Lui n°194 mars 1980
Lui n°194 mars 1980
  • Prix facial : 7 F

  • Parution : n°194 de mars 1980

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 154

  • Taille du fichier PDF : 141 Mo

  • Dans ce numéro : Californie, opérations anti vol.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 146 - 147  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
146 147
ENTRETIEN K Que le public prenne Castelot pour le modèle de l'historien, je ne m'étonne pas. On prenait bien Sabbagh pour un auteur dramatique quand il a lancé Au théâtre ce soir ! (Suite de la page 144.) confrères spécialistes pour signaler au grand public que votre livre est bourré d'erreurs ! Ça alors, ils savent le faire très bien... Lui On ne fait pas de cadeaux chez vous... Miguel Les gens qui ne savent pas toujours faire des livres eux-mêmes savent très bien dénoncer les quelques erreurs des livres des autres... On ne se fait pas de cadeaux, comme vous dites, entre historiens, c'est bien connu... Je crois qu'il va falloir, d'ailleurs, démythifier un jour cet engouement pour l'Histoire. Parce que ce n'est plus supportable. Lui Mais les historiens sont les derniers à s'en plaindre ? Miquel Quels historiens ? Quels sont les gros tirages ? Ce sont souvent les soi-disants historiens... Car il y a des ventes extraordinaires et légitimes et des ventes extraordinaires et complètement illégitimes ! Lui Par exemple ? Miquel Je pense, par exemple, que le Philippe le Bel de Jean Favier est une vente extraordinaire que personne n'attendait. C'est un livre dont peu de média ont parlé parce que c'est un livre austère  : il a tout de même dépassé les cent mille exemplaires. Mais c'est vrai que Philippe le Bel est un personnage fascinant parce qu'il a volé les Templiers. C'est le premier roi fauxmonnayeur, ce qui plaît beaucoup dans le public... Tout de même, écrire un livre sur Philippe le Bel, c'était gonflé ! Il n'y en avait jamais eu avant ou presque. Donc, là, c'est une réussite complètement légitime qui prouve que les gens, finalement, aiment l'Histoire sérieuse, qu'ils n'aiment pas l'Histoire tagada-tagada. Mais il y a, en revanche, des livres qui se disent des livres d'Histoire et qui sont, en réalité, des sous-Alexandre Dumas pour roman-photo. Par exemple, l'histoire de...comment s'appellet-il déjà ? Ah oui, Gaston de Foix, Gaston Phoebus... Cela me paraît plus digne de France-Dimanche que de la 146 véritable Histoire. Je ne voudrais pas qu'on pense que c'est un ouvrage sérieux ! Lui D'accord, n'empêche que c'est une belle histoire à défaut d'en être... Mique) Il ne faut pas enjoliver l'Histoire. Si on est putain avec elle, ça n'intéresse pas plus les gens ! Mais cela ne veut pas dire qu'on est un historien au rabais quand on gomme, pour être plus lisible, tout ce qui est affaire de spécialistes. Lui Est-ce bon, à votre sens, qu'il y ait des monstres sacrés de l'Histoire comme Decaux et Castelot ? Miquel Monstres sacrés ? J'aurais plutôt pensé à Duby, à des gens comme cela. Decaux et Castelot ? Je crois d'abord que ce tandem est complètement illégitime parce que ce sont des personnages totalement différents. Il y en a un qui vous parle de la vie intime de Joséphine et puis un autre qui part en guerre contre la réforme de l'enseignement de l'Histoire en France, ce qui n'est vraiment pas du tout la même chose. Castelot est un historien avoué de la petite histoire. Il ne prétend pas à autre chose et pourquoi pas ? Cela tire un peu à l'Histoire de coeur mais c'est bien fait, joliment informé, à couleur quand même un peu académique. Castelot est quelqu'un en toute occasion de très convenable dans son Histoire de coeur. C'est vraiment le Delly de l'Histoire. Cela dit, que le public prenne Castelot pour le modèle de l'historien, je ne m'étonne pas. Après tout, on confondait bien Sabbagh avec un auteur dramatique lorsqu'il a lancé son émission Au théâtre ce soir... Et, après tout, on prend bien tel commentateur de journal télévisé pour un homme politique... Lui Et Alain Decaux ?... Miquel Decaux me paraît, au contraire, le modèle de quelqu'un qui conçoit l'Histoire comme une recherche, qui la livre au public avec une préoccupation dominante de clarté dans la communication. C'est un modèle, Decaux. Un réel, un prodigieux talent de commu- nication. Lui Finalement, l'historien est-il un homme dangereux pour le pouvoir politique ? Miguel Les pouvoirs politiques, en général, n'ont jamais beaucoup aimé l'Histoire. Tout simplement parce qu'ils sont en train de la faire  : mettezvous à leur place, est-ce que vous aimez votre confesseur ? Pas vraiment ! Alors, l'homme politique qui est en train de faire l'Histoire recherche l'historien parce que c'est une manière de prolonger son action dans le futur mais, en même temps, il le redoute parce qu'il se dit  : « Que vat-il bien raconter ? ». Cette méfiance vis-à-vis de l'historien est bien légitime chez les hommes de pouvoir. Et ils ont bien raison d'être prudents ! Car, en réalité, l'appréciation des actes du pouvoir est très souvent négligée, ou mal connue, des historiens. Donc déformée. Il est certain que si l'historien pouvait être plus au parfum, comme on dit vulgairement, des décisions des politiques, ce serait vraiment mieux pour la compréhension de l'Histoire ! D'un autre côté, si le politique mettait l'historien au parfum, il courrait des risques ! Parce que les décisions politiques prises au niveau le plus élevé obéissent quelquefois à des motivations qui sont loin d'être pures et quelquefois loin d'être explicables. Donc, on répand autour un halo de confusion et d'obscurité. A dessein. C'est bien difficile, ensuite, d'aller voir... D'ailleurs, à notre époque, c'est une bonne preuve, dès qu'un homme politique est démissionné, il fait aussitôt le désert il emporte tout, il vide ses tiroirs, il ne laisse rien. Ce ne sera vraiment pas facile pour les historiens, plus tard... Lui Dans l'Histoire, aujourd'hui, il y a beaucoup de charlatans ?.. Miquel Comme partout... Enormément de charlatans, ça, c'est sûr... (Propos recueillis au magnétophone par Paul Lefèvre.)
FEMMES SECTES LE LIVRE LE PL US CELEBRE D'HELMUT N Sa passion pour'les femmes conduit Helmut Newton à de somptueux horizons dans l'imagerie érotique Un album relié de 1) 2 pages en sente chez votre libraire Editions PHOTO/filipacchi MM.1111. 11.1111. =lm i am.'Je soussigné désire recevoir FEMMES SECRÈTES et je joins mon règlement - 129 F - sous forme de  : chèque bancaire ❑ chèque postal ❑ mandat lettre Nom Adresse  : Ville et code postal  : adresser l'ensemble à  : L.E.M. E.P.I. B.P. 254-08 - 75364 PARIS CEDEX 08 11 1.1 11 1=M MM IMINE 11.111.1 1.1111.1 1111.11 11.1 MIEN 11M UMM 11M 1111 i i i



