Lui n°199 août 1980
Lui n°199 août 1980
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°199 de août 1980

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 122

  • Taille du fichier PDF : 162 Mo

  • Dans ce numéro : sexe et cinéma.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 114 - 115  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
114 115
1 1 4 a ic v dans 66 ; azZ l'histoire et l'actualité du jazz ROCKORICO Cinq mille New-Yorkais ont dansé sur « La bombe humaine » sans comprendre un seul mot des paroles... (Suite de la p.111.) février dernier d'une foudroyante attaque cardiaque. Et non pas d'une overdose...), Jam, Squeeze, Clash. Ou par des hurleurs tel Judas Priest (« un groupe d'acier, un album tranchant, une tournée très affûtée... », promet la publicité-lame de rasoir). Impossible de clore ce (très) rapide tour d'horizon sans parler de la Cold-wave qui des presque-punks Flying Lizards et en survolant Original Mirrors ou Simple Minds vous mènera jusqu'aux borborygmes électroniques de Pil (Public Image Limited ; le groupe de John Lydon, ex-Johnny Rotten des Sex-Pistols). Musique amusante ou à bâiller d'ennui. Selon les jours. Pas grand-chose d'intéressant en Hollande (on y calque les groupes anglais), ni en Belgique (si  : Jo Lemaire + Flouze — encore une nana-chef) ni en Italie (« Les places sont à 12 francs et la moitié des gens rentrent sans payer » dit Philippe Constantin, retour d'une tournée mouvementée de Starshooter un groupe lyonnais dans la Péninsule)... Arrêtons-nous plutôt au cas unique de Nina Hagen, cette Allemande de Berlin-Est qui, pour pouvoir « passer le mur », décida un jour de devenir une vedette dans son pays ; ce qu'elle fit d'ailleurs en moins d'un an. Une folle, cette Nina Hagen  : invraisemblablement maquillée, laide, émouvante, hyper-agressive, écorchée vive ; avec, dans la tête, rapportées d'au-delà du rideau de fer, des imageschoc qui font mal (Elle dit  : « Le jour où vous me verrez sur scène, soit vous flipperez, soit vous me haïrez »). Nina ne chante pas ; elle abois, elle hurle, elle hulule !.Mais avec quel talent ! son « Af rican Reggae » a fait le tour des hit-parades français... Seul pays avec la Grande-Bretagne à bénéficier d'un mouvement « en profondeur »  : la France. Mais, ici, les choses se présentent un peu différemment  : faute d'un système d'éducation adapté (aux Etats-Unis, les gosses apprennent dès leur plus jeune âge à jouer d'un instrument et les orchestres symphoniques de jeunes sont monnaie courante), il faut bien le dire nous n'avons pas, nous Français, l'oreille très délicate. Ni très musicienne. Notre beau pays est traditionnellement celui des « chansons à textes ». Et puis, en termes de marché, les groupes du cru doivent supporter un lourd handicap  : celui de la langue justement. Cinquante millions d'habitants c'est bien peu à l'échelle de la planète, alors que les anglo-saxons voient s'ouvrir devant eux l'énorme potentiel d'achat du continent nord-américain (sans parler des nombreux pays où souvent on parle l'anglais plutôt que le français ; des groupes comme Shakin'Street ou Marquis de Sade — de Rennes tentent d'échapper à ce cercle infernal en chantant dans la langue de Shakespeare). Faudra-t-il que Téléphone (meilleures ventes françaises de la catégorie ; actuellement en contact avec le fameux Chris Thomas pour l'enregistrement de leur prochain 33 tours) chante un jour avec l'accent cockney Demandez-leur, ils vous répondront  : non ! D'abord parce que des gens comme Alain Lévy (Trust, Edith Nylon « la femme en téflon enrobé silicone », Capdevielle) ont prouvé qu'une promotion efficace était parfaitement réalisable en France. A coût de millions. Ensuite parce qu'une nouvelle génération de producteurs a vu le jour, tel Michel Zacha (Starshooter ; il réalise aussi les albums de 12" 5 et de Diesel). Enfin, parce qu'une autre voie existe, pensent-ils  : celle d'une certaine (indéniable) qualité. Il y a quelques années, aucun groupe français ne pouvait soutenir la comparaison avec des Anglais ou des Américains ; cet hiver, parrainé sur place par Giorgio Gomelski (celui qui a « fait » les Rolling Stones), Téléphone a joué dans les plus grands clubs new-yorkais (au Cbgb, chez Max's, au Mudd, etc.). Conquérant le public le plus exigeant du continent américain  : 5 000 personnes au moins ont dansé sur « La bombe
ROCKORICO Nombreux sont ceux qui vivotent... humaine >'ou sur « Crache ton venin » ; sans comprendre un seul mot des paroles de ces chansons. Débuts prometteurs même s'ils ne restent que des débuts  : les disques de Téléphone ne sont toujours pas distribués aux Etats- Unis. Pour Alain de Ricou, patron de Pathé- Marconi, on ne reviendra pas de sitôt aux ventes colossales suscitées par la disco (« Saturday night fever >'  : plus de 25 millions de double-albums vendus dans le monde)  : pour l'instant, le Rock français ne représente qu'un (très) faible pourcentage des chiffres d'affaires (2 à 5% suivant les cas) ; mais les ventes ont doublé depuis l'année dernière. Pourtant, il est rare qu'un 33 tours fasse plus de 30 000 exemplaires  : le marché français reste si étroit, surtout en ces temps de crise nous dit Alain de Ricou, qu'il ne pourra pas permettre le succès commercial de plus d'une douzaine de groupes. Deux ou trois par maison de disques importante. Que deviendront les autres ? Quelques fortes personnalités (Jacques Higelin par exemple) devraient percer, individuellement ; les autres... Il ne faut donc pas exagérer l'ampleur d'un phénomène qui garde encore des proportions modestes. A côté de groupes comme Trust ou Téléphone « qui commence à gagner de l'argent » (30 000 francs par concert au cachet ou un minimum garanti plus 70% de la recette). Loin encore de The Police 90% et de Pink Floyd (meilleure vente aux Usa pendant plusieurs dizaines de semaines consécutives avec The wall ») qui demande et obtient la quasi-totalité des recettes. Multipliez le prix d'un billet par le nombre d'entrées (cinq mille à l'Hippodrome de Pantin, vous verrez que l'industrie du disque asseoir parfois de paisibles fortunes). Mais nombreux sont ceux qui vivotent dans des conditions précaires. Pour les douze bouches à nourrir que représente le groupe en tournée, Starshooter pourtant déjà coté n'est pas payé plus de (Suite page 117.) Jaiqiiec Roui Ixiulirn DES CORPS, sonnets d',b0 r 115 photos inMites ritmieti dans un album en couleur, PHOTO/filipa « ni Che/otre libraire. BON DE COMMANDE A retourner aux Editions Filipacchi Boîte Postale 264-08 75364 Paris Cedex Nom Prénom Rue et n°Code postal et ville désire recevoir un exemplaire du livre « Des corps naturels » et joins la somme de 108 F (frais de port inclus) sous forme de chèque bancaire ❑ ou postal ❑ l'ordre de U E M Pas d'envoi contre remboursement 1 115



