Lui n°199 août 1980
Lui n°199 août 1980
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°199 de août 1980

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 122

  • Taille du fichier PDF : 162 Mo

  • Dans ce numéro : sexe et cinéma.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
RELIURES CARTONNÉES RECOUVERTES D'UNE TOILE GRIS CLAIR, ROBUSTE ET ÉLÉGANTE Un système d'agrafes pratique et efficace permet de réunir les 12 numéros parus dans l'année r Nom I Prénom Adresse Code postal Localité Désire recevoir reliure(s) de LUI (France) au prix de 28 F l'unité (+ 8,80 francs de port pour 1 reliure LUI 11,20 francs pour 2 reliures) (Etranger) au prix de 28 F l'unité (-4- 12,80 francs de port pour 1 reliure LUI, 16,50 francs pour 2 reliures) Règlement à l'ordre de PRESSE OFFICE LUI I D par chèque bancaire I D par chèque postal (3 volets) I D par mandat lettre J 2, Bon à retourner à PRESSE OFFICE LUI 63, CHAMPS-LYSÉES - B.P. 87-08 75360 PARIS CEDEX 08 ENTRETIEN La Transamazonienne a coûté des milliards aux Brésiliens pour rien  : elle a été bouffée par la forêt... (Suite de la page 24.) ne pose pas un problème racial ? Amado Dans le Brésil d'aujourd'hui, il y a surtout un problème social. Il y a une « haute société » assez effrayante qui monopolise la richesse nationale. En dehors d'elle, il n'y a rien d'autre que la misère  : celle de la classe moyenne toujours plus pauvre et celle du petit peuple toujours plus misérable. Il y a un décalage qui s'accroît, et qui devient explosif, entre la richesse toujours plus concentrée entre les mains d'un petit nombre et la misère générale. Ça, c'est le problème numéro un. Le deuxième point c'est que, s'il y a beaucoup de racistes au Brésil, certainement des centaines de milliers on trouve encore des gens pour vous expliquer que tout le malheur du Brésil vient de l'abolition de l'esclavage cela ne veut pas dire qu'il y a du racisme au Brésil comme il y en a, par exemple, en Afrique du Sud ou aux Etats-Unis. Pour ne parler que des U.s.a. qui sont très proches de nous, on peut dire qu'il y a des millions de Blancs et de Noirs qui ne sont pas racistes, et pourtant, c'est un pays raciste. Au Brésil, ce n'est pas le cas peut-être parce que les races sont trop mélangées. A leur arrivée au Brésil, les Portugais ont décimé, violenté, massacré, baptisé la population indienne. Il faut dire que, habitués à vivre libre de la pêche et de la chasse, les Indiens, qui ne savaient pas ce qu'était le travail, faisaient de très mauvais esclaves  : ils préféraient se laisser mourir de faim. Le sort des Indiens depuis lors ne s'est pas beaucoup amélioré, comme on a pu le constater lors du percement de la Transamazonienne, encore que la conscience à l'égard des Indiens ait beaucoup tardé à se manifester. Cette Transamazonienne, une réalisation pharaonique qui, par parenthèse, a coûté des milliards aux Brésiliens pour rien  : car elle a disparu, bouffée par la forêt et les fleuves. C'est précisément parce que les Indiens faisaient de mauvais esclaves que les Portugais sont allés chercher des Noirs en Afrique. Eux travaillaient très bien. Mais il faut savoir que, dès leur arrivée, ils ont lutté contre l'esclavage. L'histoire de leur révolte est une véritable épopée tout à fait inconnue en Europe. Il y a même eu une république noire, dans les montagnes, celle de Paolo Maris, qui a duré quarante ans au XVIIIe siècle. Une république noire qui a résisté à trois armées blanches. Seule la quatrième, levée par un bandit à qui le gouvernement central avait donné tous les droits, en vint à bout. Mais elle n'en prit aucun vivant  : comme à Massada, les Noirs de Maris avaient préféré se faire tuer que de revenir esclaves. La vérité m'oblige à ajouter que cette république noire... pratiquait ellemême l'esclavage ! Mais dès le départ, on peut dire que c'est le métissage qui fait l'originalité de notre culture, sa force et son humanisme. Souvent, j'entends