Lui n°203 décembre 1980
Lui n°203 décembre 1980
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°203 de décembre 1980

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 234

  • Taille du fichier PDF : 224 Mo

  • Dans ce numéro : Anicee Alvina style Lui.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Pour que votre Diamant devienne une Valeur-Refuge Universelle, entourez-vous des garanties que seule une organisation puissante et spécialisée peut vous offrir. A l'Union de Diamantaires, premier groupement français d'Investissement- Diamant, vous constituerez votre Capital-Diamant en toute sécurité. Renseignez-vous aujourd'hui - même à l'Union de Diamantaires, Groupement d'intérêt économique régi par l'Ordonnance du 23.09.1967, 17, rue St-Florentin à Paris 75008, Tél. (1) 260.36.32 (24 lignes groupées). ra partie à détacher et à nous retourner Pour obtenir une information gratuite et sans engagement de votre part, retournez simplement ce bon au  : Centre d'information UNION DE DIAMANTAIRES Groupement d'Intérêt Economique régi par l'Ordonnance du 23-09-1967 NOM PRÉNOM N°RUE VILLE CODE POSTAL LU 103 17, rue St-Florentin - 75008 Paris (angle rue Saint-Honoré) Q Concorde ou Madeleine Accueil du lundi au vendredi de 10 h a 19 h et le samedi de 10 h à 17 h Centres d'information  : Paris, Genève, Düsseldorf, Lyon, Dijon, Marseille, Bordeaux, Strasbourg, Tours, Rennes, Roubaix, Rouen, Toulouse, Annemasse.L. 12 o U ENTRETIEN « C'est vrai, je portais à la Knesset une cravate à croix gammée !... (Suite de la page 10.) une tasse de thé. Sur la table, à côté de la tasse, sa blague à tabac et sa pipe. Le sourire est tout aussi large, presque complice, et la poignée de main chaleureuse. « Vous voyez, c'est bien plus agréable de bavarder maintenant... » Un maître d'hôtel me propose  : Coca-Cola, café, thé. J'opte pour le thé. Pendant quelques instants, nous échangeons, le président et moi, des considérations sur le tabac pour pipe. J'avoue avoir oublié la marque préférée d'Anouar el Sadate. Aucun thème n'a été déterminé. Au protocole, comme au service de presse de la présidence, on m'a prévenu  : « Le Président n'aime pas arrêter d'avance les grandes lignes des conversations avec les journalistes. Et n'hésitez pas à poser toutes les questions qui vous paraîtraient intéressantes. » La première qui me vient à l'esprit n'est ni d'actualité, ni d'une grande importance politique ou historique. Elle a trait à un épisode du désormais célèbre voyage de Sadate à Jérusalem. Lui Le jour où vous êtes allé à la Knesset, M. le Président, vous portiez une cravate décorée de motifs à croix gammée. Etait-ce une bravade ? Anouar el-Sadate C'est drôle, personne jusqu'ici ne m'a interrogé sur cette affaire. C'est vrai, je portais à la Knesset une cravate dont les motifs représentaient une svastika. Mais je dois apporter quelques précisions. D'abord, ce n'était pas lors de mon allocution à la Knesset mais au cours d'un entretien avec les leaders politiques israéliens, de différents partis. Ensuite, il ne s'est jamais agi, dans mon esprit, d'une bravade. La vérité, la voici. Habituellement, je ne choisis pas mes cravates en fonction des cérémonies ou de mes obligations, mais d'après les costumes que je porte. Ce jour-là, mon valet de chambre m'a présenté plusieurs costumes ainsi que les cravates qui pouvaient aller avec. J'en ai pris une, dont la couleur allait avec le costume, mais sans prêter attention aux motifs qui l'ornaient. Puis, je me suis rendu à la Knesset où j'ai eu mes entretiens, comme je vous l'ai dit, avec des responsables de partis politiques israéliens. Personne ne m'a fait quelque remarque que ce soit parmi mes interlocuteurs. Les Israéliens, s'ils s'en sont aperçus, ont fait preuve d'une remarquable délicatesse. Ce n'est que plusieurs jours plus tard que j'ai pris conscience de mon erreur involontaire. Un Espagnol m'a adressé une lettre dans laquelle il m'écrivait, en résumé  : « Pourquoi avez-vous fait cela, M. le Président ? J'ai beaucoup d'admiration pour vous et le voyage que vous venez d'effectuer en Israël a une portée historique. Pourquoi l'avezvous terni en arborant une cravate à croix gammée ? » Je fus stupéfié. J'appelai mon valet de chambre et lui demandai de m'apporter la cravate que je portais ce jour-là. C'était facile de la retrouver car mon correspondant avait joint à sa lettre une photo sur laquelle se distinguait parfaitement cette cravate. Il avait raison  : les motifs étaient bien des svastikas. J'étais désolé. Je vous assure que je n'ai plus jamais remis cette cravate depuis. Il n'a jamais été dans mes intentions de vexer ou d'insulter les Israéliens, ni même de braver l'opinion internationale. Ce voyage avait à mes yeux un sens trop grand, trop noble et, politiquement comme humainement, une portée incommensurable —, pour le gâcher aussi stupidement. Lui Puisque nous parlons de ce voyage, le premier je veux dire, en Israël, pouvez-vous même (Suite page 16.)
