Lui n°182 mars 1979
Lui n°182 mars 1979
  • Prix facial : 7 F

  • Parution : n°182 de mars 1979

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 154

  • Taille du fichier PDF : 155 Mo

  • Dans ce numéro : entretien du mois avec Michel Poniatowski.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
LES CINQ GIROUETTES, PAR JEAN-LOUIS BORY (RAMSAY). I1 y a, dans le Journal des Goncourt, une page vacharde sur Sainte-Beuve  : « Un jour, à Boulogne, il a vu l'Empereur en train de pisser. Depuis, c'est dans cette posture-là qu'il a vu et jugé tous les grands hommes ». Remplacez « pisser » par « lutiner les petits garçons, » et vous aurez l'aspect agaçant de ce livre. Son héros, Cambacérès (« numéro deux » du Consulat et de l'Empire), est un homosexuel militant, paraît-il amoureux de Napoléon, lequel aurait luimême été amoureux de Junot, etc. Heureusement, Bory ne s'intéresse pas qu'aux coucheries de celui qu'on surnommait tante Turlurette ». Son personnage lui sert surtout de prétexte pour brosser une fresque passionnée et haute en couleurs, truculente et succulente. Vive l'Histoire, quand elle est ainsi racontée à Juliette — pardon  : à Roméo ! MAIS, PAR EDGAR MORIN ET MAREK HALTER (NEO). Illustré de cinquante dessins tranchants (et contondants) de Marek Halter, voici un essai de plus sur mai 1968 « considéré comme un moyen d'investigation de notre aujourd'hui et de notre devenir »... La différence est que cet essai-là est signé d'Edgar Morin, l'une des intelligences les plus brillantes et les plus généreuses de notre temps. Avec lui, ça brûle encore, mai 1968. Un petit livre ardent et tendre — à déconseiller aux âmes frileuses. SAINT-OUEN-SUR-MER, PHOTOS DE LUC CARSON, BENOIT MATUR ET PHILIPPE MAILLE (HENRI VEYRIER). Un album où tout le monde a du talent. Les photographes, bien sûr. Le « préfacier » Jean- Pierre Carasso, chargé de bricoler quelques pages pas trop de bric-et-de-broc, en marge du bric-à-brac des images. Les brocanteurs de Saint-Ouen, avec 20 en argument lolore magna aliquip ex ea ilium dolore it atgue duos anim id est eligend optio Dr repellend. ion recusand. sententiam, is ergat. Nos Et tamen in I onumdant.cne sanos ad ad notiner si) tissim est ad expient sine quam in his lurifv afferat. Iuae egenium er se sas tam facil, ut mihi.itud et vitam ape pariendar fidelissim sed npor most es luibrairie convoite ah aha dicer martre potent appetit satura expeting ea in conrente ab alla dicer satura expect cornante ab A BC, E F.ucim quilkLandit praesent luptatunndel sunt in culpa q cia deserunt mo Nam liber tempor soluta nobisnnis voluptas assumenda est, omnis >e eveniet repudiand sint et mole ; orib as epellat. Hanc ego cu  : quos tu ulo ante cum memoritet algue duos lit anim id est eligend optio olor repellend. non recusand. tene sententiam, n etia ergat. Nos poen legum odioque *iuda. Et tamen in. cupiditat, quas nul* praid onumdant. tur. Invitat igitur vera ratio bene sanos ad facile efficerd possit conetud notiner si o factor 3ular re Jesse v. qui ne nit tuntug benevolent sib cone n imigent cupidtat a natura oncupis plusque in ipsinu - se ipsad optabil, sed qu re effici. Fia non ob Guae ad itiae acillard leurs boîtes à puces. Les chineurs, piégés par les étalages à merveilles. Et même l'éditeur du bouquin, dont on apprend à cette occasion qu'il est lui-même un Napoléon des puces » (bigre !). Ce qui prouve une fois de plus (n'est-ce pas, chers amateurs de contrepéteries ?) que l'on peut parvenir