Lui n°202 novembre 1980
Lui n°202 novembre 1980
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°202 de novembre 1980

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 202

  • Taille du fichier PDF : 184 Mo

  • Dans ce numéro : filles de fame !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
LES HOMMES 80 Les Hommes 80 sont les hommes qui savent se servir de leur époque. Ils ont pris conscience avec la nouvelle décennie, d'une certaine logique interne de la vie moderne. Il sont adaptés. Vie professionnelle  : Les Hommes 80 ont appris à ne négliger personne. Surtout pas les femmes. L'Homme 80 agit avec ses collaboratrices comme avec ses collaborateurs. Il a compris qu'il pouvait trouver chez les femmes des alliées de poids, s'il sait ne jamais les mettre mal à l'aise. Parfois, au moment opportun, il laisse entrevoir qu'il peut être séduit. Tout au plus. Face à ses collègues, son humeur est stable. Soumettre son entourage professionnel aux aléas de ses états d'âme est mal vu. Face à son boss, il ne raisonne plus comme un employé partisan du moin- LE S TURBO dre effort YOjY7iftL1S larE traîné sans conviction par son travail. La crise lui a appris que les boulots planqués sont des pièges dont on peut facilement être évincé. L'Homme 80 se montre à la fois réservé, efficace et irremplaçable. Son travail est devenu un moyen d'expression. Ce n'est plus une corvée. L'excentricité n'est plus un moyen d'être distingué mais plutôt un risque d'être écarté. L'Homme 80 ne vit pas en marge mais avec les autres. Pour mieux les battre sur leur propre terrain. Le look idéal est à la fois sobre et original. Il témoigne d'un esprit imaginatif mais discret. L'Homme 80 tient avant tout à être soigné. Il allie une grande décontraction et un penchant prononcé pour le classique. Sans excès. Sagarde-robe est fournie d'effets soigneusement choisis mais presque identiques. On ne doit retenir de lui que son regard, son expression, son travail. Accroître le rendement du travail'pour'laisser plus de temps pour les loisirs. Faire plus en moins de temps, réaliser plus, se reposer utilement. Voilà le credo de l'Homme 80. Profiter du week-end pour faire de la vitesse (moto, voiture, karting) sur des circuits puisqu'il prend le métro pendant la semaine ou qu'il roule au pas. Sauna, musculation, tennis, golf sont également au programme  : un esprit sain dans un corps sain. Mais les Hommes 80, s'ils tiennent à rester en forme, veulent aussi s'amuser. Le mieux possible. Voir ses amis peu mais bien. Une invitation à un vrai dîner de temps en temps et non plus des spaghetti tous les soirs assis sur la moquette du salon. Aller au cinéma plus souvent voir de bons films plutôt que de s'écrouler systématiquement devant la télé. Aller au concert plutôt que d'écouter toujours les mêmes disques, danser plutôt qu'aller boire. Les Hommes 80 savent que s'amuser moins souvent mais plus sûrement vaut mieux que se coucher tard toutes les nuits sans vraiment faire la fête. Hubert Montaignac.
ENTRETIEN « Ces abrutis m'avaient isolé. J'avais pourtant bien promis de ne pas tricher, de ne pas copier. Mais j'étais étiqueté... Comment, après, voulez-vous ne pas être un marginal ? » (Suite de la page 32.) c'était magique. Cela me rendait bon. Mais pas plus que le théâtre, je ne savais ce que c'était. Je pensais que pour être acteur, il fallait être fils d'acteur... Lui Cela arrive en effet. Depardieu De toutes façons, je me vois mal, dans le milieu où je vivais, dire que je voulais faire du cinéma ! D'ailleurs, à ce moment-là, je voulais être boucher j'aime d'ailleurs encore tuer le cochon et faire ma charcuterie moi-même avant de vouloir être marin. Lui Quand le psychologue vous a vu en artiste et que vous vous êtes mis à