Lui n°112 mai 1973
Lui n°112 mai 1973
  • Prix facial : 5 F

  • Parution : n°112 de mai 1973

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 224

  • Taille du fichier PDF : 182 Mo

  • Dans ce numéro : Ushi la sublime.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 200 - 201  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
200 201
LA CHUTE DE S CHE VEUX n'est plus un phénomène irréversible Dans bien des cas. un traitement local approprié stoppera la chute de vos Che\eux et en las misera la croissance naturelle. EUROCAP pourra vous conseiller utilement. Ses spécialistes vous diront ce qu'- ils peuvent faire - et ce qu'ils ne peuvent pas faire - pour que s ous retrouviez une chevelure saine. Après (xamen. ils vous conseilleront des produits qui normaliseront la chute des cheveux en éliminant pellicules et démangeaisons. L'INSTITUT CAPILLAIRE EUROCAP met ses spécialistes à cotre disposition ainsi que les, installations pour l'application du traitement nécessaire. Si vous habitez en banlieue. il préparera un traitement à domicile adapté à votre cas. Ecrisez ou téléphonez pour un rendez-vous. L'Institut est ouvert sans interruption du lundi au vendredi de heures à 20 heures. le samedi de 10 heures à 1 - heures. PARIS 1er  : 4, rue de Castiglione Tél  : 073.33.13/14 BORDEAUX 34, place Gambetta LILLE 16, rue Faidherbe MARSEILLE 58, rue St Ferreol NANTES. 3bis, place Neptune ROUE N. 18, ay. de Bretagne TOULOUSE. 42, rue de la Pomme NANCY 27, rue des Carmes Tél 52.05.14 MULHOUSE  : 1, rue du Sauvage Tel 45.80.88 DIJON 10, pi de la Libération 200 INSTITUT CAPILLAIRE EUROCAP Produrrs EUROCAP pour l'h grene capillaire Ò) Tél  : 48.06.34 Tél  : 55.21.15 Tél  : 33.07.50 Tel 73.31.75 Tél  : 70.48.22 Tél 22.90.84 RAY CHARLES "Ils pensaient qu'un gars me passait de l'héroïne en douce... (Suite de la page 194.) des tas de gens qui n'ont jamais cherché à faire autre chose que fumer un bon joint ! Lui Vous avez subi une analyse... Charles Il faut regarder les choses en face. Si un gars ne veut pas décrocher, tous les juges, tous les psychiatres du monde n'y changeront rien. Le mec se tapera cinq ans de taule, et il remettra ça le jour de sa sortie de prison. La prison n'est donc pas une solution, pas vrai ? Il s'agit de savoir ce qu'on veut faire de soi-même et de prendre une décision. C'est comme les gens qui fument trop. j'ai essayé de me mettre à leur place. Par exemple, votre médecin vous dit  : « Si tu fumes une cigarette de plus, tu dévisses dans six mois. » Bon. Si on peut cesser de fumer dans cette situation, à plus forte raison peut-on cesser de se shooter quand on voit qu'il arrive quelque chose à vos enfants ou à votre vie. On se dit  : attention, terrain glissant, il faut que j'écrase. Et, une fois la décision prise, s'y tenir. C'est pas plus difficile que ça. Je sais que je simplifie, mais c'est la vérité. Cela dit, j'étais entre les mains d'un psychiatre, et ce type avait le droit légal de réduire progressivement nia close jusqu'à ce que j'aie décroché. Or, je ne le lui ai pas demandé. Ça prouve quelque chose, non ? Il n'y croyait pas lui-même  : « De toute tua carrière, je n'ai jamais rien vu de pareil. » Ils m'ont même fait subir des examens, ils pensaient qu'un gars devait me passer l'héroïne en douce. Alors, on ni'a interdit les visites à l'hôpital, pour vérifier, et comme rien ne se passait, ils se sont rendus à l'évidence. Il y a autre chose qui m'a surpris. Ils me demandaient sans cesse si je voulais des somnifères. J'ai répondu que je n'en avais jamais pris et que je ne voyais pas pourquoi je commencerais maintenant. Ça les a soufflés. Personne ne le croyait à l'hôpital. Parce qu'on m'a envoyé deux ou trois fois à