Lui n°107 décembre 1972
Lui n°107 décembre 1972
  • Prix facial : 5 F

  • Parution : n°107 de décembre 1972

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (213 x 268) mm

  • Nombre de pages : 216

  • Taille du fichier PDF : 183 Mo

  • Dans ce numéro : entretien privé avec Jean-Jacques Servan-Schreiber.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
JEAN-JACQUES SERVAN-SCHREIBER " Je n'ai pas d'argent. J'en gagne. Cela me donne une liberté d'action, mais c'est tout " (Suite de la p.6.) sept, je suis avec eux au petit déjeuner, avant qu'ils aillent en classe et le plus souvent à déjeuner également. De même tous les soirs je les vois. En outre, chaque fois que je peux partir avec eux, je pars avec eux, ce qui fait que le contact s'établit et que le dialogue est permanent. Est-ce que cela suffit, je ne crois pas... niais il n'y a pas de rupture du dialogue, je les écoute, ils peuvent m'interpeller sur tout et donner leur opinion sur tout. Mais si le fait d'être député à Nancy et d'avoir des responsabilités politiques m'empêchait de leur donner ce minimum-là, j'abandonnerais. Lui Mais si, dans quelques années, l'un de vos fils contestait radicalement son milieu, sa famille, son père, c'està-dire s'il devenait « gauchiste », quelle serait votre réaction ? Servan-Schreiber Une réaction de respect. Ils ont ce droit. Si l'un d'entre eux (ou plusieurs d'entre eux) sont radicalement en désaccord avec moi, je n'aurais rien d'autre à faire qu'à respecter cette position. Je ne suis pas, je ne veux pas être, en situation de commandement par rapport à mes fils ; ils sont leur propre maître, c'est à quoi je dois les amener. Lui Vous êtes très fier de vos quatre fils, niais n'avez-vous pas de regret de ne pas avoir de fille ? Servan-Schreiber Non. C'est un peu compliqué pour moi l'idée d'avoir une fille, c'est plus simple d'avoir quatre fils, enfin des fils ! Je ne revendique pas le chiffre de quatre comme étant magique, je suis très heureux (l'en avoir quatre, cela pourrait être trois, cela pourrait être cinq. Je suis satisfait d'avoir des fils car le fait d'avoir une fille m'aurait compliqué un peu la vie. je ne l'ai pas choisi, comme vous l'imaginez, enfin ça se trouve ainsi et'est plus simple ! Lui Votre épouse n'est-elle pas parfois victime de votre vie d'homme public Servan-Schreiber Bien sûr... Lui Et (les obligations que vous lui imposez Seevan-Schreiber C'est sûr, c'est sûr, elle en est victime, niais aussi elle peut en profiter. Elle voit des choses passionnantes, elle aime la Lorraine, elle s'en occupe passionnément. Cela lui apporte un enrichissement ; maintenant je dois dire que ça ne lui donne 8 pas tin mari modèle, c'est vrai ! Lui Vous aimez rappeler que vous avez commencé dans la vie avec un capital modeste et que vous avez gagné votre argent en travaillant et en faisant prospérer une entreprise... Servan-Schreiber je n'aime pas le rappeler, je le dis quand on m'accuse d'avoir (le l'argent. Lui C'est important pour vous d'avoir suffisamment d'argent ? Servan-Schreiber Je n'ai pas d'argent, j'en gagne ; c'est important parce que cela me donne une liberté d'action, mais c'est tout. Je n'en profite pas autrement pour le moment. Je ne suis pas du tout un ascète, j'aurais peut-être très envie (l'aller faire du bateau ou d'acheter fine belle maison... Lui Celle (le Nancy est agréable... Servan-Schreiber Celle de Nancy est modeste, mais bien. Le fait de gagner de