moment qu'on a vu apparaître le racisme anti-arabe qui, hélas, n'a pas disparu depuis. La guerre d'Algérie finie, vint l'explosion de 68 et surtout l'après 68 qui a beaucoup marqué les policiers confrontés à une jeunesse contestataire aux cheveux longs. D'où la naissance du racisme anti-jeune si souvent dénoncé par la suite. Le problème, c'est que dans des périodes hautement conflictuelles comme celles-là, le gouvernement ou les autorités font rarement les efforts nécessaires pour ramener le calme dans les esprits. Après 68, il aurait été sage, par exemple, de confier le ministère de l'Intérieur à un homme serein qui regonfle moralement les policiers, mais aussi les raisonne et les calme. On a eu Marcelin. Au lieu de faire disparaître les séquelles de 68, il les a aggravées. Lui Nous en arrivons aux responsabilités des hommes... Monate Le comportement des hommes, des responsables surtout, a été extrêmement important dans l'évolution de l'état d'esprit et du comportement de la police. Prenons, par exemple, la période du Préfet Baylot. Ancien syndicaliste d'origine socialiste, c'est sans doute le préfet de police qui a le plus matraqué les syndicats ! On l'avait surnommé le préfet aux chiens parce qu'il faisait lâcher des chiens sur les manifestants ! Lui Socialiste comme Jules Moch, l'immortel fondateur des Crs. 130 Monate Exactement ! Eh bien, sous le règne de Baylot, chaque manifestation dans la région parisienne se terminait par des affrontements violents avec les policiers. C'est d'ailleurs sous son règne qu'on a commencé à voir apparaître les casques et qu'on a vu remplacer les petits bâtons blancs par ces grands manches de pioche appelés bidules. Bref, le gardien de la paix se transformer en flic. Eh bien, il est remarquable que du jour où Baylot a été écarté de la préfecture de police pour être remplacé par un homme qui avait d'autres conceptions, le préfet André-Louis Dubois, il n'y a plus jamais eu d'incidents et de heurts au cours des manifestations ! C'est bien la preuve que le comportement des policiers dépend étroitement de ceux qui les commandent, non ? Lui En somme, si je vous comprends bien, quand il y a heurt entre manifestants et policiers, c'est souvent la police qui en est responsable. Monate Dans bien des cas, oui ! Si en Mai 68, le préfet de police n'avait pas été Maurice Grimaud, les choses se seraient peut-être passées moins bien. Lui Il y aurait eu des morts ? Monate Peut-être et des blessés graves comme il V en a eu, en d'autres occasions, sous certains de ses prédécesseurs. Marcelin, un jour au cours d'une interview, a déclaré « que le mal venait de ce qu'en 68, on n'avait pas frappé assez fort ni surtout assez vite et que le mouvement de Mai aurait pu être liquidé en deux jours ». A quel prix pour les deux camps ? ! Lui Maurice Papon était un dur lui aussi ? Monate Oui, mais pour être objectif, il faut reconnaître qu'il devait affronter un climat exceptionnel. Mais j'ai eu souvent l'occasion de le lui dire et je peux donc le répéter  : il laissait se développer des méthodes anormales. Grimaud, lui, était tout à fait à l'opposé. Je cite dans mon livre la lettre admirable qu'il eut le courage d'adresser au personnel de la préfecture de police, dans laquelle il disait tout ce qu'il fallait dire et, entre autres  : « Voici ce qu'il ne faut pas faire » ! Au lieu d'attaquer les policiers comme on le fait trop souvent, on ferait mieux d'attaquer ceux qui les dirigent et parfois les manipulent. Lui Vous avez des exemples de manipulation Monate Ils ne manquent pas, et tout le monde les connaît aussi bien que moi. En mars 1979, lors de la marche des sidérurgistes sur Paris, par exemple, on a trouvé un policier parmi les casseurs interpelés. Mais il n'est pas toujours nécessaire de glisser des policiers parmi les casseurs quand on a des arrière-pensées politiques celles, par exemple, d'effrayer le bourgeois et le bon peuple et de déconsidérer les manifestants il suffit de laisser faire les casseurs. Quand un gouvernement est en faute, ce n'est pas mauvais. Or, dans l'affaire de Longwy, après beaucoup d'erreurs économiques et politiques, beaucoup d'argent dépensé en pure perte, il est arrivé un beau jour où il a fallu annoncer le licenciement de six à sept mille personnes. Il est évident que cela ne pouvait se passer sans remous. Quand des gens voient tout s'effondrer autour d'eux, on peut comprendre leurs réactions et deviner que l'opinion publique risque d'éprouver de la sympathie à leur endroit. D'où la nécessité de déconsidérer les manifestants. Activement en faisant dégénérer la manifestation, ou passivement en laissant simplement faire les casseurs, ou en faisant les deux à la fois. C'est ce qui s'est passé. C'est un procédé vieux comme le monde. Le préfet Baylot l'utilisait beaucoup. Si les manifestations avec lui dégénéraient toujours, c'est qu'il faisait tout ce qu'il fallait pour cela en mettant toujours en place un petit commando chargé d'agresser la police pour justifier sa réaction. Je me souviens parfaitement d'une manifestation des éboueurs devant l'Hôtel de Ville de Paris qui se dérou- (Suite p.176.)