haut, si l'on arrive à pied de la Chine... LA JEUNE FILLE AU BALLON ROUGE, PAR DOMINIQUE DE ROUX BOURGOIS). Ce petit roman prodigieusement dense, dont chaque ligne est écrite d'une plume qui troue le papier, c'est — aussi — une récréation. La récréation que s'offrit, pour se délasser de la rédaction de son « grand oeuvre », un écrivain que la mort a fauché il y a quelques mois. C'est tendre, cruel, ironique, désespéré. Difficile à lire ? Sans doute. Mais le très grand style, et la très grande race. nat wars proJtcu al w MORMON bon',moere, es anion ned ulhrnr liabrt ictus, pellat peccage motuon sit et parmi ad se allicial et stiadyrs natwars proficis in alla sutroMon bon posert, es _4# et partes ad se alliciat et stiady n rocifiirmw.. -is in dia sutawoR bon posere, es G H I Kt M N O P Q R t et, aptissim est ad ficis facile expient sine detriment est quam in his uunditat vel plurify afferat. lu incommodquae egenium garent esse per se sas tam cum locum seque facil, ut mihi L'ENFANT-DOS, PAR JOCELYNE D'AGOSTINO (HALLIER) Nelly a de gros seins (en poire). Elle tient à ce que ça se sache. Dont acte. On pourrait s'arrêter là, mais ça ne se fait pas. Il faut donc ajouter que Nelly a aussi quelque chose de très gros  : le coeur. Ft que ce qu'elle a sur le coeur (sur son enfance, sur la société, sur la vie en général), elle le dit avec une sacrée force. L'éditeur présente ainsi l'auteur  : « Pas de métier. Pas de diplôme. Juste soudain l'envie d'écrire ». Espérons que ça la reprendra souvent... UNE PASSION POUR CHE GUEVARA, PAR JEAN CAU (JULLIARD). Quand on est un intellectuel dans le vent », on déteste Jean Cau et on aime Che Guevara. Alors, un bouquin de Jean Cau sur Che Guevara, on prend ça pour un blasphème. Ce qui prouve qu'on peut-être à la fois un intellectuel « dans le vent » et un imbécile. Car voilà un fichtrement bon bouquin — qu'on pourrait sous-titrer « Tombeau pour un aventurier » ou  : « Ne brûlez pas les vieux posters, gamins... » Le Che aurait-il choisi Jean Cau pour prononcer son oraison funèbre ? Pas sûr. Mais est-il un seul écrivain breveté « ultra-gauche » qui ai t su parler de lui mieux que ce présumé <'facho » ? SI J'AVAIS DEFENDU DREYFUS, PAR TIXIER- VIGNANCOUR (SIMOEN). L'idée est amusante  : faire replaider, par des avocats d'aujourd'hui, de grandes affaires d'hier. De la sorte, M. Tixier- Vignancour n'a pas de mal à faire acquitter son client. Il connaît le dossier à fond. Et, à défaut de voix de bronze, il a une plume d'acier fin. Sa thèse n'est pas plus bête qu'une autre (pour lui, le document accusant Dreyfus a été forgé par les services secrets allemands pour semer la zizanie en France). On peut tout de même se demander (restons dans l'anachronisme), si à la place de Dreyfus, on n'aurait pas préféré se faire condamner à mort avec un Labori, plutôt que de se faire acquitter avec un Tixier-Vignancour... LJUBA, ALBUM PRESENTE PAR JEAN-LOUIS FERRIER (BELFOND). L'oeuvre étrange d'un des peintres les plus doués de ce temps — un Yougoslave de quarantequatre ans, encore peu connu du grand public. Les quelque cent soixante-dix reproductions que propose cet album (dont beaucoup en couleur), ainsi que les textes qui les accompagnent (ils sont signés André Pieyre de Mandiargues, Alain Bosquet, René de Solier, etc.) permettront la meilleure initiation possible à un univers d'une beauté fantomatique, à la fois sulfureux et doux, maniéré et puissant... Jean-Michel Royer.
4#04resp ; 41141* 72e, -'7 ;



