Lui n°195 avril 1980
Lui n°195 avril 1980
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°195 de avril 1980

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 184

  • Taille du fichier PDF : 215 Mo

  • Dans ce numéro : spécial Nastassja Kinski.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Pacer jean-Charles IMPORTATEUR American Motors 28, RUE CLAUDE TERRASSE 75016 PARIS ri 524-43-33 Cherokee Chief Jeep im° "1"" "mi m" im" m° I Réservé aux i K NON - MARIES Des milliers de jeunes gens, I jeunes filles, veufs et veuves, de'18 à 75 ans, de tous milieux et de TOUTES REGIONS, sont'▪ inscrits au Centre Familial. Pour I faire connaissance c'est simple. I Pour tous renseignements,'▪ envoyez seulement vos nom, I âge et adresse avec ce BON'CENTRE FAMILIAL (LV f I au 43, rue Laffitte, 75009 Paris. 11 Vous recevrez I GRATUI-'TEMENT une passionnante Ibrochure illustrée de 68 pages qui vous guidera pour entrer I rapidement en relations. I Ecrivez, puisque cela ne vous I ▪ engage à rien vous risquez I seulement d'être plus heureux. 11 Ce sera pour vous le départ d'une vie nouvelle et votre premier pas vers le bonheur.'I ▪ Envoi discret sans aucun'I engagement de votre part. I Bon GRATUIT I Plus de 42 000 références I ▪ constatées par Huissier. ▪ 1111 Mal MM =Ill MM Mal 1=11 12 ENTRETIEN « Etant donnée la situation géographique de la Corse, c'est extravagant que nous n'ayons été italiens... (Suite de la page 8.) mais au prix de quoi ? Au prix de la dépopulation de l'île car, pour trouver du travail, il leur a fallu la quitter ! Il y a centsoixante mille Corses en Corse, trois cent soixante mille Corses sur le continent ou dans le monde... Il y a eu une coïncidence extraordinaire entre la perte définitive de l'Empire français, l'irruption du monde moderne, l'arrivée des pieds-noirs, la transformation radicale de la Corse. Car c'est le plus haut niveau de vie de la Méditerranée  : quatre-vingt-dixhuit pour cent des famille ont la télévision ou des appareils ménagers. Mais c'est cela même qui fait question  : les gens de cette île n'ont jamais eu les moyens de leurs capacités. Si la Corse était l'Australie, ce serait épatant, mais ce n'est pas l'Australie. Les Corses ont trop d'aptitudes dans le domaine de la politique, de l'administration, des lettres, des professions libérales. « On ne peut pas faire ça chez nous, on est obligé d'aller ailleurs », disent-ils. Quand j'étais au ministère de l'Intérieur, j'ai reçu un tel nombre de demandes de mutation de commissaires de police pour Bastia qu'il y aurait eu de quoi administrer le Bénélux ! Alors, comment faire ? Lui Vous consacrez des chapitres entiers à l'histoire tourmentée de la Corse. Est-ce parce que les Corses restent fortement marqués par leur passé ? Sanguinetti La Corse est la plus proche des îles lointaines... D'abord, nous avons été sans doute marqués, au départ, par les Grecs plus que par les Romains. Les Grecs ont fondé chez nous le port d'Alalia au ive siècle avant notre ère. Nos populations d'alors, retranchées dans leurs montagnes, avaient peu de rapports avec les Grecs et pourtant nous nous réclamerions plus aisément de leur hérédité que de la latinité proprement dite. Les Romains suivent. A ce moment-là, les Corses sont déjà « i Corsi ». Rome reste neuf siècles sans beaucoup nous marquer. Ce qui nous a beaucoup marqués, c'est l'évangélisation qui commence au ive siècle avant notre ère, pénètre dans l'intérieur et nous apporte la latinité. Cette évangélisation est ruinée au vc siècle par les grandes invasions Vandales, Goths, Lombards... et entre le vil` et le vicie siècle, nous devons affronter les invasions sarrazines. Mais la chrétienté reprend pied. La papauté a eu une grande influence sur nous. C'est au fond la seule domination que les Corses aient à peu près acceptée sans difficulté. Mais à partir du ixe siècle, nous commençons à intéresser les gens de « terre ferme » les Italiens. Et nous recevons la civilisation italienne  : c'est Florence, Livourne, etc. Et Pise, notre grande université. Elle l'est restée jusqu'au) (lx'siècle. Car ce n'est qu'à partir du second-Empire que les Corses commencent à aller à Aix, à Montpellier, à Paris  : jusque-là, ils allaient en Italie. Nous sommes ainsi occupés par les Pisans pendant deux siècles. Et si Pise n'avait pas été battue par Gênes « La Superbe », il est probable que nous serions aujourd'hui dans la mouvance italienne. Et, comme toujours, Gênes a été appelée par les Corses eux-mêmes... Et pendant un siècle, jusqu'en 1533, l'Office de Saint- Georges une vraie multinationale ! nous traite vraiment plus bas que terre. Et apparaît alors Sampiero Corso  : d'abord parti au service de Jean de Médicis, puis au service de la France, il revient en Corse avec des éléments franco-corses pour se battre contre les Gênois. C'est la première fois qu'il y a une intervention d'origine française en Corse. Henri II, roi de France, prend alors le titre de « Seigneur de Corse » mais personne ne songe à un établissement définitif de la France en Corse. En fait, il n'y a pas de prédestination française de la Corse  : c'est vrai, c'est la réalité historique et les Corses le savent. Etant donné la situation géographique de la Corse, c'est même extravagant que nous n'ayons jamais été italiens. C'est une chance d'ail- (Suite p.16.)
r, * I ! Iry (1 o/20 l%l cloll,rlly Ill l/E'I (Î, guarET 11 arSmie 4t ti,s



