Lui n°189 octobre 1979
Lui n°189 octobre 1979
  • Prix facial : 7 F

  • Parution : n°189 de octobre 1979

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 226

  • Taille du fichier PDF : 271 Mo

  • Dans ce numéro : la fabuleuse Laura.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 152 - 153  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
152 153
AGENT SPATIAL 007 Dans Goldfinger, il avait reconstitué l'intérieur de Fort Knox, la réserve fédérale bourrée de lingots, dont l'accès est rigoureusement interdit à qui que ce soit... animations me paraissent pâles et combien je souhaite pouvoir utiliser, dans mes explications, telle séquence de navette spatiale attaquant la station orbitale de Drax (le savant fou) ou telle autre montrant James Bond poursuivant un satellite meurtrier. La science a besoin de spectacle pour être comprise et assimilée. Moonraker est là pour le prouver. En plus de Roger Moore et Lois Chiles, James Bond et sa « girl », un être tient un grand rôle dans ce film. Fait d'acier inoxydable, de plexiglas et de chrome, dessiné par le plus ingénieux des responsables des effets visuels du cinéma moderne, Ken Adam, cet être est une station spatiale gigantesque, habitée par Hugo Drax, le « vilain mégalomane », et ses sinistres légions qui veulent repeupler la Terre. A la fin de l'année dernière, cette station était entièrement reconstituée dans les studios d'Epinay, au nord de Paris. Ken Adam me l'a présentée pendant un épisode de Moonraker où James Bond, avec sa compagne, ellemême espionne de laC.i.a., tente tout simplement de conquérir cette station en luttant contre des centaines de Draxistes. De tous côtés, des acteurs en scaphandre spatial couraient en brandissant des pistolets-laser pendant que des explosions se produisaient un peu partout. En revoyant la même scène au cours du film, je me suis aperçu que le truquage au cinéma est devenu quelque chose d'énorme, un art où les techniques les plus modernes de la science sont largement utilisées. Bien sûr, je reconnaissais l'immense station spatiale, je reconnaissais les personnages, les costumes, les pistolets. Mais l'effet était totalement différent. D'habiles manipulateurs de pellicule avaient, entre le tournage et le film, rajouté la dimension « espace infini sur fond d'étoiles », la dimension « guerre sans merci à coup de rayons lasers colorés », « apocalypse en tout genre », « enfer sur mesure », grâce à une machine pilotée par ordinateur capable 152 de changer un fond de studio en un fond de galaxies, de rajouter image par image le coup tiré par le pistolet-laser, de simuler jusqu'à la moindre étincelle de l'explosion terrifiante d'un vaisseau cosmique. Au moins ici, l'ingéniosité des techniciens sert à faire rêver les hommes. Mais reprenons la genèse de Moonraker, ce film de James Bond auquel il sera difficile de succéder. Le personnage le plus important d'un film de Bond est celui qui peut transformer le contenu d'un livre, fut-il de Ian Fleming, en cette féerie permanente capable, pendant deux heures, de faire oublier au spectateur qu'il n'est que lui-même, assis dans un fauteuil, pas toujours confortable, d'une salle de cinéma. Pour moi, ce personnage