Lui n°195 avril 1980
Lui n°195 avril 1980
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°195 de avril 1980

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 184

  • Taille du fichier PDF : 215 Mo

  • Dans ce numéro : spécial Nastassja Kinski.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 168 - 169  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
168 169
0,1 jtø ø AVVI. °nirate S I Ș Vtt CC des te on racte °n des ANNONCES et des PHOTOGRAPHIES dans TOUTES les REGIONS pour les CELIBATAIRES et pour les COUPLES. nom, prénom 170 Découvrez le monde EXTRAORDINAIRE es RENCONTRES par petites ANNONCES à titre d'INFORMATION, ou pour des CONTACTS RAPIDES, procurez-vous le dernier numéro de la GAZETTE des RENCONTRES contre 20 frs adresse demandez journal dec l I ! ville code postal vo envoi Rapide et Discret contre 20fr clans la mesure du possible évilez + envoi d esoM, P5 Chèque Ou mandat lente conseille S4, mite pour NICOI F. Id [Pcrrt,urt'ecrtvP  : ires Merc MYSTERES... MAGOUILLES AU MARCHE COMMUN Les pays de l'Est abandonnent leur idéologie pour empocher de substantielles plus-values... (Suite de la page 166.) R. d. a., qui ne répugnent pas, un temps, à abandonner leur idéologie pour encaisser de substantielles plus-values, payées en dollars dans des banques suisses... Deux spécialités surtout, qui nous viennent du froid, et nous sont complaisamment « fourguées » par les communistes  : le beurre et la viande. Le prix du beurre en particulier défie toute concurrence, environ un franc le kilo... Un exemple parmi d'autres. Un énorme stock de beurre d'Allemagne de l'Est est destiné à la Belgique et à l'île de Malte. Mais pour atteindre La Valette, capitale de l'île, les camions doivent traverser la France. Comme ils ne sont qu'en transit, ils ne s'acquittent d'aucune taxe douanière. Après avoir passé la frontière française, les camionneurs sortaient de leur poche une miraculeuse enveloppe. A l'intérieur, un papier à en-tête d'une fausse société qui garantissait l'origine française du beurre. Munis de ce précieux document, les routiers allaient tranquillement livrer leur marchandise à une innocente laiterie qui l'achetait pour le compte de grandes surfaces, au prix de treize francs le kilo. Bénéfice net  : douze francs par kilo ! Ainsi le bon beurre de la Communauté acheté par les ménagères, dans certaines grandes surfaces vient parfois d'Allemagne de l'Est un pays hors-communauté ! A partir de viandes de l'Est, des truands français sont même parvenus à monter une superbe anarque qui concilie les deux techniques de fraude. Plus l'escroquerie est compliquée, plus elle est rentable. Cumuler les opération frauduleuses, c'est aussi cumuler les bénéfices. D'où une juteuse affaire de viandes baladeuses dont les douaniers français et italiens ont eu beaucoup de mal à démêler tous les fils. Au départ, près de quatre-vingts camions de viande bovine de Yougoslavie, reconvertie en viande européenne après un passage en Autriche et avec un faux certificat. Cette viande, assure l'exportateur italien, est destinée à l'Espagne et à l'Amérique du Sud. Sur les papiers de bord des camions, la destination est clairement indiquée  : Bordeaux et Calais. En fait, aucun camion n'ira jamais à Calais. Une dizaine seulement s'égareront jusqu'à Bordeaux. La viande ne sera pas déchargée sur un bateau mais conservée dans un entrepôt frigorifique. Une partie est revendue au marché noir, à des bouchers, dans la région bordelaise, et le reste est désossé puis reconditionné sous vide et réexpédié en Italie, estampillé cette fois « viande française », à l'aide de faux cachets. Tous les autres camions rentrent directement en Italie, siège du trafic, grâce à la complicité de deux douaniers du poste de Vintimille payés pour enregistrer des sorties fictives. Puis le chargement est discrètement vendu dans la région de Padoue... L'opération aura donc été doublement « payante »  : quatre-vingts tonnes de viandes achetées à bas prix en Yougoslavie sont revendues au prix fort en Europe. De plus, comble de l'escroquerie, les trafiquants réclament au Marché commun les primes destinées à encourager l'exportation de certaines viandes. Ne produisent-ils pas de faux documents attestant que leur marchandise a bien quitté l'Europe par Bordeaux ? Les truands en col vert qui ont monté cette fraude ont donc empoché avec leurs complices français, italiens, et autrichiens, en plus du prix de vente de la viande, quelque huit cent mille francs offerts gracieusement par le Marché commun... Certaines petites combines artisanales sont surtout exceptionnelles par l'ingéniosité qu'elles supposent. Les producteurs d'huile d'olive de Sicile, par exemple, se sont aperçus que l'aide communautaire à la production de cette huile était accordée en fonction de la consommation d'électricité des huileries. Qu'à cela ne tienne  : ils ont fait marcher jour et nuit leurs moteurs à vide... Ainsi, sans efforts inutiles, les paysans siciliens ont empoché un million lourd de primes. On a quand même (Suite page 172.)