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 195 avril 1980 Page 1Lui numéro 195 avril 1980 Page 2-3Lui numéro 195 avril 1980 Page 4-5Lui numéro 195 avril 1980 Page 6-7Lui numéro 195 avril 1980 Page 8-9Lui numéro 195 avril 1980 Page 10-11Lui numéro 195 avril 1980 Page 12-13Lui numéro 195 avril 1980 Page 14-15Lui numéro 195 avril 1980 Page 16-17Lui numéro 195 avril 1980 Page 18-19Lui numéro 195 avril 1980 Page 20-21Lui numéro 195 avril 1980 Page 22-23Lui numéro 195 avril 1980 Page 24-25Lui numéro 195 avril 1980 Page 26-27Lui numéro 195 avril 1980 Page 28-29Lui numéro 195 avril 1980 Page 30-31Lui numéro 195 avril 1980 Page 32-33Lui numéro 195 avril 1980 Page 34-35Lui numéro 195 avril 1980 Page 36-37Lui numéro 195 avril 1980 Page 38-39Lui numéro 195 avril 1980 Page 40-41Lui numéro 195 avril 1980 Page 42-43Lui numéro 195 avril 1980 Page 44-45Lui numéro 195 avril 1980 Page 46-47Lui numéro 195 avril 1980 Page 48-49Lui numéro 195 avril 1980 Page 50-51Lui numéro 195 avril 1980 Page 52-53Lui numéro 195 avril 1980 Page 54-55Lui numéro 195 avril 1980 Page 56-57Lui numéro 195 avril 1980 Page 58-59Lui numéro 195 avril 1980 Page 60-61Lui numéro 195 avril 1980 Page 62-63Lui numéro 195 avril 1980 Page 64-65Lui numéro 195 avril 1980 Page 66-67Lui numéro 195 avril 1980 Page 68-69Lui numéro 195 avril 1980 Page 70-71Lui numéro 195 avril 1980 Page 72-73Lui numéro 195 avril 1980 Page 74-75Lui numéro 195 avril 1980 Page 76-77Lui numéro 195 avril 1980 Page 78-79Lui numéro 195 avril 1980 Page 80-81Lui numéro 195 avril 1980 Page 82-83Lui numéro 195 avril 1980 Page 84-85Lui numéro 195 avril 1980 Page 86-87Lui numéro 195 avril 1980 Page 88-89Lui numéro 195 avril 1980 Page 90-91Lui numéro 195 avril 1980 Page 92-93Lui numéro 195 avril 1980 Page 94-95Lui numéro 195 avril 1980 Page 96-97Lui numéro 195 avril 1980 Page 98-99Lui numéro 195 avril 1980 Page 100-101Lui numéro 195 avril 1980 Page 102-103Lui numéro 195 avril 1980 Page 104-105Lui numéro 195 avril 1980 Page 106-107Lui numéro 195 avril 1980 Page 108-109Lui numéro 195 avril 1980 Page 110-111Lui numéro 195 avril 1980 Page 112-113Lui numéro 195 avril 1980 Page 114-115Lui numéro 195 avril 1980 Page 116-117Lui numéro 195 avril 1980 Page 118-119Lui numéro 195 avril 1980 Page 120-121Lui numéro 195 avril 1980 Page 122-123Lui numéro 195 avril 1980 Page 124-125Lui numéro 195 avril 1980 Page 126-127Lui numéro 195 avril 1980 Page 128-129Lui numéro 195 avril 1980 Page 130-131Lui numéro 195 avril 1980 Page 132-133Lui numéro 195 avril 1980 Page 134-135Lui numéro 195 avril 1980 Page 136-137Lui numéro 195 avril 1980 Page 138-139Lui numéro 195 avril 1980 Page 140-141Lui numéro 195 avril 1980 Page 142-143Lui numéro 195 avril 1980 Page 144-145Lui numéro 195 avril 1980 Page 146-147Lui numéro 195 avril 1980 Page 148-149Lui numéro 195 avril 1980 Page 150-151Lui numéro 195 avril 1980 Page 152-153Lui numéro 195 avril 1980 Page 154-155Lui numéro 195 avril 1980 Page 156-157Lui numéro 195 avril 1980 Page 158-159Lui numéro 195 avril 1980 Page 160-161Lui numéro 195 avril 1980 Page 162-163Lui numéro 195 avril 1980 Page 164-165Lui numéro 195 avril 1980 Page 166-167Lui numéro 195 avril 1980 Page 168-169Lui numéro 195 avril 1980 Page 170-171Lui numéro 195 avril 1980 Page 172-173Lui numéro 195 avril 1980 Page 174-175Lui numéro 195 avril 1980 Page 176-177Lui numéro 195 avril 1980 Page 178-179Lui numéro 195 avril 1980 Page 180-181Lui numéro 195 avril 1980 Page 182-183Lui numéro 195 avril 1980 Page 184