Lui n°112 mai 1973
Lui n°112 mai 1973
  • Prix facial : 5 F

  • Parution : n°112 de mai 1973

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 224

  • Taille du fichier PDF : 182 Mo

  • Dans ce numéro : Ushi la sublime.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 148 - 149  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
148 149
LEAUD A vingt-six ans, Jean-Pierre Léaud a l'air d'un gosse boudeur. Il est secret, tendre et prêt au défi, vulnérable, étourdi... ces (laines, Truffaut se servira de tout pour nourrir leurs personnages. Je le soupçonne même, en plus (le nous filmer au grand jour (dans l'histoire et en dehors de l'histoire), de nous filmer à Votre insu, avant ou après le tournage d'un plan, quand nous arrangeons nos cravates, quand nous nous repeignons... Troisième film dans le même film, dont il doit se délecter. Il y a du Machiavel dans ce Savonarole. Arrive Jean-Pierre Léaud, avec le pas préoccupé (lien canard qui craint les flaques d'eau, et qui cherche avidement à se faire passer pour un coq. Il avance prudemment, cependant que sa nain gauche, dans un geste à la Charlot, se tend sur le côté. Pour se défendre, pour préserver son intimité, pour empêcher qu'on le touche. De son autre main, il lisse une longue mèche, qui retombe aussitôt sur son front. Son (cil inquiet s'arrondit. Il se dresse sur ses ergots. Il Hume  : « De quoi ? De quoi ? C'est de nioi que vous parliez ? Qu'est-ce qui'vous disiez ?... Rien ? Tiens, c'est curieux... » Il est un peu surpris. Car, enfin, de quoi pourrait-oit bien parler, sinon de lui Ce qui ne l'empêche pas de sonhai ter. en inepte temps. et (lu cmir le plus sincère, qu'on ne parle pas (le lui. Première journée. Nous tournons la scène oit _Jean-Pierre Léaud, nie rencontrant à l'improviste, dans un square de Paris (en l'occurrence les été tuents d'un décor en plein ciel déjà servi pour « I,a Folle de Chaillot ») me gifle violemment, car il vient de découvrir que sa femme et Moi sommes amoureux l'un (le l'autre. En plaisantant, je (lis à Truf faut qu'il est bien imprudent de commencer par cette scène, car si nia joue est tuméfiée, je ne pourrais plus tourner pendant plusieurs jours. Mais Jean-Pierre est habile, et sa gifle, répétée phi - sieurs fois, ne lite fait aucun mal. Nous allons déjeuner. A deux heures, retour stir le plateau. je me suis enfoncé fine moitié de pomme dans la joue, pour faire croire qu'elle est enflée.i,e producteur est affolé. jeani'ierre ne sait trop sur quel pied danser. Il relève sa mèche frénétiquement. Mais Truffaut comprend tout de suite qu'il s'agit (l'une blague. Nous enchaînons. A la fin de la scène, je prends Jean-Pierre à part et lui dis  : « Tu sais, je vais écrire un article sur toi. » 148 «.Ah ! » « Oui ! » (lit-il, surpris. Le regard devient douloureux  : « Pourquoi allez-vous écrire un article stir moi ? » « Parce qu'on me l'a demandé... Parce que ça m'amuse... » I, e regard devient farouche  : « Ce sera comme un gramophone stir le dos d'un dromadaire. » Et la main gauche se tend connue titi déclic. et la main droite repousse la mèche outragée. Visiblement, dromadaire ou pas, j'ai commis tin critiie de lèse-majesté. j'essaie (l'atténuer le sacrilège en l'invitant à dîner. Je vous remercie, énonce-t-il du ton d'un condamné à mort à qui l'on offre sont dernier verre (le rhum. Sans que je puisse savoir s'il s'agit d'une acceptation ou d'un refus. Un machiniste, à mes côtés, grommelle  : « Faut pas chercher à comprendre.i.e môme Léaud, il paraît gllt'c'est un timide agressif. » Depuis huit jours que nous tournons, je tutoie jean-Pierre et lui demande (l'en faire autant. Il s'v refuse. Potir masquer notre embarras mutuel, et quand il est (le bonne humeur, nous blaguons. f e m'adresse A lui compte A tin vieillard. et ltii elle répond comme a tin enfant (111(11 ! 