Lui n°182 mars 1979
Lui n°182 mars 1979
  • Prix facial : 7 F

  • Parution : n°182 de mars 1979

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 154

  • Taille du fichier PDF : 155 Mo

  • Dans ce numéro : entretien du mois avec Michel Poniatowski.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Pacer Hatchback Sport jean-Charles IMPORTATEUR American Motors pri 28, RUE CLAUDE TERRASSE 75016 PARIS - 524.43.33 CJ-5 Golden EE e Jeep) 1  : 1(1111 I Pk't LA VIE 4 ji Une chance de plus de réussir votre mariage. Unflnter Conseil matrimonial 105 cabinets conseils en France et 6 rue lem de La Fontaine NANTES (40) 71.62.65 Documentation gratuite sur demande Nom PrénomRue Code postal Ville Age Profession Sit. famille 5 Goûts Souhaits J 6 ENTRETIEN « Adopter parfois des positions que Valéry Giscard d'Estaing ne pouvait pas prendre, et que je prenais... » les systèmes économiques et financiers européens. Puis, la politique, le premier cabinet avec Robert Buron. En 1955, j'étais l'adjoint de M. Giscard d'Estaing au Cabinet de M. Edgar Faure. Puis viennent des fonctions et des expériences aux Etats-Unis, en tant qu'attaché financier ce qui m'a donné l'occasion de découvrir le pays le plus avancé du monde sur le plan technologique et économique. C'était passionnant. En 1957, retour en France où j'ai dirigé le cabinet de M. Pflimlin pendant les événements de mai 1958, avec des contacts je dirai intimes avec la politique, ses aspects officiels, publics et aussis ses aspects plus discrets, plus secrets. Car la politique comporte ce qui se voit mais surtout ce qui se fait... Ensuite retour au ministère des Finances où je dirige le cabinet de M. Giscard d'Estaing pendant pratiquement sept ans. Lui C'est le début d'une aventure commune ? Poniatowski C'était surtout la découverte de la pensée et des méthodes de travail d'un homme tout à fait exceptionnel comme Valéry Giscard d'Estaing. C'était une tâche passionnante par le contact avec lui et passionnante par le travail qui était fait. Lorsqu'il est parti du ministère, il m'a demandé de le suivre dans sa carrière politique. Ce à quoi je n'avais jamais pensé jusqu'à ce moment-là ; j'étais un haut fonctionnaire des Finances, attiré par mon métier et aussi par des recherches historiques. J'avais alors publié L'Histoire de la Russie d'Amérique, et Talleyrand aux Etats-Unis. M. Giscard d'Estaing, donc, m'a demandé « d'entrer » en politique et de prendre le secrétariat général de son parti, les Républicains indépendants, qui venait d'être créé. Ce que j'ai fait, après m'être présenté aux élections du Val-d'Oise. A partir de là, j'ai vécu la carrière d'un responsable de parti, qui est à la fois action et réflexion. C'est aussi savoir choisir le moment. Parmi les idéogrammes chinois, celui qui correspond au mot « crise » est constitué par la combinaison des symboles du « danger » et de « l'opportunité de l'action ». C'est parfois au moment où l'action est la plus difficile, qu'elle est la plus efficace et porte le plus d'avenir. Après l'action partisane vint l'action ministérielle. A la Santé, où j'ai essayé de bien faire mon métier, de lancer l'humanisation des hôpitaux, la suppression des salles communes, l'amélioration de la condition du personnel infirmier, la fin du gigantisme hospitalier, etc. Puis, après l'élection présidentielle à laquelle j'ai beaucoup participé, comme vous le savez, c'est le ministère de l'Intérieur... J'ai eu la chance pendant mon existence de connaître une variété de situations, d'expériences passionnantes, exceptionnelles. C'est le fruit de tout cela qui a nourri un livre écrit il y a dix ans, Les choix de l'Espoir, dont les grandes lignes sont aujourd'hui vérifiées, et mon dernier livre qui est, à partir des faits présents, l'esquisse des données de l'avenir. Lui Il y a longtemps que je voulais demander cela à un homme comme vous  : pourquoi faites-vous de la politique ? Vous pourriez être un haut fonctionnaire ou un brasseur d'affaires, ou même un écrivain... Pourquoi la politique ? Poniatowski Je vous l'ai dit, je suis venu à la politique à la demande de M. Giscard d'Estaing... Lui Oui, mais vous auriez pu y rester, par exemple, durant trois ou quatre ans et dire ensuite  : « Je m'en vais... » Poniatowski Non, je suis venu, à sa demande, pour l'épauler, pour l'aider dans une période un peu difficile, un peu délicate, en 1966... C'était une traversée du désert, où il fallait préparer l'action future, donc préparer les structures d'un parti, les mettre en place, prendre des positions publiques. Adopter parfois des positions qu'il ne pouvait pas prendre, et que je prenais. C'était un travail purement politique et que j'ai fait pour lui. J'ai vraiment considéré, (Suite page 10.)



