Lui n°198 juillet 1980
Lui n°198 juillet 1980
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°198 de juillet 1980

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 122

  • Taille du fichier PDF : 118 Mo

  • Dans ce numéro : spécial Madleen Kane.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 110 - 111  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
110 111
REAGAN... A LASSO DE LA MAISON-BLANCHE En 1976, pendant une conférence de presse, il suggéra d'envoyer des conseillers militaires américains en Rhodésie — avant de démentir précipitamment... (Suite de la page 108.) me, constituent sa seule et timide incursion dans l'arène internationale. Le premier, qui dura dix jours, le conduisit en Extrême-Orient. A cette occasion, il rencontra le Premier ministre japonais, M. Fukuda, et déjeuna avec le Shah d'Iran. Le second une tournée de six jours dans les capitales européennes provoqua des réactions mitigées. Margaret Thatcher, qu'il connaissait déjà, s'entretint avec lui en qualité de leader de l'opposition ; quant au Premier ministre, le travailliste James Callaghan, très proche de Carter, il ne daigna pas le rencontrer. En France, ni Giscard d'Estaing ni aucun membre du gouvernement ne trouvèrent le temps de le recevoir pour éviter, selon Reagan, de déplaire à Carter. C'est en Allemagne qu'il fut le mieux traité  : un long entretien avec le chancelier Helmut Schmidt, puis un rendez-vous avec le démocrate- U chrétien Helmut Kohl, suivi d'un autre avec Franz-Joseph Strauss, le candidat conservateur à la chancellerie. L'entretien avec Schmidt se déroula dans un climat excellent, à part quelques fausses notes concernant les Salt II et l'Ostpolitik. La politique étrangère est le seul domaine où Reagan n'ait jamais commis de gaffes monumentales. Une exception cependant  : en 1976, pendant une conférence de presse, il suggéra la possibilité d'envoyer des conseillers militaires américains en Rhodésie avant de démentir précipitamment cette consternante initiative. Récemment encore, il s'est fourvoyé à deux reprises  : au sujet du type d'aide à apporter à la résistance antisoviétique en Afghanistan, et en évoquant l'éventualité d'un blocus de Cuba comme riposte à l'occupation de l'Afghanistan. Cela dit, de façon générale, Reagan se montre désormais très HONDA C'est notre affaire. IJAPAUTO Toute la gamme auto  : Toute la gamme moto  : 27, av. de la Grande Armée 43, av. de la Grande Armée Paris 16e - Tél. 500.14.51 Paris 16e - Tél. 500.20.10 Service spécial TTX-CD-K-VIP circonspect en matière de politique étrangère. Après l'échec de l'évacuation des otages en Iran, il fut parmi les derniers à commenter l'événement... Si un doute subsiste à l'égard de sa compétence en politique intérieure, il est moins imputable à son caractère impulsif qu'à son ignorance ignorance confirmée lors d'une interview à la télévision, en 1979, où il se montra incapable de reconnaître le nom de famille du président de la République française ! L'un de ses proches explique cette défaillance par le fait qu'il était question de « Giscard d'Estaing », et non de « Giscard », qui est le nom généralement employé pour désigner le Président. A moins que cet « oubli » ne soit dû à la légère surdité dont souffre Reagan... ce qui n'excuse rien ! Quoi qu'il en soit, la politique étrangère de Reagan dépendra essentiellement de son choix en matière de conseillers. Il est facile de deviner qui il ne choisira pas  : Henry Kissinger n'a pas été convié à faire partie de l'équipe chargée d'animer sa campagne. Déjà, en 1976, Reagan en avait fait sa cible lors de sa campagne contre Ford, et tout espoir de réconciliation est oblitéré par la présence constante de Richard Allen aux côtés de Reagan. Richard V. Allen, quarante-quatre ans, soutint Nixon en 1968, en caressant l'espoir d'être désigné comme conseiller pour la Défense nationale. Nixon choisit Kissinger à sa place. Aujourd'hui, Allen peut savourer sa revanche  : il a écarté Kissinger de l'équipe Reagan, et il est en première ligne pour le poste convoité. Extrêmement conservateur, Allen est considéré comme plus à droite que Kissinger, mais il ne cesse de prêcher à Reagan la prudence et la modération. C'est lui qui a organisé sa tournée en Europe en 1978, l'accompagnant dans tous ses déplacements. Mais Allen compte un certain nombre d'ennemis parmi les autres conseillers de Reagan. Récemment, un discours de politique étrangère rédigé par Allen a été mis en pièces, puis entière- (Suite page 114.)
Quand ça frotte, ça chauffe et quand ça chauffe trop, ça use ou ça casse. C'est ainsi que dans l'automobile on utilise des lubrifiants qui dans bien des cas sont insuffisants. Les lubrifiants Bardahl, grâce à leur formule par attraction polaire réduisent très efficacement le frottement et l'usure des organes mécaniques en mouvement. Ils les préservent plus longtemps. C'est pourquoi Bardahl n'hésite pas à garantir 1 an de plus les voitures neuves, et 9 mois de plus les voitures d'occasions traitées périodiquement avec Bardahl. Alors, si vous aimez tirer le maximum de votre voiture, offrez-lui une boite de préservatifs. BARDAHL En vente aussi en Belgique AIDE LA MÉCANIQUE A DÉFIER LE TEMPS. BARDAHL France, 27, Bd. du Général Leclerc - 59100 ROUBAIX - Tél.  : (20) 70.02.12. I