l'hôpital, pour subir les examens habituels dans ces cas-là. C'était à Boston. Un beau jour, alors que je travaillais comme un fou à mes prochains concerts, on me téléphone  : « Par ordre du tribunal, on veut vous voir à l'hôpital demain. » Ils savaient que si vraiment je nie shootais, je n'avais aucun moyen d'en faire disparaître les traces dans mon organisme. T'étais donc coincé ! Ils m'ont donc hospitalisé. Non seulement ça, mais ils ont attendit qu'il fasse froid pour le faire. Ils savent qu'un type qui se drogue ne supporte absolument pas le froid. Alors, vous savez ce qu'ils ont fait ? Ils ont coupé le chauffage de ma chambre. J'ai piqué une crise, je suis allé trouver l'infirmière et j'ai menacé de faire un procès à l'hôpital si j'attrapais froid. « Je sais à quoi vous jouez, tous tant que vous êtes. Je veux qu'on chauffe nia chambre. je ne suis pas complètement idiot. Quand je sortirai d'ici. je me remettrai au travail, et je ne veux pas me taper une pneumonie en plus de tous mes emmerdements ! » La bonne femme a dû penser que j'étais normal, malgré nia colère, parce qu'ils ont fini par me croire, niais ça n'a pas été tout seul. Mon cas était exceptionnel, tout à fait inhabituel. Vous comprenez, je n'ai pas décroché progressivement, selon un programme dégressif habituel. je me suis arrêté net, (l'un seul coup. On entend parler de types qui mordent leurs draps, qui bouffent leur oreiller. Moi, je n'ai rien fait de tel. C'est ça qui les a intrigués. Ils m'ont pris tous mes vêtements, ils les ont fouillés. Une fois, ils sont même entrés dans nia chambre et ils ont regardé sous le matelas ! Je leur ai dit  : « je ne sais pas ce que vous cherchez, mais personne n'entre ici ! » Lui On vous a déjà interrogé sur le message que contenaient vos chansons ou plutôt, l'absence de message. Pourtant, l'année dernière, vous avez enregistré un album qui ne contenait lias une seule chanson d'amour. Aviez-vous une raison précise de penser que l'époque était mûre pour un tel album ? Charles Non. Le problème était de trouver des thèmes que je puisse interpréter. Croyez-le si volts voulez, il est très difficile de faire tin album de ce genre, à moins de f ourrer n'importe quoi pêle-mêle. Rappelez-vous que je dois sentir la musique pour faire quelque chose d'une chanson. C'est pourquoi on trouve dans cet album tine chanson comme « America ». je n'ai pas voulu dire que le pays est totalement pourri, parce que ça n'est pas vrai. J'aime ce pays et je tie voudrais pas vivre ailleurs. Ma famille y est née, nies arrière-grands-parents y sont nés, je crois que j'y (Suite page 202.)
Le Miniviseur, pour Philips c'est un véritable téléviseur., Le miniviseur Philips, c'est un grand téléviseur Philips, mais en plus petit. Il est doté de tous les perfectionnements Philips  : tous ses composants ont été techniquement conçus et assemblés comme ceux des grands téléviseurs, mais pour gagner en volume et en légèreté, on les a simplement miniaturisés. Résultat  : le miniviseur Philips, c'est un grand téléviseur partout. Comme si vous en aviez plusieurs. Equipé pour recevoir toutes les chaînes futures, l'arrivée de la 3 chaîne donne au miniviseur Philips sa troisième raison d'exister. Que ce soit votre premier téléviseur ou un poste complémentaire vous pouvez être sûr du miniviseur Philips, puisque justement c'est un Philips. qui peut vous accompagner PHILIPS Philips. Nous prenons les portables au sérieux.