STILL  : le premier chariot élévateur à se dénuder pour "LUI" Si vous aimez les "choses belles et bien bâties", vous serez très intéressés par un des chariots élévateurs STILL car chez STILL l'intérieur est aussi séduisant que l'extérieur. Dévoilé ici, pour le plaisir de vos yeux, c'est le nouveau R43 de STILL, un chariot diesel avec mât à visibilité totale 1,6-2-2,5-3-3,5-4T Transmission automatique. Direction hydrostatique. Moteur antipollution, performant, rapide et d'une grande robustesse. Une direction d'une souplesse inégalée. Une transmission automatique à convertisseur. Un poste de conduite avec siège hydraulique réglable de série. Un moteur Deutz ANTIPOLLUTION de la série W, sûr, robuste et fiable à grande réserve de puissance. Avec le nouveau Diesel STILL vous disposez de 58 kp au crochet par CV moteur. Pensez à STILL et à LUI pour votre prochaine acquisition. Nous vous informerons rapidement et en détail sur les autres avantages. Paris - Bordeaux - Nantes - Avignon Strasbourg - Toulouse - Nice - Orléans - Tours - Rouen - Lille - Sedan - Le Mans - Dijon - Epinal - Valence - Montpellier - Perpignan - Marseille - Grenoble - Clermont- Ferrand - Lorient - Lyon. Avant de décider l'achat d'un chariot élévateur électrique ou diesel, contactez-nous. ST A L L Zone Industrielle 77102 MEAUX - Tél.  : 433.48.20 - Télex 690472.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 195 avril 1980 Page 1Lui numéro 195 avril 1980 Page 2-3Lui numéro 195 avril 1980 Page 4-5Lui numéro 195 avril 1980 Page 6-7Lui numéro 195 avril 1980 Page 8-9Lui numéro 195 avril 1980 Page 10-11Lui numéro 195 avril 1980 Page 12-13Lui numéro 195 avril 1980 Page 14-15Lui numéro 195 avril 1980 Page 16-17Lui numéro 195 avril 1980 Page 18-19Lui numéro 195 avril 1980 Page 20-21Lui numéro 195 avril 1980 Page 22-23Lui numéro 195 avril 1980 Page 24-25Lui numéro 195 avril 1980 Page 26-27Lui numéro 195 avril 1980 Page 28-29Lui numéro 195 avril 1980 Page 30-31Lui numéro 195 avril 1980 Page 32-33Lui numéro 195 avril 1980 Page 34-35Lui numéro 195 avril 1980 Page 36-37Lui numéro 195 avril 1980 Page 38-39Lui numéro 195 avril 1980 Page 40-41Lui numéro 195 avril 1980 Page 42-43Lui numéro 195 avril 1980 Page 44-45Lui numéro 195 avril 1980 Page 46-47Lui numéro 195 avril 1980 Page 48-49Lui numéro 195 avril 1980 Page 50-51Lui numéro 195 avril 1980 Page 52-53Lui numéro 195 avril 1980 Page 54-55Lui numéro 195 avril 1980 Page 56-57Lui numéro 195 avril 1980 Page 58-59Lui numéro 195 avril 1980 Page 60-61Lui numéro 195 avril 1980 Page 62-63Lui numéro 195 avril 1980 Page 64-65Lui numéro 195 avril 1980 Page 66-67Lui numéro 195 avril 1980 Page 68-69Lui numéro 195 avril 1980 Page 70-71Lui numéro 195 avril 1980 Page 72-73Lui numéro 195 avril 1980 Page 74-75Lui numéro 195 avril 1980 Page 76-77Lui numéro 195 avril 1980 Page 78-79Lui numéro 195 avril 1980 Page 80-81Lui numéro 195 avril 1980 Page 82-83Lui numéro 195 avril 1980 Page 84-85Lui numéro 195 avril 1980 Page 86-87Lui numéro 195 avril 1980 Page 88-89Lui numéro 195 avril 1980 Page 90-91Lui numéro 195 avril 1980 Page 92-93Lui numéro 195 avril 1980 Page 94-95Lui numéro 195 avril 1980 Page 96-97Lui numéro 195 avril 1980 Page 98-99Lui numéro 195 avril 1980 Page 100-101Lui numéro 195 avril 1980 Page 102-103Lui numéro 195 avril 1980 Page 104-105Lui numéro 195 avril 1980 Page 106-107Lui numéro 195 avril 1980 Page 108-109Lui numéro 195 avril 1980 Page 110-111Lui numéro 195 avril 1980 Page 112-113Lui numéro 195 avril 1980 Page 114-115Lui numéro 195 avril 1980 Page 116-117Lui numéro 195 avril 1980 Page 118-119Lui numéro 195 avril 1980 Page 120-121Lui numéro 195 avril 1980 Page 122-123Lui numéro 195 avril 1980 Page 124-125Lui numéro 195 avril 1980 Page 126-127Lui numéro 195 avril 1980 Page 128-129Lui numéro 195 avril 1980 Page 130-131Lui numéro 195 avril 1980 Page 132-133Lui numéro 195 avril 1980 Page 134-135Lui numéro 195 avril 1980 Page 136-137Lui numéro 195 avril 1980 Page 138-139Lui numéro 195 avril 1980 Page 140-141Lui numéro 195 avril 1980 Page 142-143Lui numéro 195 avril 1980 Page 144-145Lui numéro 195 avril 1980 Page 146-147Lui numéro 195 avril 1980 Page 148-149Lui numéro 195 avril 1980 Page 150-151Lui numéro 195 avril 1980 Page 152-153Lui numéro 195 avril 1980 Page 154-155Lui numéro 195 avril 1980 Page 156-157Lui numéro 195 avril 1980 Page 158-159Lui numéro 195 avril 1980 Page 160-161Lui numéro 195 avril 1980 Page 162-163Lui numéro 195 avril 1980 Page 164-165Lui numéro 195 avril 1980 Page 166-167Lui numéro 195 avril 1980 Page 168-169Lui numéro 195 avril 1980 Page 170-171Lui numéro 195 avril 1980 Page 172-173Lui numéro 195 avril 1980 Page 174-175Lui numéro 195 avril 1980 Page 176-177Lui numéro 195 avril 1980 Page 178-179Lui numéro 195 avril 1980 Page 180-181Lui numéro 195 avril 1980 Page 182-183Lui numéro 195 avril 1980 Page 184