Lui n°194 mars 1980
Lui n°194 mars 1980
  • Prix facial : 7 F

  • Parution : n°194 de mars 1980

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 154

  • Taille du fichier PDF : 141 Mo

  • Dans ce numéro : Californie, opérations anti vol.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Jeep cylindrées 80 14 CV nouveau 4 cylindres jean-Charles IMPORTATEUR American Motors 28, RUE CLAUDE TERRASSE 75016 PARIS VI 5244333 toutes les grandes marques en stock AU MAGASIN  : demandez nos prix confidentiels CIB 6 136 Bd Diderot 75012 Paris 346.63.76 nocturne le mercredi jusqu'à 21h. ENTRETIEN « On les découvre en les baptisant « nouveaux historiens ». Alors qu'ils sont à la retraite, ou presque ! fallait élargir l'horizon, non seulement de l'Histoire en tant que matière d'enseignement ou de publication, mais en tant que recherche. Ces genslà se sont dit  : « Après tout, l'Histoire, c'est aussi les bornes et les champs, les rivières et les collines, les sorciers et les sorcières... » Le plus drôle est que, ces gens-là on les découvre maintenant, inexplicablement ! 1930, ça fait tout de même un bail ! Et on les découvre en les baptisant du nom de « nouveaux historiens » ! Alors qu'ils sont à la retraite, ou presque ! On appelle cela « la nouvelle Histoire ». C'est insupportable. En réalité, les « nouveaux historiens » sont à peu près tous morts... Lui Qui, par exemple Miquel Marc Bloch, Lucien Febvre... ces gens-là ont apporté à l'Histoire, disons en provocateurs, une espèce de souffle nouveau qui consiste à dire  : « L'Histoire, c'est aussi la tasse de café qu'on prend le matin, c'est aussi la manière de réagir vis-à-vis du diable... » Lui Mais, pourquoi les a-t-on découverts si tard, ces gens-là ? Mique) Je vais peut-être vous faire de la peine, mais les journalistes ont parfois, en cette matière, des retards extraordinaires. Ce n'est pas ma faute si, après avoir fait les « nouveaux philosophes », on découvre la « nouvelle Histoire » ! Qu'est-ce que vous voulez qu'on y fasse, nous autres, pauvres historiens ? Les « nouveaux philosophes », je crois que la découverte est moins innocente, si je puis m'exprimer ainsi... Lui Vous pouvez... Miguel Je veux dire que les « nouveaux philosophes » sont quand même des gens qui n'étaient pas totalement inconnus du milieu parisien qui fait l'opinion. Je ne veux citer qu'un fait  : un jour, à Antenne 2, au début, un rédacteur en chef du journal dont je ne vous dirai pas le nom, le pauvre, m'a dit  : « Il faut absolument faire quelque chose sur un certain Bernard-Henri Lévy qui lance un journal extraordinaire, un journal qui va faire un bruit monstrueux... » en fait, ce journal n'a eu, je crois, qu'un ou deux numéros ! Mais ce jeune homme, en attendant, avait des moyens puissants avant même qu'il n'apparaisse comme un « nouveau philosophe ». Donc il me semble que la nouvelle philosophie avait, dans sa musette, quelques provisions de route, hein ? Ce n'est pas le cas de la « nouvelle Histoire ». Regardez ces « nouveaux historiens » qu'on a découverts chenus, sexagénaires, à deux doigts de la retraite, les malheureux ! Ils sont d'ailleurs plus chenus qu'un homme qui, lui, a réellement pris sa retraite et qui approche des quatre-vingts ans, Fernand Braudel. C'est le seul survivant de la grande équipe des années trente. Et c'est un vrai jeune homme,)'oeil vif, ironique, la bouche et même les dents qui n'épargnent pêrsonne, encore à son âge... Alors ces pauvres garçons amenés, hélas, sous les projecteurs d'Apostrophes, pour représenter les « nouveaux historiens », avaient vraiment l'air de vieillards en train de regarder si Suzanne allait venir à eux... Suzanne, c'était évidemment Bernard Pivot ! Ces « nouveaux historiens » ont fait, bien sûr, une impression désastreuse parce que, après les « nouveaux philosophes » les play-boys Bernard-Henri Lévy, Glucksman, enfin tous ces fiers et ardents jeunes gens, nos historiens avaient l'air de dater quelque peu. Mais cela ne veut pas dire que la « nouvelle Histoire » soit vieille, cela veut dire que l'historien doit payer de sa personne, ne pas se fier à des collectifs de recherche, à des travaux d'étudiants comme font tant de nouveaux-anciens historiens qui publient un peu ce qui ne leur appartient pas, il faut bien le dire... Lui Parce qu'il y a beaucoup de nègres dans la recherche historique ? Mique) Ah, des nègres-étudiants ? Vous ne pouvez pas savoir ! Les universités en sont pleines ! C'est d'ailleurs ce qui permet à tant d'éminents maîtres, nouveaux ou (Suite page 9.)
Une larme de Courvoisier pour un flot de souvenirs. COURVOISIER 4 COGNAC