1  : « Mon cher Maître, votre exemple m'est. depuis toujours, Hile s (it r c e d'enseignements... » (Lui)  : « Mon cher petit, c'est auprès des débutants de votre espèce que je puise le meilleur (le thon inspiration... » Je reviens aux choses sérieuses  : « Hier, je suis retourné voir « l, es Quatre Cents Coups », «  : Ah ! soupiret-il, l'époque où j'étais au sommet de Ilion talent ! » Digne, il tue quitte pour aller tourner. Je l'observe. Quel naturel ! ()delle sincérité ! Il s'agit d'un plan où il doit faire itne scène de jalousie à Danv. Truffant le laisse improviser. Jean-Pierre se lance. Il bute, ii bredouille, il répète trois fois les mêmes mots, comme nous le faisons datas la vie, surtout lorsque nous sommes en proie à un sentiment violent. C'est criant de vérité. On oublie, A comme lui-même, qu'il y a urne caméra... Et pourtant, comme il sait s'en servir, de cette caméra ! Il suffira de voir, le lendemain, la projection (le cette scène. polir comprendre A quel point il lui est aisé d'exprimer ce qu'il ressent..Ah ! ce n'est pas à lui qu'on attrait besoin de (lire  : « Méfie toi, tu es en gros plan... » oit « Fais attention, tu te fais de l'ombre... » otl « Baisse le ton... » ou « Soutiens.., » Jean-Pierre I, éaud sait tout cela instinctivement. Il est, avec Trti f faut, comme ces enfants qui se laissent jeter en l'air par leur père, sachant bien que celui-ci les rattrapera toujours et qu'ils ne courent aucun danger. Dans l'obscurité de la salle de projection, François lui adresse un clin d'œil satisfait. Jean- Pierre l'a senti plus qu'il ne l'a vu. Il est content. C'est son Oscar... Il rejette sa mèche, d'une main soudain plus assurée. A vingt-six ans, jean-Pierre a l'air (1'1111 gosse boudeur. il est secret, tendre et prêt au défi, changeant, maladroit, vulnérable, asocial, étourdi, idéaliste, rebelle, menteur, romantique et demandant phis (l'autour qu'il ne peut en donner. Lui qui, à l'écran. ne semble jamais jouer, joue plusieurs rôles dates la vie. il joue au philosophe, au bagarreur, à l'intellectuel de gauche, à Brichanteau. Parfois. il disparaît, laisse pousser sa barbe, s'imagine quelque Robinson. Parfois. il passe la nuit au casino ou dans un cercle. Parfois il est dur, presque hostile. Parfois, enjôleur, avec tin sourire qui lui fait tout pardonner. Sa loge est voisine (le la mienne. Je l'entends se livrer à de longues onomatopées. Une espèce d'incantation, tantôt soupirée, tantôt hurlée. Sans doute s'adonne-t-il A quelque séance (le plagie. Peu a pets, nous sortons tous stir le palier. Nous frappons à sa porte.i,a liturgie redouble d'intensité. Notes ('titrons. Il est dans la position de lotus et continue à s'époumoner c'o'(((lite si Ilotes n'étions pas la. Au bout (l'utl quart (l'heure, il sort pour aller prendre une leçon de tap-dance. « J'ai été l'assistant de Godard », n fie jette-t-il en passant, sans ({tie je puisse bien voir le rapport entre Godard et le tap-dance. Mais c'est utie (les caractéristiques de Jean-Pierre que de saitter d'un sujet a tin autre, en laissant A l'interlocuteur le soin d'imaginer quel (lite logique. Aujourd'hui, il est (l'excellente lutinent. Il arbore tin sourire lumineux. il nie parle de sa petite amie. je lui demande si elle est A Nice. « Otli. » je lui demande si nous la verrons. « Nyon. » Ft le fait est g11'(11 (Suite page 156.)
JE 51115 UN PRZJI/RE P/'5/q'r6rpri sEN Solution page 108 77EiNT ! Dolls Ê7RE/41 4, E'149



