Lui n°109 février 1973
Lui n°109 février 1973
  • Prix facial : 4 F

  • Parution : n°109 de février 1973

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 114

  • Taille du fichier PDF : 106 Mo

  • Dans ce numéro : interview exclusive de Juan Peron.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
12 °" 1mri1im1IIiPdIItl111MII11INNmm1111m1Numiiw scar AL ! ! Ave César Tout à fait remarquable l'interview de Montand-César publiée dans « Lui » n" 108. Ce que j'ai surtout apprécié, c'est l'atmosphère  : les paroles étaient vraiment de lui. Il ne manquait que la musique et Bob Castella au piano pour que ça devienne un nouveau « tube » d'Yves Montand. Si je connais bien le chanteur (je possède tous ses disques !) , je suis en revanche assez mal informée sur ce qui a l'air d'être devenu l'essentiel de ses activités  : le cinéma. Pourriez-vous m'indiquer les films de ses débuts ? Roxane Dutilleux, Clermont-Ferrand. Réponse  : Voici, très chère Roxane, une filmographie sélective de Montand qui, nous l'espérons, devrait combler vos voeux  : « Etoile sans lumière » (1945). « Les Portes de la nuit » (1946), « L'Idole (1947), « Souvenirs perdus (1950). « Paris chante toujours (1951), « Le Salaire de la peur (1952), « Tempi nostri » (1953), « Napoléon » (1954), « Les héros sont fatigués » (1955), « Marguerite de la nuit » (1955), « Uomini e lupi » (1956), « Les Sorcières de Salem » (1956)... Si vous dites connaître ses films plus récents, peut-être ignorez-vous que Montand participa aussi, brièvement mais avec beaucoup de talent, à l'opérette « Le Chevalier Bayard ». Cet Yves montant... A propos des origines et des débuts (difficiles) d'Yves Montand, il est quelques détails, certes anecdotiques, qu'il faut peut-être signaler à ceux de vos lecteurs qui n'ont pas toujours été, comme moi, « fans » du chanteur, et de ses premiers 78 tours, au temps de « Battling _j oe » et surtout des « Feuilles mortes ». Montand. de son vrai nom Ivo Livi, est né à Venise en 1921. (huant au noie qu'il s'est choisi, c'est dit la légende en souvenir de son enfance dans les quartiers populeux, lorsque sa mère lui criait par la fenêtre (et en italien)  : « Ivo, monta ! » Michel 1)i f rena, Nice. Haro sur Aranda, j'ai lu avec le plus vif intérêt le texte de M. Gabriel Aranda qui a paru dans votre dernier numéro. Et j'avoue que cela m'a donné envie d'acheter son livre, « L'Etat piégé ». je dois dire que je n'ai pas été déçu. L'ensemble des révélations faites par Aranda, sa « naïveté » (ou plutôt sa lucidité), et même sa façon (l'écrire (il est vrai qu'avant d'assister Albin Chalandon ce monsieur a été journaliste à « Entreprise » et à « L'Actualité ») m'ont convaincu de la bonne foi et du courage de cet homme que beaucoup, surtout à la veille d'élections décisives, considèrent comme un trublion, un empêcheur de tourner en rond... Je crois que G. Aranda mériterait glue les Français lui élèvent un monument où l'on pourrait lire  : « Toutes les vérités sont bonnes à dire, même si elles ne sont pas bonnes pour tous. » Maurice Roussel, Ouin, per. Saint Gabriel ? ) e trouve parfaitement honteuse la popularité dont s e ni b 1 e bénéficier aujourd'hui M. Aranda. Pour un grand nombre de Français, il est devenu une sorte de héros national, de justicier... Robin des Bois ? Zorro ? Ou Superman (qui lui aussi, clans le civil, fut journaliste) ? On hésite quant au choix (lu personnage de légende auquel on pourrait le comparer. Et la couverture qu'il a choisie pour son livre ! Saint Michel terrassant le dragon ! Je crois que son cas est l'affaire des psychiatres plutôt que des magistrats. Pauvre France en mal de héros ! Albert V inso'n. Al euill y. Donneurs de voix Depuis plusieurs années, je lis chaque mois à un ami aveugle les articles les plus intéressants de votre magazine. (Il m'est évidemment beaucoup plus difficile de lui faire apprécier la qualité de vos sujets « charme ».) Mais il y a aujourd'hui une association qui permet de développer cette