Lui n°198 juillet 1980
Lui n°198 juillet 1980
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°198 de juillet 1980

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 122

  • Taille du fichier PDF : 118 Mo

  • Dans ce numéro : spécial Madleen Kane.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
ENTRETIEN « Vers 1890, quand des enfants travaillaient encore dans les usines en Angleterre, Tata créa la journée de huit heures, les vacances pour ouvriers et songea à leur retraite ! (Suite de la p.8.) d'énergies nouvelles a joué un rôle important dans le domaine atomique. Mais on y perfectionne aussi notre système de récupération d'énergie à partir de la bouse de vaches ! Quant aux musées de Bombay, leurs étages sont remplis de nos donations, de nos collections d'art. Notre fondateur disait  : « Il faut que le fruit du travail du peuple retourne au peuple »... Mais rien n'est le fruit du pur hasard. Notre fondateur, qui est mort en 1904, a eu sans aucun doute une vision prophétique de l'avenir de l'Inde à une époque où ce pays sombrait dans la léthargie. Il eut une compréhension extraordinaire du rôle que le développement industriel allait jouer dans le monde. Déjà en 1870, il avait pressenti que l'Inde serait un jour libre et que cette liberté devait être fondée sur bien autre chose qu'un simple désir de liberté  : sur une puissance économique. Il comprit donc 24 42cmx32cmx13cm F Cassette r0 m Poids. 6 kg RCVI000 Renseignez-vous chez votre revendeur habituel ou chez Tranchant Distribution, Importateur exclusif de B.P. 62, 91401 Courtaboeuf Orsay. Tél.  : (6) 907.72.76. TOSH (bien avant les Soviétiques) que trois choses étaient nécessaires  : l'éducation scientifique, l'énergie, une industrie de l'acier. Cet ancêtre visionnaire fut le premier à projeter pour la ville de Bombay une centrale électrique qui aurait exploité l'énergie des moussons ! Il avait calculé que l'eau qui tombait durant ces quatre mois était suffisante pour produire de l'électricité durant une année. Vers 1890, à l'époque où en Angleterre des enfants travaillaient encore dans des usines, où les ouvriers étaient privés de toute protection, il créa la journée de huit heures dans le secteur des aciéries alors qu'en Grande-Bretagne la journée de douze heures sévissait toujours ! Il inaugura les vacances pour ouvriers, il songeait même à leur retraite, idée alors inconnue. D'Amérique, où il préparait avec des ingénieurs la mise en place en Inde d'usines d'aciéries, il adressa à ses fils une lettre les priant de prévoir des RADIO-CASSETTE TV PORTATIFS. Sur piles, sur secteur ou sur batterie (voiture, caravane, bateau...) ils vous suivront partout en France sans vous encombrer car ils sont très légers et possèdent leur propre antenne. Ils vous séduiront par la qualité remarquable de leur image et leur simplicité d'utilisation. 45 cm x 32 cm x16 cm PO-GO-MF/Cassette Ecran N 14 cm. Poids  : 7 kg Réglage automatique de la couleur T.T. S. 2000'Procédé SECAM I BA emplacements pour des parcs, des maisons, des écoles, des universités, ainsi que des églises, des temples et des mosquées... Je me souviens d'une histoire terrible que m'a racontée le Président d'une grande compagnie, un Australien très âgé. Adolescent, il avait travaillé en Grande-Bretagne dans une usine dont les matériaux altéraient gravement les poumons des ouvriers une sorte de silicose. Il me raconta que sa Compagnie avait été la première en Angleterre à créer un service médical. Magnifique, n'est-cepas ? Mais vous savez pourquoi cette Compagnie avait créé ce service ? Pour déceler « à l'avance » les symptômes de maladie de façon à pouvoir... se débarrasser à temps des ouvriers sans encourir de responsabilités et de risques ! Bref, on les foutait dehors au premier signe de maladie ! Vous voyez que les idées sociales de M. Tata étaient alors plutôt extraordinaires... PCA. Pa trice Chevallier Associés
ENTRETIEN « Les Tata pratiquaient la religion de Zoroastre. Mais mon ancêtre ne semble pas avoir été très traditionnaliste  : il a laissé mon père épouser une Française... » Lui Ces idées généreuses d'aucuns diront paternalistes provenaientelles d'un fond religieux ? Tata Je crois qu'elles provenaient surtout du bon sens. Certes, ce Tata était Parsi les Parsis sont originaires de Perse et de la race des prêtres  : un simple fait de caste, car il n'y en a que deux parmi les Parsis  : ceux qui sont — héréditairement de la race des prêtres et ceux qui ne peuvent pas l'être. Moi, par exemple, je suis de la race des Prêtres, comme mon père qui, sans exercer le métier de prêtre, avait fait toutes ses études religieuses et passé tous ses examens. C'était d'ailleurs assez terrible, cette différence de caste  : mon père qui pourtant a épousé une Française me racontait que dans une même famille lorsque les Parsis de caste inférieure (c'est-à-dire non-prêtres) étaient invités par les autres (les prêtres) à déjeuner ou à dîner, ces derniers ne mangeaient pas avec leurs invités ; quelqu'un qui était de race de prêtre ne donnait pas sa fille à la caste inférieure... Là encore, c'était