n'est pas forcément le metteur en scène. D'ailleurs, connaissez-vous Lewis Gilbert ? Il a déjà réalisé trois James Bond (Moonraker, On ne vit que deux fois et L'espion qui m'aimait). Ce n'est pas le producteur et, en ce qui me concerne, ce ne sont pas les acteurs, encore que je reverrai avec un immense plaisir la délicieuse Lois Chiles. Pour moi, Moonraker est une réussite parce que Ken Adam, improprement baptisé chef décorateur dans le générique français citant les artisans du film, a choisi les lieux, dessiné les maquettes, fait vivre ses aspirations devant les scénaristes (qui ont corrigé leurs manuscrits après avoir vu les décors), imaginé les situations des personnages, bref tout simplement composé le film. Au début de la série des James Bond, quand Albert Broccoli a racheté les droits des livres de Ian Fleming, les cinéastes suivaient quasiment pas à pas les idées de l'écrivain. Aujourd'hui, ce n'est plus vrai, même s'il existe une référence à un livre précis. Ken Adam passe une partie importante de son temps de préparation à visiter des endroits où peu de gens sont allés et où le producteur de films normaux ne va pas. Une fois un lieu repéré et jugé intéressant, Ken cherche quel genre d'action y placer. Au besoin, il ima- gine une séquence sur mesure pour cadrer parfaitement avec l'endroit choisi. Quand il s'agit de reconstituer un décor, le principal souci de Ken Adam est de « faire vrai », même s'il doit complètement l'imaginer jusqu'aux moindres détails. Ainsi, dans un autre James Bond Goldfinger il a reconstitué l'intérieur de Fort Knox, réserve fédérale du gouvernement américain, bourré de milliers de lingots d'or et dont l'accès est rigoureusement interdit à qui que ce soit, y compris aux députés des U.s. a. ! Bien sûr, Ken Adam n'a jamais pu pénétrer dans Fort Knox mais il s'est dit  : « Comment les spectateurs peuvent-ils imaginer un tel endroit ? Qu'attendent-ils de voir lorsque l'on parle de réserves d'or ? » Après consultations et réflexions, il a dessiné ce qui lui paraissait à la fois le plus conforme à la réalité et le plus attendu par le public. Le résultat dépassa toutes les espérances. Pour la station spatiale de Drax dans le film Moonraker, l'approche est semblable. Il n'existe pas, pour l'instant du moins et autant que je le sache, une telle station géante orbitant autour de la planète Terre. Mais des savants s'en occupent déjà et ont réalisé de nombreux dessins. J'en utilise d'ailleurs quelques-uns parmi les meilleurs et les plus probables dans mon livre Demain tous astronautes. Alors, Ken Adam est parti visiter les centres Nasa en Californie et à Houston au Texas. (« Allô Houston, ici la Lune », vous vous souvenez ? C'était il y a dix ans déjà). A Huntsville, en Alabama, il a découvert un spécialiste nommé Harry Lange, ancien assistant de Werner Von Braun, l'homme du premier satellite américain et de la fusée lunaire Saturn V. Huntsville est le lieu où actuellement les savants et les techniciens de la Nasa sont en train de construire des morceaux de stations spatiales géantes telles que pourront bientôt les réaliser en orbite les équipages de la Navette. Comme ils ne peuvent pas éliminer (Suite page 176.)
153



