Lui n°197 juin 1980
Lui n°197 juin 1980
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°197 de juin 1980

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 202

  • Taille du fichier PDF : 198 Mo

  • Dans ce numéro : spécial tennis.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
ENTRETIEN « Au fond, nous sommes des diplodocus, des gens venus d'une autre époque. Nous avons été éduqués dans l'amour et la pratique désintéressée du sport... (Suite de la page 19.) ce que cet effort lui coûte d'énergie. Un amateur, au sens du joueur de base, accepte de souffrir dans des limites que dépasse le professionnel dès lors qu'il se dépense pour une certaine somme. Pour l'amateur, l'amour du sport est réduit à ce qui reste comme réserves d'orgueil et de modestie. Le professionnel, lui, conserve aussi sa fierté, son humilité et la troisième force qui gouverne toutes les autres. Je n'évoque pas l'argent dans les limites et les avantages d'un cachet mais avec tout ce qu'il suppose en matière d'enjeu, de standing, de contrats, de prestige, etc. Alors, à quel moment s'arrête le plaisir lorsqu'on joue depuis deux heures, la gorge sèche, mourant de soif, de fatigue et d'épuisement nerveux et qu'il faut encore se jeter sur des amorties ou des passing ?... Le drame, alors, c'est de rater la balle ou de la frapper et de la mettre dehors. Quand un joueur four- 22 nit tous ces efforts pour dix mille ou vingt mille dollars, c'est tout autre chose... Chaban-Delmas Je me permets de vous dire que je ne partage pas votre opinion. Pour ne considérer que mon expérience personnelle, je me suis battu, depuis toujours, sur toutes les balles, et je ne pouvais jamais me battre plus. Je continue. Il y aurait un million de dollars à la clef que je ne me battrais pas plus aujourd'hui qu'hier. Dabadie Vous ne croyez pas que l'argent motive intensément les jeunes tennismen actuels, moins d'ailleurs dans l'immédiat de chaque match que dans la perspective d'une carrière ? Chaban-Delmas C'est possible. Je le comprends bien. Mais c'est difficile à saisir pour des hommes de ma génération qui ont été élevés d'une autre manière. Au fond, nous sommes des diplodocus, des gens venus d'une autre époque. Nous avons été éduqués, dans l'enfance et dans l'adolescence, dans l'amour et la pratique désintéressée du sport. Ce fut une grande chance pour moi. Ma vie en fut complètement changée. Ma motivation n'en a jamais souffert. Au contraire. Même aujourd'hui, dans les parties de « vieux routiers » que je livre avec mon ami Ilenri Pellizza, notre détermination n'a pas varié d'un pouce. Je vous assure que nous jouons souvent le dos au mur mais que nous ne cédons jamais de notre plein gré, par une sorte de renoncement ou de défaitisme. La frontière entre la masse des pratiquants anonymes et l'élite des professionnels se situe bien plus au plan de la préparation (et de tout ce qu'elle exige comme rigueur d'existence) qu'à celui de l'exécution. Les vrais amateurs, ceux qui aiment viscéralement le tennis, sont capables de se défoncer autant que les grands professionnels mais pour une motivation d'une essence différente. Comme ils ne font que ça, du tennis à haute dose, de par leur définition de professionnels, ils sont, d'évidence, beaucoup plus forts que les autres. Ce n'est pas le même tennis... Dabadie Ce n'est plus le même jeu, d'accord. En tant que métier, le tennis oblige ses professionnels à avoir une condition physique et morale exceptionnelle, toujours parfaite. On ne leur pardonne rien. On ne leur tolère aucune défaillance, aucun relâchement. Entendons-nous bien  : ce n'est pas un drame de la misère contemporaine que de passer sa vie dans les avions, avec ses raquettes, pour bondir d'un tournoi à l'autre, à travers le monde. En fait, même à leur sommet, ces grands professionnels ne sont jamais des robots. Ils se battent parfois beaucoup plus ou moins que des amateurs. Plus en quart de finale ou en demi-finale de Roland-Garros ou de Wimbledon. Moins dans une exhibition tarifée ici ou là... C'est logique on les sollicite sans cesse pour un nombre incalculable de tournois dans lesquels ils gagnent (Suite page 24.)
POUR LE PLAISIR... NOUVELLE LIGNE POUR HOMME EAU DE TOILETTE - AFTER SHAVE -DÉODORANTS SAVON - CRÈMES A RASER - MOUSSE A RASER EAU DE TOüE1TE POUR HOMME ('I,o Chr1.tian Dior Christian Liior PARIS



