Lui n°190 novembre 1979
Lui n°190 novembre 1979
  • Prix facial : 7 F

  • Parution : n°190 de novembre 1979

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 222

  • Taille du fichier PDF : 200 Mo

  • Dans ce numéro : les neuf plus belles filles de Lui.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 146 - 147  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
146 147
LES ILLUMINES DU RAYON VERT Jorge a été trouvé mort ce matin dans la montagne. Un coup de couteau... Certains disent que, la veille, il avait trouvé une belle pierre. (Suite de la page 136.) est en danger de mort  : il doit la vendre le plus tôt possible aux esmeralderos. Ou la cacher  : en la gardant dans sa bouche, par exemple, pour la vendre à un taux plus élevé à un moment plus opportun. Obtenir quatre mille pesos (cinq cents francs) pour une émeraude serait déjà le début de la fortune pour ces marginaux et cela excite les convoitises. Jorge a été trouvé mort ce matin dans la montagne. Un coup de couteau. Certains disent que, la veille, il avait trouvé une belle pierre. En tout cas, sur lui il n'avait rien. Outre ses compagnons, le guaquero doit faire face à d'autres dangers, inhérents, d'abord, à... ses conditions de travail. La recherche se fait soit dans l'eau boueuse des fleuves, et là il n'y a pas de problème, soit dans les galeries souterraines qu'ils creusent au flanc de la montagne. Certaines atteignent des longueurs de soixante-dix mètres. Le guaquero s'y enfonce au plus profond, y recueille de la terre dans de grands sacs qu'il ramène à l'air libre. Cette terre est ensuite lavée dans l'eau du fleuve le plus proche puis triée. Rudimentaires, les tunnels s'effondrent parfois... Alba a ainsi perdu ses deux fils la même année. La vie d'un guaquero, c'est le risque en gros plan. Certains ont préféré, après quelques années, se reconvertir et ouvrir des boutiques de vêtements, d'outils, et bien sûr de bière et d'aguardiente. Ces boutiques délabrées, qui ont plutôt l'air de cabanes, jalonnent la route qui longe le Rio Minero et lui donnent un aspect à la fois pittoresque et étrange. Elles permettent aux guaqueros de vivre en autarcie et leur évitent'd'aller au village, où si les esmeralderos et leur argent sont bien reçus —, on n'aime pas trop les voir, eux. Dans chaque village de la région, dès huit heures du soir, tout est bouclé  : les boutiques et les bars. Car rien de plus dangereux qu'un bar le soir  : les cerveaux sont imbibés par l'alcool et l'on dégaine un peu trop rapidement. Pour plus de sécurité, à Muzo, les 144 autorités ont d'ailleurs interdit le port d'armes, et même celui de la ruana, ce grand poncho de laine, parfait pour dissimuler une arme... Mais dans les autres villages, comme Coscues, chacun porte le revolver à la ceinture, du plus antique pétard de la Guerre de Sécession au dernier-né des automatiques. Etre guaquero, c'est regarder le danger au fond des yeux. Etre esmeraldo aussi. Avec cette différence qu'un esmeraldo, lui, gagne beaucoup d'argent peut-être un million de pesos par an. Daniel et ses amis travaillent entre eux et achètent des pierres de valeur moyenne. Les pierres de très grand prix sont achetées par des esmeralderos travaillant pour un gros patron. PedroFelipe dirige un de ces gangs. Il se rend chaque semaine aux Etats- Unis afin de négocier lui-même