Lectures Pour Tous n°04-02 novembre 1901
Lectures Pour Tous n°04-02 novembre 1901
  • Prix facial : 1 F

  • Parution : n°04-02 de novembre 1901

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Hachette

  • Format : (155 x 238) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 66,7 Mo

  • Dans ce numéro : fêtes du sacre et entrée des rois.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
I24 Lectures pour Tous George Sand. Elle avait passé la journée, parlant peu, agissant moins, comme absente de la vie réelle, et ruminant dans sa tête les belles histoires qui se passaient dans le monde imaginaire créé par elle. Le soir, après le dîner, à huit heures, elle s'asseyait devant ALEXANDRE DUMAS FILS. — D'ÂPRES LE PORTRAIT PEINT PAR MEISSONIER. Alexandre Dumas fils, avant de jeter un seul mot sur le papier, composait entièrement dans sa tête chacune de ses comédies. Il pouvait s'approprier le mot de Racine, disant dune de ses bièces  : « Je n'ai plus qu'à l'écrire ». sa table de travail. Elle v trouvait une abondante provision de feuilles de papier toujours coupées suivant une mesure uniforme, et se mettait à écrire. Elle reprenait le roman qu'elle était en train de composer au point exact où elle l'avait laissé la veille, et, sans une hésitation, continuait de le rédiger. Elle travaillait ainsi jusqu'à quatre heures du matin. Un roman se terminait-il au cours de cette période de huit heures ? Elle pliait son manuscrit pour l'envoyer le lendemain à la Revue des Deux Mondes et se mettait tranquillement à en rédiger un autre. Cette aisance avec laquelle George Sand a écrit des milliers de pages se retrouve chez ID Théophile Gautier. Chargé (lu feuilleton théâtral à la Presse, il écrivait sur le coin d'une table dans l'atelier d'imprimerl'edu journal, parmi le ronflement des machines, le va-et-vient des ouvriers affairés. Sans faire de plan préalable, sans ratures ni corrections d'aucune sorte, il jetait son feuilleton d'un seul bloc sur le papier, qu'il couvrait de son écriture empâtée et où les mots n'étaient séparés par aucune ponctuation. Il est inévitable que des procédés de travail si caractéristiques et si différents influent sur l'oeuvre ellemême  : de là vient justement l'intérêt que nous avons à les connaître. L'âpreté du labeur de Balzac se retrouve dans la puissance d'évocation de ses pages, dans l'accumulation des détails qui souvent rendent le style touffu, pénible. Les infinis scrupules de Flaubert aboutissent à rendre chez lui l'expression d'une justesse parfaite. La facilité de George Sand se retrouve dans son style coulant comme un fleuve qui serait un fleuve de lait. Théophile Gautier écrit si aisément, parce qu'il a un remarquable sentiment de la phrase française et de sa correction. « L'important, disait-il, est d'avoir une bonne syntaxe  : ma phrase est comme les chats, qui retombent toujours sur leurs pattes. » EUT-ON STIMULER ARTIFICIEL- LEMENT L'IMAGINATION ? Y a-t-il des moyens d'activer la production, de stimuler l'imagination ? L'un de ces moyens consiste pour beaucoup d'écrivains à travailler la nuit  : l'insomnie et la fièvre qu'elle provoque surexcitent leurs nerfs. Quelques-uns ont poussé cette supersti-
Procédés de Travail et Manies des Ecri`-ains tion du travail nocturne jusqu'à se donner en plein jour l'illusion de la nuit  : Musset se plaisait à composer ses vers, les rideaux des fenêtres tirés et les bougies allumées, bien qu'il fît grand jour ; déjà, au xviite siècle, s'il faut en croire la chronique, le poète tragique Crébillon se livrait à pareille excentricité. La musique peut, on le comprend, être une utile inspiratrice  : suscitant chez celui qui l'écoute tout un monde de sentiments et d'émotions, elle contribue à mettre l'imagination en activité. Tel était le cas pour Alexandre Dumas fils, qui aimait à entendre jouer du piano tandis qu'il écrivait ses comédies, tout au rebours de Théophile Gautier qui définissait la musique  : « le plus désagréable et le plus cher de tous les bruits ». Mais les stimulants dont les écrivains font usage ne sont pas toujours aussi immatériels. Si Dumas père se contentait de lamper un grand verre de limonade, Balzac faisait une effroyable consommation de café ; beaucoup usent et abusent du tabac. Chez George Sand, ce besoin de fumer était si puissant que, suivant Théodore de Banville, elle cessait d'être intelligente si elle était privée de tabac. Hélas ! pourquoi faut-il rappeler que Musset cherchait dans l'absinthe une inspira- EUGENE SCRIBE. - D'APRÈS UNE CARICATURE DE BENJAMIN. L'artiste a représenté le fécond dramaturge Scribe comme un bon commerçant qui tient en réserve dans ses tiroirs tout ce dont il a besoin pour alimenter son industrie  : scènes, coups de théâtre, bons mots, et fait sorueusement le compte de ses gains et bénéfices. a I25 BALZAC. - D'APRÈS UNE CARICATURE DE BENJAMIN. L'auteur de la Comédie Humaine s'enveloppait d'un froc de moine et travaillait doue heures consécutives, ne s'arrêtant que quand il était épuisé par son labeur acharné. tion qui, à cause de cela même, lui échappait davantage ? Que de tristesses dans les dernières années (le cette vie de poète, naguère si brillante et si féconde, presque uniquement occupée maintenant par le désir incessant de noyer au fond d'un verre l'âpre souci d'une impuissance trop consciente d'elle-même ! E CRIVAINS IiOIIÈMES ET POÈTES DE CABARET. Chez plus d'un écrivain heureusement doué, l'abus des excitants, joint à l'irrégularité de la vie, tarit de bonne heure la fécondité. C'est le cas de tous les bohèmes plus ou moins alcooliques qui sont légion clans la littérature. Gérard de Nerval griffonnait des notes au crayon sur des bouts de papier qu'il enfouissait dans ses poches. « L'instant venu de donner à l'imprimerie la page promise, raconte Mme Arvède Barine dans son livre Névrosés, il fallait bien se décider à débrouiller ce chaos. On voyait alors « le bon Gérard » dans les bureaux d'un journal. Il tirait de ses poches une petite bouteille d'encre, des plumes, des bouchons de papier couverts de notes, toute une bibliothèque de livres et de brochures, et se mettait en devoir



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 1Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 2-3Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 4-5Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 6-7Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 8-9Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 10-11Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 12-13Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 14-15Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 16-17Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 18-19Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 20-21Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 22-23Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 24-25Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 26-27Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 28-29Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 30-31Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 32-33Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 34-35Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 36-37Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 38-39Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 40-41Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 42-43Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 44-45Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 46-47Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 48-49Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 50-51Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 52-53Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 54-55Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 56-57Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 58-59Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 60-61Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 62-63Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 64-65Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 66-67Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 68-69Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 70-71Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 72-73Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 74-75Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 76-77Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 78-79Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 80-81Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 82-83Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 84-85Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 86-87Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 88-89Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 90-91Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 92-93Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 94-95Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 96