Lui n°202 novembre 1980
Lui n°202 novembre 1980
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°202 de novembre 1980

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 202

  • Taille du fichier PDF : 184 Mo

  • Dans ce numéro : filles de fame !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 176 - 177  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
176 177
ENJEU D'ENFER DES CAMPUS COMME CA, MÉMÉ LES ETUDIANTS AMERICAINS N'EN ONT PAS. O'Keefe fut envahi par une gigantesque jubilation... Il en aurait hurlé de rire. Il préféra enfouir son nez dans les seins de la Danoise. (Suite de la page 174.) rien bu, rien mangé. Et mon fabuleux buffet danois ! et mes Danoises ? Vous n'aimez pas les blondes ? - Un peu d'eau, dit Ben. Ils gagnèrent le hall, quittant l'immense salon-terrasse où avait eu lieu la partie. - Plate ou gazeuse ? - Plate, s'il vous plaît. Une fille emplit un verre. Et si ça se trouve », pensa encore O'Keefe, « il aura piqué ces vingt sacs à la banque Van Heeren ! Ça serait le bouquet ! » O'Keefe faillit éclater de rire. Il sortit sur le palier, appela l'ascenseur, décrocha le téléphone intérieur le mettant en communication avec le portier  : - Je vais vous demander un taxi. - Merci. Sarkissian vida son verre. L'ascenseur s'ouvrit en silence. O'Keefe reposa le récepteur de téléphone, demanda  : — Besoin d'argent ? Le regard bleu sombre l'effleura. - Non, dit doucement Ben Sarkissian. Merci quand même. L'ascenseur s'éclaira. - A bientôt. - A bientôt. O'Keefe eut une dernière vision du visage maigre, avec les yeux bleus regardant dans le vide. Les portes glissèrent, l'ascenseur se referma et se mit en marche. O'Keefe repartit, prenant au passage la taille de l'une des filles avec qui il comptait finir la nuit. Il revint dans le salon et vit deux choses. D'abord le visage glacé par la fureur, une fureur véhémente mais néanmoins contrôlée, d'Alex Van Heeren, qui était demeuré seul assis à la table, enveloppé dans le nuage de son cigare. Alors que Lammers, Williamson et Hume s'étaient levés, peut-être même écartés, comme on s'écarte de quelque chose qui risque d'exploser. Ensuite les enveloppes. On les avait retournées ; elles n'étaient plus telles que Sarkissian les avait posées. Et l'inscription que portait chacune des deux enveloppes, cette inscription était désormais visible  : « Avec les compliments de la Banque Van Heeren. » Dans la seconde qui suivit, O'Keefe fut envahi par une gigantesque jubilation, par un presque irrépressible fou rire, par une excitation sauvage  : « Par tous les saints de la Sainte Irlande, ce petit Arménien pourri vient de se payer le grand Van Heeren, en beauté, en pleine gueule ! A présent, j'en ai la certitude. » Il en aurait hurlé de rire. Il préféra enfouir son nez dans les seins de la Danoise. « Mais ça finira mal. » Bernard Lentéric. (Extraits de « La gagne », copyright 1980 Editions Olivier Orban.)