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 198 juillet 1980 Page 1Lui numéro 198 juillet 1980 Page 2-3Lui numéro 198 juillet 1980 Page 4-5Lui numéro 198 juillet 1980 Page 6-7Lui numéro 198 juillet 1980 Page 8-9Lui numéro 198 juillet 1980 Page 10-11Lui numéro 198 juillet 1980 Page 12-13Lui numéro 198 juillet 1980 Page 14-15Lui numéro 198 juillet 1980 Page 16-17Lui numéro 198 juillet 1980 Page 18-19Lui numéro 198 juillet 1980 Page 20-21Lui numéro 198 juillet 1980 Page 22-23Lui numéro 198 juillet 1980 Page 24-25Lui numéro 198 juillet 1980 Page 26-27Lui numéro 198 juillet 1980 Page 28-29Lui numéro 198 juillet 1980 Page 30-31Lui numéro 198 juillet 1980 Page 32-33Lui numéro 198 juillet 1980 Page 34-35Lui numéro 198 juillet 1980 Page 36-37Lui numéro 198 juillet 1980 Page 38-39Lui numéro 198 juillet 1980 Page 40-41Lui numéro 198 juillet 1980 Page 42-43Lui numéro 198 juillet 1980 Page 44-45Lui numéro 198 juillet 1980 Page 46-47Lui numéro 198 juillet 1980 Page 48-49Lui numéro 198 juillet 1980 Page 50-51Lui numéro 198 juillet 1980 Page 52-53Lui numéro 198 juillet 1980 Page 54-55Lui numéro 198 juillet 1980 Page 56-57Lui numéro 198 juillet 1980 Page 58-59Lui numéro 198 juillet 1980 Page 60-61Lui numéro 198 juillet 1980 Page 62-63Lui numéro 198 juillet 1980 Page 64-65Lui numéro 198 juillet 1980 Page 66-67Lui numéro 198 juillet 1980 Page 68-69Lui numéro 198 juillet 1980 Page 70-71Lui numéro 198 juillet 1980 Page 72-73Lui numéro 198 juillet 1980 Page 74-75Lui numéro 198 juillet 1980 Page 76-77Lui numéro 198 juillet 1980 Page 78-79Lui numéro 198 juillet 1980 Page 80-81Lui numéro 198 juillet 1980 Page 82-83Lui numéro 198 juillet 1980 Page 84-85Lui numéro 198 juillet 1980 Page 86-87Lui numéro 198 juillet 1980 Page 88-89Lui numéro 198 juillet 1980 Page 90-91Lui numéro 198 juillet 1980 Page 92-93Lui numéro 198 juillet 1980 Page 94-95Lui numéro 198 juillet 1980 Page 96-97Lui numéro 198 juillet 1980 Page 98-99Lui numéro 198 juillet 1980 Page 100-101Lui numéro 198 juillet 1980 Page 102-103Lui numéro 198 juillet 1980 Page 104-105Lui numéro 198 juillet 1980 Page 106-107Lui numéro 198 juillet 1980 Page 108-109Lui numéro 198 juillet 1980 Page 110-111Lui numéro 198 juillet 1980 Page 112-113Lui numéro 198 juillet 1980 Page 114-115Lui numéro 198 juillet 1980 Page 116-117Lui numéro 198 juillet 1980 Page 118-119Lui numéro 198 juillet 1980 Page 120-121Lui numéro 198 juillet 1980 Page 122