Une cassette TDK enregistre toujours la musique telle qu'elle est jouée. Fortissimo soudains - si fréquents dans les partitions classiques-pointes d'impulsions extrêmes des synthétiseurs dans la musique d'aujourd'hui, puissance de la batterie de Jazz... toute montée, plus ou moins brutale, du niveau sonore pose des problèmes lorsque vous enregistrez. Le problème agaçant des "crêtes" Toute élévation, en effet, du niveau sonore risque de saturer la bande d'enregistrement. C'est le phénomène, bien connu, des "crêtes". Il vous oblige à régler en position basse le niveau d'entrée du son sur votre platine magnétocassette. C'est toujours au détriment des passages joués pianissimo et des instruments au son plus délicat. Pis encore, lorsque vous voulez écouter votre enregistrement, il vous faut, en revanche, régler en position haute la sortie du son, amenant ainsi les bruits de fond- à un niveau très gênant. Les clés d'une reproduction fidèle Une cassette TDK - qu'elle soit utilisable en position normale, chrome ou métal - restitue au contraire le son avec un naturel qui émerveille. Dans les fréquences les plus hautes comme les plus basses. En effet, les couches magnétiques mises au point par TDK ne connaissent pratiquement pas de limitations, même dans le cas de modulations complexes à des seuils élevés. Ce qui permet donc d'enregistrer à un niveau sonore d'entrée très important sans entraîner de phénomène de saturation. Ainsi, avec la cassette TDK-D, idéale pour les enregistrements de musique Pop, les aigus sont très marqués. TDK Cassettes Hi-Fi hautes performances Et les bruits de fond restent négligeables lors de l'audition. A ceci s'ajoute la précision du mécanisme des boîtiers TDK qui vous garantit un défilement très régulier pendant de longues années. Spécialiste des bandes magnétiques (pour la haute fidélité, la vidéo et l'informatique), TDK met au point des cassettes pour vous permettre d'enregistrer la musique que vous aimez telle qu'elle est jouée. TDK est importé exclusivement en France parla Compagnie Electro-Son, 45/47 rue Croulebarbe, 75013 Paris. En Belgique par Matelectric S.P.R.1., bd Léopold II Laan 199. 1080 Bruxelles. En Suisse par Sacom S.A., Postfach 218, CH 2501 Mama Bias 12Ov.E0 D090 44TDK Biel. Suisse.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 203 décembre 1980 Page 1Lui numéro 203 décembre 1980 Page 2-3Lui numéro 203 décembre 1980 Page 4-5Lui numéro 203 décembre 1980 Page 6-7Lui numéro 203 décembre 1980 Page 8-9Lui numéro 203 décembre 1980 Page 10-11Lui numéro 203 décembre 1980 Page 12-13Lui numéro 203 décembre 1980 Page 14-15Lui numéro 203 décembre 1980 Page 16-17Lui numéro 203 décembre 1980 Page 18-19Lui numéro 203 décembre 1980 Page 20-21Lui numéro 203 décembre 1980 Page 22-23Lui numéro 203 décembre 1980 Page 24-25Lui numéro 203 décembre 1980 Page 26-27Lui numéro 203 décembre 1980 Page 28-29Lui numéro 203 décembre 1980 Page 30-31Lui numéro 203 décembre 1980 Page 32-33Lui numéro 203 décembre 1980 Page 34-35Lui numéro 203 décembre 1980 Page 36-37Lui numéro 203 décembre 1980 Page 38-39Lui numéro 203 décembre 1980 Page 40-41Lui numéro 203 décembre 1980 Page 42-43Lui numéro 203 décembre 1980 Page 44-45Lui numéro 203 décembre 1980 Page 46-47Lui numéro 203 décembre 1980 Page 48-49Lui numéro 203 décembre 1980 Page 50-51Lui numéro 203 décembre 1980 Page 52-53Lui numéro 203 décembre 1980 Page 54-55Lui numéro 203 décembre 1980 Page 56-57Lui numéro 203 décembre 1980 Page 58-59Lui numéro 203 décembre 1980 Page 60-61Lui numéro 203 