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 199 août 1980 Page 1Lui numéro 199 août 1980 Page 2-3Lui numéro 199 août 1980 Page 4-5Lui numéro 199 août 1980 Page 6-7Lui numéro 199 août 1980 Page 8-9Lui numéro 199 août 1980 Page 10-11Lui numéro 199 août 1980 Page 12-13Lui numéro 199 août 1980 Page 14-15Lui numéro 199 août 1980 Page 16-17Lui numéro 199 août 1980 Page 18-19Lui numéro 199 août 1980 Page 20-21Lui numéro 199 août 1980 Page 22-23Lui numéro 199 août 1980 Page 24-25Lui numéro 199 août 1980 Page 26-27Lui numéro 199 août 1980 Page 28-29Lui numéro 199 août 1980 Page 30-31Lui numéro 199 août 1980 Page 32-33Lui numéro 199 août 1980 Page 34-35Lui numéro 199 août 1980 Page 36-37Lui numéro 199 août 1980 Page 38-39Lui numéro 199 août 1980 Page 40-41Lui numéro 199 août 1980 Page 42-43Lui numéro 199 août 1980 Page 44-45Lui numéro 199 août 1980 Page 46-47Lui numéro 199 août 1980 Page 48-49Lui numéro 199 août 1980 Page 50-51Lui numéro 199 août 1980 Page 52-53Lui numéro 199 août 1980 Page 54-55Lui numéro 199 août 1980 Page 56-57Lui numéro 199 août 1980 Page 58-59Lui numéro 199 août 1980 Page 60-61Lui numéro 199 août 1980 Page 62-63Lui numéro 199 août 1980 Page 64-65Lui numéro 199 août 1980 Page 66-67Lui numéro 199 août 1980 Page 68-69Lui numéro 199 août 1980 Page 70-71Lui numéro 199 août 1980 Page 72-73Lui numéro 199 août 1980 Page 74-75Lui numéro 199 août 1980 Page 76-77Lui numéro 199 août 1980 Page 78-79Lui numéro 199 août 1980 Page 80-81Lui numéro 199 août 1980 Page 82-83Lui numéro 199 août 1980 Page 84-85Lui numéro 199 août 1980 Page 86-87Lui numéro 199 août 1980 Page 88-89Lui numéro 199 août 1980 Page 90-91Lui numéro 199 août 1980 Page 92-93Lui numéro 199 août 1980 Page 94-95Lui numéro 199 août 1980 Page 96-97Lui numéro 199 août 1980 Page 98-99Lui numéro 199 août 1980 Page 100-101Lui numéro 199 août 1980 Page 102-103Lui numéro 199 août 1980 Page 104-105Lui numéro 199 août 1980 Page 106-107Lui numéro 199 août 1980 Page 108-109Lui numéro 199 août 1980 Page 110-111Lui numéro 199 août 1980 Page 112-113Lui numéro 199 août 1980 Page 114-115Lui numéro 199 août 1980 Page 116-117Lui numéro 199 août 1980 Page 118-119Lui numéro 199 août 1980 Page 120-121Lui numéro 199 août 1980 Page 122