Lui n°110 mars 1973
Lui n°110 mars 1973
  • Prix facial : 5 F

  • Parution : n°110 de mars 1973

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 130

  • Taille du fichier PDF : 147 Mo

  • Dans ce numéro : Ibiza, bons baisers d'Ibizance !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 104 - 105  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
104 105
if Chemise -Pantalons Jupe -Short -Chaussures II. RUE DE MIROMESNIL.75008 99RIS.TéL.265.25 97 l'hydro-mssge une nouvelle méthode suédoise vivifiante, rajeunissante, stimulante et anti-fatigue. Cette nouvelle méthode hydrothérapique provoque un massage par jets d'eau filiformes enveloppant tout le corps. Un système électronique programme l'alternance des impulsions d'eau froide et d'eau chaude à températures variables. Cette toute nouvelle technique exerce un véritable massage de la peau, dilate et resserre les pores, stimule la circulation du sang et provoque une vivifiante sensation de bien-être. Toute fatigue disparaît et les muscles reprennent toute leur souplesse. L'hydro-massage ▪ est une réelle cure de rajeunis- ▪ sement à domicile. Vous pouvez recevoir le dossier ▪ complet sur l'hydro-massage en écrivant à FID, Zace, B. P.101, 60304 SENLIS. Département Hy- ▪ giène et santé. Notre technicien se fera un plaisir de vous l'adresser gracieusement. _'II $ 104 IFOP L'enquêteur doit être " un méticuleux sociable ", vigilant, aimable, modeste et tatillon (Suite de la p.100.) mais peut fournir en d'autres matières, de très bons échantillons aléatoires, comme ceux du parc automobile français. Quant aux listes électorales, elles sont publiques, mais si mal tenues qu'elles abondent en fausses adresses, double ou triple inscription, sans compter les nombreux morts qui y figurent encore - rarement pour les faire voter, sauf en certains villages, et le plus souvent par négligence. Comme elles sont en outre dispersées dans toutes les mairies de France, on ne peut sérieusement songer y recourir. Chaque fois qu'un fichier particulier ne définit pas strictement la population à étudier (les téléspectateurs, les abonnés d'un journal, les membres d'un club), les chercheurs doivent donc trouver des techniques particulières (le choix au hasard, particulièrement pour les enquêtes électorales. Ces méthodes donnent des résultats satisfaisants dans les pays, comme les Etats- Unis, où l'habitat est suffisamment groupé. Elles sont inapplicables à la France  : les villes et les régions sont si différentes, les communes ont (les tailles si variables qu'il faudrait trop de soins, de garanties, et donc de temps et d'argent, pour s'assurer que le tirage au sort porte bien sur l'ensemble des citoyens. C'est pourquoi les instituts français ont recours à une seconde méthode, ou l'échantillon - tout en conservant globalement les propriétés de représentativité définies plus haut se compose au départ de toute autre façon. Elle consiste à construire l'échantillon à l'image du groupe considéré  : un modèle réduit, dit échantillon par « quotas ». S'il faut étudier l'électorat français, on prendra les caractéristiques de la population en âge de voter répartition géographique, par sexe, âge, catégories professionnelles polir sélectionner mille ou deux mille personnes présentant dans leur ensemble une proportion de provinciaux et de Parisiens. d'hommes et de femmes, de jeunes et de vieux, d'ouvriers et de patrons semblable à celle de l'électorat réel. Le visage général'le l'échantillon ainsi dessiné, on combine ces caractéristiques pour obtenir le « profil » de chacun des individus qui vont le composer. Les enquêteurs reçoivent ainsi une liste d'interviews à effectuer, et pour chacune une consigne. L'enquêteur de Lille aura par exemple pour mission d'interroger une femme, entre trente-cinq et quarante ans, inactive, mariée à un cadre supérieur et habitant dans l'agglomération Lille-Roubaix-Tourcoing ; ou un homme, entre vingt-cinq et trente ans, agriculteur dans une commune rurale du département du Nord, d'entre cinq cents et mille habitants. A l'enquêteur de trouver la personne qui correspondra exactement au portrait. Que l'on débusque toutes les personnes conformes aux « profils » communiqués et l'échantillon présentera exactement les proportions désirées  : celles de l'ensemble de la population. Mais l'enquêteur risque de se laisser entraîner à n'interroger que les gens les plus faciles à rencontrer si l'on n'y prenait garde, les concierges envahiraient les sondages d'opinion, à ne visiter que les quartiers les mieux desservis par les transports, les grands ensembles plutôt que les banlieues dispersées et pavillonnaires. Au bout de plusieurs enquêtes, l'enquêteur pourrait se créer une véritable clientèle d'habitués. D'où des contrôles fréquents. et des consignes de plus en plus précises  : désignation a priori des quartiers et interdiction de recourir deux lois à la même personne. Maisnécessité contraint la loi  : quel que soit l'effort, les individus interrogés ne correspondent pas toujours aux critères proposés. Tout dépend, en fin de compte, des enquêteurs l'infanterie du sondage d'opinion, la reine des batailles. L'enquêteur doit être un « méticuleux sociable », vigilant, aimable, modeste et tâtillon. L'expérience d'une bonne équipe d'enquêteurs prime la théorie. Ainsi s'explique que des instituts de sondages plus anciens prennent parfois l'avantage sur des concurrents plus riches, plus modernes et en apparence plus raffinés. Dernière objection, la plus grave  : rien ne démontre que les critères de sélection retenus répartition géographique, âge, sexe, etc. soient les plus pertinents au regard du résultat désiré. Les sondeurs affectionnent cet exemple absurde et par là significatif  : imaginez qu'en toute ignorance le comportement politique soit directement lié à la façon dont l'individu accomplit sa toilette  : (Suite p.106.)
... de ces petits boutons d'adolescence qui gâchent tout. Vous ne voulez penser qu'à elle, vous ne voulez penser qu'à lui. Mais il y a ces boutons qui vous en empêchent.Vous ne pensez qu'à eux ! Agissez plutôt.Vous avez une arme pour les combattre  : la crème "Clearasil traitement". Comment se forment les boutons d'adolescence ? Quand on est jeune la peau sécrète beaucoup de sébum. Il ne parvient plus à s'écouler et finit par obstruer l'orifice du pore. La peau se soulève. C'est un bouton. Clearasil libère d'abord l'orifice du pore. Puis, en absorbant l'excès de sébum, comme le ferait un buvard, Clearasil assèche le bouton à son début et favorise le bon état de la peau. Evidemment il faut un peu de persévérance. Vous ne pouvez espérer un résultat du jour au lendemain. Mais si vous appliquez Clearasil régulièrement, au bout de quelques jours vous constaterez une amélioration. Alors, ne pensez qu'à l'autre. Et plus à vos boutons ! La crème "Clearasil traitement" existe sous deux formes  : invisible ou teintée. Elle est vendue en pharmacie. CREMECLEARASILTRAITEMENT:PouR EIRE BIEN DANS SA PEAU. 105