les pierres achetées. Même qu'il vient toujours chercher son billet escorté de six gardes du corps ! Les deux qui viennent avec lui jusqu'au premier étage de l'agence. Les deux autres, qui montent la garde au rez-de-chaussée. Les deux derniers qui restent près de la voiture... Expérience oblige  : en décembre 1978, en plein Bogota, Horocio Martinez, patron d'un autre gang, s'est fait descendre à coups de flingue. Car, si les esmeralderos comme Daniel manient des petites sommes, PedroFelipe et d'autres, c'est nettement le calibre au-dessus  : ils sont à la tête de véritables gangs et brassent des dizaines de briques. Ce n'est un secret pour personne  : ils étendent même leur activité à d'autres secteurs comme le trafic de drogue. Guaqueros et esmeralderos ont une vie bourrée de dangers... Et pourtant, ils en redemandent. Pour l'amour de la pierre verte et scintillante. Pour l'émeraude. Parce que la Colombie est le seul pays où l'on trouve encore de belles émeraudes... Il y en a bien aussi en Afrique du Sud et en Inde, mais très peu et de qualité médiocre. Dans cette région des Andes, les premières émeraudes ont été découvertes par les Indiens Chibchas avant même l'arrivée des conquistadores. Attirés par la perspective de cette immense richesse, les Espagnols partirent à la recherche des mines  : la première (celle de Cheevor) fut découverte et exploitée en 1537. C'est d'ailleurs de cette époque que datent les plus beaux objets d'art réalisés avec des émeraudes, par exemple cet extraordinaire ostensoir en or orné de... mille quatre cent quatre vingt-cinq émeraudes magnifiques, que l'on ne peut admirer que les jours des grandes fêtes religieuses à l'église San Ignace de Bogota... Un autre objet sacré demeure un des plus beaux joyaux jamais réalisés  : une couronne de la Vierge Marie, dite Vierge des Andes, ornée de quatre cent cinquante-trois émeraudes d'une pureté exceptionnelle, réalisée en 1593 à Popayan, la capitale religieuse de la Colombie. Elle est aujourd'hui exposée au Smithsonian Institute de Washington. La région fut très rapidement investie par de nombreux chercheurs, armés de pelles et de pics, attirés par cet Eldorado à ciel ouvert. Des acheteurs ne tardèrent pas à les suivre, en comprenant le gros profit qu'ils pouvaient tirer de l'analphabétisme des chercheurs, qui d'ailleurs, ne demandaient pas mieux que de pouvoir leur vendre les pierres aussitôt qu'ils les avaient trouvées, sans réaliser qu'ils se faisaient copieusement arnaquer. Au fil des années, la hiérarchie entre guaqueros et esmeralderos s'installa tacitement. C'est en 1973, seulement, que les forces armées colombiennes occupèrent les mines de Muzo, Coscues, Penas Blancs, et Cheevor. En effet, selon la loi, tous les produits du soussol appartiennent à l'Etat. Le gouvernement venait juste de se rendre compte qu'il pouvait retirer des profits fabuleux des émeraudes. Dans chacun de ces sites, une mine fut installée, le plus officiellement du monde. Mais ça ne changea stricte- (Suite page 204.)
111 (, I i i t (igi4/(i TT'r.411110010.11,.-, *'ff 4 i I. 4 1 I 4, f/'t e r r f -,'/,/,//,/111 i t'If. ; K ! 1/, f'., f ffr i t I, (1,f, (ç, r r t (‘ 11(, f r t (I. tt, i i tt If, k (t t r r'I-.'f 1 f il I iit4itit. I.,i,11 ed v  : t it t i(, t k 14t, fi (t ('if a l'`‘ f 1 4 ((4... 44.4 (iii 4 (i//,‘ lf. (4. 145



