Lui n°194 mars 1980
Lui n°194 mars 1980
  • Prix facial : 7 F

  • Parution : n°194 de mars 1980

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 154

  • Taille du fichier PDF : 141 Mo

  • Dans ce numéro : Californie, opérations anti vol.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 140 - 141  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
140 141
Dudley Moore Pierre de Bonneville/Michel Orlandini Patrick Frey DUDLEY MOORE Pour la presse hollywoodienne, c'est la révélation de l'année  : le film « Elle » a fait de lui une star à un million de dollars et on parle de lui pour le prochain Oscar ! Et pourtant, ça fait... vingt ans que Dudley Moore est célèbre, en Angleterre. Mais il a suffi d'un film que les Français sont en train de découvrir, en même temps que la somptueuse Bo Derek pour que le grand public du monde entier s'aperçoive de l'existence de ce merveilleux acteur-auteur-musiciencompositeur. Parce que en plus, ses activités ne s'arrêtent pas au cinéma ! Il a une immense culture musicale (« pour séduire les femmes », avoue-t-il 140 en riant)... A quatorze ans, il maîtrisait déjà piano, orgue et violon, il est diplômé d'Oxford en histoire de la musique, il est devenu un bon musicien de jazz les albums du Dudley Moore trio le confirment et il écrit de nombreuses musiques de films et d'émissions de télé. Sa première prestation sur scène date du temps où il était... enfant de choeur ! Au lycée, il déclenchait les fous rires et a continué  : mais dans les cafés-théâtres et les cabarets, à Londres comme à New York. Avec son complice Peter Cook, il débute en 1965 Not only... but also, une des plus fameuses émissions de la Bbc, qui fait crouler de rire les familles anglaises. Et il est à Broadway comme chez lui  : il y a joué un an Play it again, Sam, qu'il a adapté de Woody Allen. Le cinéma ne pouvait pas rater ce phénomène  : il séduit Stanley Donen (Fantasmes), a un rôle délirant dans Drôle d'embrouille ; mais c'est Blake Edwards qui le fait « éclater » dans Elle. Et il n'en est encore qu'à ses débuts... De star ! PIERRE DE BONNEVILLE/MICHEL ORLANDINI C'est pour ne plus porter le nom des autres qu'ils sont partis ensemble s'intaller sous leur propre label  : De Bonneville Orlandini. Un duo bien rodé par quelques années de campagnes communes  : Pierre de Bonneville, le rédacteur, et Michel Orlandini, le directeur artistique, ont eu ensemble beaucoup de beaux budgets ! Et se sont installés dans leurs mkirs, le le` janvier 1976, pour en avoir d'autres... Leur spécialité ? La création, en toute simplicité. Dans l'édition, la mode (avec le Forum des Halles, les boutiques du Claridge, Weill), la distribution (avec SuperM, Nuggets « Le Supertramp à trente balles, on en a vendu dix mille en une semaine  : c'est notre idée », Club Espace, un nouveau touropérator qui vend sur vidéo, et, autre innovation, Casse-Center, un ferrailleur qui ouvre une grande surface de pièces détachées en tout genre)... Plus un secteur industrie, avec Trailor, Via, Potain... C'est chez Quadrant qu'ils se sont rencontrés, après diverses collaborations, et ont décidé de rester ensemble pour le meilleur bien sûr. Ils ont la trentaine ambitieuse  : avec leurs vingt-deux clients et leurs vingt collaborateurs, ils ont vite choisi de se donner les moyens d'une grosse agence. Comment ? Ils se sont liés, depuis quelques mois, à Publicis  : une association fructueuse entre ces marginaux et « l'institution » du métier. Qui leur donne accès à un réseau international et aux services centraux de Publicis. Un mariage qui risque de donner