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 194 mars 1980 Page 1Lui numéro 194 mars 1980 Page 2-3Lui numéro 194 mars 1980 Page 4-5Lui numéro 194 mars 1980 Page 6-7Lui numéro 194 mars 1980 Page 8-9Lui numéro 194 mars 1980 Page 10-11Lui numéro 194 mars 1980 Page 12-13Lui numéro 194 mars 1980 Page 14-15Lui numéro 194 mars 1980 Page 16-17Lui numéro 194 mars 1980 Page 18-19Lui numéro 194 mars 1980 Page 20-21Lui numéro 194 mars 1980 Page 22-23Lui numéro 194 mars 1980 Page 24-25Lui numéro 194 mars 1980 Page 26-27Lui numéro 194 mars 1980 Page 28-29Lui numéro 194 mars 1980 Page 30-31Lui numéro 194 mars 1980 Page 32-33Lui numéro 194 mars 1980 Page 34-35Lui numéro 194 mars 1980 Page 36-37Lui numéro 194 mars 1980 Page 38-39Lui numéro 194 mars 1980 Page 40-41Lui numéro 194 mars 1980 Page 42-43Lui numéro 194 mars 1980 Page 44-45Lui numéro 194 mars 1980 Page 46-47Lui numéro 194 mars 1980 Page 48-49Lui numéro 194 mars 1980 Page 50-51Lui numéro 194 mars 1980 Page 52-53Lui numéro 194 mars 1980 Page 54-55Lui numéro 194 mars 1980 Page 56-57Lui numéro 194 mars 1980 Page 58-59Lui numéro 194 mars 1980 Page 60-61Lui numéro 194 mars 1980 Page 62-63Lui numéro 194 mars 1980 Page 64-65Lui numéro 194 mars 1980 Page 66-67Lui numéro 194 mars 1980 Page 68-69Lui numéro 194 mars 1980 Page 70-71Lui numéro 194 mars 1980 Page 72-73Lui numéro 194 mars 1980 Page 74-75Lui numéro 194 mars 1980 Page 76-77Lui numéro 194 mars 1980 Page 78-79Lui numéro 194 mars 1980 Page 80-81Lui numéro 194 mars 1980 Page 82-83Lui numéro 194 mars 1980 Page 84-85Lui numéro 194 mars 1980 Page 86-87Lui numéro 194 mars 1980 Page 88-89Lui numéro 194 mars 1980 Page 90-91Lui numéro 194 mars 1980 Page 92-93Lui numéro 194 mars 1980 Page 94-95Lui numéro 194 mars 1980 Page 96-97Lui numéro 194 mars 1980 Page 98-99Lui numéro 194 mars 1980 Page 100-101Lui numéro 194 mars 1980 Page 102-103Lui numéro 194 mars 1980 Page 104-105Lui numéro 194 mars 1980 Page 106-107Lui numéro 194 mars 1980 Page 108-109Lui numéro 194 mars 1980 Page 110-111Lui numéro 194 mars 1980 Page 112-113Lui numéro 194 mars 1980 Page 114-115Lui numéro 194 mars 1980 Page 116-117Lui numéro 194 mars 1980 Page 118-119Lui numéro 194 mars 1980 Page 120-121Lui numéro 194 mars 1980 Page 122-123Lui numéro 194 mars 1980 Page 124-125Lui numéro 194 mars 1980 Page 126-127Lui numéro 194 mars 1980 Page 128-129Lui numéro 194 mars 1980 Page 130-131Lui numéro 194 mars 1980 Page 132-133Lui numéro 194 mars 1980 Page 134-135Lui numéro 194 mars 1980 Page 136-137Lui numéro 194 mars 1980 Page 138-139Lui numéro 194 mars 1980 Page 140-141Lui numéro 194 mars 1980 Page 142-143Lui numéro 194 mars 1980 Page 144-145Lui numéro 194 mars 1980 Page 146-147Lui numéro 194 mars 1980 Page 148-149Lui numéro 194 mars 1980 Page 150-151Lui numéro 194 mars 1980 Page 152-153Lui numéro 194 mars 1980 Page 154