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 190 novembre 1979 Page 1Lui numéro 190 novembre 1979 Page 2-3Lui numéro 190 novembre 1979 Page 4-5Lui numéro 190 novembre 1979 Page 6-7Lui numéro 190 novembre 1979 Page 8-9Lui numéro 190 novembre 1979 Page 10-11Lui numéro 190 novembre 1979 Page 12-13Lui numéro 190 novembre 1979 Page 14-15Lui numéro 190 novembre 1979 Page 16-17Lui numéro 190 novembre 1979 Page 18-19Lui numéro 190 novembre 1979 Page 20-21Lui numéro 190 novembre 1979 Page 22-23Lui numéro 190 novembre 1979 Page 24-25Lui numéro 190 novembre 1979 Page 26-27Lui numéro 190 novembre 1979 Page 28-29Lui numéro 190 novembre 1979 Page 30-31Lui numéro 190 novembre 1979 Page 32-33Lui numéro 190 novembre 1979 Page 34-35Lui numéro 190 novembre 1979 Page 36-37Lui numéro 190 novembre 1979 Page 38-39Lui numéro 190 novembre 1979 Page 40-41Lui numéro 190 novembre 1979 Page 42-43Lui numéro 190 novembre 1979 Page 44-45Lui numéro 190 novembre 1979 Page 46-47Lui numéro 190 novembre 1979 Page 48-49Lui numéro 190 novembre 1979 Page 50-51Lui numéro 190 novembre 1979 Page 52-53Lui numéro 190 novembre 1979 Page 54-55Lui numéro 190 novembre 1979 Page 56-57Lui numéro 190 novembre 1979 Page 58-59Lui numéro 190 novembre 1979 Page 60-61Lui numéro 190 novembre 1979 Page 62-63Lui numéro 190 novembre 1979 Page 64-65Lui numéro 190 novembre 1979 Page 66-67Lui numéro 190 novembre 1979 Page 68-69Lui numéro 190 novembre 1979 Page 70-71Lui numéro 190 novembre 1979 Page 72-73Lui numéro 190 novembre 1979 Page 74-75Lui numéro 190 novembre 1979 Page 76-77Lui numéro 190 novembre 1979 Page 78-79Lui numéro 190 novembre 1979 Page 80-81Lui numéro 190 novembre 1979 Page 82-83Lui numéro 190 novembre 1979 Page 84-85Lui numéro 190 novembre 1979 Page 86-87Lui numéro 190 novembre 1979 Page 88-89Lui numéro 190 novembre 1979 Page 90-91Lui numéro 190 novembre 1979 Page 92-93Lui numéro 190 novembre 1979 Page 94-95Lui numéro 190 novembre 1979 Page 96-97Lui numéro 190 novembre 1979 Page 98-99Lui numéro 190 novembre 1979 Page 100-101Lui numéro 190 novembre 1979 Page 102-103Lui numéro 190 novembre 1979 Page 104-105Lui numéro 190 novembre 1979 Page 106-107Lui numéro 190 novembre 1979 Page 108-109Lui numéro 190 novembre 1979 Page 110-111Lui numéro 190 novembre 1979 Page 112-113Lui numéro 190 novembre 1979 Page 114-115Lui numéro 190 novembre 1979 Page 116-117Lui numéro 190 novembre 1979 Page 118-119Lui numéro 190 novembre 1979 Page 120-121Lui numéro 190 novembre 1979 Page 122-123Lui numéro 190 novembre 1979 Page 124-125Lui numéro 190 novembre 1979 Page 126-127Lui numéro 190 novembre 1979 Page 128-129Lui numéro 190 novembre 1979 Page 130-131Lui numéro 190 novembre 1979 Page 132-133Lui numéro 190 novembre 1979 Page 134-135Lui numéro 190 novembre 1979 Page 136-137Lui numéro 190 novembre 1979 Page 138-139Lui numéro 190 novembre 1979 Page 140-141Lui numéro 190 novembre 1979 Page 142-143Lui numéro 190 novembre 1979 Page 144-145Lui numéro 190 novembre 1979 Page 146-147Lui numéro 190 novembre 1979 Page 148-149Lui numéro 190 novembre 1979 Page 150-151Lui numéro 190 novembre 1979 Page 152-153Lui numéro 190 novembre 1979 Page 154-155Lui numéro 190 novembre 1979 Page 156-157Lui numéro 190 novembre 1979 Page 158-159Lui numéro 190 novembre 1979 Page 160-161Lui numéro 190 novembre 1979 Page 162-163Lui numéro 190 novembre 1979 Page 164-165Lui numéro 190 novembre 1979 Page 166-167Lui numéro 190 novembre 1979 Page 168-169Lui numéro 190 novembre 1979 Page 170-171Lui numéro 190 novembre 1979 Page 172-173Lui numéro 190 novembre 1979 Page 174-175Lui numéro 190 novembre 1979 Page 176-177Lui numéro 190 novembre 1979 Page 178-179Lui numéro 190 novembre 1979 Page 180-181Lui numéro 190 novembre 1979 Page 182-183Lui numéro 190 novembre 1979 Page 184-185Lui numéro 190 novembre 1979 Page 186-187Lui numéro 190 novembre 1979 Page 188-189Lui numéro 190 novembre 1979 Page 190-191Lui numéro 190 novembre 1979 Page 192-193Lui numéro 190 novembre 1979 Page 194-195Lui numéro 190 novembre 1979 Page 196-197Lui numéro 190 novembre 1979 Page 198-199Lui numéro 190 novembre 1979 Page 200-201Lui numéro 190 novembre 1979 Page 202-203Lui numéro 190 novembre 1979 Page 204-205Lui numéro 190 novembre 1979 Page 206-207Lui numéro 190 novembre 1979 Page 208-209Lui numéro 190 novembre 1979 Page 210-211Lui numéro 190 novembre 1979 Page 212-213Lui numéro 190 novembre 1979 Page 214-215Lui numéro 190 novembre 1979 Page 216-217Lui numéro 190 novembre 1979 Page 218-219Lui numéro 190 novembre 1979 Page 220-221Lui numéro 190 novembre 1979 Page 222