mise au service des aveugles de la voix des « voyants ». Je pense que cela pourrait intéresser certains de vos lec- teurs qui possèdent un magnétophone. Le but est (l'aider les aveugles qui n'ont pas la possibilité d'utiliser des ouvrages en braille. Les « donneurs de voix » doivent enregistrer sur mini-cassette un livre ou une revue. L'ensemble de ces textes enregistrés constituera une sorte de bibliothèque sonore mise à la disposition des aveugles. Les documents sonores doivent être envoyés à Lille, 6, rue jean- Roisin. Charles Row%', Tourcoing. Bande dessinée et bande son Grand admirateur et collectionneur des œuvres de Crumb, j'ai évidemment dévoré l'article de Michel Hagard et vu le film « Fritz the Cat ». Pourriezvous me (lire si la musique de ce film existe en disque. et notamment la chanson de Billie Holiday ? Georges Poirier, Sarcelles. Réponse  : La musique de « Fritz the Cat », y compris le fameux « Yesterclay » chanté par Billie Holiday, a été publiée aux Etats-Unis par la firme Prestige. En France. ce disque est distribue par Musidisc-Europe. Bandes a part Où peut-on trouver toutes les bandes dessinées de Crumbdont parle Michel Hugard ? J'ai acheté tai numéro d' « Actuel », la seule publication française qui était citée dans cet article, mais je suis restée stir nia faim. Elisaheth Tord j- man,.Saint-Germain-en-Lave. Réponse  : « Vroutsch », « Geronanvmo », « Z inc », « Le Parapluie », « Polludrill ». « Le Tamanoir », « Le Citron hallucinogène », « J'éjacule », « I, a Cigarette verte », « Trépan », « J'en ai marre-margarinerhinocéros », « Créativité encagée », « Batsheva ». « Guili-guili », « Benioui-oui »... Ce sont quelques-uns des journaux « underground » (donc que vous ne trouverez pas en kiosque) où vous pourrez trouver des dessins de Crumb. En France, le spécialiste de cette « free press » est le dessinateur hollandais Willem qui, dans ses'rubriques « Le Coin des Esthètes » et « Revue de presse », donne aux lecteurs de « Charlie » (hebdo, mensuel) toutes les informations (adresse, prix, contenu) nécessaires pour qui veut se procurer non seulement les oeuvres de Crumbniais aussi d'innombrables publications « underground », parallèles, éphémères et narf ois même clandestines. A Paris, quelques librairies se sont spécialisées clans ce genre de presse  : « Le Minotaure », rue des Beaux- Arts, « Actualités », (Suite p.14.)
Firmin, vous me ferez ma demi-heure de culture physique... Ouverture du Centre-pilote Slendertone Batignolles nulles angle bd des Paris-8e) rue Clapeyron, 9 0 Tél. 387 cor91 ps et visage Hommes et femmes Il n'y a qu'un Firmin au monde qui puisse faire votre gymnastique à votre place  : c'est le Slendertone. Son principe de fonctionnement  : des disques souples placés sur l'épiderme transmettent aux muscles des ordres analogues à ceux qu'élabore habituellement votre cerveau. C'est tout. Vos muscles se tendent et se détendent à la cadence fixée par l'appareil, pendant que vous lisez, vous relaxez, ou regardez votre télévision - C'est efficace (800 contractions en 20 minutes). Une sangle abdominale est refaite en trois semaines, pas plus - C'est très sain (l'exercice est naturel, et votre médecin vous dira qu'il n'y a rien de plus décisif pour la circulation et les rhumatismes). - C'est relaxant et revigorant... et de plus c'est agréable. Que dire de plus ? Le nouveau Slendertone vaut 1080 F, ou 44 F par mois. C'est moins que les gages d'un Firmin pendant un mois, et pour toute votre vie... Et de plus vous pouvez le prendre à l'essai. Notre documentation est très détaillée. ESSAI 7 JOURS A DOMICILE slendedone,-/la gymnastique automatique Documentation  : SAFE-SLENDERTONE//22 rue Clapeyron, Paris-8e/. Tél. 387-91-90 (z) fi 0 QtO‘) sç\C'^,\e'e,a 5'-°`, t `\ti {15 41'.t 4.1"'O Cr Jt% 0 4V 2, 4, 00 kfi aJ G\`,5 0 ti. b^, J ti°,e, ‘e, ti G o tJ ^ ti. 4,° b O 04 ab.e, CS q.,4 0', 4,%.`'ti\Soç, S b+ S 4` ti kc °yo t ° 1, ezt., ° 02c'gti 0 5 ÷°, b43* c k\D It. tJ, "‘. o CS, e a.,% Co o