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 182 mars 1979 Page 1Lui numéro 182 mars 1979 Page 2-3Lui numéro 182 mars 1979 Page 4-5Lui numéro 182 mars 1979 Page 6-7Lui numéro 182 mars 1979 Page 8-9Lui numéro 182 mars 1979 Page 10-11Lui numéro 182 mars 1979 Page 12-13Lui numéro 182 mars 1979 Page 14-15Lui numéro 182 mars 1979 Page 16-17Lui numéro 182 mars 1979 Page 18-19Lui numéro 182 mars 1979 Page 20-21Lui numéro 182 mars 1979 Page 22-23Lui numéro 182 mars 1979 Page 24-25Lui numéro 182 mars 1979 Page 26-27Lui numéro 182 mars 1979 Page 28-29Lui numéro 182 mars 1979 Page 30-31Lui numéro 182 mars 1979 Page 32-33Lui numéro 182 mars 1979 Page 34-35Lui numéro 182 mars 1979 Page 36-37Lui numéro 182 mars 1979 Page 38-39Lui numéro 182 mars 1979 Page 40-41Lui numéro 182 mars 1979 Page 42-43Lui numéro 182 mars 1979 Page 44-45Lui numéro 182 mars 1979 Page 46-47Lui numéro 182 mars 1979 Page 48-49Lui numéro 182 mars 1979 Page 50-51Lui numéro 182 mars 1979 Page 52-53Lui numéro 182 mars 1979 Page 54-55Lui numéro 182 mars 1979 Page 56-57Lui numéro 182 mars 1979 Page 58-59Lui numéro 182 mars 1979 Page 60-61Lui numéro 182 mars 1979 Page 62-63Lui numéro 182 mars 1979 Page 64-65Lui numéro 182 mars 1979 Page 66-67Lui numéro 182 mars 1979 Page 68-69Lui numéro 182 mars 1979 Page 70-71Lui numéro 182 mars 1979 Page 72-73Lui numéro 182 mars 1979 Page 74-75Lui numéro 182 mars 1979 Page 76-77Lui numéro 182 mars 1979 Page 78-79Lui numéro 182 mars 1979 Page 80-81Lui numéro 182 mars 1979 Page 82-83Lui numéro 182 mars 1979 Page 84-85Lui numéro 182 mars 1979 Page 86-87Lui numéro 182 mars 1979 Page 88-89Lui numéro 182 mars 1979 Page 90-91Lui numéro 182 mars 1979 Page 92-93Lui numéro 182 mars 1979 Page 94-95Lui numéro 182 mars 1979 Page 96-97Lui numéro 182 mars 1979 Page 98-99Lui numéro 182 mars 1979 Page 100-101Lui numéro 182 mars 1979 Page 102-103Lui numéro 182 mars 1979 Page 104-105Lui numéro 182 mars 1979 Page 106-107Lui numéro 182 mars 1979 Page 108-109Lui numéro 182 mars 1979 Page 110-111Lui numéro 182 mars 1979 Page 112-113Lui numéro 182 mars 1979 Page 114-115Lui numéro 182 mars 1979 Page 116-117Lui numéro 182 mars 1979 Page 118-119Lui numéro 182 mars 1979 Page 120-121Lui numéro 182 mars 1979 Page 122-123Lui numéro 182 mars 1979 Page 124-125Lui numéro 182 mars 1979 Page 126-127Lui numéro 182 mars 1979 Page 128-129Lui numéro 182 mars 1979 Page 130-131Lui numéro 182 mars 1979 Page 132-133Lui numéro 182 mars 1979 Page 134-135Lui numéro 182 mars 1979 Page 136-137Lui numéro 182 mars 1979 Page 138-139Lui numéro 182 mars 1979 Page 140-141Lui numéro 182 mars 1979 Page 142-143Lui numéro 182 mars 1979 Page 144-145Lui numéro 182 mars 1979 Page 146-147Lui numéro 182 mars 1979 Page 148-149Lui numéro 182 mars 1979 Page 150-151Lui numéro 182 mars 1979 Page 152-153Lui numéro 182 mars 1979 Page 154