des idées à d'autres... PATRICK FREY « Etre un fils à papa ? C'est facile. L'important, c'est de faire ses preuves ! » Pour Patrick Frey, si les tissus Pierre Frey existent depuis 1935, avec leur image de produit de luxe, ce n'est pas par hasard. C'est un acquis qu'il n'a pas renié en reprenant la maison familiale  : mais sa formation à l'américaine lui a fait rajeunir l'équipe (il a luimême trente-deux ans) cent trentecinq personnes et deux sociétés, Pierre Frey et Patifet, développer le commercial et l'export (37% de ses soixante millions lourds de chiffre). Et puis, surtout, il a dépoussiéré le tout en donnant une « image » actuelle (« Surtout pas à la mode ! » protestet-il), en créant des collections spéciales pour les enfants, et en diversifiant le produit. En plus de ces trois mille cinq cents variantes de tissu, il a ajouté un département papiers peints, peintures, carreaux de faïence... « Je veux que quelqu'un qui ait un problème de déco, quel qu'il soit, vienne chez nous », dit-il. Les tissus, il les crée soit d'après des documents anciens, puisque tout ce qui a plus de cinquante ans tombe dans le domaine public, et que les musées sont des mines inépuisables, soit en achetant des motifs à des dessinateurs, soit en faisant exécuter (« Je ne sais pas tenir un crayon ! » avoue-t-il) ses propres idées... Résultat  : il ouvre un deuxième show-room à Paris, pour les pros, et on « le » trouve dans huit mille points de vente. Une manière de faire bouger un peu les Français. Qui, d'après une étude récente, changent de décor... tous les vingt ans ! Josette Milgram.
tort agrandissement simplifié des particules de la couche magnétique d'une cassette TDK. du 1 e spécial e 1 A par ut laTD vr il chez pack de DC 90 cassettes revendeur Ri-Pi. TDK, le virus de la Hi-Fi Faut-il un microscope pour bien choisir ses cassettes haute-fidélité ? Non, bien sûr, mais cet agrandissement permet de mieux comprendre ce qu'est la fameuse qualité TDK. La couche magnétique de toute bande se compose de particules. Mais seules des particules comme celles des cassettes TDK, lisses, sans trous ni branches, ayant un bon rapport longueur-largeur, assurent à la bande magnétique une meilleure homogénéité et donc des performances meilleures. C'est important. Car la haute-fidélité est exigeante  : dans une chaîne Hi-Fi - digne de ce nom - tout doit être Hi-Fi. Les cassettes aussi. TDK, spécialiste depuis 25 ans de la bande magnétique ne conçoit et ne produit que des cassettes Hi-Fi hautes performances. La fameuse qualité TDK sert d'étalon à de nombreux constructeurs de magnétophones à cassettes Hi-Fi. Véritable petit appareil haute-fidélité, une cassette TDK s'impose par l'homogénéité de sa couche magnétique, le mécanisme sûr et précis de son boîtier et par ses performances, que TDK ne cesse d'améliorer. Parce que chez TDK, on a le virus de la Hi-Fi. Dans la gamme, vous trouverez les cassettes Hi-Fi hautes performances correspondant à vos besoins. TDK est importé exclusivement en France par la Compagnie Electro-Son, 45/47 rue Croulebarbe, 75013 Paris. En Belgique par Matelectric S.P.R.I., bd Leopold II Laan, 199, 1080 Bruxelles. En Suisse par Sacom S.A., Postfach 218, CH 2510 Biel. Suisse. Cassettes Hi-Fi, hautes performances TDK Electronics CO, LTD 13-I, Nihonbashi 1-chome, Chuo-ku. Tokyo 103, Japan. UMM UMM 110 MM. OMM =NO =ENI OMO Notre documentation complète vous sera retournée gracieu- Bon à découper et à retourner à TDK, sement sur simple demande de votre part. Compagnie Electro-Son, 45/47 rue Croulebarbe 75013 Paris. Nom Adresse Code postal LU