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 182 mars 1979 Page 1Lui numéro 182 mars 1979 Page 2-3Lui numéro 182 mars 1979 Page 4-5Lui numéro 182 mars 1979 Page 6-7Lui numéro 182 mars 1979 Page 8-9Lui numéro 182 mars 1979 Page 10-11Lui numéro 182 mars 1979 Page 12-13Lui numéro 182 mars 1979 Page 14-15Lui numéro 182 mars 1979 Page 16-17Lui numéro 182 mars 1979 Page 18-19Lui numéro 182 mars 1979 Page 20-21Lui numéro 182 mars 1979 Page 22-23Lui numéro 182 mars 1979 Page 24-25Lui numéro 182 mars 1979 Page 26-27Lui numéro 182 mars 1979 Page 28-29Lui numéro 182 mars 1979 Page 30-31Lui numéro 182 mars 1979 Page 32-33Lui numéro 182 mars 1979 Page 34-35Lui numéro 182 mars 1979 Page 36-37Lui numéro 182 mars 1979 Page 38-39Lui numéro 182 mars 1979 Page 40-41Lui numéro 182 mars 1979 Page 42-43Lui numéro 182 mars 1979 Page 44-45Lui numéro 182 mars 1979 Page 46-47Lui numéro 182 mars 1979 Page 48-49Lui numéro 182 mars 1979 Page 50-51Lui numéro 182 mars 1979 Page 52-53Lui numéro 182 mars 1979 Page 54-55Lui numéro 182 mars 1979 Page 56-57Lui numéro 182 mars 1979 Page 58-59Lui numéro 182 mars 1979 Page 60-61Lui numéro 182 mars 1979 Page 62-63Lui numéro 182 mars 1979 Page 64-65Lui numéro 182 mars 1979 Page 66-67Lui numéro 182 mars 1979 Page 68-69Lui numéro 182 mars 1979 Page 70-71Lui numéro 182 mars 1979 Page 72-73Lui numéro 182 mars 1979 Page 74-75Lui numéro 182 mars 1979 Page 76-77Lui numéro 182 mars 1979 Page 78-79Lui numéro 182 mars 1979 Page 80-81Lui numéro 182 mars 1979 Page 82-83Lui numéro 182 mars 1979 Page 84-85Lui numéro 182 mars 1979 Page 86-87Lui numéro 182 mars 1979 Page 88-89Lui numéro 182 mars 1979 Page 90-91Lui numéro 182 mars 1979 Page 92-93Lui numéro 182 mars 1979 Page 94-95Lui numéro 182 mars 1979 Page 96-97Lui numéro 182 mars 1979 Page 98-99Lui numéro 182 mars 1979 Page 100-101Lui numéro 182 mars 1979 Page 102-103Lui numéro 182 mars 1979 Page 104-105Lui numéro 182 mars 1979 Page 106-107Lui numéro 182 mars 1979 Page 108-109Lui numéro 182 mars 1979 Page 110-111Lui numéro 182 mars 1979 Page 112-113Lui numéro 182 mars 1979 Page 114-115Lui numéro 182 mars 1979 Page 116-117Lui numéro 182 mars 1979 Page 118-119Lui numéro 182 mars 1979 Page 120-121Lui numéro 182 mars 1979 Page 122-123Lui numéro 182 mars 1979 Page 124-125Lui numéro 182 mars 1979 Page 126-127Lui numéro 182 mars 1979 Page 128-129Lui numéro 182 mars 1979 Page 130-131Lui numéro 182 mars 1979 Page 132-133Lui numéro 182 mars 1979 Page 134-135Lui numéro 182 mars 1979 Page 136-137Lui numéro 182 mars 1979 Page 138-139Lui numéro 182 mars 1979 Page 140-141Lui numéro 182 mars 1979 Page 142-143Lui numéro 182 mars 1979 Page 144-145Lui numéro 182 mars 1979 Page 146-147Lui numéro 182 mars 1979 Page 148-149Lui numéro 182 mars 1979 Page 150-151Lui numéro 182 mars 1979 Page 152-153Lui numéro 182 mars 1979 Page 154