lire, quel a été votre premier livre ? Depardieu Sans rire, « Le rire » de Bergson ! Pour parader. J'ai toujours essayé de parader, de paraître. De jouer en somme. Je ne comprenais rien naturellement à ce que je lisais, mais je traînais le bouquin avec moi. Lui Qu'est-ce que vous l'avait fait choisir ? Depardieu Le titre, bien sûr. Et puis, le rire m'intriguait. J'avais découvert que je n'étais drôle que lorsque j'étais authentique. Dès que j'essayais de faire rire ou de faire le méchant, c'était le bide complet. C'est à ce moment-là que mon image à Châteauroux a commencé à changer. On commençait à voir en moi au lieu du voyou ou de la petite brute, une sorte de baladin que la bourgeoisie castelroussine invitait pour lui faire raconter ses histoires. Je crois qu'au fond, je devais être très clair. Je riais beaucoup, je m'amusais beaucoup, cela rassurait. Je paraissais ce que j'étais  : surtout un inconscient. Et puis, j'en ai eu vite marre de faire le baladin à Châteauroux. De raconter des histoires pour faire rire les gens les miennes et celles que j'inventais. Je n'étais plus du tout inattendu. Ça devenait idiot. Alors, j'ai décidé d'aller voir ailleurs et de m'inventer une vie ailleurs au milieu de gens qui ne me connaissaient pas et que je ne connaissais pas. Je suis monté avec un bon copain à Paris, avec pour tout bagage, comme on dit, mon certificat d'études. Une belle humiliation, ce certificat d'études ! Ces abrutis pour le passer m'avaient isolé. J'avais pourtant bien promis de ne pas tricher, de ne pas copier. Mais j'étais étiqueté... Comment après cela, voulez-vous ne pas être un marginal, un cas à part ? Lui Vous avez subi beaucoup d'autres humiliations dans votre enance ? Depardieu Bien sûr ! Quand j'entendais la mère d'un copain lui dire  : « Je ne veux pas que tu sortes avec lui, c'est un voyou. » Ou bien « Son père est toujours ivre-mort ». Ou bien « Ce ne sont pas des gens fréquentables », c'était dur à encaisser. Ce n'est pas par hasard si les gens tuent. A force de les y pousser, en les retranchant... Lui Vous parlez des vies que vous vous inventiez, c'était déjà une manière de jouer, non ? Depardieu C'est vrai que, d'une certaine manière, j'ai été une sorte d'acteur enfuit"'toute ma vie. Bien avant de m'inscrire à Paris à une école dramatique. Le plus fort, c'est que ma vie finissait souvent par ressembler à celle que j'inventais, au désir que j'inventais. Par exemple, en stop, il m'arrivait de dire au type qui m'avait pris et qui me demandait ce que je faisais  : « Je fais une école de théâtre. » Quand je voyais qu'il connaissait beaucoup de choses et qu'il poussait l'interrogatoire, je décrochais et je changeais de conversation... A Paris, à l'école dramatique, justement, il m'est arrivé un jour d'annoncer à des copains qui se payaient ma tête  : « Je vais faire un film. » « Tiens, et où ça ? » « Au Canada ! » Et un an après, j'avais un metteur en scène canadien ! Une façon pour moi en somme d'avancer le bouchon. Lui Ce sont les temps héroïques, votre préhistoire que vous nous racontez là. Le loubard, le routard, le baladin devenu acteur, mais (Suite page 56.) -. ; r y. _. z , , ^ 11+.v+v'w - ^, y.. caÿl, vir/Niu,y -.. TM y.1i.'i'% ♦ F i1ra, -_.-:.w*,4r + cjrA,r., V, y, r'``.. a 7Pj L+ a iJf. `'i., iti ti y/r- - V.. at çkt...:.., `, ; : ; ',.+,  : ria:' ; ` ; 4/- cor." I 404 eowAyt't ; I " CO 11AMASZ tVC(),CAA.