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 110 mars 1973 Page 1Lui numéro 110 mars 1973 Page 2-3Lui numéro 110 mars 1973 Page 4-5Lui numéro 110 mars 1973 Page 6-7Lui numéro 110 mars 1973 Page 8-9Lui numéro 110 mars 1973 Page 10-11Lui numéro 110 mars 1973 Page 12-13Lui numéro 110 mars 1973 Page 14-15Lui numéro 110 mars 1973 Page 16-17Lui numéro 110 mars 1973 Page 18-19Lui numéro 110 mars 1973 Page 20-21Lui numéro 110 mars 1973 Page 22-23Lui numéro 110 mars 1973 Page 24-25Lui numéro 110 mars 1973 Page 26-27Lui numéro 110 mars 1973 Page 28-29Lui numéro 110 mars 1973 Page 30-31Lui numéro 110 mars 1973 Page 32-33Lui numéro 110 mars 1973 Page 34-35Lui numéro 110 mars 1973 Page 36-37Lui numéro 110 mars 1973 Page 38-39Lui numéro 110 mars 1973 Page 40-41Lui numéro 110 mars 1973 Page 42-43Lui numéro 110 mars 1973 Page 44-45Lui numéro 110 mars 1973 Page 46-47Lui numéro 110 mars 1973 Page 48-49Lui numéro 110 mars 1973 Page 50-51Lui numéro 110 mars 1973 Page 52-53Lui numéro 110 mars 1973 Page 54-55Lui numéro 110 mars 1973 Page 56-57Lui numéro 110 mars 1973 Page 58-59Lui numéro 110 mars 1973 Page 60-61Lui numéro 110 mars 1973 Page 62-63Lui numéro 110 mars 1973 Page 64-65Lui numéro 110 mars 1973 Page 66-67Lui numéro 110 mars 1973 Page 68-69Lui numéro 110 mars 1973 Page 70-71Lui numéro 110 mars 1973 Page 72-73Lui numéro 110 mars 1973 Page 74-75Lui numéro 110 mars 1973 Page 76-77Lui numéro 110 mars 1973 Page 78-79Lui numéro 110 mars 1973 Page 80-81Lui numéro 110 mars 1973 Page 82-83Lui numéro 110 mars 1973 Page 84-85Lui numéro 110 mars 1973 Page 86-87Lui numéro 110 mars 1973 Page 88-89Lui numéro 110 mars 1973 Page 90-91Lui numéro 110 mars 1973 Page 92-93Lui numéro 110 mars 1973 Page 94-95Lui numéro 110 mars 1973 Page 96-97Lui numéro 110 mars 1973 Page 98-99Lui numéro 110 mars 1973 Page 100-101Lui numéro 110 mars 1973 Page 102-103Lui numéro 110 mars 1973 Page 104-105Lui numéro 110 mars 1973 Page 106-107Lui numéro 110 mars 1973 Page 108-109Lui numéro 110 mars 1973 Page 110-111Lui numéro 110 mars 1973 Page 112-113Lui numéro 110 mars 1973 Page 114-115Lui numéro 110 mars 1973 Page 116-117Lui numéro 110 mars 1973 Page 118-119Lui numéro 110 mars 1973 Page 120-121Lui numéro 110 mars 1973 Page 122-123Lui numéro 110 mars 1973 Page 124-125Lui numéro 110 mars 1973 Page 126-127Lui numéro 110 mars 1973 Page 128-129Lui numéro 110 mars 1973 Page 130