l'argent me permet d'avoir un secrétariat à Nancy suffisamment fort pour m'occuper de ma circonscription et de la région, d'avoir une équipe de travail à Paris pour continuer à suivre les problèmes. Cela nie permet en somme (le travailler sans angoisse. C'est un grand privilège, je le sais. Lui Si demain vous deviez vivre aven le salaire (l'un salarié moyen, mettons 2 500 francs par mois ? Servan-Schreiber Il n'est pas question avec ce salaire-là de faire autre chose que faire vivre (et avec quelles difficultés) sa famille et uniquement cela. Lui Ne croyez-vous pas que le pouvoir pris par l'argent clans notre société, a détourné d'elle beaucoup de jeunes ? Servan-Schreiber Sûrement, ni ai s avant de vous dire en quoi j'épouse cette réaction des jeunes, il faut tout de même que je vous dise très clairement que l'autre société qu'on nous propose, la société communiste. je la trouve criminelle, corruptrice et inacceptable. Ce qui se passe en Tchécoslovaquie, en Pologne et ailleurs. je ne l'admettrai jamais pour mon pays, jamais. Cela étant clairement (lit, en effet, dans la société française d'aujourd'hui, la confusion permanente du pouvoir public et du pouvoir privé est tine très grande source d'enrichissement pour tin tout petit nombre de gens, et une source de dégoût et de répulsion pour un très grand nombre de gens. Et c'est cela que les jeunes ressentent, même s'ils n'en connaissent pas les détails. Moi qui en connais bien les détails, hé bien je trouve qu'ils ont raison. Moi aussi je vis ce scandale-là en permanence, je le vois en Lorraine, je le vois à Paris ; cette année je l'ai vu en Lorraine avec ce qui s'est passé par exemple sur Wendel-Sidelor, la Sidérurgie et Fos. C'est un scandale permanent, qui révolte les hommes et les femmes d'ici et les jeunes encore plus que les autres et je ne peux que leur donner raison. Je l'ai dit. Je ne me tairai pas. Lui Croyez-vous qu'il existe aujourd'hui une crise spécifique (le la jeunesse ou bien qu'on assiste à ce (liai a toujours existé  : le malaise (le l'adolescence ? Servan-Schreiber Non. Nous vivons une crise spécifique (le la jeunesse parce Glue notre époque est la première époque nucléaire. Je ne veux pas faire une analyse de la jeunesse, ce serait prétentieux et nous n'en avons pas le temps. Je dirai simplement une chose  : chaque génération jusqu'à celleci savait, de toute éternité, qu'elle serait embrigadée clans une guerre, qu'elle serait mobilisée, qu'elle serait en uniforme, qu'elle ferait son service militaire, qu'elle serait obligée de se battre et peut-être de se faire tuer. Les jeunes savent aujourd'hui qu'ils ne feront pas de guerre, car s'il y a une guerre, elle sera atomique et c'est le ciel qui tombera stir la terre... on recevra tout d'un coup la mort collective. Donc cette génération-ci, est une génération profondément différente de toutes les autres, c'est la première génération de la paix, et sa lutte, son instinct (le lutte, son instinct vital, elle le canalise ailleurs que dans l'esprit militaire. Cela pose toute une série de problèmes qui seront approfondis au cours des vingt ou trente années qui viennent et ce changement-là est radical. Lui Bien que vous soyez un leader politique encore jeune, avez-vous conscience (lue les jeunes de dix-huit ou de vingt ans vous perçoivent comme quelqu'un de déjà vieux ? Servan-Schreiber Je ne m'en rends pas compte, car j'ai un contact facile. Par exemple, les jeunes gens, les jeunes filles de classes terminales ou (le seconde ou (le troisième et les étudiants d'ici viennent me trouver facilement pour me demander de temps à antre