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 109 février 1973 Page 1Lui numéro 109 février 1973 Page 2-3Lui numéro 109 février 1973 Page 4-5Lui numéro 109 février 1973 Page 6-7Lui numéro 109 février 1973 Page 8-9Lui numéro 109 février 1973 Page 10-11Lui numéro 109 février 1973 Page 12-13Lui numéro 109 février 1973 Page 14-15Lui numéro 109 février 1973 Page 16-17Lui numéro 109 février 1973 Page 18-19Lui numéro 109 février 1973 Page 20-21Lui numéro 109 février 1973 Page 22-23Lui numéro 109 février 1973 Page 24-25Lui numéro 109 février 1973 Page 26-27Lui numéro 109 février 1973 Page 28-29Lui numéro 109 février 1973 Page 30-31Lui numéro 109 février 1973 Page 32-33Lui numéro 109 février 1973 Page 34-35Lui numéro 109 février 1973 Page 36-37Lui numéro 109 février 1973 Page 38-39Lui numéro 109 février 1973 Page 40-41Lui numéro 109 février 1973 Page 42-43Lui numéro 109 février 1973 Page 44-45Lui numéro 109 février 1973 Page 46-47Lui numéro 109 février 1973 Page 48-49Lui numéro 109 février 1973 Page 50-51Lui numéro 109 février 1973 Page 52-53Lui numéro 109 février 1973 Page 54-55Lui numéro 109 février 1973 Page 56-57Lui numéro 109 février 1973 Page 58-59Lui numéro 109 février 1973 Page 60-61Lui numéro 109 février 1973 Page 62-63Lui numéro 109 février 1973 Page 64-65Lui numéro 109 février 1973 Page 66-67Lui numéro 109 février 1973 Page 68-69Lui numéro 109 février 1973 Page 70-71Lui numéro 109 février 1973 Page 72-73Lui numéro 109 février 1973 Page 74-75Lui numéro 109 février 1973 Page 76-77Lui numéro 109 février 1973 Page 78-79Lui numéro 109 février 1973 Page 80-81Lui numéro 109 février 1973 Page 82-83Lui numéro 109 février 1973 Page 84-85Lui numéro 109 février 1973 Page 86-87Lui numéro 109 février 1973 Page 88-89Lui numéro 109 février 1973 Page 90-91Lui numéro 109 février 1973 Page 92-93Lui numéro 109 février 1973 Page 94-95Lui numéro 109 février 1973 Page 96-97Lui numéro 109 février 1973 Page 98-99Lui numéro 109 février 1973 Page 100-101Lui numéro 109 février 1973 Page 102-103Lui numéro 109 février 1973 Page 104-105Lui numéro 109 février 1973 Page 106-107Lui numéro 109 février 1973 Page 108-109Lui numéro 109 février 1973 Page 110-111Lui numéro 109 février 1973 Page 112-113Lui numéro 109 février 1973 Page 114