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 189 octobre 1979 Page 1Lui numéro 189 octobre 1979 Page 2-3Lui numéro 189 octobre 1979 Page 4-5Lui numéro 189 octobre 1979 Page 6-7Lui numéro 189 octobre 1979 Page 8-9Lui numéro 189 octobre 1979 Page 10-11Lui numéro 189 octobre 1979 Page 12-13Lui numéro 189 octobre 1979 Page 14-15Lui numéro 189 octobre 1979 Page 16-17Lui numéro 189 octobre 1979 Page 18-19Lui numéro 189 octobre 1979 Page 20-21Lui numéro 189 octobre 1979 Page 22-23Lui numéro 189 octobre 1979 Page 24-25Lui numéro 189 octobre 1979 Page 26-27Lui numéro 189 octobre 1979 Page 28-29Lui numéro 189 octobre 1979 Page 30-31Lui numéro 189 octobre 1979 Page 32-33Lui numéro 189 octobre 1979 Page 34-35Lui numéro 189 octobre 1979 Page 36-37Lui numéro 189 octobre 1979 Page 38-39Lui numéro 189 octobre 1979 Page 40-41Lui numéro 189 octobre 1979 Page 42-43Lui numéro 189 octobre 1979 Page 44-45Lui numéro 189 octobre 1979 Page 46-47Lui numéro 189 octobre 1979 Page 48-49Lui numéro 189 octobre 1979 Page 50-51Lui numéro 189 octobre 1979 Page 52-53Lui numéro 189 octobre 1979 Page 54-55Lui numéro 189 octobre 1979 Page 56-57Lui numéro 189 octobre 1979 Page 58-59Lui numéro 189 octobre 1979 Page 60-61Lui numéro 189 octobre 1979 Page 62-63Lui numéro 189 octobre 1979 Page 64-65Lui numéro 189 octobre 1979 Page 66-67Lui numéro 189 octobre 1979 Page 68-69Lui numéro 189 octobre 1979 Page 70-71Lui numéro 189 octobre 1979 Page 72-73Lui numéro 189 octobre 1979 Page 74-75Lui numéro 189 octobre 1979 Page 76-77Lui numéro 189 octobre 1979 Page 78-79Lui numéro 189 octobre 1979 Page 80-81Lui numéro 189 octobre 1979 Page 82-83Lui numéro 189 octobre 1979 Page 84-85Lui numéro 189 octobre 1979 Page 86-87Lui numéro 189 octobre 1979 Page 88-89Lui numéro 189 octobre 1979 Page 90-91Lui numéro 189 octobre 1979 Page 92-93Lui numéro 189 octobre 1979 Page 94-95Lui numéro 189 octobre 1979 Page 96-97Lui numéro 189 octobre 1979 Page 98-99Lui numéro 189 octobre 1979 Page 100-101Lui numéro 189 octobre 1979 Page 102-103Lui numéro 189 octobre 1979 Page 104-105Lui numéro 189 octobre 1979 Page 106-107Lui numéro 189 octobre 1979 Page 108-109Lui numéro 189 octobre 1979 Page 110-111Lui numéro 189 octobre 1979 Page 112-113Lui numéro 189 octobre 1979 Page 114-115Lui numéro 189 octobre 1979 Page 116-117Lui numéro 189 octobre 1979 Page 118-119Lui numéro 189 octobre 1979 Page 120-121Lui numéro 189 octobre 1979 Page 122-123Lui numéro 189 octobre 1979 Page 124-125Lui numéro 189 octobre 1979 Page 126-127Lui numéro 189 octobre 1979 Page 128-129Lui numéro 189 octobre 1979 Page 130-131Lui numéro 189 octobre 1979 Page 132-133Lui numéro 189 octobre 1979 Page 134-135Lui numéro 189 octobre 1979 Page 136-137Lui numéro 189 octobre 1979 Page 138-139Lui numéro 189 octobre 1979 Page 140-141Lui numéro 189 octobre 1979 Page 142-143Lui numéro 189 octobre 1979 Page 144-145Lui numéro 189 octobre 1979 Page 146-147Lui numéro 189 octobre 1979 Page 148-149Lui numéro 189 octobre 1979 Page 150-151Lui numéro 189 octobre 1979 Page 152-153Lui numéro 189 octobre 1979 Page 154-155Lui numéro 189 octobre 1979 Page 156-157Lui numéro 189 octobre 1979 Page 158-159Lui numéro 189 octobre 1979 Page 160-161Lui numéro 189 octobre 1979 Page 162-163Lui numéro 189 octobre 1979 Page 164-165Lui numéro 189 octobre 1979 Page 166-167Lui numéro 189 octobre 1979 Page 168-169Lui numéro 189 octobre 1979 Page 170-171Lui numéro 189 octobre 1979 Page 172-173Lui numéro 189 octobre 1979 Page 174-175Lui numéro 189 octobre 1979 Page 176-177Lui numéro 189 octobre 1979 Page 178-179Lui numéro 189 octobre 1979 Page 180-181Lui numéro 189 octobre 1979 Page 182-183Lui numéro 189 octobre 1979 Page 184-185Lui numéro 189 octobre 1979 Page 186-187Lui numéro 189 octobre 1979 Page 188-189Lui numéro 189 octobre 1979 Page 190-191Lui numéro 189 octobre 1979 Page 192-193Lui numéro 189 octobre 1979 Page 194-195Lui numéro 189 octobre 1979 Page 196-197Lui numéro 189 octobre 1979 Page 198-199Lui numéro 189 octobre 1979 Page 200-201Lui numéro 189 octobre 1979 Page 202-203Lui numéro 189 octobre 1979 Page 204-205Lui numéro 189 octobre 1979 Page 206-207Lui numéro 189 octobre 1979 Page 208-209Lui numéro 189 octobre 1979 Page 210-211Lui numéro 189 octobre 1979 Page 212-213Lui numéro 189 octobre 1979 Page 214-215Lui numéro 189 octobre 1979 Page 216-217Lui numéro 189 octobre 1979 Page 218-219Lui numéro 189 octobre 1979 Page 220-221Lui numéro 189 octobre 1979 Page 222-223Lui numéro 189 octobre 1979 Page 224-225Lui numéro 189 octobre 1979 Page 226