.. G.7 p/- Oo s " i-. 4./4)4)444)6()6,c)6q 4-)4 « i44- ? (444-144 « f4(404 4444)444)6(.44-i (if4(44)(4.44)044)4-)4 ; 4/4H4wç4. ? (; c)4H44-4 « 4 4-4(4.-)(4 « (4 44(-44. « 46  : « (6-) (4)(0-1 4 « 44)(-0 (-4 Ç' « 444(4-)4 « -r4(44(t)



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 203 décembre 1980 Page 1Lui numéro 203 décembre 1980 Page 2-3Lui numéro 203 décembre 1980 Page 4-5Lui numéro 203 décembre 1980 Page 6-7Lui numéro 203 décembre 1980 Page 8-9Lui numéro 203 décembre 1980 Page 10-11Lui numéro 203 décembre 1980 Page 12-13Lui numéro 203 décembre 1980 Page 14-15Lui numéro 203 décembre 1980 Page 16-17Lui numéro 203 décembre 1980 Page 18-19Lui numéro 203 décembre 1980 Page 20-21Lui numéro 203 décembre 1980 Page 22-23Lui numéro 203 décembre 1980 Page 24-25Lui numéro 203 décembre 1980 Page 26-27Lui numéro 203 décembre 1980 Page 28-29Lui numéro 203 décembre 1980 Page 30-31Lui numéro 203 décembre 1980 Page 32-33Lui numéro 203 décembre 1980 Page 34-35Lui numéro 203 décembre 1980 Page 36-37Lui numéro 203 décembre 1980 Page 38-39Lui numéro 203 décembre 1980 Page 40-41Lui numéro 203 décembre 1980 Page 42-43Lui numéro 203 décembre 1980 Page 44-45Lui numéro 203 décembre 1980 Page 46-47Lui numéro 203 décembre 1980 Page 48-49Lui numéro 203 décembre 1980 Page 50-51Lui numéro 203 décembre 1980 Page 52-53Lui numéro 203 décembre 1980 Page 54-55Lui numéro 203 décembre 1980 Page 56-57Lui numéro 203 décembre 1980 Page 58-59Lui numéro 203 décembre 1980 Page 60-61Lui numéro 203 décembre 1980 Page 62-63Lui numéro 203 décembre 1980 Page 64-65Lui numéro 203 décembre 1980 Page 66-67Lui numéro 203 décembre 1980 Page 68-69Lui numéro 203 décembre 1980 Page 70-71Lui numéro 203 décembre 1980 Page 72-73Lui numéro 203 décembre 1980 Page 74-75Lui numéro 203 décembre 1980 Page 76-77Lui numéro 203 décembre 1980 Page 78-79Lui numéro 203 décembre 1980 Page 80-81Lui numéro 203 décembre 1980 Page 82-83Lui numéro 203 décembre 1980 Page 84-85Lui numéro 203 décembre 1980 Page 86-87Lui numéro 203 décembre 1980 Page 88-89Lui numéro 203 décembre 1980 Page 90-91Lui numéro 203 décembre 1980 Page 92-93Lui numéro 203 décembre 1980 Page 94-95Lui numéro 203 décembre 1980 Page 96-97Lui numéro 203 décembre 1980 Page 98-99Lui numéro 203 décembre 1980 Page 100-101Lui numéro 203 décembre 1980 Page 102-103Lui numéro 203 décembre 1980 Page 104-105Lui numéro 203 décembre 1980 Page 106-107Lui numéro 203 décembre 1980 Page 108-109Lui numéro 203 décembre 1980 Page 110-111Lui numéro 203 décembre 1980 Page 