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 112 mai 1973 Page 1Lui numéro 112 mai 1973 Page 2-3Lui numéro 112 mai 1973 Page 4-5Lui numéro 112 mai 1973 Page 6-7Lui numéro 112 mai 1973 Page 8-9Lui numéro 112 mai 1973 Page 10-11Lui numéro 112 mai 1973 Page 12-13Lui numéro 112 mai 1973 Page 14-15Lui numéro 112 mai 1973 Page 16-17Lui numéro 112 mai 1973 Page 18-19Lui numéro 112 mai 1973 Page 20-21Lui numéro 112 mai 1973 Page 22-23Lui numéro 112 mai 1973 Page 24-25Lui numéro 112 mai 1973 Page 26-27Lui numéro 112 mai 1973 Page 28-29Lui numéro 112 mai 1973 Page 30-31Lui numéro 112 mai 1973 Page 32-33Lui numéro 112 mai 1973 Page 34-35Lui numéro 112 mai 1973 Page 36-37Lui numéro 112 mai 1973 Page 38-39Lui numéro 112 mai 1973 Page 40-41Lui numéro 112 mai 1973 Page 42-43Lui numéro 112 mai 1973 Page 44-45Lui numéro 112 mai 1973 Page 46-47Lui numéro 112 mai 1973 Page 48-49Lui numéro 112 mai 1973 Page 50-51Lui numéro 112 mai 1973 Page 52-53Lui numéro 112 mai 1973 Page 54-55Lui numéro 112 mai 1973 Page 56-57Lui numéro 112 mai 1973 Page 58-59Lui numéro 112 mai 1973 Page 60-61Lui numéro 112 mai 1973 Page 62-63Lui numéro 112 mai 1973 Page 64-65Lui numéro 112 mai 1973 Page 66-67Lui numéro 112 mai 1973 Page 68-69Lui numéro 112 mai 1973 Page 70-71Lui numéro 112 mai 1973 Page 72-73Lui numéro 112 mai 1973 Page 74-75Lui numéro 112 mai 1973 Page 76-77Lui numéro 112 mai 1973 Page 78-79Lui numéro 112 mai 1973 Page 80-81Lui numéro 112 mai 1973 Page 82-83Lui numéro 112 mai 1973 Page 84-85Lui numéro 112 mai 1973 Page 86-87Lui numéro 112 mai 1973 Page 88-89Lui numéro 112 mai 1973 Page 90-91Lui numéro 112 mai 1973 Page 92-93Lui numéro 112 mai 1973 Page 94-95Lui numéro 112 mai 1973 Page 96-97Lui numéro 112 mai 1973 Page 98-99Lui numéro 112 mai 1973 Page 100-101Lui numéro 112 mai 1973 Page 102-103Lui numéro 112 mai 1973 Page 104-105Lui numéro 112 mai 1973 Page 106-107Lui numéro 112 mai 1973 Page 108-109Lui numéro 112 mai 1973 Page 110-111Lui numéro 112 mai 1973 Page 112-113Lui numéro 112 mai 1973 Page 114-115Lui numéro 112 mai 1973 Page 116-117Lui numéro 112 mai 1973 Page 118-119Lui numéro 112 mai 1973 Page 120-121Lui numéro 112 mai 1973 Page 122-123Lui numéro 112 mai 1973 Page 124-125Lui numéro 112 mai 1973 Page 126-127Lui numéro 112 mai 1973 Page 128-129Lui numéro 112 mai 1973 Page 130-131Lui numéro 112 mai 1973 Page 132-133Lui numéro 112 mai 1973 Page 134-135Lui numéro 112 mai 1973 Page 136-137Lui numéro 112 mai 1973 Page 138-139Lui numéro 112 mai 1973 Page 140-141Lui numéro 112 mai 1973 Page 142-143Lui numéro 112 mai 1973 Page 144-145Lui numéro 112 mai 1973 Page 146-147Lui numéro 112 mai 1973 Page 148-149Lui numéro 112 mai 1973 Page 150-151Lui numéro 112 mai 1973 Page 152-153Lui numéro 112 mai 1973 Page 154-155Lui numéro 112 mai 1973 Page 156-157Lui numéro 112 mai 1973 Page 158-159Lui numéro 112 mai 1973 Page 160-161Lui numéro 112 mai 1973 Page 162-163Lui numéro 112 mai 1973 Page 164-165Lui numéro 112 mai 1973 Page 166-167Lui numéro 112 mai 1973 Page 168-169Lui numéro 112 mai 1973 Page 170-171Lui numéro 112 mai 1973 Page 172-173Lui numéro 112 mai 1973 Page 174-175Lui numéro 112 mai 1973 Page 176-177Lui numéro 112 mai 1973 Page 178-179Lui numéro 112 mai 1973 Page 180-181Lui numéro 112 mai 1973 Page 182-183Lui numéro 112 mai 1973 Page 184-185Lui numéro 112 mai 1973 Page 186-187Lui numéro 112 mai 1973 Page 188-189Lui numéro 112 mai 1973 Page 190-191Lui numéro 112 mai 1973 Page 192-193Lui numéro 112 mai 1973 Page 194-195Lui numéro 112 mai 1973 Page 196-197Lui numéro 112 mai 1973 Page 198-199Lui numéro 112 mai 1973 Page 200-201Lui numéro 112 mai 1973 Page 202-203Lui numéro 112 mai 1973 Page 204-205Lui numéro 112 mai 1973 Page 206-207Lui numéro 112 mai 1973 Page 208-209Lui numéro 112 mai 1973 Page 210-211Lui numéro 112 mai 1973 Page 212-213Lui numéro 112 mai 1973 Page 214-215Lui numéro 112 mai 1973 Page 216-217Lui numéro 112 mai 1973 Page 218-219Lui numéro 112 mai 1973 Page 220-221Lui numéro 112 mai 1973 Page 222-223Lui numéro 112 mai 1973 Page 224