décembre 1980 Page 62-63Lui numéro 203 décembre 1980 Page 64-65Lui numéro 203 décembre 1980 Page 66-67Lui numéro 203 décembre 1980 Page 68-69Lui numéro 203 décembre 1980 Page 70-71Lui numéro 203 décembre 1980 Page 72-73Lui numéro 203 décembre 1980 Page 74-75Lui numéro 203 décembre 1980 Page 76-77Lui numéro 203 décembre 1980 Page 78-79Lui numéro 203 décembre 1980 Page 80-81Lui numéro 203 décembre 1980 Page 82-83Lui numéro 203 décembre 1980 Page 84-85Lui numéro 203 décembre 1980 Page 86-87Lui numéro 203 décembre 1980 Page 88-89Lui numéro 203 décembre 1980 Page 90-91Lui numéro 203 décembre 1980 Page 92-93Lui numéro 203 décembre 1980 Page 94-95Lui numéro 203 décembre 1980 Page 96-97Lui numéro 203 décembre 1980 Page 98-99Lui numéro 203 décembre 1980 Page 100-101Lui numéro 203 décembre 1980 Page 102-103Lui numéro 203 décembre 1980 Page 104-105Lui numéro 203 décembre 1980 Page 106-107Lui numéro 203 décembre 1980 Page 108-109Lui numéro 203 décembre 1980 Page 110-111Lui numéro 203 décembre 1980 Page 112-113Lui numéro 203 décembre 1980 Page 114-115Lui numéro 203 décembre 1980 Page 116-117Lui numéro 203 décembre 1980 Page 118-119Lui numéro 203 décembre 1980 Page 120-121Lui numéro 203 décembre 1980 Page 122-123Lui numéro 203 décembre 1980 Page 124-125Lui numéro 203 décembre 1980 Page 126-127Lui numéro 203 décembre 1980 Page 128-129Lui numéro 203 décembre 1980 Page 130-131Lui numéro 203 décembre 1980 Page 132-133Lui numéro 203 décembre 1980 Page 134-135Lui numéro 203 décembre 1980 Page 136-137Lui numéro 203 décembre 1980 Page 138-139Lui numéro 203 décembre 1980 Page 140-141Lui numéro 203 décembre 1980 Page 142-143Lui numéro 203 décembre 1980 Page 144-145Lui numéro 203 décembre 1980 Page 146-147Lui numéro 203 décembre 1980 Page 148-149Lui numéro 203 décembre 1980 Page 150-151Lui numéro 203 décembre 1980 Page 152-153Lui numéro 203 décembre 1980 Page 154-155Lui numéro 203 décembre 1980 Page 156-157Lui numéro 203 décembre 1980 Page 158-159Lui numéro 203 décembre 1980 Page 160-161Lui numéro 203 décembre 1980 Page 162-163Lui numéro 203 décembre 1980 Page 164-165Lui numéro 203 décembre 1980 Page 166-167Lui numéro 203 décembre 1980 Page 168-169Lui numéro 203 décembre 1980 Page 170-171Lui numéro 203 décembre 1980 Page 172-173Lui numéro 203 décembre 1980 Page 174-175Lui numéro 203 décembre 1980 Page 176-177Lui numéro 203 décembre 1980 Page 178-179Lui numéro 203 décembre 1980 Page 180-181Lui numéro 203 décembre 1980 Page 182-183Lui numéro 203 décembre 1980 Page 184-185Lui numéro 203 décembre 1980 Page 186-187Lui numéro 203 décembre 1980 Page 188-189Lui numéro 203 décembre 1980 Page 190-191Lui numéro 203 décembre 1980 Page 192-193Lui numéro 203 décembre 1980 Page 194-195Lui numéro 203 décembre 1980 Page 196-197Lui numéro 203 décembre 1980 Page 198-199Lui numéro 203 décembre 1980 Page 200-201Lui numéro 203 décembre 1980 Page 202-203Lui numéro 203 décembre 1980 Page 204-205Lui numéro 203 décembre 1980 Page 206-207Lui numéro 203 décembre 1980 Page 208-209Lui numéro 203 décembre 1980 Page 210-211Lui numéro 203 décembre 1980 Page 212-213Lui numéro 203 décembre 1980 Page 214-215Lui numéro 203 décembre 1980 Page 216-217Lui numéro 203 décembre 1980 Page 218-219Lui numéro 203 décembre 1980 Page 220-221Lui numéro 203 décembre 1980 Page 222-223Lui numéro 203 décembre 1980 Page 224-225Lui numéro 203 décembre 1980 Page 226-227Lui numéro 203 décembre 1980 Page 228-229Lui numéro 203 décembre 1980 Page 230-231Lui numéro 203 décembre 1980 Page 232-233Lui numéro 203 décembre 1980 Page 234