ODYSSEXE Il dit que la séance d'une demi-heure coûtait dix-huit dollars et qu'il pourrait choisir sa masseuse parmi les six photos collées dans l'album... (Suite de la page 140.) sous les comptoirs pour passer dessus, les romans érotiques avaient cessé d'être proscrits, la nudité était apparue dans les films de Hollywood ; ces changements ne se constataient pas que dans les grandes cités où l'envoyait son travail de journaliste et écrivain indépendant, mais aussi dans des bourgades aussi conservatrices que sa petite ville natale où il retournait régulièrement. Et en 1971, alors qu'il cherchait un sujet de livre, il réalisa que ce qui l'intriguait le plus, c'était précisément cette ouverture nouvelle de l'Amérique aux choses du sexe, cette consommation grandissante d'érotisme, cette rebellion calme par laquelle les classes moyennes réagissaient contre les censeurs et les clercs qui avaient constitué une terrible force d'inhibition depuis la fondation de la république puritaine. Après avoir lu pas mal de traités sur les lois concernant la morale sexuelle et sur la censure, après avoir rencontré les éditeurs de Screw et d'autres publications similaires, Talese entama son odyssée dans le monde de la sexualité en s'aventurant dans les salons de massage dont il devint un client régulier. La première fois qu'il en avait remarqué un, c'était en entrant une nuit dans la Taverne de P.-J. Clarke avec sa femme. Clignotant dans une fenêtre de troisième étage, dans Lexington Avenue, près des grands magasins Bloomingdale, un néon rouge annonçait « Mannequins nus », et Talese fut ahuri qu'un tel établissement fonctionnât sans se cacher. Le lendemain à midi, il se dirigea (seul) vers l'immeuble, monta les trois étages, passa une porte que ne fermait qu'un rideau et se trouva dans ce qui ressemblait au séjour d'un vieil appartement négligé. Le tapis oriental était éraillé et fané ; les canapés, tables, lampes venaient sans doute du marché aux puces et les hommes entre deux âges qui attendaient silencieusement, comme chez le dentiste, semblaient incapables de s'intéresser aux journaux qu'ils déployaient. Derrière son bureau se tenait le gérant, jeune type à cheveux longs, jeans bleus, pendentif pacifiste, qui dit à Talese que la séance d'une demi-heure coûtait dix-huit dollars et qu'il pourrait choisir sa masseuse parmi les six jeunes femmes dont les photos étaient collées dans l'album ouvert devant lui. Le choix de Talese se porta sur June, une jeune blonde au physique plaisant que l'on voyait poser en deux pièces sur une plage tropicale ; et après vingt minutes d'une attente qu'il partagea entre un coup d'oeil à Newsweek et quelques autres sur les départs et arrivées obliques d'hommes de son âge ou plus vieux (costumes-cravates, sans doute des types qui (Suite page 178.) CAMPUS, UN NOUVEAU STYLE CHEZ EMINE NCE. (tininencer POUR ÊTRE SÛR D'ÊTRE BIEN.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 202 novembre 1980 Page 1Lui numéro 202 novembre 1980 Page 2-3Lui numéro 202 novembre 1980 Page 4-5Lui numéro 202 novembre 1980 Page 6-7Lui numéro 202 novembre 1980 Page 8-9Lui numéro 202 novembre 1980 Page 10-11Lui numéro 202 novembre 1980 Page 12-13Lui numéro 202 novembre 1980 Page 14-15Lui numéro 202 novembre 1980 Page 16-17Lui numéro 202 novembre 1980 Page 18-19Lui numéro 202 novembre 1980 Page 20-21Lui numéro 202 novembre 1980 Page 22-23Lui numéro 202 novembre 1980 Page 24-25Lui numéro 202 novembre 1980 Page 26-27Lui numéro 202 novembre 1980 Page 