112-113Lui numéro 203 décembre 1980 Page 114-115Lui numéro 203 décembre 1980 Page 116-117Lui numéro 203 décembre 1980 Page 118-119Lui numéro 203 décembre 1980 Page 120-121Lui numéro 203 décembre 1980 Page 122-123Lui numéro 203 décembre 1980 Page 124-125Lui numéro 203 décembre 1980 Page 126-127Lui numéro 203 décembre 1980 Page 128-129Lui numéro 203 décembre 1980 Page 130-131Lui numéro 203 décembre 1980 Page 132-133Lui numéro 203 décembre 1980 Page 134-135Lui numéro 203 décembre 1980 Page 136-137Lui numéro 203 décembre 1980 Page 138-139Lui numéro 203 décembre 1980 Page 140-141Lui numéro 203 décembre 1980 Page 142-143Lui numéro 203 décembre 1980 Page 144-145Lui numéro 203 décembre 1980 Page 146-147Lui numéro 203 décembre 1980 Page 148-149Lui numéro 203 décembre 1980 Page 150-151Lui numéro 203 décembre 1980 Page 152-153Lui numéro 203 décembre 1980 Page 154-155Lui numéro 203 décembre 1980 Page 156-157Lui numéro 203 décembre 1980 Page 158-159Lui numéro 203 décembre 1980 Page 160-161Lui numéro 203 décembre 1980 Page 162-163Lui numéro 203 décembre 1980 Page 164-165Lui numéro 203 décembre 1980 Page 166-167Lui numéro 203 décembre 1980 Page 168-169Lui numéro 203 décembre 1980 Page 170-171Lui numéro 203 décembre 1980 Page 172-173Lui numéro 203 décembre 1980 Page 174-175Lui numéro 203 décembre 1980 Page 176-177Lui numéro 203 décembre 1980 Page 178-179Lui numéro 203 décembre 1980 Page 180-181Lui numéro 203 décembre 1980 Page 182-183Lui numéro 203 décembre 1980 Page 184-185Lui numéro 203 décembre 1980 Page 186-187Lui numéro 203 décembre 1980 Page 188-189Lui numéro 203 décembre 1980 Page 190-191Lui numéro 203 décembre 1980 Page 192-193Lui numéro 203 décembre 1980 Page 194-195Lui numéro 203 décembre 1980 Page 196-197Lui numéro 203 décembre 1980 Page 198-199Lui numéro 203 décembre 1980 Page 200-201Lui numéro 203 décembre 1980 Page 202-203Lui numéro 203 décembre 1980 Page 204-205Lui numéro 203 décembre 1980 Page 206-207Lui numéro 203 décembre 1980 Page 208-209Lui numéro 203 décembre 1980 Page 210-211Lui numéro 203 décembre 1980 Page 212-213Lui numéro 203 décembre 1980 Page 214-215Lui numéro 203 décembre 1980 Page 216-217Lui numéro 203 décembre 1980 Page 218-219Lui numéro 203 décembre 1980 Page 220-221Lui numéro 203 décembre 1980 Page 222-223Lui numéro 203 décembre 1980 Page 224-225Lui numéro 203 décembre 1980 Page 226-227Lui numéro 203 décembre 1980 Page 228-229Lui numéro 203 décembre 1980 Page 230-231Lui numéro 203 décembre 1980 Page 232-233Lui numéro 203 décembre 1980 Page 234