Lectures Pour Tous n°04-02 novembre 1901
Lectures Pour Tous n°04-02 novembre 1901
  • Prix facial : 1 F

  • Parution : n°04-02 de novembre 1901

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Hachette

  • Format : (155 x 238) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 66,7 Mo

  • Dans ce numéro : fêtes du sacre et entrée des rois.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 84 - 85  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
84 85
180 Lectures 19 dispensaires, 552 873 remèdes, et les Jésuites un chiffre à peu près égal dans leurs 87 pharmacies. Depuis 1838, les soeurs de la Charité du Tché-Kiang ont soigné dans leurs dispensaires 2 207 690 malades et en ont visité à domicile 04 609. Le missionnaire doit aussi bien s'impro- pour Tous l'école chrétienne. Résultat d'une importance capitale, car, lorsqu'il aura passé par cette école, le petit Chinois sera conquis à nos idées occidentales, et son exemple influera sur ses parents. Là encore, les religieuses apportent leur concours dévoué  : ce sont elles qui ont la L'OUVROIR EXTERNE DE LA MISSION DE L'IMMACULÉE-CONCEPTION, À PÉKIN. A côté des orphelinats, les religieuses ont fondé des ouvroirs où les jeunes Chinoises vivant dans leurs familles sont admises et viennent apprendre la couture ou la broderie. viser vétérinaire, en cas d'épidémie. Au besoin, il se fait ingénieur. Un village de Mongolie était exposé à des inondations et souffrait du voisinage de marécages  : le missionnaire dressa les plans d'une digue, qu'il fit construire sous sa direction, et dessécha le marais, qui fut livré à la culture. Cette sollicitude efficace a peu à peu raison de la résistance (lu Chinois. Insensiblement celui-ci est amené à écouter le missionnaire, qui peut commencer à lui enseigner les principes de notre morale. A PETITE CLASSE. — ÉLÈVES ET APPRENTIS. Déjà, il consent à envoyer ses enfants à surveillance et la direction des écoles. « C'est un spectacle bien amusant, écrit un missionnaire en parlant de l'école adjointe à sa mission, que de voir tous ces bambins emmitouflés dans leurs vêtements d'hiver, au milieu desquels apparaît leur visage jaune, tout rond et luisant comme une pomme. Au milieu d'eux, la soeur aidée par une religieuse chinoise circule en agitant sa grande cornette blanche, morigène un étourdi, tape amicalement sur la joue d'un autre. » Le nombre des écoles chrétiennes en Chine est d'environ 2 60o qui comprennent une population de 44 000 élèves, filles et garçons. A eux seuls, les Jésuites de la province de Kiang-Nan, voisine de Chang- I-Iaï, possèdent 447 écoles de garçons avec
Le Martyre au Service de l'Influence Française 181 558 élèves et 493 écoles de filles avec 7 oo5 élèves. Pour permettre à ces enfants de gagner leur vie, il faut leur enseigner un métier. Aussi, à Tou-sé-Weï, a-t-on établi une école professionnelle de garçons. Dès qu'on en franchit le seuil, on est émerveillé de l'application des jeunes apprentis. Dans une grande galerie aux murs tapissés de dessins, vingt ou trente jeunes Célestes, avec leur petite natte sur le dos, leur petite calotte ronde sur la tête, sont accoudés sur des tables et s'exercent à dessiner des motifs d'ornementation, tandis qu'un Père passe derrière eux, guide leur main, rectifie un trait. A côté, sous la direction d'un ouvrier chrétien, d'autres, accroupis sur le sol, fabriquent des chaussures de drap ; graves et attentifs, ils écoutent les explications qu'on leur donne. D'où vient ce bruit assourdissant de bois frappé, de choc d'outils ?... De la salle de sculpture. Là, cinquante élèves environ travaillent et bûchent consciencieusement le bois, sculptant des meubles, des étagères, des guéridons ; un confus bourdonnement de bavardage s'élève de ce petit peuple d'ouvriers. Mais voici un endroit bien silencieux ; assis tout autour d'une sorte de grange, les apprentis disparaissent presque sous des amoncellements de tiges (le jonc, de lamelles de bambou ; ce sont les vanniers ; mêlant artistement les joncs de différentes couleurs, ils confectionnent des corbeilles et des nattes destinées à l'Europe. ES MISSIONNAIRES AU SERVICE DE LA SCIENCE. En même temps que nos idées morales, les missionnaires répandent notre science européenne et ses plus récentes découvertes. La mission des Jésuites possède à Zi- Ka-Weï, près de Chang-IIaï, une série d'établissements admirables. C'est d'abord une imprimerie où l'on imprime des livres d'histoire, de science, de médecine, qui résument à l'usage des Célestes l'ensemble de nos connaissances. Tout auprès, un muséum d'histoire naturelle. Plus loin se trouve l'Observatoire météorologique et astronomique, L'OEUVRE DES MISSIONS EN CHINE. — ORPHELINAT DES SŒURS DE SAINT-VINCENT-DE-PAUL, Â TSO-FOU-PANG. Dans certaines provinces de la Chine, la famine sévit avec une telle violence que les Chinois des classes pauvres abandonnent dans les champs leurs petites filles, considérées comme des bouches inutiles. Les missionnaires recueillent ces enfants et les placent dans des orphelinats dirigés par des religieuses.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 1Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 2-3Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 4-5Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 6-7Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 8-9Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 10-11Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 12-13Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 14-15Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 16-17Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 18-19Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 20-21Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 22-23Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 24-25Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 26-27Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 28-29Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 30-31Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 32-33Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 34-35Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 36-37Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 38-39Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 40-41Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 42-43Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 44-45Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 46-47Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 48-49Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 50-51Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 52-53Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 54-55Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 56-57Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 58-59Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 60-61Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 62-63Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 64-65Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 66-67Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 68-69Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 70-71Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 72-73Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 74-75Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 76-77Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 78-79Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 80-81Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 82-83Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 84-85Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 86-87Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 88-89Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 90-91Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 92-93Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 94-95Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 96