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 202 novembre 1980 Page 1Lui numéro 202 novembre 1980 Page 2-3Lui numéro 202 novembre 1980 Page 4-5Lui numéro 202 novembre 1980 Page 6-7Lui numéro 202 novembre 1980 Page 8-9Lui numéro 202 novembre 1980 Page 10-11Lui numéro 202 novembre 1980 Page 12-13Lui numéro 202 novembre 1980 Page 14-15Lui numéro 202 novembre 1980 Page 16-17Lui numéro 202 novembre 1980 Page 18-19Lui numéro 202 novembre 1980 Page 20-21Lui numéro 202 novembre 1980 Page 22-23Lui numéro 202 novembre 1980 Page 24-25Lui numéro 202 novembre 1980 Page 26-27Lui numéro 202 novembre 1980 Page 28-29Lui numéro 202 novembre 1980 Page 30-31Lui numéro 202 novembre 1980 Page 32-33Lui numéro 202 novembre 1980 Page 34-35Lui numéro 202 novembre 1980 Page 36-37Lui numéro 202 novembre 1980 Page 38-39Lui numéro 202 novembre 1980 Page 40-41Lui numéro 202 novembre 1980 Page 42-43Lui numéro 202 novembre 1980 Page 44-45Lui numéro 202 novembre 1980 Page 46-47Lui numéro 202 novembre 1980 Page 48-49Lui numéro 202 novembre 1980 Page 50-51Lui numéro 202 novembre 1980 Page 52-53Lui numéro 202 novembre 1980 Page 54-55Lui numéro 202 novembre 1980 Page 56-57Lui numéro 202 novembre 1980 Page 58-59Lui numéro 202 novembre 1980 Page 60-61Lui numéro 202 novembre 1980 Page 62-63Lui numéro 202 novembre 1980 Page 64-65Lui numéro 202 novembre 1980 Page 66-67Lui numéro 202 novembre 1980 Page 68-69Lui numéro 202 novembre 1980 Page 70-71Lui numéro 202 novembre 1980 Page 72-73Lui numéro 202 novembre 1980 Page 74-75Lui numéro 202 novembre 1980 Page 76-77Lui numéro 202 novembre 1980 Page 78-79Lui numéro 202 novembre 1980 Page 80-81Lui numéro 202 novembre 1980 Page 82-83Lui numéro 202 novembre 1980 Page 84-85Lui numéro 202 novembre 1980 Page 86-87Lui numéro 202 novembre 1980 Page 88-89Lui numéro 202 novembre 1980 Page 90-91Lui numéro 202 novembre 1980 Page 92-93Lui numéro 202 novembre 1980 Page 94-95Lui numéro 202 novembre 1980 Page 96-97Lui numéro 202 novembre 1980 Page 98-99Lui numéro 202 novembre 1980 Page 100-101Lui numéro 202 novembre 1980 Page 102-103Lui numéro 202 novembre 1980 Page 104-105Lui numéro 202 novembre 1980 Page 106-107Lui numéro 202 novembre 1980 Page 108-109Lui numéro 202 novembre 1980 Page 110-111Lui numéro 202 novembre 1980 Page 112-113Lui numéro 202 novembre 1980 Page 114-115Lui numéro 202 novembre 1980 Page 116-117Lui numéro 202 novembre 1980 Page 118-119Lui numéro 202 novembre 1980 Page 120-121Lui numéro 202 novembre 1980 Page 122-123Lui numéro 202 novembre 1980 Page 124-125Lui numéro 202 novembre 1980 Page 126-127Lui numéro 202 novembre 1980 Page 128-129Lui numéro 202 novembre 1980 Page 130-131Lui numéro 202 novembre 1980 Page 132-133Lui numéro 202 novembre 1980 Page 134-135Lui numéro 202 novembre 1980 Page 136-137Lui numéro 202 novembre 1980 Page 138-139Lui numéro 202 novembre 1980 Page 140-141Lui numéro 202 novembre 1980 Page 142-143Lui numéro 202 novembre 1980 Page 144-145Lui numéro 202 novembre 1980 Page 146-147Lui numéro 202 novembre 1980 Page 148-149Lui numéro 202 novembre 1980 Page 150-151Lui numéro 202 novembre 1980 Page 152-153Lui numéro 202 novembre 1980 Page 154-155Lui numéro 202 novembre 1980 Page 156-157Lui numéro 202 novembre 1980 Page 158-159Lui numéro 202 novembre 1980 Page 160-161Lui numéro 202 novembre 1980 Page 162-163Lui numéro 202 novembre 1980 Page 164-165Lui numéro 202 novembre 1980 Page 166-167Lui numéro 202 novembre 1980 Page 168-169Lui numéro 202 novembre 1980 Page 170-171Lui numéro 202 novembre 1980 Page 172-173Lui numéro 202 novembre 1980 Page 174-175Lui numéro 202 novembre 1980 Page 176-177Lui numéro 202 novembre 1980 Page 178-179Lui numéro 202 novembre 1980 Page 180-181Lui numéro 202 novembre 1980 Page 182-183Lui numéro 202 novembre 1980 Page 184-185Lui numéro 202 novembre 1980 Page 186-187Lui numéro 202 novembre 1980 Page 188-189Lui numéro 202 novembre 1980 Page 190-191Lui numéro 202 novembre 1980 Page 192-193Lui numéro 202 novembre 1980 Page 194-195Lui numéro 202 novembre 1980 Page 196-197Lui numéro 202 novembre 1980 Page 198-199Lui numéro 202 novembre 1980 Page 200-201Lui numéro 202 novembre 1980 Page 202