28-29Lui numéro 202 novembre 1980 Page 30-31Lui numéro 202 novembre 1980 Page 32-33Lui numéro 202 novembre 1980 Page 34-35Lui numéro 202 novembre 1980 Page 36-37Lui numéro 202 novembre 1980 Page 38-39Lui numéro 202 novembre 1980 Page 40-41Lui numéro 202 novembre 1980 Page 42-43Lui numéro 202 novembre 1980 Page 44-45Lui numéro 202 novembre 1980 Page 46-47Lui numéro 202 novembre 1980 Page 48-49Lui numéro 202 novembre 1980 Page 50-51Lui numéro 202 novembre 1980 Page 52-53Lui numéro 202 novembre 1980 Page 54-55Lui numéro 202 novembre 1980 Page 56-57Lui numéro 202 novembre 1980 Page 58-59Lui numéro 202 novembre 1980 Page 60-61Lui numéro 202 novembre 1980 Page 62-63Lui numéro 202 novembre 1980 Page 64-65Lui numéro 202 novembre 1980 Page 66-67Lui numéro 202 novembre 1980 Page 68-69Lui numéro 202 novembre 1980 Page 70-71Lui numéro 202 novembre 1980 Page 72-73Lui numéro 202 novembre 1980 Page 74-75Lui numéro 202 novembre 1980 Page 76-77Lui numéro 202 novembre 1980 Page 78-79Lui numéro 202 novembre 1980 Page 80-81Lui numéro 202 novembre 1980 Page 82-83Lui numéro 202 novembre 1980 Page 84-85Lui numéro 202 novembre 1980 Page 86-87Lui numéro 202 novembre 1980 Page 88-89Lui numéro 202 novembre 1980 Page 90-91Lui numéro 202 novembre 1980 Page 92-93Lui numéro 202 novembre 1980 Page 94-95Lui numéro 202 novembre 1980 Page 96-97Lui numéro 202 novembre 1980 Page 98-99Lui numéro 202 novembre 1980 Page 100-101Lui numéro 202 novembre 1980 Page 102-103Lui numéro 202 novembre 1980 Page 104-105Lui numéro 202 novembre 1980 Page 106-107Lui numéro 202 novembre 1980 Page 108-109Lui numéro 202 novembre 1980 Page 110-111Lui numéro 202 novembre 1980 Page 112-113Lui numéro 202 novembre 1980 Page 114-115Lui numéro 202 novembre 1980 Page 116-117Lui numéro 202 novembre 1980 Page 118-119Lui numéro 202 novembre 1980 Page 120-121Lui numéro 202 novembre 1980 Page 122-123Lui numéro 202 novembre 1980 Page 124-125Lui numéro 202 novembre 1980 Page 126-127Lui numéro 202 novembre 1980 Page 128-129Lui numéro 202 novembre 1980 Page 130-131Lui numéro 202 novembre 1980 Page 132-133Lui numéro 202 novembre 1980 Page 134-135Lui numéro 202 novembre 1980 Page 136-137Lui numéro 202 novembre 1980 Page 138-139Lui numéro 202 novembre 1980 Page 140-141Lui numéro 202 novembre 1980 Page 142-143Lui numéro 202 novembre 1980 Page 144-145Lui numéro 202 novembre 1980 Page 146-147Lui numéro 202 novembre 1980 Page 148-149Lui numéro 202 novembre 1980 Page 150-151Lui numéro 202 novembre 1980 Page 152-153Lui numéro 202 novembre 1980 Page 154-155Lui numéro 202 novembre 1980 Page 156-157Lui numéro 202 novembre 1980 Page 158-159Lui numéro 202 novembre 1980 Page 160-161Lui numéro 202 novembre 1980 Page 162-163Lui numéro 202 novembre 1980 Page 164-165Lui numéro 202 novembre 1980 Page 166-167Lui numéro 202 novembre 1980 Page 168-169Lui numéro 202 novembre 1980 Page 170-171Lui numéro 202 novembre 1980 Page 172-173Lui numéro 202 novembre 1980 Page 174-175Lui numéro 202 novembre 1980 Page 176-177Lui numéro 202 novembre 1980 Page 178-179Lui numéro 202 novembre 1980 Page 180-181Lui numéro 202 novembre 1980 Page 182-183Lui numéro 202 novembre 1980 Page 184-185Lui numéro 202 novembre 1980 Page 186-187Lui numéro 202 novembre 1980 Page 188-189Lui numéro 202 novembre 1980 Page 190-191Lui numéro 202 novembre 1980 Page 192-193Lui numéro 202 novembre 1980 Page 194-195Lui numéro 202 novembre 1980 Page 196-197Lui numéro 202 novembre 1980 Page 198-199Lui numéro 202 novembre 1980 Page 200-201Lui numéro 202 novembre 1980 Page 202