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 112 mai 1973 Page 1Lui numéro 112 mai 1973 Page 2-3Lui numéro 112 mai 1973 Page 4-5Lui numéro 112 mai 1973 Page 6-7Lui numéro 112 mai 1973 Page 8-9Lui numéro 112 mai 1973 Page 10-11Lui numéro 112 mai 1973 Page 12-13Lui numéro 112 mai 1973 Page 14-15Lui numéro 112 mai 1973 Page 16-17Lui numéro 112 mai 1973 Page 18-19Lui numéro 112 mai 1973 Page 20-21Lui numéro 112 mai 1973 Page 22-23Lui numéro 112 mai 1973 Page 24-25Lui numéro 112 mai 1973 Page 26-27Lui numéro 112 mai 1973 Page 28-29Lui numéro 112 mai 1973 Page 30-31Lui numéro 112 mai 1973 Page 32-33Lui numéro 112 mai 1973 Page 34-35Lui numéro 112 mai 1973 Page 36-37Lui numéro 112 mai 1973 Page 38-39Lui numéro 112 mai 1973 Page 40-41Lui numéro 112 mai 1973 Page 42-43Lui numéro 112 mai 1973 Page 44-45Lui numéro 112 mai 1973 Page 46-47Lui numéro 112 mai 1973 Page 48-49Lui numéro 112 mai 1973 Page 50-51Lui numéro 112 mai 1973 Page 52-53Lui numéro 112 mai 1973 Page 54-55Lui numéro 112 mai 1973 Page 56-57Lui numéro 112 mai 1973 Page 58-59Lui numéro 112 mai 1973 Page 60-61Lui numéro 112 mai 1973 Page 62-63Lui numéro 112 mai 1973 Page 64-65Lui numéro 112 mai 1973 Page 66-67Lui numéro 112 mai 1973 Page 68-69Lui numéro 112 mai 1973 Page 70-71Lui numéro 112 mai 1973 Page 72-73Lui numéro 112 mai 1973 Page 74-75Lui numéro 112 mai 1973 Page 76-77Lui numéro 112 mai 1973 Page 78-79Lui numéro 112 mai 1973 Page 80-81Lui numéro 112 mai 1973 Page 82-83Lui numéro 112 mai 1973 Page 84-85Lui numéro 112 mai 1973 Page 86-87Lui numéro 112 mai 1973 Page 88-89Lui numéro 112 mai 1973 Page 90-91Lui numéro 112 mai 1973 Page 92-93Lui numéro 112 mai 1973 Page 94-95Lui numéro 112 mai 1973 Page 96-97Lui numéro 112 mai 1973 Page 98-99Lui numéro 112 mai 1973 Page 100-101Lui numéro 112 mai 1973 Page 102-103Lui numéro 112 mai 1973 Page 104-105Lui numéro 112 mai 1973 Page 106-107Lui numéro 112 mai 1973 Page 108-109Lui numéro 112 mai 1973 Page 110-111Lui numéro 112 mai 1973 Page 112-113Lui numéro 112 mai 1973 Page 114-115Lui numéro 112 mai 1973 Page 116-117Lui numéro 112 mai 1973 Page 118-119Lui numéro 112 mai 1973 Page 120-121Lui numéro 112 mai 1973 Page 122-123Lui numéro 112 mai 1973 Page 124-125Lui numéro 112 mai 1973 Page 126-127Lui numéro 112 mai 1973 Page 128-129Lui numéro 112 mai 1973 Page 130-131Lui numéro 112 mai 1973 Page 132-133Lui numéro 112 mai 1973 Page 134-135Lui numéro 112 mai 1973 Page 136-137Lui numéro 112 mai 1973 Page 138-139Lui numéro 112 mai 1973 Page 140-141Lui numéro 112 mai 1973 Page 142-143Lui numéro 112 mai 1973 Page 144-145Lui numéro 112 mai 1973 Page 146-147Lui numéro 112 mai 1973 Page 148-149Lui numéro 112 mai 1973 Page 150-151Lui numéro 112 mai 1973 Page 152-153Lui numéro 112 mai 1973 Page 154-155Lui numéro 112 mai 1973 Page 156-157Lui numéro 112 mai 1973 Page 158-159Lui numéro 112 mai 1973 Page 160-161Lui numéro 112 mai 1973 Page 162-163Lui numéro 112 mai 1973 Page 164-165Lui numéro 112 mai 1973 Page 166-167Lui numéro 112 mai 1973 Page 168-169Lui numéro 112 mai 1973 Page 170-171Lui numéro 112 mai 1973 Page 172-173Lui numéro 112 mai 1973 Page 174-175Lui numéro 112 mai 1973 Page 176-177Lui numéro 112 mai 1973 Page 178-179Lui numéro 112 mai 1973 Page 180-181Lui numéro 112 mai 1973 Page 182-183Lui numéro 112 mai 1973 Page 184-185Lui numéro 112 mai 1973 Page 186-187Lui numéro 112 mai 1973 Page 188-189Lui numéro 112 mai 1973 Page 190-191Lui numéro 112 mai 1973 Page 192-193Lui numéro 112 mai 1973 Page 194-195Lui numéro 112 mai 1973 Page 196-197Lui numéro 112 mai 1973 Page 198-199Lui numéro 112 mai 1973 Page 200-201Lui numéro 112 mai 1973 Page 202-203Lui numéro 112 mai 1973 Page 204-205Lui numéro 112 mai 1973 Page 206-207Lui numéro 112 mai 1973 Page 208-209Lui numéro 112 mai 1973 Page 210-211Lui numéro 112 mai 1973 Page 212-213Lui numéro 112 mai 1973 Page 214-215Lui numéro 112 mai 1973 Page 216-217Lui numéro 112 mai 1973 Page 218-219Lui numéro 112 mai 1973 Page 220-221Lui numéro 112 mai 1973 Page 222-223Lui numéro 112 mai 1973 Page 224