J.-J. S.-S. " Shakespeare ? L'écrivain le plus ambigu ! " de discuter avec eux, pour me poser diverses questions. Pour parler avec eux, je n'ai pas de difficultés. Certainement, ils ne me perçoivent pas comme quelqu'un de leur âge ou de leur génération, mais ils n'éprouvent pas, me semble-t-il, qu'il y a un mur entre nous. Lui On a dit souvent que vous rêviez de devenir président des Etats-Unis Europe, c'est vrai ou c'est faux ? Servan-Schreiber C'est faux, parce que je ne voudrais pas qu'il y ait de Président des Etats-Unis d'Europe. Ma proposition est beaucoup plus raisonnable, je voudrais que l'Europe se construise sur le modèle de la Confédération helvétique qui me parait un très bon modèle. Il y a en Suisse des pouvoirs délégués très importants au niveau fédéral, niais il y a à la tête du pays, le congrès helvétique de sept membres. Je souhaite pour la future confédération européenne non qu'elle soit gouvernée par un Président mais par un comité de neuf ou douze membres qui sera élu par le Parlement européen. Et comme en Suisse, la présidence de cette confédération européenne devrait tourner chaque année. Je serais très fier si j'étais un jour l'un des commissaires du futur conseil confédéral européen. Lui Plus modestement, accepteriezvous de devenir ministre de Monsieur Pompidou Servan-Schreiber Je n'y pense pas. Mon seul problème est que le nouveau gouvernement adopte les réformes essentielles que je considère comme vitales pour la France. C'est tout. Lui Quel est l'homme politique dont vous avez le plus médité les leçons Secvan-Schreiber Roosevelt et Clemenceau, pour leurs qualités de paix et de guerre, je dis bien de guerre et de paix, l'un et l'autre. Lui Vous vous exprimez rarement sur la culture. Quel est l'écrivain qui vous a le plus influencé ? Secvan-Schreiber Shakespeare... Shakespeare parce qu'il mélange de la manière la plus proche de la vie, le drame et la drôlerie, l'humour et l'angoisse et qu'il est le plus ambigu de tous les écrivains. L'ambiguïté permanente de Shakespeare me fait dire qu'il est proche de la vie et me permet de la mieux comprendre. Lui N'avez-vous pas (Suite page 11.) silencieuse cologne ET AFTER SHAVE/BAUME APRES-RASAGE STICK ET SPRAY DEODORANT/MOUSSE A RASER/CREES POUR LES HOMMES par Revlon EN EXCLUSIVITE CHEZ LES DEPOSITAIRES REVLON.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 107 décembre 1972 Page 1Lui numéro 107 décembre 1972 Page 2-3Lui numéro 107 décembre 1972 Page 4-5Lui numéro 107 décembre 1972 Page 6-7Lui numéro 107 décembre 1972 Page 8-9Lui numéro 107 décembre 1972 Page 10-11Lui numéro 107 décembre 1972 Page 12-13Lui numéro 107 décembre 1972 Page 14-15Lui numéro 107 décembre 1972 Page 16-17Lui numéro 107 décembre 1972 Page 18-19Lui numéro 107 décembre 1972 Page 20-21Lui numéro 107 décembre 1972 Page 22-23Lui numéro 107 décembre 1972 Page 24-25Lui numéro 107 décembre 1972 Page 26-27Lui numéro 107 décembre 1972 Page 28-29Lui numéro 107 décembre 1972 Page 30-31Lui numéro 107 décembre 1972 Page 32-33Lui numéro 107 décembre 1972 Page 34-35Lui numéro 107 décembre 1972 Page 36-37Lui numéro 107 décembre 1972 Page 38-39Lui numéro 107 décembre 1972 Page 40-41Lui numéro 107 décembre 1972 Page 42-43Lui numéro 107 décembre 1972 Page 44-45Lui numéro 107 décembre 1972 