Lui n°199 août 1980
Lui n°199 août 1980
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°199 de août 1980

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 122

  • Taille du fichier PDF : 162 Mo

  • Dans ce numéro : sexe et cinéma.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 100 - 101  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
100 101
L'HORREUR AUX DOIGTS DE ROSE Les moteurs démarrèrent avec des bruits de jet, dans l'émotion générale, quelque chose comme trente secondes sur Tokyo ou l'envol des Mirages pour le Golan... (Suite de la page 96) « djogueurs », Didier s'était au moins cassé la jambe ! Cet « au moins » rassura Vénusse qui termina calmement une tartine de pâté et tendit sa tasse à la cafetière de Roger qui n'était pas, lui non plus, un candidat aux maladies de coeur. Courageusement soutenue par Marc et Brigitte, la victime arriva en grimaçant. D'un vigoureux élan du gosier, Vénusse avala le reliquat de sa tartine et fit signe aux secouristes d'asseoir le patient sur la table. Il essuya une main copieusement beurrée sur le beau survêtement et commença de palper le malade en dépit de ses gémissements. Le supplice dura peu car le gros garçon (en dehors de ses pitreries) était fort adroit. Il tourna un regard luisant vers Roger en annonçant gaiement que le mec avait une belle entorse. 11 poursuivit en tapotant le dos du malheureux  : « Tout cela n'était pas bien grave, ni bien solide non plus et, à tout prendre, il ferait mieux de s'orienter vers la carrière de planton dans un ministère plutôt que celle de coureur à pied. » Il se releva, un sourire cannibale aux lèvres, et conclut en déclarant qu'il fallait plâtrer, pas ici, chez le toubib du coin. C'est ainsi que Vénusse et Roger partirent assister Didier et de ce fait n'assistèrent pas au grand-oeuvre de Clara. Sitôt le trio disparu derrière la haie de thuyas, la belle militante du Doigt Vert distribua les rôles avec une netteté qui prouvait qu'elle avait soigneusement étudié son plan. Marc sur son mini-tracteur passerait les platesbandes au rotavator, les trois tondeuses à gazon, celle deMonique, celle de Patrick et bien sûr celle de Max qu'elle piloterait elle-même, se mettraient en ligne à partir du perron pour attaquer la grande pelouse « en escalier ». La moto-bineuse du pauvre Didier conduite par Lucien « qui savait » labourerait les bordures des massifs, le reste du commando attaquerait les mauvaises herbes à binette que veuxtu, depuis la grande allée jusqu'au potager inclus. Go ! Les moteurs démarrèrent avec des 100 bruits de jet dans l'émotion générale, quelque chose comme trente secondes sur Tokyo ou l'envol des Mirages pour le Golan. Si le bon grain ne se montrait pas encore, l'ivraie n'avait qu'à bien se tenir ! Clara démarra la première dans une gerbe de ray-grass haché. Trois tondeuses, de front, cela se remarque vite. Au bout de la pelouse, elles exécutèrent un demi-tour parfait, revinrent en tonnerre vers le perron, repartirent de nouveau... les moissonneuses dans les plaines d'Ukraine ! L'exaltation était si complète que Clara entama un chant de circonstance. Si ! Comme dans Tovaritch.Monique, entraînée par un si bel exemple, esquissa un pas de danse en s'appuyant sur le barreau. La machine heurta sèchement le court piédestal à côté de la rocaille. La petite nymphe du dixhuitième qui s'y prélassait bascula et vint tomber sur le capot rouge en bloquant au maximum le câble d'accélération. Lancée à fond, la tondeuse lestée de sa statue s'arracha des mains de « sa » pilote ahurie et, après un rush en droite ligne, disparut dans la pièce d'eau. On continue avec deux machines ! hurla la générale Clara. Monique qui n'en revenait pas, et regardait désespérément l'eau du petit étang, s'enquit de l'avenir de sa tondeuse. Patrick se voulut rassurant et dit qu'il irait lui-même la chercher cet été lorsque les eaux seraient moins froides. Monique repartit tristement vers le potager où s'exclamaient joyeusement les travailleurs. Serre sur moi, dit Clara d'un ton sec, tu vois bien que tu t'écartes de la ligne ! Patrick s'empressa d'obéir... Du côté de Lucien, les choses allaient bon train. Son travail était correct, les bords des massifs parfaitement nets, et on n'allait tout de même pas chipoter pour une ou deux douzaines de rhododendrons qui n'étaient d'ailleurs pas à leur place ! Le frère de Monique se sentait justement fier et il attendait beaucoup des compliments que lui adresserait Clara pour qui, enfin, c'està-dire... bon. Dans le potager, on vivait quelque chose qui se situait entre les Bucoliques et le Bonheur par l'Effort. Les binettes s'abattaient comme grêle sur les planches comme sur les allées et il n'était nulle part question d'accorder la moindre grâce au plus petit fétu. Dans les grands châssis contre le mur au midi, Lily découvrit une quantité de petits pots encore remplis de la terre de l'an passé. Je vous demande un peu, souillon, va ! Elle se fit aider pour les vider, les nettoyer et puis les ranger bien soigneusement. De cette façon, les semis du sieur Ferrero furent détruits pour l'année... Lucien, qui avait achevé ses derniers « rhodos », rejoignit le commando qui fut bien aise de voir arriver le garçon et sa machine pour nettoyer les deux grands carrés qui semblaient piétinés par endroits. Le jeune homme attaqua d'enthousiasme (et sous les bravos) pulvérisa, sans s'en douter le moins du monde, trois rangs de pommes de terre, deux de petits pois, les salsifis, les carottes (etc.), semés huit jours auparavant. Les autres suivaient en ligne « comme des paysans chinois », détruisant le plus modeste brin d'herbe. Une telle rage porta bientôt ses fruits. En moins d'une heure les bords de la grande allée et le potager furent nets de toute végétation... un chef-d'oeuvre. De son côté, Clara en avait terminé avec la pelouse. Elle fit garer les deux tondeuses survivantes devant la ligne des voitures. D'un coup d'oeil d'aigle, elle mesura l'excellence du travail accompli dans le potager et annonça que l'on reviendrait le week-end suivant pour faire les semailles. Binette sur l'épaule, travailleuses et travailleurs revenaient vers elle en chantant un reggae triomphant. Elle les accueillit les bras ouverts. Il ne restait plus que le beau Marc, l'unité lourde de l'équipe. Tout le monde se dirigea vers lui avec des cris d'admiration. Les plates-bandes étaient superbes, rien (Suite page 106.)
101