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 194 mars 1980 Page 1Lui numéro 194 mars 1980 Page 2-3Lui numéro 194 mars 1980 Page 4-5Lui numéro 194 mars 1980 Page 6-7Lui numéro 194 mars 1980 Page 8-9Lui numéro 194 mars 1980 Page 10-11Lui numéro 194 mars 1980 Page 12-13Lui numéro 194 mars 1980 Page 14-15Lui numéro 194 mars 1980 Page 16-17Lui numéro 194 mars 1980 Page 18-19Lui numéro 194 mars 1980 Page 20-21Lui numéro 194 mars 1980 Page 22-23Lui numéro 194 mars 1980 Page 24-25Lui numéro 194 mars 1980 Page 26-27Lui numéro 194 mars 1980 Page 28-29Lui numéro 194 mars 1980 Page 30-31Lui numéro 194 mars 1980 Page 32-33Lui numéro 194 mars 1980 Page 34-35Lui numéro 194 mars 1980 Page 36-37Lui numéro 194 mars 1980 Page 38-39Lui numéro 194 mars 1980 Page 40-41Lui numéro 194 mars 1980 Page 42-43Lui numéro 194 mars 1980 Page 44-45Lui numéro 194 mars 1980 Page 46-47Lui numéro 194 mars 1980 Page 48-49Lui numéro 194 mars 1980 Page 50-51Lui numéro 194 mars 1980 Page 52-53Lui numéro 194 mars 1980 Page 54-55Lui numéro 194 mars 1980 Page 56-57Lui numéro 194 mars 1980 Page 58-59Lui numéro 194 mars 1980 Page 60-61Lui numéro 194 mars 1980 Page 62-63Lui numéro 194 mars 1980 Page 64-65Lui numéro 194 mars 1980 Page 66-67Lui numéro 194 mars 1980 Page 68-69Lui numéro 194 mars 1980 Page 70-71Lui numéro 194 mars 1980 Page 72-73Lui numéro 194 mars 1980 Page 74-75Lui numéro 194 mars 1980 Page 76-77Lui numéro 194 mars 1980 Page 78-79Lui numéro 194 mars 1980 Page 80-81Lui numéro 194 mars 1980 Page 82-83Lui numéro 194 mars 1980 Page 84-85Lui numéro 194 mars 1980 Page 86-87Lui numéro 194 mars 1980 Page 88-89Lui numéro 194 mars 1980 Page 90-91Lui numéro 194 mars 1980 Page 92-93Lui numéro 194 mars 1980 Page 94-95Lui numéro 194 mars 1980 Page 96-97Lui numéro 194 mars 1980 Page 98-99Lui numéro 194 mars 1980 Page 100-101Lui numéro 194 mars 1980 Page 102-103Lui numéro 194 mars 1980 Page 104-105Lui numéro 194 mars 1980 Page 106-107Lui numéro 194 mars 1980 Page 108-109Lui numéro 194 mars 1980 Page 110-111Lui numéro 194 mars 1980 Page 112-113Lui numéro 194 mars 1980 Page 114-115Lui numéro 194 mars 1980 Page 116-117Lui numéro 194 mars 1980 Page 118-119Lui numéro 194 mars 1980 Page 120-121Lui numéro 194 mars 1980 Page 122-123Lui numéro 194 mars 1980 Page 124-125Lui numéro 194 mars 1980 Page 126-127Lui numéro 194 mars 1980 Page 128-129Lui numéro 194 mars 1980 Page 130-131Lui numéro 194 mars 1980 Page 132-133Lui numéro 194 mars 1980 Page 134-135Lui numéro 194 mars 1980 Page 136-137Lui numéro 194 mars 1980 Page 138-139Lui numéro 194 mars 1980 Page 140-141Lui numéro 194 mars 1980 Page 142-143Lui numéro 194 mars 1980 Page 144-145Lui numéro 194 mars 1980 Page 146-147Lui numéro 194 mars 1980 Page 148-149Lui numéro 194 mars 1980 Page 150-151Lui numéro 194 mars 1980 Page 152-153Lui numéro 194 mars 1980 Page 154