Page 46-47Lui numéro 107 décembre 1972 Page 48-49Lui numéro 107 décembre 1972 Page 50-51Lui numéro 107 décembre 1972 Page 52-53Lui numéro 107 décembre 1972 Page 54-55Lui numéro 107 décembre 1972 Page 56-57Lui numéro 107 décembre 1972 Page 58-59Lui numéro 107 décembre 1972 Page 60-61Lui numéro 107 décembre 1972 Page 62-63Lui numéro 107 décembre 1972 Page 64-65Lui numéro 107 décembre 1972 Page 66-67Lui numéro 107 décembre 1972 Page 68-69Lui numéro 107 décembre 1972 Page 70-71Lui numéro 107 décembre 1972 Page 72-73Lui numéro 107 décembre 1972 Page 74-75Lui numéro 107 décembre 1972 Page 76-77Lui numéro 107 décembre 1972 Page 78-79Lui numéro 107 décembre 1972 Page 80-81Lui numéro 107 décembre 1972 Page 82-83Lui numéro 107 décembre 1972 Page 84-85Lui numéro 107 décembre 1972 Page 86-87Lui numéro 107 décembre 1972 Page 88-89Lui numéro 107 décembre 1972 Page 90-91Lui numéro 107 décembre 1972 Page 92-93Lui numéro 107 décembre 1972 Page 94-95Lui numéro 107 décembre 1972 Page 96-97Lui numéro 107 décembre 1972 Page 98-99Lui numéro 107 décembre 1972 Page 100-101Lui numéro 107 décembre 1972 Page 102-103Lui numéro 107 décembre 1972 Page 104-105Lui numéro 107 décembre 1972 Page 106-107Lui numéro 107 décembre 1972 Page 108-109Lui numéro 107 décembre 1972 Page 110-111Lui numéro 107 décembre 1972 Page 112-113Lui numéro 107 décembre 1972 Page 114-115Lui numéro 107 décembre 1972 Page 116-117Lui numéro 107 décembre 1972 Page 118-119Lui numéro 107 décembre 1972 Page 120-121Lui numéro 107 décembre 1972 Page 122-123Lui numéro 107 décembre 1972 Page 124-125Lui numéro 107 décembre 1972 Page 126-127Lui numéro 107 décembre 1972 Page 128-129Lui numéro 107 décembre 1972 Page 130-131Lui numéro 107 décembre 1972 Page 132-133Lui numéro 107 décembre 1972 Page 134-135Lui numéro 107 décembre 1972 Page 136-137Lui numéro 107 décembre 1972 Page 138-139Lui numéro 107 décembre 1972 Page 140-141Lui numéro 107 décembre 1972 Page 142-143Lui numéro 107 décembre 1972 Page 144-145Lui numéro 107 décembre 1972 Page 146-147Lui numéro 107 décembre 1972 Page 148-149Lui numéro 107 décembre 1972 Page 150-151Lui numéro 107 décembre 1972 Page 152-153Lui numéro 107 décembre 1972 Page 154-155Lui numéro 107 décembre 1972 Page 156-157Lui numéro 107 décembre 1972 Page 158-159Lui numéro 107 décembre 1972 Page 160-161Lui numéro 107 décembre 1972 Page 162-163Lui numéro 107 décembre 1972 Page 164-165Lui numéro 107 décembre 1972 Page 166-167Lui numéro 107 décembre 1972 Page 168-169Lui numéro 107 décembre 1972 Page 170-171Lui numéro 107 décembre 1972 Page 172-173Lui numéro 107 décembre 1972 Page 174-175Lui numéro 107 décembre 1972 Page 176-177Lui numéro 107 décembre 1972 Page 178-179Lui numéro 107 décembre 1972 Page 180-181Lui numéro 107 décembre 1972 Page 182-183Lui numéro 107 décembre 1972 Page 184-185Lui numéro 107 décembre 1972 Page 186-187Lui numéro 107 décembre 1972 Page 188-189Lui numéro 107 décembre 1972 Page 190-191Lui numéro 107 décembre 1972 Page 192-193Lui numéro 107 décembre 1972 Page 194-195Lui numéro 107 décembre 1972 Page 196-197Lui numéro 107 décembre 1972 Page 198-199Lui numéro 107 décembre 1972 Page 200-201Lui numéro 107 décembre 1972 Page 202-203Lui numéro 107 décembre 1972 Page 204-205Lui numéro 107 décembre 1972 Page 206-207Lui numéro 107 décembre 1972 Page 208-209Lui numéro 107 décembre 1972 Page 210-211Lui numéro 107 décembre 1972 Page 212-213Lui numéro 107 décembre 1972 Page 214-215Lui numéro 107 décembre 1972 Page 216