l'époque. Bref, nous étions des Brahmines. Aujourd'hui, les choses ont bien changé. Certains partis dans l'Inde du Sud, par exemple, mettent les Brahmines au rebut. Pourquoi ? Parce que, autrefois, ils avait tout monopolisé... Lui A quelle religion appartient la famille Tata ? Tata Les Tata pratiquaient la religion de Zoroastre. Vous savez que Zarathoustra a vécu en Perse et prêché sa religion dans l'Antiquité. Sa vie est mal connue. Sa religion est basée sur le principe d' « Avesta arta », ce qui signifie « vérité, loi, langage divin... », l'esprit de cette religion était « bonne pensée », « bonne parole », « bien faire ». Ceux qui font du mal reçoivent le mal, ceux qui font du bien sont bénis par le Bien. Les Zoroastriens se comptaient par millions vers le vie siècle, époque de leur empire. Après la chute de celui-ci, certains émigrèrent en Inde. A présent, dans le monde, la population des Parsis peut être estimée à cent trente mille âmes  : cent mille en Inde, et le reste en Iran, au Pakistan et ailleurs. En fait, mon ancêtre Tata ne semble pas avoir été très traditionaliste. La preuve  : mon père (qui était son préféré) a épousé une Française sans qu'il y mette le moindre obstacle. Les Tata ne sont pas sectaires... Lui Et pourtant, des biographes de votre famille racontent qu'un Tribunal Parsi impressionnant s'est réuni à l'occasion du mariage de votre père R.D. Tata avec une Parisienne... Tata Oui, il s'était marié en 1903 et mon père demanda au Grand Prêtre des Parsis, Dastur K. Jamaspji, l'autorisation de faire de sa femme une vraie Parsi convertie à la religion de Zoroastre, ce qui lui permettait de participer, en Inde, à l'activité de son mari. La cérémonie du mariage se déroula à Bombay selon les rites et coutumes des Parsis, mais le tribunal refusa de la reconnaître comme étant une Parsi. Ce jugement eut un grand retentissement... Mais tous ces problèmes de caste me sont étrangers... Lui Vous pensez que le socialisme à l'indienne décourage l'entreprise privée ? L'Empire Tata... Tata Il n'y a pas d'empire Tata. Le groupe Tata est à peu près entièrement concentré dans l'Inde  : contrairement à d'autres, nous n'avons pas de fonds à l'étranger... Nous cherchons, c'est vrai, à nous y développer en dépit du fait que nous nous trouvons dans une situation absurde  : en Inde, c'est devenu un crime de faire des affaires sur une grande échelle  : on veut des entreprises d'Etat. Pourtant, dans le cas de nos camions, c'est le gouvernement lui-même qui nous incite à développer davantage ce secteur ! Depuis toujours, je suis contre l'étatisme ; je reste le partisan convaincu d'une politique économique mixte  : chacun a son (Suite page 26.) 2 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 198 juillet 1980 Page 1Lui numéro 198 juillet 1980 Page 2-3Lui numéro 198 juillet 1980 Page 4-5Lui numéro 198 juillet 1980 Page 6-7Lui numéro 198 juillet 1980 Page 8-9Lui numéro 198 juillet 1980 Page 10-11Lui numéro 198 juillet 1980 Page 12-13Lui numéro 198 juillet 1980 Page 14-15Lui numéro 198 juillet 1980 Page 16-17Lui numéro 198 juillet 1980 Page 18-19Lui numéro 198 juillet 1980 Page 20-21Lui numéro 198 juillet 1980 Page 22-23Lui numéro 198 juillet 1980 Page 24-25Lui numéro 198 juillet 1980 Page 26-27Lui numéro 198 juillet 1980 Page 28-29Lui numéro 198 juillet 1980 Page 30-31Lui numéro 198 juillet 1980 Page 32-33Lui numéro 198 juillet 1980 Page 34-35Lui numéro 198 juillet 1980 Page 36-37Lui numéro 198 juillet 1980 Page 38-39Lui numéro 198 juillet 1980 Page 40-41Lui numéro 198 juillet 1980 Page 42-43Lui numéro 198 juillet 1980 Page 44-45Lui numéro 198 juillet 1980 Page 46-47Lui numéro 198 juillet 1980 Page 48-49Lui numéro 198 juillet 1980 Page 50-51Lui numéro 198 juillet 1980 Page 52-53Lui numéro 198 juillet 1980 Page 54-55Lui numéro 198 juillet 1980 Page 56-57Lui numéro 198 juillet 1980 Page 58-59Lui numéro 198 juillet 1980 Page 60-61Lui numéro 198 juillet 1980 Page 62-63Lui numéro 198 juillet 1980 Page 64-65Lui numéro 198 juillet 1980 Page 66-67Lui numéro 198 juillet 1980 Page 68-69Lui numéro 198 juillet 1980 Page 70-71Lui numéro 198 juillet 1980 Page 72-73Lui numéro 198 juillet 1980 Page 74-75Lui numéro 198 juillet 1980 Page 76-77Lui numéro 198 juillet 1980 Page 78-79Lui numéro 198 juillet 1980 Page 80-81Lui numéro 198 juillet 1980 Page 82-83Lui numéro 198 juillet 1980 Page 84-85Lui numéro 198 juillet 1980 Page 86-87Lui numéro 198 juillet 1980 Page 88-89Lui numéro 198 juillet 1980 Page 90-91Lui numéro 198 juillet 1980 Page 92-93Lui numéro 198 juillet 1980 Page 94-95Lui numéro 198 juillet 1980 Page 96-97Lui numéro 198 juillet 1980 Page 98-99Lui numéro 198 juillet 1980 Page 100-101Lui numéro 198 juillet 1980 Page 102-103Lui numéro 198 juillet 1980 Page 104-105Lui numéro 198 juillet 1980 Page 106-107Lui numéro 198 juillet 1980 Page 108-109Lui numéro 198 juillet 1980 Page 110-111Lui numéro 198 juillet 1980 Page 112-113Lui numéro 198 juillet 1980 Page 114-115Lui numéro 198 juillet 1980 Page 116-117Lui numéro 198 juillet 1980 Page 118-119Lui numéro 198 juillet 1980 Page 120-121Lui numéro 198 juillet 1980 Page 122