des personnalités noires venues des U.s.a. ou d'Afrique, s'étonner et dire  : « Les Noirs sont en train de disparaître du Brésil ». C'est vrai. Depuis l'arrivée des esclaves d'Afrique au Brésil et l'abolition de l'esclavage, il n'est plus venu un seul Noir immigré, alors qu'il y a toujours des immigrés blancs, des Portugais déjà mélangés et, au sud du pays, des Allemands et des Polonais... En fait, les gens sont de moins en moins noirs et de moins en moins blancs ! Lui Par parenthèse, vous êtes apparemment blanc et on a l'impression que vous vous sentez noir, si j'en crois votre réaction quand j'ai parlé de l'Amérique latine ! Amado C'est vrai que si nous sommes partiellement latins par la culture (et l'influence du Portugal), nous sommes aussi des Africains, notamment par le sang. Cela dit, je suis un Blanc brésilien, c'est-à-dire que je suis incroyablement métissé, de sang blanc, de sang noir et de sang indigène. Ma grand-mère maternelle était indienne. Mon grand-père avais pris ma grand-mère quand elle était une petite fille de dix ans (Suite page 29.)
La musique alliée de l'érotisme Comment la musique peut contribuer au plein succès du coït en dictant des vibrations corporelles, activant ou retardant l'orgasme suivant la ligne mélodique. Ce mois-ci UNION dans LA REVUE INTERNATIONALE DES RAPPORTS HUMAINS Pour ou contre le cunnilingus ? Si la plupart des femmes estiment que le cunnilingus peut être une expérience de pure félicité érotique, beaucoup éprouvent â son égard diverses inhibitions. UN ON N La fessée déculpabilisée Hier perversion, aujourd'hui piment érotique, ce châtiment corporel fait désormais partie des jeux sexuels pratiqués entre adultes consentants.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 199 août 1980 Page 1Lui numéro 199 août 1980 Page 2-3Lui numéro 199 août 1980 Page 4-5Lui numéro 199 août 1980 Page 6-7Lui numéro 199 août 1980 Page 8-9Lui numéro 199 août 1980 Page 10-11Lui numéro 199 août 1980 Page 12-13Lui numéro 199 août 1980 Page 14-15Lui numéro 199 août 1980 Page 16-17Lui numéro 199 août 1980 Page 18-19Lui numéro 199 août 1980 Page 20-21Lui numéro 199 août 1980 Page 22-23Lui numéro 199 août 1980 Page 24-25Lui numéro 199 août 1980 Page 26-27Lui numéro 199 août 1980 Page 28-29Lui numéro 199 août 1980 Page 30-31Lui numéro 199 août 1980 Page 32-33Lui numéro 199 août 1980 Page 34-35Lui numéro 199 août 1980 Page 36-37Lui numéro 199 août 1980 Page 38-39Lui numéro 199 août 1980 Page 40-41Lui numéro 199 août 1980 Page 42-43Lui numéro 199 août 1980 Page 44-45Lui numéro 199 août 1980 Page 46-47Lui numéro 199 août 1980 Page 48-49Lui numéro 199 août 1980 Page 50-51Lui numéro 199 août 1980 Page 52-53Lui numéro 199 août 1980 Page 54-55Lui numéro 199 août 1980 Page 56-57Lui numéro 199 août 1980 Page 58-59Lui numéro 199 août 1980 Page 60-61Lui numéro 199 août 1980 Page 62-63Lui numéro 199 août 1980 Page 64-65Lui numéro 199 août 1980 Page 66-67Lui numéro 199 août 1980 Page 68-69Lui numéro 199 août 1980 Page 70-71Lui numéro 199 août 1980 Page 72-73Lui numéro 199 août 1980 Page 74-75Lui numéro 199 août 1980 Page 76-77Lui numéro 199 août 1980 Page 78-79Lui numéro 199 août 1980 Page 80-81Lui numéro 199 août 1980 Page 82-83Lui numéro 199 août 1980 Page 84-85Lui numéro 199 août 1980 Page 86-87Lui numéro 199 août 1980 Page 88-89Lui numéro 199 août 1980 Page 90-91Lui numéro 199 août 1980 Page 92-93Lui numéro 199 août 1980 Page 94-95Lui numéro 199 août 1980 Page 96-97Lui numéro 199 août 1980 Page 98-99Lui numéro 199 août 1980 Page 100-101Lui numéro 199 août 1980 Page 102-103Lui numéro 199 août 1980 Page 104-105Lui numéro 199 août 1980 Page 106-107Lui numéro 199 août 1980 Page 108-109Lui numéro 199 août 1980 Page 110-111Lui numéro 199 août 1980 Page 112-113Lui numéro 199 août 1980 Page 114-115Lui numéro 199 août 1980 Page 116-117Lui numéro 199 août 1980 Page 118-119Lui numéro 199 août 1980 Page 120-121Lui numéro 199 août 1980 Page 122