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 199 août 1980 Page 1Lui numéro 199 août 1980 Page 2-3Lui numéro 199 août 1980 Page 4-5Lui numéro 199 août 1980 Page 6-7Lui numéro 199 août 1980 Page 8-9Lui numéro 199 août 1980 Page 10-11Lui numéro 199 août 1980 Page 12-13Lui numéro 199 août 1980 Page 14-15Lui numéro 199 août 1980 Page 16-17Lui numéro 199 août 1980 Page 18-19Lui numéro 199 août 1980 Page 20-21Lui numéro 199 août 1980 Page 22-23Lui numéro 199 août 1980 Page 24-25Lui numéro 199 août 1980 Page 26-27Lui numéro 199 août 1980 Page 28-29Lui numéro 199 août 1980 Page 30-31Lui numéro 199 août 1980 Page 32-33Lui numéro 199 août 1980 Page 34-35Lui numéro 199 août 1980 Page 36-37Lui numéro 199 août 1980 Page 38-39Lui numéro 199 août 1980 Page 40-41Lui numéro 199 août 1980 Page 42-43Lui numéro 199 août 1980 Page 44-45Lui numéro 199 août 1980 Page 46-47Lui numéro 199 août 1980 Page 48-49Lui numéro 199 août 1980 Page 50-51Lui numéro 199 août 1980 Page 52-53Lui numéro 199 août 1980 Page 54-55Lui numéro 199 août 1980 Page 56-57Lui numéro 199 août 1980 Page 58-59Lui numéro 199 août 1980 Page 60-61Lui numéro 199 août 1980 Page 62-63Lui numéro 199 août 1980 Page 64-65Lui numéro 199 août 1980 Page 66-67Lui numéro 199 août 1980 Page 68-69Lui numéro 199 août 1980 Page 70-71Lui numéro 199 août 1980 Page 72-73Lui numéro 199 août 1980 Page 74-75Lui numéro 199 août 1980 Page 76-77Lui numéro 199 août 1980 Page 78-79Lui numéro 199 août 1980 Page 80-81Lui numéro 199 août 1980 Page 82-83Lui numéro 199 août 1980 Page 84-85Lui numéro 199 août 1980 Page 86-87Lui numéro 199 août 1980 Page 88-89Lui numéro 199 août 1980 Page 90-91Lui numéro 199 août 1980 Page 92-93Lui numéro 199 août 1980 Page 94-95Lui numéro 199 août 1980 Page 96-97Lui numéro 199 août 1980 Page 98-99Lui numéro 199 août 1980 Page 100-101Lui numéro 199 août 1980 Page 102-103Lui numéro 199 août 1980 Page 104-105Lui numéro 199 août 1980 Page 106-107Lui numéro 199 août 1980 Page 108-109Lui numéro 199 août 1980 Page 110-111Lui numéro 199 août 1980 Page 112-113Lui numéro 199 août 1980 Page 114-115Lui numéro 199 août 1980 Page 116-117Lui numéro 199 août 1980 Page 118-119Lui numéro 199 août 1980 Page 120-121Lui numéro 199 août 1980 Page 122