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 194 mars 1980 Page 1Lui numéro 194 mars 1980 Page 2-3Lui numéro 194 mars 1980 Page 4-5Lui numéro 194 mars 1980 Page 6-7Lui numéro 194 mars 1980 Page 8-9Lui numéro 194 mars 1980 Page 10-11Lui numéro 194 mars 1980 Page 12-13Lui numéro 194 mars 1980 Page 14-15Lui numéro 194 mars 1980 Page 16-17Lui numéro 194 mars 1980 Page 18-19Lui numéro 194 mars 1980 Page 20-21Lui numéro 194 mars 1980 Page 22-23Lui numéro 194 mars 1980 Page 24-25Lui numéro 194 mars 1980 Page 26-27Lui numéro 194 mars 1980 Page 28-29Lui numéro 194 mars 1980 Page 30-31Lui numéro 194 mars 1980 Page 32-33Lui numéro 194 mars 1980 Page 34-35Lui numéro 194 mars 1980 Page 36-37Lui numéro 194 mars 1980 Page 38-39Lui numéro 194 mars 1980 Page 40-41Lui numéro 194 mars 1980 Page 42-43Lui numéro 194 mars 1980 Page 44-45Lui numéro 194 mars 1980 Page 46-47Lui numéro 194 mars 1980 Page 48-49Lui numéro 194 mars 1980 Page 50-51Lui numéro 194 mars 1980 Page 52-53Lui numéro 194 mars 1980 Page 54-55Lui numéro 194 mars 1980 Page 56-57Lui numéro 194 mars 1980 Page 58-59Lui numéro 194 mars 1980 Page 60-61Lui numéro 194 mars 1980 Page 62-63Lui numéro 194 mars 1980 Page 64-65Lui numéro 194 mars 1980 Page 66-67Lui numéro 194 mars 1980 Page 68-69Lui numéro 194 mars 1980 Page 70-71Lui numéro 194 mars 1980 Page 72-73Lui numéro 194 mars 1980 Page 74-75Lui numéro 194 mars 1980 Page 76-77Lui numéro 194 mars 1980 Page 78-79Lui numéro 194 mars 1980 Page 80-81Lui numéro 194 mars 1980 Page 82-83Lui numéro 194 mars 1980 Page 84-85Lui numéro 194 mars 1980 Page 86-87Lui numéro 194 mars 1980 Page 88-89Lui numéro 194 mars 1980 Page 90-91Lui numéro 194 mars 1980 Page 92-93Lui numéro 194 mars 1980 Page 94-95Lui numéro 194 mars 1980 Page 96-97Lui numéro 194 mars 1980 Page 98-99Lui numéro 194 mars 1980 Page 100-101Lui numéro 194 mars 1980 Page 102-103Lui numéro 194 mars 1980 Page 104-105Lui numéro 194 mars 1980 Page 106-107Lui numéro 194 mars 1980 Page 108-109Lui numéro 194 mars 1980 Page 110-111Lui numéro 194 mars 1980 Page 112-113Lui numéro 194 mars 1980 Page 114-115Lui numéro 194 mars 1980 Page 116-117Lui numéro 194 mars 1980 Page 118-119Lui numéro 194 mars 1980 Page 120-121Lui numéro 194 mars 1980 Page 122-123Lui numéro 194 mars 1980 Page 124-125Lui numéro 194 mars 1980 Page 126-127Lui numéro 194 mars 1980 Page 128-129Lui numéro 194 mars 1980 Page 130-131Lui numéro 194 mars 1980 Page 132-133Lui numéro 194 mars 1980 Page 134-135Lui numéro 194 mars 1980 Page 136-137Lui numéro 194 mars 1980 Page 138-139Lui numéro 194 mars 1980 Page 140-141Lui numéro 194 mars 1980 Page 142-143Lui numéro 194 mars 1980 Page 144-145Lui numéro 194 mars 1980 Page 146-147Lui numéro 194 mars 1980 Page 148-149Lui numéro 194 mars 1980 Page 150-151Lui numéro 194 mars 1980 Page 152-153Lui numéro 194 mars 1980 Page 154