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 197 juin 1980 Page 1Lui numéro 197 juin 1980 Page 2-3Lui numéro 197 juin 1980 Page 4-5Lui numéro 197 juin 1980 Page 6-7Lui numéro 197 juin 1980 Page 8-9Lui numéro 197 juin 1980 Page 10-11Lui numéro 197 juin 1980 Page 12-13Lui numéro 197 juin 1980 Page 14-15Lui numéro 197 juin 1980 Page 16-17Lui numéro 197 juin 1980 Page 18-19Lui numéro 197 juin 1980 Page 20-21Lui numéro 197 juin 1980 Page 22-23Lui numéro 197 juin 1980 Page 24-25Lui numéro 197 juin 1980 Page 26-27Lui numéro 197 juin 1980 Page 28-29Lui numéro 197 juin 1980 Page 30-31Lui numéro 197 juin 1980 Page 32-33Lui numéro 197 juin 1980 Page 34-35Lui numéro 197 juin 1980 Page 36-37Lui numéro 197 juin 1980 Page 38-39Lui numéro 197 juin 1980 Page 40-41Lui numéro 197 juin 1980 Page 42-43Lui numéro 197 juin 1980 Page 44-45Lui numéro 197 juin 1980 Page 46-47Lui numéro 197 juin 1980 Page 48-49Lui numéro 197 juin 1980 Page 50-51Lui numéro 197 juin 1980 Page 52-53Lui numéro 197 juin 1980 Page 54-55Lui numéro 197 juin 1980 Page 56-57Lui numéro 197 juin 1980 Page 58-59Lui numéro 197 juin 1980 Page 60-61Lui numéro 197 juin 1980 Page 62-63Lui numéro 197 juin 1980 Page 64-65Lui numéro 197 juin 1980 Page 66-67Lui numéro 197 juin 1980 Page 68-69Lui numéro 197 juin 1980 Page 70-71Lui numéro 197 juin 1980 Page 72-73Lui numéro 197 juin 1980 Page 74-75Lui numéro 197 juin 1980 Page 76-77Lui numéro 197 juin 1980 Page 78-79Lui numéro 197 juin 1980 Page 80-81Lui numéro 197 juin 1980 Page 82-83Lui numéro 197 juin 1980 Page 84-85Lui numéro 197 juin 1980 Page 86-87Lui numéro 197 juin 1980 Page 88-89Lui numéro 197 juin 1980 Page 90-91Lui numéro 197 juin 1980 Page 92-93Lui numéro 197 juin 1980 Page 94-95Lui numéro 197 juin 1980 Page 96-97Lui numéro 197 juin 1980 Page 98-99Lui numéro 197 juin 1980 Page 100-101Lui numéro 197 juin 1980 Page 102-103Lui numéro 197 juin 1980 Page 104-105Lui numéro 197 juin 1980 Page 106-107Lui numéro 197 juin 1980 Page 108-109Lui numéro 197 juin 1980 Page 110-111Lui numéro 197 juin 1980 Page 112-113Lui numéro 197 juin 1980 Page 114-115Lui numéro 197 juin 1980 Page 116-117Lui numéro 197 juin 1980 Page 118-119Lui numéro 197 juin 1980 Page 120-121Lui numéro 197 juin 1980 Page 122-123Lui numéro 197 juin 1980 Page 124-125Lui numéro 197 juin 1980 Page 126-127Lui numéro 197 juin 1980 Page 128-129Lui numéro 197 juin 1980 Page 130-131Lui numéro 197 juin 1980 Page 132-133Lui numéro 197 juin 1980 Page 134-135Lui numéro 197 juin 1980 Page 136-137Lui numéro 197 juin 1980 Page 138-139Lui numéro 197 juin 1980 Page 140-141Lui numéro 197 juin 1980 Page 142-143Lui numéro 197 juin 1980 Page 144-145Lui numéro 197 juin 1980 Page 146-147Lui numéro 197 juin 1980 Page 148-149Lui numéro 197 juin 1980 Page 150-151Lui numéro 197 juin 1980 Page 152-153Lui numéro 197 juin 1980 Page 154-155Lui numéro 197 juin 1980 Page 156-157Lui numéro 197 juin 1980 Page 158-159Lui numéro 197 juin 1980 Page 160-161Lui numéro 197 juin 1980 Page 162-163Lui numéro 197 juin 1980 Page 164-165Lui numéro 197 juin 1980 Page 166-167Lui numéro 197 juin 1980 Page 168-169Lui numéro 197 juin 1980 Page 170-171Lui numéro 197 juin 1980 Page 172-173Lui numéro 197 juin 1980 Page 174-175Lui numéro 197 juin 1980 Page 176-177Lui numéro 197 juin 1980 Page 178-179Lui numéro 197 juin 1980 Page 180-181Lui numéro 197 juin 1980 Page 182-183Lui numéro 197 juin 1980 Page 184-185Lui numéro 197 juin 1980 Page 186-187Lui numéro 197 juin 1980 Page 188-189Lui numéro 197 juin 1980 Page 190-191Lui numéro 197 juin 1980 Page 192-193Lui numéro 197 juin 1980 Page 194-195Lui numéro 197 juin 1980 Page 196-197Lui numéro 197 juin 1980 Page 198-199Lui numéro 197 juin 1980 Page 200-201Lui numéro 197 juin 1980 Page 202